2020 : Le palmarès du Moyen-Orient n’est pas que noir

Short Url
Publié le Jeudi 31 décembre 2020

2020 : Le palmarès du Moyen-Orient n’est pas que noir

  • Le monde arabe connait des percées politiques et conquiert l’espace au cours d'une année accaparée par les nouvelles de la pandémie
  • Les succès diplomatiques et les grands progrès de l'humanité sont tempérés par des catastrophes, des attaques et des assassinats très médiatisés

___________________________________________________

JANVIER
___________________________________________________

Qassem Soleimani tué dans une frappe de drone américain

Quelques jours seulement après le début de la nouvelle année, le Golfe semble au bord de la guerre. Le 3 janvier, le général iranien Qassem Soleimani, commandant de l’unité extraterritoriale d’Al-Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique, est éliminé lors d'une frappe de drone américain près de l'aéroport de Bagdad. L'Iran riposte avec des missiles balistiques qui visent des bases américaines en Irak, mais l’offensive cause le crash accidentel d’un avion commercial ukrainien, tuant les 167 passagers et 9 membres de l’équipage à bord. La confrontation survient après des mois de politiques vexatoires, et qui ont débuté quand les États-Unis se sont retirés de l'accord nucléaire iranien en mai 2018 pour ensuite réimposer des sanctions à Téhéran. (Photo, AFP)

kcg

____________________________________________

FÉVRIER
____________________________________________

La pandémie de la Covid-19 frappe le Moyen-Orient

Le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord ne sont pas épargnés par les ravages de la Covid-19. Les communautés locales font face aux mêmes enjeux médicaux et économiques que le reste du monde, et la santé mentale des individus est soumise aux mêmes défis. Les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) suspendent leurs vols internationaux presque immédiatement, ce qui cause l’effondrement des secteurs des loisirs et de l’hôtellerie dans la région. Même le tourisme religieux n’est pas épargné, ce qui déçoit des millions de pèlerins. Les masques, les désinfectants et la distanciation sociale deviennent rapidement la norme, tandis que les pertes d'emplois, les fermetures d'écoles et le passage aux achats en ligne et au travail à distance altèrent radicalement la fibre de notre vie quotidienne.

Parallèlement, dans les zones en conflit de la région, la pandémie entrave les interventions humanitaires, et rend la vie encore plus difficile pour des millions de familles déplacées. (Photo, SPA)

hf

__________________________________________________

MARS
__________________________________________________

Les missiles houthis continuent de cibler l'Arabie saoudite

Le printemps amène son lot de violence dans la péninsule Arabique, avec Riyad qui intercepte trois missiles balistiques tirés par la milice pro-iranienne des Houthis à partir du Yémen. Deux civils sont légèrement blessés par les débris dans la capitale, alors qu'un missile est abattu au-dessus de la ville méridionale de Jazan. Ces attaques sont les premières de cette envergure à être perpétrées contre le Royaume depuis les doubles frappes dévastatrices contre les installations pétrolières saoudiennes en septembre 2019. John Abizaid, l'ambassadeur américain en Arabie saoudite, s’insurge contre ceux qui prennent des villes pour cibles, tandis que le secrétaire général du CCG, le Dr Naif ben Falah al-Hajraf, dénonce une «attaque terroriste» qui vise non seulement l'Arabie saoudite, mais aussi la sécurité et la stabilité collectives du Golfe. (Photo/AFP)

jg

___________________________________________

AVRIL
___________________________________________

Le Liban légalise le cannabis à des fins médicales

Le Liban devient le premier pays arabe à légaliser la culture du cannabis à des fins médicinales et commerciales. Le Liban en avait auparavant interdit la production, la vente et la consommation de cannabis, rejetant toutes les tentatives de légalisation de sa production. Les attitudes ont vite commencé à changer après que le cabinet de conseil américain McKinsey a vanté la légalisation du cannabis dans une étude sur la manière dont le gouvernement pourrait revitaliser l'économie. En 2018, l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) classe le Liban parmi les cinq plus grands producteurs de cannabis au monde. En 2019, Raed Khoury, alors ministre libanais de l'Économie, affirme que les exportations de marijuana à des fins médicales pourraient générer jusqu'à 1 milliard de dollars de revenus annuels. (Crédit Photo/AFP)

hg

_______________________________________________

MAI
_______________________________________________

Décès de l'acteur et comédien égyptien Hassan Hosny

Hassan Hosny, acteur, comédien et vétéran du cinéma égyptien, décède le 30 mai à l'âge de 88 ans des suites d'une crise cardiaque. Sa carrière dans le théâtre, le cinéma et la comédie s’étend sur plus de cinquante ans, ce qui lui a valu le surnom affectueux de «farceur» du grand écran. Né dans la capitale en 1931, il découvre son amour de la scène à l’école avant de devenir un comédien régulier de la troupe de théâtre militaire dans les années 1960. Il poursuit sa carrière dans d'innombrables films et émissions de télévision, dont Nasser 56 et Al-Nazer, ce qui lui vaut un nombre de prix prestigieux. Hosny est inhumé au cimetière familial au Caire. (Crédit Photo/Social Media /Instagram)

jg

___________________________

JUIN
___________________________

Explosions et incendies en Iran

Toujours sous le choc du meurtre de Soleimani en janvier et aux prises avec l'une des pires pandémies de Covid-19 de la région, l'Iran entame l'été 2020 avec une série d'explosions suspectes dans ses installations d'enrichissement nucléaire, ses sites de missiles, ses centres pétrochimiques et ses centrales électriques ainsi que ses cliniques médicales. Une explosion dans le complexe militaire de Parchin à l'est de Téhéran est balayée par les médias d'État comme un simple incident de stockage de gaz. Plus tard, des incendies éclatent dans une centrale électrique d'Ahvaz ainsi que dans l'installation nucléaire de Natanz, et 19 personnes meurent dans une explosion dans une clinique médicale au nord de Téhéran. Les causes réelles de ces explosions demeurent nébuleuses. (Photo, Reuters)

jgk

_____________________________________________________

JUILLET
_____________________________________________________

Les EAU lancent avec succès une mission d’espoir vers Mars

L’été est ponctué par l’annonce d’une réalisation remarquable: la première mission spatiale arabe sans pilote vers Mars. Le 19 juillet à 21 h 58 UTC, la mission Emirates Mars lance sa sonde spatiale «Hope», ou «Espoir», à partir du centre spatial de Tanegashima au Japon. Elle devrait arriver en orbite autour de la planète rouge en février 2021, date qui coïncide avec le 50e  anniversaire des Émirats arabes unis (EAU), où elle doit étudier les cycles météorologiques et les événements atmosphériques martiens. Une équipe d'experts du Centre spatial Mohammed ben Rashid de Dubaï supervise le circuit de la sonde qui dure sept mois. (Photo, AFP)

jg

__________________________________________________________

AOÛT
__________________________________________________________

L'explosion du port de Beyrouth plonge le Liban dans la souffrance

La tragédie frappe Beyrouth, le 4 août, lorsqu'une explosion massive ravage entièrement le port de la capitale libanaise. L'explosion, provoquée par l'incendie de tonnes de nitrate d'ammonium mal stockées, envoie une gigantesque onde de choc qui déchire la ville. L'explosion est tellement massive qu'elle aurait été entendue à Chypre. Plus de 200 personnes perdent la vie, au moins 6 000 sont blessées, et des milliers d'autres n’ont plus leurs maisons et leurs entreprises. Le pays est en proie depuis quelques temps à une crise bancaire, une agitation sociale, des tensions confessionnelles, et bien sûr, la pandémie. (Photo, AFP)

kh

 

_______________________________________

SEPTEMBRE
_______________________________________

L'accord EAU-Israël annonce une ère de paix

Le début de l'automne nous apprend qu'Israël et les Émirats arabes unis normalisent leurs relations dans le cadre d'un accord décisif négocié par les États-Unis, connu sous le nom des accords d'Abraham. Les ententes similaires suivent rapidemnt, avec Bahreïn et le Soudan. Les tout premiers vols commerciaux entre Tel Aviv et Abu Dhabi sont établis, et une délégation israélienne visite Abu Dhabi en vue de finaliser l’accord. L'administration américaine applaudit les accords, les décrivant comme une percée historique. Les leaders palestiniens continuent de voir dans la normalisation une «trahison» de la cause, et maintiennent la revendication d’un État indépendant calqué sur les frontières de 1967, avec Jérusalem pour capitale. (Photo, AFP)

jgh

___________________________________________________________

OCTOBRE
___________________________________________________________

Le Soudan envisage de mettre fin à la guerre avec les groupes rebelles

Le gouvernement soudanais signe un accord de paix avec 10 groupes d’opposition rebelle du pays, mettant éventuellement fin à dix-sept ans de conflits ethniques et de guerre civile. Les représentants s’entendent après un an de pourparlers lors d'une cérémonie à Juba, la capitale sud-soudanaise. L'accord traite, entre autres, de la propriété territoriale, des indemnisations et des réparations, de la richesse ainsi que du partage du pouvoir et du retour des réfugiés. Après la signature, le Premier ministre soudanais, Abdalla Hamdok, a accueilli les chefs rebelles dans la capitale Khartoum pour une célébration populaire de la fin des hostilités. (Photo, AFP)

jg

______________________________________________

NOVEMBRE
______________________________________________

Riyad accueille le sommet virtuel des leaders du G20

La Covid-19 impose un sommet du G20 virtuel, une première. Sous la présidence de l’Arabie saoudite, le sommet de deux jours, organisé par Riyad jette les bases d’une reprise plus inclusive, résiliente et durable face à la pandémie. La conférence aborde les questions de la protection de l’environnement, l’urbanisme, l’autonomisation des femmes et du progrès technologique. Le thème choisi par la présidence cette année : «Concrétiser les opportunités du XXIe siècle pour tous». Dans ses remarques de clôture aux délégués du sommet, le roi Salmane affirme: «En raison de sa stature unique aux niveaux régional et international… le Royaume ne cesse de jouer un rôle clé au sein du G20 afin de parvenir à une coopération mondiale et trouver des solutions aux défis les plus pressants du monde entier». (Photo, AFP)

jkgk

___________________________________________________

DÉCEMBRE
___________________________________________________

L'Iran exécute un journaliste en pleine crise des sanctions

L'année se termine très mal avec l'exécution du journaliste-activiste Ruhollah Zam par l'État iranien, près d'un an après son enlèvement in Irak par les autorités iraniennes. La lutte pacifique de Zam inspire depuis 2017 des manifestations partout dans le pays contre l'injustice économique, au moment où Téhéran croule sous les sanctions américaines renouvelées. L'homme, âgé de 47 ans et qui résidait à Paris, fait partie des personnalités de l'opposition enlevées à l'étranger par des agents secrets iraniens ces derniers mois. Son exécution survient alors que l'Iran cherche à faire pression sur la France et les autres puissances européennes pour qu'elles sauvent l'accord nucléaire dans les derniers jours de l'administration Trump. (Photo, AFP)

jjl

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

Retrospective: L’année 2020 en images
Par Arab News en Français -
Les gagnants et les perdants du monde des affaires en 2020
Par CORNELIA MEYER -

Barrage sur le Nil: Sissi rejette la politique de «fait accompli» de l'Ethiopie

Une photo publiée par la page Facebook officielle de la présidence égyptienne le 6 mars 2021 montre le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi (à gauche) reçu par le chef du Conseil souverain du Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhan, à Khartoum, la capitale du Soudan (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie mènent depuis près d'une décennie des négociations concernant la gestion et le remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance sur le Nil bleu
  • L'Egypte et le Soudan ont «convenu de relancer les négociations par une médiation quadripartite», a précisé M. Sissi samedi

KHARTOUM: Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a critiqué samedi l'intention de l'Ethiopie de procéder à la seconde phase de remplissage de son mégabarrage sur le Nil, lors de sa première visite au Soudan depuis l'éviction de l'ancien président Omar el-Béchir en 2019.  

« Nous rejetons la politique qui consiste à imposer un fait accompli et à étendre le contrôle sur le Nil bleu via des mesures unilatérales sans tenir compte des intérêts du Soudan et de l'Egypte », a-t-il affirmé dans une déclaration diffusée par la télévision soudanaise.  

Le président égyptien s'exprimait à l'issue d'entretiens avec le chef du Conseil souverain de transition soudanais, le général Abdel Fattah al-Burhane, et avec le Premier ministre Abdallah Hamdok.  

Le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie mènent depuis près d'une décennie des négociations concernant la gestion et le remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance sur le Nil bleu.  

Le projet lancé en 2011 est destiné à devenir la plus grande installation hydroélectrique d'Afrique.  

L'Egypte, qui dépend du Nil pour environ 97% de son irrigation et de son eau potable, considère le barrage comme une menace pour son approvisionnement en eau.  

Le Soudan espère que le barrage régulera les inondations annuelles mais craint que ses propres barrages ne soient endommagés si la seconde phase du remplissage est enclenchée avant de parvenir à un accord.  

Addis Abeba, qui avait annoncé en juillet avoir atteint son objectif de remplissage du barrage pour la première année, dit vouloir poursuivre le processus de remplissage, qu'un accord soit conclu ou non. 

L'Egypte et le Soudan ont « convenu de relancer les négociations par une médiation quadripartite incluant l'Union africaine, les Nations unies, l'Union européenne et les Etats-Unis... afin de parvenir à un accord avant la saison des inondations », a précisé M. Sissi samedi.  

Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, actuellement à la tête de l'Union africaine, s'était engagé le 7 février à chercher une solution au contentieux.  

Le Nil, qui coule sur quelque 6.000 kilomètres, est une source d'approvisionnement en eau et en électricité essentielle pour une dizaine de pays d'Afrique de l'Est. 


Turquie: le ministre de la Défense à des manœuvres navales en mer Egée

Le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, lors d'une conférence de presse au ministère à Ankara le 13 janvier 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces manœuvres se déroulent dans un contexte de tensions gréco-turques autour de l'exploration gazière dans des zones maritimes disputées
  • La Turquie a déployé en 2020 l'Oruc Reis et une escorte de navires de guerre dans les eaux disputées

ISTANBUL: Le ministre Turc de la Défense Hulusi Akar, accompagné de hauts gradés de l'armée, a rejoint samedi en hélicoptère un navire d'exploration turc en mer Egée pour assister à des manœuvres navales, a annoncé le ministère de la Défense. 

Ces manœuvres se déroulent dans un contexte de tensions gréco-turques autour de l'exploration gazière dans des zones maritimes disputées. 

M. Akar et les officiers supérieurs sont arrivés à bord du navire Oruc Reis en hélicoptère, a précisé le ministère de la Défense. 

La Turquie a déployé en 2020 l'Oruc Reis et une escorte de navires de guerre dans les eaux disputées. En dépit des mises en garde de l'Union européenne et de la Grèce, Ankara a organisé ces derniers mois plusieurs missions d'exploration gazière dans des eaux grecques, provoquant une crise diplomatique. 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a assuré samedi que la Turquie ne renoncerait pas à ses droits en Méditerranée orientale, dans une vidéo adressée aux participants de ces exercices militaires baptisés Patrie Bleue, qui se déroulent depuis 25 février et jusqu'à dimanche. 

La Turquie avait commencé à organiser ces exercices de grande ampleur en 2019 afin des tester ses capacités de combat en mer Egée et en Méditerranée orientale. Mais elle avait dû les reporter en 2020 en raison de la crise sanitaire. 

Les manoeuvres Patrie Bleue 2021 sont conduites d'une manière « plus puissante et mieux organisée », s'est félicité M. Erdogan. « Nous avons la possibilité de constater les compétences et les capacités de notre armée », a-t-il poursuivi. 

Le président turc a affirmé que la Turquie ne convoitait « le territoire, les eaux ou la souveraineté d'aucun pays ». « Nous tentons seulement de protéger notre patrie et nos droits », a-t-il assuré. 


La coalition arabe intercepte et détruit des drones lancés par les Houthis vers des régions en Arabie Saoudite

Le colonel Al-Maliki affirme que la coalition a mis en place des mesures visant à protéger les civils, conformément au droit humanitaire international (Photo, AFP).
Short Url
  • Le porte-parole de la coalition arabe, le colonel Turki Al-Maliki, a déclaré que la coalition avait détruit huit drones au cours des dernières 24 heures
  • Les attaques menées récemment par la milice Houthi ont fait l'objet d'une série de condamnations de la part de plusieurs pays arabes

DUBAÏ: Samedi, la coalition arabe a intercepté et détruit deux drones lancés par la milice Houthi en direction de Jazan et de Khamis Mushait en Arabie Saoudite, selon l'agence de presse officielle SPA.

Le porte-parole de la coalition, le colonel Turki Al-Maliki, a déclaré que le nombre de drones détruits par la coalition au cours des dernières 24 heures s'élevait à huit.

Selon lui, en cherchant à attaquer les civils de manière délibérée et systématique, la milice soutenue par l'Iran commet des crimes de guerre.

Le colonel Al-Maliki affirme que la coalition a mis en place des mesures visant à protéger les civils, conformément au droit humanitaire international.

Vendredi dernier, la coalition a intercepté et détruit six drones lancés par les Houthi et qui ciblaient la ville de Khamis Mushayt, au sud-ouest de l'Arabie Saoudite.

En effet, les attaques menées récemment par les Houthis ont fait l'objet d'une série de condamnations de la part de pays tels que les EAU, l'Egypte, le Bahreïn et la Jordanie, qui ont exprimé leur soutien inconditionnel au Royaume dans sa lutte contre la milice.

Le ministère des Affaires étrangères du Koweït a lui aussi fait valoir que ces crimes persistants viennent témoigner de la montée dangereuse de la milice Houthi et de sa volonté de perturber la sécurité de l'Arabie saoudite et de miner la stabilité dans la région.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.