États-Unis: le régulateur autorise un nouveau placement en bitcoin, tournant pour les cryptomonnaies

La nouvelle a fait monter le bitcoin mais dans des proportions mesurées, la cryptomonnaie star ayant déjà beaucoup grimpé ces dernières semaines (Photo, AFP).
La nouvelle a fait monter le bitcoin mais dans des proportions mesurées, la cryptomonnaie star ayant déjà beaucoup grimpé ces dernières semaines (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 11 janvier 2024

États-Unis: le régulateur autorise un nouveau placement en bitcoin, tournant pour les cryptomonnaies

  • Le produit autorisé mercredi est un ETF, un fonds indiciel qui permet aux investisseurs de profiter des évolutions du bitcoin sans placer directement leur argent dans la devise numérique
  • Concrètement, ils achètent des parts du fonds, qu'ils peuvent revendre à tout moment, et pas du bitcoin, la valeur de leurs actifs restant exprimée en dollars

NEW YORK: Le gendarme américain des marchés financiers, la SEC, a donné mercredi son feu vert à la cotation d'un nouveau produit d'investissement en bitcoins, une décision considérée comme une étape majeure pour l'adoption des cryptomonnaies, qui pourrait bouleverser le secteur.

Le produit autorisé mercredi est un ETF (Exchange traded fund), un fonds indiciel qui permet aux investisseurs de profiter des évolutions du bitcoin sans placer directement leur argent dans la devise numérique.

Concrètement, ils achètent des parts du fonds, qu'ils peuvent revendre à tout moment, et pas du bitcoin, la valeur de leurs actifs restant exprimée en dollars. Les avoirs du fonds sont, eux, placés en cryptomonnaies.

Lancé au début des années 1990, les ETF ont décollé au début des années 2000, séduisant par leur simplicité, qui offre la possibilité de suivre les performances de l'or, du pétrole, d'un indice boursier ou d'un secteur industriel.

Selon un rapport du cabinet Oliver Wyman, quelque 6.700 milliards de dollars étaient logés dans des ETF fin 2022.

Mercredi, la SEC a donné son autorisation à 11 sociétés différentes de lancer leur propre produit, parmi lesquelles des grandes maisons de Wall Street comme Fidelity et BlackRock, selon le document publié sur le site du régulateur.

La nouvelle a fait monter le bitcoin mais dans des proportions mesurées, la cryptomonnaie star ayant déjà beaucoup grimpé ces dernières semaines.

Vers 22H50 GMT, elle prenait 1,37%, à 46.576 dollars.

Le marché avait déjà franchi un palier, en octobre 2021, avec la cotation du premier ETF investi non pas directement en bitcoins mais dans des contrats à terme liés à la cryptomonnaie.

Jusqu'ici, l'accès aux devises numériques nécessitait d'ouvrir un compte sur une plateforme d'échanges de cryptomonnaies et de convertir une devise classique (émise par une banque centrale), comme le dollar.

«Un tournant»

Le marché spéculait depuis plusieurs semaines sur l'homologation de ce nouvel ETF, accentuant nettement la volatilité du bitcoin, déjà connu pour ses variations brutales.

Mardi, la devise numérique reine s'est envolé brièvement jusqu'à son plus haut niveau depuis 22 mois, à 47,914 dollars l'unité, après la publication de ce qui s'est révélée être une fausse publication sur X (ex-Twitter) de la SEC, annonçant l'homologation de l'ETF en bitcoins.

La SEC a ensuite indiqué que son compte avait été piraté, le temps de poster le message.

Le gendarme boursier avait déjà retoqué, à de nombreuses reprises, des demandes de commercialisation pour des produits similaires par le passé, mais un récent développement a changé la donne.

Fin octobre, une cour d'appel fédérale de Washington a ainsi confirmé que la SEC n'était pas fondée à refuser au gestionnaire d'actifs Grayscale l'homologation de son ETF en bitcoins.

Compte tenu de cette jurisprudence, "je pense que la décision la plus tenable est d'approuver la cotation" de ces ETF, a déclaré le président de la SEC, Gary Gensler, dans un communiqué.

L'arrivée d'un ETF est "un tournant pour les actifs numériques et signale un mouvement vers l'adoption par le grand public et (leur) légitimité", a commenté Thomas Tang, vice-président de la société de capital-investissement Ryze Labs.

"Par leur seule existence dans un cadre réglementé, les ETF en bitcoins vont donner de la crédibilité institutionnelle aux actifs numériques", a-t-il ajouté.

Nombre de financiers de premier plan et grands patrons ont fait part publiquement, ces dernières années, de leur scepticisme, voire de leur opposition à ces devises numériques.

"La seule vraie utilité", des cryptomonnaies, c'est qu'elles profitent "aux criminels, aux trafiquants de drogue", pour "le blanchiment, la fraude fiscale", a déclaré, début décembre, le PDG de la plus grande banque du monde, JPMorgan Chase, Jamie Dimon. "Si j'étais le gouvernement, j'y mettrais un terme."

Mercredi, Gary Gensler a opposé les ETF adossés à des métaux, "qui ont des consommateurs et sont utilisés dans l'industrie", à ces nouveaux produits en bitcoin, qui "est surtout un actif spéculatif et volatil, qui sert aussi à des activités illicites".


Algérie: accord entre Sonatrach et ExxonMobil en vue de développer deux gisements

Une photo montre le logo du géant énergétique algérien Sonatrach (Photo, AFP).
Une photo montre le logo du géant énergétique algérien Sonatrach (Photo, AFP).
Short Url
  • L'accord a été signé à Alger par le PDG de Sonatrach Rachid Hachichi et le vice-président Exploration et Nouvelles Opportunités d'ExxonMobil, John Ardill
  • Aucun montant n'a été évoqué pour les investissements prévus, pas plus que les réserves potentielles des deux champs d'hydrocarbures

ALGER: Le groupe pétro-gazier étatique algérien Sonatrach a annoncé jeudi avoir signé un "protocole d'accord" avec le géant américain ExxonMobil en vue du développement des ressources en hydrocarbures dans deux gisements gaziers du sud de l'Algérie.

Les deux compagnies prévoient "d'étudier les opportunités existantes en vue de développer les ressources en hydrocarbures dans le bassin de l'Ahnet (sud) et le bassin de Gourara", a indiqué Sonatrach dans un communiqué.

L'accord a été signé à Alger par le PDG de Sonatrach Rachid Hachichi et le vice-président Exploration et Nouvelles Opportunités d'ExxonMobil, John Ardill.

Aucun montant n'a été évoqué pour les investissements prévus, pas plus que les réserves potentielles des deux champs d'hydrocarbures.

Selon l'expert en énergie américain Geoff Porter, cet accord marque "une importante étape pour Sonatrach qui n'a pas attiré de nouvelles compagnies étrangères depuis des années".

 

L'accord de principe "devrait déboucher sur un contrat d'exploration et production" qui réclamera toutefois des négociations susceptibles de "prendre entre 12 et 36 mois", analyse le spécialiste pour l'AFP.

Cet accord "ouvre de nouvelles perspectives de développement du domaine minier algérien et témoigne de la volonté des deux compagnies de parvenir à mettre en place une exploitation responsable et durable des ressources naturelles", s'est réjoui M. Hachichi, cité dans le communiqué.

M. Ardill a insisté sur l'apport par ExxonMobil de "capacités de pointe", estimant que l'accord est une "première étape importante dans la création d'un partenariat qui contribuera à libérer davantage le potentiel de développement des ressources de l'Algérie".

En juin 2023, le quotidien économique américain Wall Street Journal avait évoqué des "négociations avancées" entre Sonatrach d'un côté et les géants américain Exxon et Chevron pour venir "exploiter pour la première fois" les vastes réserves gazières du pays.

Le journal avait fait état de pourparlers concernant des droits d'exploitation de gisements gaziers conventionnels et de gaz de schiste, un gaz naturel contenu dans des roches argileuses dont l'exploitation par fracturation hydraulique est controversée en raison de son impact sur l'environnement. Le WSJ avait évoqué les bassins de Ahnet, Gourara et Berkine.

Le protocole signé jeudi souligne que les études à venir mettront "l'accent sur l'excellence opérationnelle, l'innovation technologique et le respect de l'environnement".

Selon M. Porter, cet accord est "un signe très positif pour l'Algérie", synonyme de succès pour sa stratégie de diversification des investissements dans l'exploration. En outre, "cela montre que les compagnies énergétiques (étrangères) prennent au sérieux le potentiel de l'Algérie pour garantir la sécurité énergétique de l'Europe".

"L'Algérie est importante pour l'Europe, elle a des réserves de gaz et est stable. Le fait qu'Exxon considère que c'est une bonne destination pour ses investissements va être un signal pour d'autres compagnies", a-t-il ajouté.


Luciano Benetton lâche la présidence de l'empire familial

Le président de l'entreprise italienne de vêtements Benetton, Alessandro Benetton, pose le 24 avril 2012 (Photo, AFP).
Le président de l'entreprise italienne de vêtements Benetton, Alessandro Benetton, pose le 24 avril 2012 (Photo, AFP).
Short Url
  • Alessandro Benetton, 60 ans, fils de Luciano Benetton, avait pris en janvier 2022 les rênes de la holding familiale Edizione
  • L'image de la richissime famille avait été ternie après la chute du pont de Gênes

MILAN: Luciano Benetton, cofondateur de l'empire textile éponyme âgé de 89 ans, a annoncé samedi son intention de lâcher la présidence du groupe familial italien, après avoir accusé son directeur général Massimo Renon d'avoir plombé les comptes du groupe.

"J'ai fait confiance et j'ai eu tort. J'ai été trahi au sens propre du terme. Il y a quelques mois, j'ai compris que quelque chose n'allait pas et que l'image du groupe que la direction nous présentait lors des réunions du conseil d'administration n'était pas réelle", a-t-il confié au journal Corriere della Sera.

"Avant de quitter le groupe, j'ai l'intention d'expliquer avec la transparence qui me caractérise ce qui s'est passé sans fuir ma responsabilité", a-t-il assuré.

Selon Luciano Benetton, M. Renon a laissé "un trou de 100 millions d'euros" après quatre années passées à la tête de la célèbre marque de vêtements.

Lors d'un conseil d'administration, "la bombe a éclaté" quand est apparu "soudainement un trou budgétaire dramatique, un choc qui nous laisse sans voix", commente M. Benetton.

"Nous avons perdu quatre ans et cela rend les choses plus difficiles car nous n'avons pas de baguette magique", relève-t-il. "Malheureusement, il y aura des sacrifices à faire", prévient-il.

Redonner vie 

"Le maximum d'efforts sera fait pour retrouver l'énergie des temps meilleurs et redonner vie à cette marque qui représente tant pour notre famille et qui porte notre nom", assure-t-il.

Alessandro Benetton, 60 ans, fils de Luciano Benetton, avait pris en janvier 2022 les rênes de la holding familiale Edizione.

L'image de la richissime famille avait été ternie après la chute du pont de Gênes, géré par l'une de ses filiales, qui a fait 43 morts et braqué les projecteurs sur le mauvais état des infrastructures de transport en Italie.

Pour faire table rase, la famille Benetton a décidé en mars 2023 de changer le nom de son groupe autoroutier et aéroportuaire italien Atlantia, qui s'appelle désormais Mundys.

Créé en 1965 dans le nord-est de l'Italie par quatre frères et soeur, Benetton était connu initialement pour ses petits pulls doux en laine déclinés en de multiples couleurs.

Le succès des "United Colors of Benetton" était ensuite allé grandissant, jusqu'à devenir planétaire entre 1982 et 2000 avec les campagnes publicitaires choc du photographe Oliviero Toscani. Mais la marque a ensuite traversé des périodes plus difficiles.

Luciano Benetton avait repris en 2018 la tête de l'enseigne pour tenter de redresser l'entreprise, mais le recours à Massimo Renon comme directeur général n'a pas donné les résultats escomptés.

"J'avais quitté l'entreprise en 2012 alors qu'elle était en bonne santé, avec un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros et des bénéfices", rappelle M. Benetton.


Le G7 appelle Israël à «garantir» les services aux banques palestiniennes

Le gouverneur de la Banque d'Italie Fabio Panetta (à gauche), le ministre italien de l'Économie et des Finances Giancarlo Giorgetti (à droite) et la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen posent en marge de la réunion des ministres des Finances du G7 à Stresa, le 24 mai 2024. (Photo Gabriel Bouys AFP)
Le gouverneur de la Banque d'Italie Fabio Panetta (à gauche), le ministre italien de l'Économie et des Finances Giancarlo Giorgetti (à droite) et la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen posent en marge de la réunion des ministres des Finances du G7 à Stresa, le 24 mai 2024. (Photo Gabriel Bouys AFP)
Short Url
  • Cet appel survient après la menace brandie cette semaine par Israël de priver les banques palestiniennes d'accès à son propre système bancaire
  • «Couper les banques palestiniennes de leurs homologues israéliennes créerait une crise humanitaire», avait estimé jeudi la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, présente à Stresa

STRESA, Italie : Le G7 Finances réuni en Italie appelle samedi Israël à «garantir» les services bancaires aux banques palestiniennes, de manière à éviter que des transactions vitales en Cisjordanie occupée soient bloquées, selon un projet de communiqué final obtenu par l'AFP.

«Nous appelons Israël à prendre les mesures nécessaires pour garantir que les services bancaires entre les banques israéliennes et palestiniennes restent en place», exhortent les grands argentiers des pays les plus riches du monde dans ce texte.

Cet appel survient après la menace brandie cette semaine par Israël de priver les banques palestiniennes d'accès à son propre système bancaire.

Une menace qui avait suscité de fortes inquiétudes à Washington. «Couper les banques palestiniennes de leurs homologues israéliennes créerait une crise humanitaire», avait estimé jeudi la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, présente à Stresa.

Elle avait précisé avoir écrit au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à ce sujet.

«Ces canaux bancaires sont essentiels pour effectuer des transactions permettant près de huit milliards de dollars d'importations en provenance d'Israël, y compris l'électricité, l'eau, le carburant et l'alimentaire, et facilitent près de deux milliards d'exportations par an dont dépendent les moyens de subsistance des Palestiniens», avait-elle souligné.

Dans son projet de déclaration finale, le G7 Finances demande donc que «les transactions financières vitales et les échanges et services essentiels se poursuivent».

Il demande aussi à Israël de «verser à l'Autorité palestinienne les recettes douanières retenues, compte tenu de ses besoins budgétaires urgents».

Israël collecte en effet des taxes douanières au nom de l'Autorité palestinienne, qu'il est censé lui reverser en vertu des accords d'Oslo signés en 1994.

Or après le 7 octobre, Israël a cessé de reverser l'intégralité de ces recettes douanières, arguant refuser de financer le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007 et qu'elle considère comme une «organisation terroriste».

Les ministres du G7 appellent enfin Israël «à supprimer ou à assouplir les autres mesures qui ont eu un impact négatif sur le commerce, afin d'éviter d'aggraver encore la situation économique en Cisjordanie».