Un nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens

Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
Short Url
Publié le Lundi 29 janvier 2024

Un nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens

Nombre record de femmes élues au conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens (Photo, Fournie).
  • Vingt candidats se sont qualifiés et ont participé à l'élection. Sur les 13 vainqueurs, six étaient des femmes
  • Tous les candidats retenus étaient membres de la coalition «Future»

RIYAD : Près de la moitié des nouveaux membres du conseil d'administration de l'Association des journalistes saoudiens élus dimanche sont des femmes, une première pour cet organisme de professionnels des médias créé il y a 21 ans. 

Tous les candidats retenus étaient membres de la coalition «Future» récemment formée, qui a remporté une victoire écrasante face à la concurrence de journalistes indépendants et d'autres listes d'opposition. Cette coalition est composée de rédacteurs en chef, de rédacteurs adjoints et de journalistes seniors des principaux journaux et médias du royaume. 

Vingt candidats se sont qualifiés et ont participé à l'élection. Sur les 13 vainqueurs, six étaient des femmes : Noor Nugali, rédactrice en chef adjointe d'Arab News, Thekra AlAtyouni de la Saudi Broadcast Authority, Lama AlShethry, rédactrice en chef du magazine Sayyidaty, Fatima Aloufi, responsable des médias du ministère saoudien des sports, Bushra AlRabia, du Saudi Government Communication Center, et Mai Alsharif, rédactrice en chef adjointe d'Independent Arabia. 

Les sept autres lauréats sont Adhwan Alahmari, rédacteur en chef d'Independent Arabia, Faisal J. Abbas, rédacteur en chef d'Arab News, Mamdouh AlMuhaini, directeur général d'Al Arabiya, Hamed AlShehri, rédacteur en chef de Saudipedia, Zaid bin Kami, rédacteur en chef adjoint d'Asharq AlAwsat, Ali AlHazimi, rédacteur en chef de Sabq, et Mohammed Albishi, rédacteur en chef d'Al-Eqtisadiya. Les 13 membres du conseil d'administration auront un mandat de quatre ans.

Après l'élection, le nouveau conseil d'administration s'est réuni au siège de l'association à Riyad et a élu à l'unanimité Adhwan Alahmari président, Faisal J. Abbas vice-président et Alrabiah trésorier.

Le mandat de la coalition est d'améliorer le statut des journalistes saoudiens, de faire pression pour obtenir de meilleurs salaires et droits et de leur fournir la formation et les outils nécessaires pour améliorer le niveau du journalisme saoudien. 

Le conseil d'administration présentera sa vision lors de la prochaine réunion afin d'élaborer une stratégie de travail qui reflète les principaux objectifs de l'association.

Lancée en 2003, l'association est un syndicat indépendant de professionnels des médias.

Le précédent président du conseil d'administration, Khalid Al-Malik, est le rédacteur en chef de longue date du journal Al-Jazirah, il est considéré comme le doyen des journalistes saoudiens.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite se félicite de l'accord conclu entre les parties yéménites en vue de lever les sanctions économiques

Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Short Url
  • Les autorités yéménites et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de la compagnie Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire d'autres vols.
  • Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

RIYADH : l'Arabie saoudite a salué mercredi une déclaration de l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen au sujet d'un accord entre le gouvernement internationalement reconnu du pays et les Houthis pour lever les sanctions économiques.

Hans Grundberg, l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, a déclaré mardi que les deux parties avaient convenu d'atténuer les hostilités économiques en annulant les mesures les plus récentes prises à l'encontre des banques dans les zones contrôlées par l'autre partie et s'étaient engagées à mettre fin à toutes les mesures de ce type à l'avenir.

Elles ont également convenu d'augmenter la fréquence des vols de la compagnie nationale Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et d'introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. En outre, les deux parties discuteront des questions administratives, technologiques et budgétaires liées à la compagnie aérienne.

Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

Le Royaume espère que l'accord contribuera au dialogue entre les parties yéménites sous les auspices du Bureau de l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen afin de résoudre toutes les questions économiques et humanitaires et de parvenir à une solution politique globale à la crise yéménite dans le cadre de la feuille de route visant à soutenir le processus de paix au Yémen.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Netanyahu devant le Congrès à un moment critique pour Gaza

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prononce mercredi un discours devant le Congrès américain, où il s'efforcera de faire pression sur les Etats-Unis dans un contexte tendu entre les deux pays alliés après neuf mois de guerre à Gaza. (Reuters)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prononce mercredi un discours devant le Congrès américain, où il s'efforcera de faire pression sur les Etats-Unis dans un contexte tendu entre les deux pays alliés après neuf mois de guerre à Gaza. (Reuters)
Short Url
  • La visite du dirigeant israélien à Washington intervient en pleine effervescence politique aux Etats-Unis
  • Il doit s'exprimer devant les deux chambres réunies en session spéciale à partir de 18H00 GMT

WASHSINGTON: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prononce mercredi un discours devant le Congrès américain, où il s'efforcera de faire pression sur les Etats-Unis dans un contexte tendu entre les deux pays alliés après neuf mois de guerre à Gaza.

La visite du dirigeant israélien à Washington intervient en pleine effervescence politique aux Etats-Unis, entre la tentative d'assassinat de Donald Trump, le retrait de Joe Biden de la course à la Maison Blanche et l'entrée en scène de la vice-présidente Kamala Harris qui brigue désormais l'investiture du Parti démocrate pour l'élection de novembre.

Benjamin Netanyahu a déjà eu l'occasion de s'immiscer dans la politique américaine: en 2015, il s'était appuyé sur le Congrès pour tenter de forcer la main du président Barack Obama contre la conclusion d'un accord nucléaire avec l'Iran.

C'est d'ailleurs la quatrième fois - un record pour un dirigeant étranger - que M. Netanyahu s'adressera au Congrès, généralement réservé aux dirigeants en visite d'Etat.

Il doit s'exprimer devant les deux chambres réunies en session spéciale à partir de 18H00 GMT.

Jeudi, il rencontrera à la Maison Blanche le président Joe Biden, avec lequel il entretient des relations notoirement compliquées. M. Netanyahu se rendra ensuite vendredi à la résidence Mar-a-Lago en Floride, à l'invitation de Donald Trump, les deux hommes disant s'entendre à merveille.

Fait notable: ce n'est pas à l'invitation de la Maison Blanche que M. Netanyahu est à Washington mais à celle des chefs parlementaires républicains, auxquels se sont joints malgré eux les chefs démocrates.

Il est aussi question d'une rencontre avec Kamala Harris. La vice-présidente américaine sera absente mercredi du Congrès: elle a argué de contraintes d'emploi du temps, malgré le fait que, selon le protocole, c'est à elle de présider la séance.

« Pas le bienvenu »

C'est que la visite du Premier ministre israélien, arrivé lundi à Washington, sème la pagaille et pas seulement dans les rues de la capitale.

De nombreux élus démocrates sont vent debout contre le dirigeant de droite israélien, condamnant sa conduite de la guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza qui s'est traduite par des milliers de morts palestiniens. Ils ont annoncé un boycott du discours au Congrès.

"Non, Netanyahu n'est pas le bienvenu au Congrès américain", a écrit sur le réseau X le sénateur de gauche Bernie Sanders.

Le président républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, a prévenu qu'il ne tolérerait aucune manifestation d'opposition lors du discours.

Quelque 200 manifestants juifs contre la guerre ont été interpellés mardi dans l'enceinte du Capitole, signe de la forte tension régnant dans la capitale américaine à l'aube de cette visite controversée.

Préparer l'après-guerre

Les Etats-Unis sont le premier allié et principal soutien militaire d'Israël.

Mais l'administration Biden s'est agacée ces derniers mois des conséquences de la riposte israélienne à l'attaque menée le 7 octobre sur son sol par le Hamas, qui a déclenché la guerre à Gaza, insistant sur la protection des civils et l'entrée de l'aide humanitaire.

Washington est allé jusqu'à suspendre la livraison de certains types de bombes - sans pour autant cesser son soutien -, provoquant la colère du gouvernement israélien.

M. Netanyahu devrait profiter de la tribune du Congrès pour défendre son objectif d'éliminer le Hamas et insister sur la menace de l'Iran, après l'attaque sans précédent contre Israël le 13 avril. Histoire d'exiger des Etats-Unis qu'ils lui donnent ce dont il a besoin pour terminer la guerre.

Pour l'heure, la priorité du président américain est plutôt de presser M. Netanyahu à conclure un accord de cessez-le-feu avec le Hamas, au moment où certains observateurs le soupçonnent de traîner des pieds sous la pression des membres d'extrême droite de son gouvernement.

Il s'agit aussi pour Washington de préparer la période d'après-guerre. Et là, le fossé entre les deux gouvernements est béant, notamment sur la perspective de créer un Etat palestinien.

Le 7 octobre, des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël ont mené une attaque qui a entraîné la mort de 1.197 personnes, essentiellement des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza, dont 44 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, Israël a lancé une campagne aérienne puis terrestre contre le territoire pauvre et surpeuplé, qui a fait jusque-là 39.090 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.


Au Yémen, le raid israélien aggrave encore la situation environnementale

A man takes pictures of a raging fire at oil storage tanks a day after Israeli strikes on the port of Yemen's Huthi-held city of Hodeida on July 21, 2024.
A man takes pictures of a raging fire at oil storage tanks a day after Israeli strikes on the port of Yemen's Huthi-held city of Hodeida on July 21, 2024.
Short Url
  • Le 20 juillet, Israël a mené un raid aérien - le premier revendiqué au Yémen - sur le port stratégique de Hodeida, principal point d'entrée de divers produits et de l'aide humanitaire pour les zones sous contrôle des rebelles.
  • Une traînée de pétrole de 220 kilomètres a été repérée près du site de la frappe, menaçant le sanctuaire marin de Farasan au large du Yémen et de l'Arabie saoudite, selon le CEOBS.

DUBAÏ : Emissions toxiques et fuites de carburant: les récentes frappes israéliennes contre un port du Yémen tenu par les rebelles houthis sont venues aggraver la pollution dans une zone déjà touchée par des marées noires et des déversements de produits chimiques, selon des défenseurs de l'environnement.

Le 20 juillet, Israël a mené un raid aérien - le premier revendiqué au Yémen - sur le port stratégique de Hodeida, principal point d'entrée de divers produits et de l'aide humanitaire pour les zones sous contrôle des rebelles. Il a été mené deux jours après une attaque de drone des Houthis sur Tel-Aviv qui a fait un mort.

Depuis novembre, les rebelles soutenus par l'Iran mènent des attaques contre des navires présentés comme liés à Israël au large du Yémen, en "soutien" aux Palestiniens dans la guerre à Gaza, et ont aussi tiré des missiles contre des villes israéliennes, dont la plupart ayant été interceptés.

L'attaque israélienne de samedi, qui a fait neuf morts et des dizaines de blessés, selon un dernier bilan officiel, a provoqué d'énormes incendies qui ont dévoré une bonne partie des stocks de carburant des Houthis.

"L'incendie et les déversements associés ont généré des émissions dangereuses dans l'air et une contamination substantielle du sol", avec un impact "probable" sur le milieu marin, a noté l'ONG britannique Conflict and Environment Observatory (CEOBS) qui étudie les conséquences des conflits sur l'environnement.

Le raid a entraîné "une importante marée noire venant des réservoirs de carburant en feu", a indiqué pour sa part dans un communiqué l'organisation de défense des droits humains Mwatana, une ONG yéménite qui a envoyé une équipe sur place.

Après près d'une décennie de guerre entre les Houthis et le gouvernement soutenu par l'Arabie saoudite, le Yémen, l'un des pays de la région les plus vulnérables au changement climatique, souffre déjà d'une grave pollution de l'air et de l'eau, d'après un rapport publié en mars par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

- Risque pour "des millions" de personnes -

Wim Zwijnenburg, de l'ONG néerlandaise PAX qui oeuvre pour la paix dans le monde, a affirmé que les frappes israéliennes ont entraîné "la combustion d'au moins des dizaines de milliers de litres de pétrole".

Sur la base d'images du satellite européen Sentinel-2, l'expert a indiqué que l'attaque a provoqué des "déversements localisés" de carburant autour du port.

Les communautés de pêcheurs du pays le plus pauvre de la péninsule arabique dépendent largement de la mer pour survivre et la pollution côtière "risque d'affecter des millions de personnes", a alerté Farah Al Hattab, de Greenpeace Moyen-Orient.

Avant ce raid, les attaques des Houthis en mer Rouge et dans le golfe d'Aden avaient déjà provoqué une pollution significative.

Récemment, un pétrolier battant pavillon libérien a laissé échapper du carburant après avoir été touché par une frappe des rebelles à environ 180 kilomètres au nord-ouest de Hodeida.

Une traînée de pétrole de 220 kilomètres a été repérée près du site de la frappe, menaçant le sanctuaire marin de Farasan au large du Yémen et de l'Arabie saoudite, selon le CEOBS.

L'ONG a estimé qu'au moins 500 barils de pétrole se sont déversés en mer, ajoutant que la nappe était visible six jours après l'attaque et qu'elle menaçait des coraux et des écosystèmes marins.

Quelques mois plus tôt un autre navire, le Rubymar, battant pavillon du Belize, touché par les Houthis, a coulé avec sa cargaison de 21.000 tonnes d'engrais à base de sulfate de phosphate d'ammonium après avoir laissé échapper du carburant.

Ces épisodes sapent les efforts internationaux visant à éviter une catastrophe environnementale au Yémen.

L'année dernière, les Nations unies ont réussi à transférer sur un autre navire les 1,14 million de barils de pétrole brut du FSO Safer, un pétrolier de 48 ans abandonné sans entretien alors que les combats faisaient rage au Yémen, évitant ainsi la menace immédiate d'un déversement massif.