Stanislas rappelé à l'ordre sur un «contournement» des règles de Parcoursup

Cette photographie prise le 18 janvier 2024 montre une vue de la façade de l'Ecole Alsacienne, à Paris. (Photo par Thomas Samson AFP)
Cette photographie prise le 18 janvier 2024 montre une vue de la façade de l'Ecole Alsacienne, à Paris. (Photo par Thomas Samson AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 21 janvier 2024

Stanislas rappelé à l'ordre sur un «contournement» des règles de Parcoursup

  • Des études montrent que la perception qu’ont les parents de la composition sociale d’un établissement est importante dans la décision d’y inscrire leur enfant, selon le chercheur Youssef Souidi, spécialiste des inégalités scolaires
  • L’Alsacienne est un établissement privé mais laïque d’abord et dans lequel il y a un rapport assez lâche à l’autorité. Stanislas, à l’inverse, est un établissement catholique, dont on apprend qu’il rend obligatoire les cours d’enseignement religieux

PARIS : L'établissement scolaire privé Stanislas a été rappelé à l'ordre par le ministère de l'Enseignement supérieur sur un "contournement" des règles de Parcoursup, a-t-on appris dimanche, confirmant des informations de Mediapart, qui affirme que le fils de la ministre de l'Education est concerné.

Un rapport dévoilé cette semaine par le média en ligne relève qu'à Stanislas, "certains élèves sont incités à renoncer à leurs autres voeux dans Parcoursup" en échange de la "garantie d'être admis" en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE).

Le rapport relève que la pratique est "très isolée" parmi les lycées ayant des CPGE: "En 2023, sur plus de 600.000 lycéens ayant formulé des voeux dans Parcoursup, il y a seulement 41 candidats qui n'ont fait qu'un seul voeu" pour une CPGE dans l'établissement où ils sont en terminale et "38 sont des élèves de Stanislas".

Selon Mediapart, le fils aîné de la ministre de l'Education nationale, Amélie Oudéa-Castéra, dans la tourmente depuis plus d'une semaine, figure parmi ces 38 élèves.

Le ministère de l'Enseignement supérieur a fait savoir dimanche qu'à l'issue de ses investigations l'inspection générale "a adressé en août un courrier faisant état de ce contournement".

Un courrier a été adressé le 17 janvier à Stanislas "pour lui rappeler ses engagements" à respecter la charte de Parcoursup, notamment de "respect des principes de +Liberté d’expression des vœux émis et de choix des propositions d’admission+ et de +non-discrimination, d’égalité de traitement, d’équité et de transparence+", précise le ministère.

"Il a été demandé au chef d’établissement de confirmer que toutes les dispositions sont prises en ce sens au sein de son établissement pour la session 2024 qui s’ouvre", a poursuivi le ministère qui ajoute qu'il "appréciera les actions à conduire en regard des réponses du chef d'établissement".

Il y’a de «la place»

Le directeur de Stanislas Frédéric Gautier a affirmé dimanche sur BFMTV que les élèves de l'établissement décidaient "eux-mêmes" du choix qu'ils font.

"Il y a largement de la place pour tous les autres élèves qui veulent postuler, donc il n'y a pas de délit d’initié", a-t-il poursuivi.

"S'il faut faire autrement, nous ferons autrement, mais nous n'avons pas le sentiment de léser les élèves qui viennent de l'extérieur ni de tromper nos propres élèves", a-t-il insisté.

Sollicité par l'AFP, l'entourage de Mme Oudéa-Castéra a rappelé qu'elle "fait l'objet d'un déport concernant les actes relatifs à l'établissement Stanislas". Dans une réponse fournie à Médiapart, il a fait savoir que "comme d'autres familles", celle de la ministre "a suivi la procédure prévue par Stanislas et chacune des étapes prévues par Parcoursup".

Interrogée dimanche dans l'émission "Questions politiques" (France Inter, FranceinfoTV et Le Monde) sur le fait de savoir si Mme Oudéa-Castéra était trop fragilisée pour rester à son poste, la ministre déléguée à l'Egalité hommes/femmes Aurore Bergé a assuré ne pas voir "pourquoi elle n'aurait pas la possibilité de rester".

"A un moment, il faut qu'on arrête avec ce sujet là", a lancé Mme Bergé, jugeant "insupportable" d'aller "fouiller dans l'intimité des familles".


Macron pour l'interdiction du téléphone «avant 11 ans» et des réseaux «avant 15 ans»

Le projet d'instaurer une majorité numérique à 15 ans figurait déjà dans le programme de la majorité présidentielle pour les européennes (Photo, AFP).
Le projet d'instaurer une majorité numérique à 15 ans figurait déjà dans le programme de la majorité présidentielle pour les européennes (Photo, AFP).
Short Url
  • Rendre obligatoire l'adoption de ces outils nécessiterait de faire peser cette responsabilité légale sur les applications ou les parents
  • Les échanges avaient porté sur les moyens de contrôle de cette majorité numérique et du consentement parental pour les mineurs de 13 et 14 ans

PARIS: Emmanuel Macron s'est prononcé pour l'interdiction du téléphone "avant 11 ans" et des réseaux sociaux "avant 15 ans", dans la ligne du rapport remis au président par une commission d'experts sur l'impact de l'exposition des jeunes aux écrans.

"Tous les experts le disent, l'addiction aux écrans est le terreau de toutes les difficultés: harcèlement, violence, décrochage scolaire", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse pour lancer la campagne des élections législatives anticipées après la dissolution.

"Il faut un âge pour la majorité numérique, ça protège", a-t-il ajouté.

Le projet d'instaurer une majorité numérique à 15 ans figurait déjà dans le programme de la majorité présidentielle pour les européennes.

Lors de son discours sur l'Europe à la Sorbonne au mois d'avril, Emmanuel Macron avait défendu l'idée "(d') une Europe de la majorité numérique à 15 ans", avec, avant cet âge, un contrôle parental sur l'accès aux réseaux sociaux.

Mais, l'aspect pratique d'implémenter une telle mesure reste à définir: en avril, la Secrétaire d'état en charge du Numérique, Marina Ferrari, avait réuni à Bercy les acteurs du secteur pour discuter notamment d'une solution technique pour contrôler l'âge des internautes souhaitant accèder à certains sites.

Les échanges avaient porté sur les moyens de contrôle de cette majorité numérique et du consentement parental pour les mineurs de 13 et 14 ans.

Application 

L'application au niveau européen pose également question: dans une lettre envoyée mi-août, le commissaire européen Thierry Breton avait notamment reproché au gouvernement d'avoir adopté une loi visant à instaurer une majorité numérique à 15 ans, lui semblant "contredire" le cadre européen.

En France, des outils de limitation du temps d'écran pour les mineurs sont déjà disponibles sur certaines applications ou téléphones, et sont d'ailleurs listés sur un site gouvernemental.

Les parents peuvent ainsi limiter le temps passé sur les réseaux sociaux Instagram ou TikTok, définir une limite de connexion en ligne sur les iPhone ou les consoles Nintendo, ou installer une application de contrôle parental développée par Google, permettant de restreindre la durée globale en ligne ou par application.

Meta a, de son côté, introduit une fonctionnalité "Notification tardive" qui apparaît "automatiquement" sur le compte Instagram des utilisateurs mineurs en cas d'utilisation entre 22H00 et 4H00, pour les encourager à fermer l'application.

Rendre obligatoire l'adoption de ces outils nécessiterait de faire peser cette responsabilité légale sur les applications ou les parents.

"Techniquement, l'Etat pourrait demander aux applications de bloquer l'accès à partir d'un certain temps", avait indiqué en janvier Olivier Ertzscheid, maître de conférences en Sciences de l'information et de la communication, à l'AFP. Il avait ajouté que la question serait davantage celle du fondement juridique et de l'acceptabilité sociale d'une telle obligation. "Ce type de mesure serait inédit dans un pays européen démocratique".


France : des familles inquiètes du retard de fouilles pour retrouver des tombes d'enfants harkis

Cette photo prise le 7 août 2020 montre la stèle du cimetière des Harkis du camp de Rivesaltes, à Rivesaltes, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Cette photo prise le 7 août 2020 montre la stèle du cimetière des Harkis du camp de Rivesaltes, à Rivesaltes, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • A l'ancien camp harki de Rivesaltes, sur les au moins 146 personnes décédées, 101 sont des enfants, dont 86 avaient moins d'un an
  • Soixante corps - dont ceux de 52 bébés - auraient été inhumés dans le cimetière de fortune du camp

PARIS: "Notre famille attend depuis 60 ans de pouvoir faire son deuil, alors il faudrait que les recherches s'accélèrent", lâche Ali, fils de Harki qui recherche inlassablement le lieu d'inhumation de son jumeau, décédé bébé lors du passage de sa famille dans un camp où étaient parqués des Harkis en France.

Comme plusieurs familles interrogées par l'AFP, il s'inquiète du retard de fouilles pour localiser un cimetière de fortune d'enfants harkis à Rivesaltes (sud), pourtant annoncées par le gouvernement à l'automne 2023.

Les Harkis - ces Français musulmans majoritairement recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant la guerre d'indépendance algérienne (1954-1962) - ont été abandonnés par la France à la fin du conflit.

Environ 90.000 d'entre eux et leurs familles ont fui les massacres de représailles en Algérie et ont été accueillis en France entre 1962 et 1965. Plusieurs dizaines de milliers de personnes furent parquées dans des "camps de transit et de reclassement" gérés par l'armée, aux conditions de vie déplorables et théâtre d'une surmortalité infantile.

Dans plusieurs régions de France, des dizaines de bébés ont été enterrés sans sépulture décente par leurs proches ou des militaires, dans les camps harkis ou à proximité, selon des historiens et les témoignages de familles révélés dans une enquête AFP en 2020. Avec le temps, ces cimetières sauvages ont été abandonnés.

Des fouilles historiques, décidées par l'Etat et lancées en 2022 sur un terrain militaire dans le Gard (sud), ont permis en mars 2023 d'y localiser un cimetière de fortune de dizaines d'enfants morts dans des camps harkis voisins.

A l'ancien camp harki de Rivesaltes, sur les au moins 146 personnes décédées, 101 sont des enfants, dont 86 avaient moins d'un an. Soixante corps - dont ceux de 52 bébés - auraient été inhumés dans le cimetière de fortune du camp.

Une stèle commémorative recensant les 146 noms a été érigée, mais pour les familles, ce n'est pas "suffisant".

Ali Amrane, 61 ans, confie vivre avec le "fantôme" de son jumeau Omar depuis sa naissance. Sa mère était enceinte quand elle a dû fuir l'Algérie à 28 ans avec son mari harki. En novembre 1962, elle accouche sous une tente du "camp Joffre" qui abrite des Harkis à Rivesaltes. Les bébés sont placés sous couveuse mais Omar décède en janvier 63. Il sera enterré quelque part dans le camp.

En octobre 2023, l'Etat a annoncé que des fouilles étaient prévues afin d'"identifier l'emplacement" du cimetière dans ce camp, où "près de 21.000 Harkis et leurs familles" ont été hébergés "dans des conditions indignes" entre 1962 et 1964, indiquait un communiqué du ministère des Armées.

Mais ces opérations n'ont toujours pas débuté.

En attente de «vérité»

Deux arrêtés préfectoraux, de 2012 et 2013, encadrent toute intervention sur le site en raison de la présence d'espèces protégées, dont plusieurs reptiles.

Interrogé par l'AFP, le secrétariat d'Etat aux Anciens combattants a assuré "suivre le dossier de près".

"Avant de débuter les fouilles, il est nécessaire d'obtenir toutes les autorisations administratives. C'est un sujet complexe, elles peuvent prendre du temps", fait-il valoir.

"On est sensible à la protection de l'écologie et de la vie animale... mais il y a quand même des familles derrière tout cela et on attend depuis 60 ans que la vérité soit faite", plaide M. Amrane.

"L'Etat évoque des +complications administratives et écologiques+, nous dit que c'est une zone protégée à cause d'un lézard ocellé et de la couleuvre de Montpellier: comment cela peut-il être une priorité par rapport à 146 corps sous terre depuis les années 60 ?", interpelle Ghalia Thami, 70 ans.

Elle avait huit ans quand son frère Senoussi, âgé de quatre jours, est décédé subitement. Sa mère venait d'accoucher en mars 1963, sous une tente. L'enfant a été inhumé quelque part dans le camp. "Mon père était revenu les mains vides et on s'est murés dans le silence sur ce traumatisme", confie-t-elle.

Ghalia ne comprend pas que l'Etat ait "occulté cette histoire et laissé à l'abandon ce cimetière". Elle souhaite qu'il soit "retrouvé et sanctuarisé, pour pouvoir honorer la mémoire des défunts".

Djamilla, 44 ans, recherche elle aussi la confirmation du dernier lieu d'inhumation de son oncle Abdelkader Attout, un Harki de 21 ans décédé en 1963 après avoir été percuté par un autobus dans le camp de Rivesaltes.

"Un document nous atteste" qu'il a été enterré dans le cimetière du camp, dit-elle. Mais au début des années 2000, sa stèle a été retrouvée au cimetière de la ville de Rivesaltes, suscitant l'incompréhension de la famille qui a écrit de nombreux courriers aux autorités.

"C'est usant pour mes oncles et ma mère, déjà épuisés par le déracinement; ça serait bien que cette histoire soit clôturée avant qu'ils ne partent...". Elle réclame de la "dignité vis-à-vis d'un défunt et de quelqu'un qui a servi la France".


Marine Le Pen et ses alliés se réunissent à Bruxelles après les européennes

Marine Le Pen s'exprime lors d'une interview au journal télévisé du soir de TF1, à Boulogne-Billancourt, près de Paris, le 10 juin 2024. (AFP)
Marine Le Pen s'exprime lors d'une interview au journal télévisé du soir de TF1, à Boulogne-Billancourt, près de Paris, le 10 juin 2024. (AFP)
Short Url
  • A Paris, le RN a confirmé mercredi cette réunion à huis clos des chefs de partis membres du groupe ID ainsi que la présence de Mme Le Pen
  • Forts du succès du RN lors des européennes, avec plus de 31% de voix obtenues, ces partis souhaitent désormais peser davantage dans les choix européens

ROME: Les chefs de plusieurs partis d'extrême droite, dont Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (RN) en France et Matteo Salvini, chef de la Ligue en Italie, se réunissent mercredi à Bruxelles pour faire le point après les élections européennes.

"Les leaders du groupe ID se retrouvent à Bruxelles pour faire le point sur la situation après les élections européennes", a écrit la Ligue dans un message publié mardi soir sur Whatsapp.

A Paris, le RN a confirmé mercredi cette réunion à huis clos des chefs de partis membres du groupe ID ainsi que la présence de Mme Le Pen.

Le groupe Identité et démocratie (ID) compte actuellement sept partis et 59 députés et a fait jusqu'à présent l'objet "d'un cordon sanitaire" du reste du Parlement européen en raison de ses positions anti-islam, anti-immigrés, anti-UE ou anti-environnement de ses membres.

Forts du succès du RN lors des européennes, avec plus de 31% de voix obtenues, ces partis souhaitent désormais peser davantage dans les choix européens.

"C'est la première réunion politique significative (...) et le souhait de Matteo Salvini, qui verra les alliés, en commençant par Marine Le Pen, est de créer la base d'une large alliance de centre-droit sans les socialistes et les éco-extrémistes", précise la Ligue, ajoutant que la réunion aura lieu dans l'après-midi.

L'extrême droite est sortie renforcée des élections européennes qui se sont achevées dimanche mais elle reste divisée au sein du Parlement européen en deux groupes, ID et Conservateurs et réformistes (ECR), le rapprochement restant très incertain en raison de leurs importantes divergences, en particulier sur la Russie.

Deux sondages publiés lundi donnent le RN à 33%-34% des intentions de vote pour les législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet, soit plus de 15 points de plus qu'il y a deux ans, offrant la possibilité pour la première fois à l'extrême droite d'arriver au pouvoir en France, ce qui renforcerait considérablement la position de Mme Le Pen en Europe.

La Ligue anti-migrants de Matteo Salvini qui avait pris 34% des suffrages lors des européennes de 2019 a recueilli lors du dernier scrutin seulement 9% des votes.