Le logement, secteur essentiel en crise profonde

Un sans-abri écoute une radio distribuée par les membres de l'association "Les Enfants du Canal", dans une rue de Paris, le 21 décembre 2012. (Photo Mehdi Fedouach AFP)
Un sans-abri écoute une radio distribuée par les membres de l'association "Les Enfants du Canal", dans une rue de Paris, le 21 décembre 2012. (Photo Mehdi Fedouach AFP)
Short Url
Publié le Lundi 29 janvier 2024

Le logement, secteur essentiel en crise profonde

  • «Sur 330.000 personnes sans domicile, 30% ont un travail. C'est bien le logement aujourd'hui qui est le facteur d'exclusion, et non plus le travail», souligne Loïc Cantin, président de la Fédération nationale de l'immobilier
  • Depuis 2022, les dix hausses des taux directeurs de la BCE ont accru les problèmes. Parmi eux, le déclin continu de la production de logements sociaux depuis 2018

PARIS : Hausse du nombre d'enfants à la rue, étudiants renonçant à leurs études faute de logement, salariés contraints de dormir dans leur voiture, acheteurs ne pouvant plus acheter: la crise du logement s'accélère et détraque la vie des Français.

Interrogés sur l'existence d'une crise du premier poste de dépenses des Français, 83% des personnes interrogées début janvier par Viavoice répondaient par l'affirmative. Et pour 76%, le gouvernement n'a «pas fait le nécessaire» pour la résoudre.

A entendre la filière, la «bombe sociale de demain» prédite par l'ex-ministre du Logement Olivier Klein a déjà explosé.

«Sur 330.000 personnes sans domicile, 30% ont un travail. C'est bien le logement aujourd'hui qui est le facteur d'exclusion, et non plus le travail», souligne Loïc Cantin, président de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim).

Principal déclencheur: la remontée en flèche des taux directeurs des banques centrales en 2022 pour lutter contre l'inflation. Effet boule de neige, elle a fait grimper les taux immobiliers et poussé les banques à fermer le robinet du crédit.

«La situation n'était pas formidable avant mais les Français avaient au moins accès au crédit à des taux très avantageux», observe Thomas Lefebvre, directeur scientifique de SeLoger.

Depuis janvier 2022, la capacité d'emprunt a ainsi chuté de 25%, selon la Fnaim, pointant une dégringolade de 22% des ventes dans l'ancien en 2023, la «plus forte baisse annuelle depuis plus de 50 ans».

- «Pire niveau» -

La France n'en est pas à sa première crise. Une série de décès avait déjà poussé l'Abbé Pierre à lancer il y a 70 ans son appel à la solidarité envers les sans-abri.

Mais depuis 2022, les dix hausses des taux directeurs de la BCE ont accru les problèmes.

Parmi eux, le déclin continu de la production de logements sociaux depuis 2018, sous le triple effet de la baisse des subventions, de la hausse des coûts de construction et des ponctions de l'Etat sur les bailleurs.

Selon l'Union sociale pour l'habitat (USH), représentant les bailleurs sociaux, les autorisations de logements sociaux devraient passer sous la barre des 85.000 en 2023, le «pire niveau depuis 2005», alors qu'il en faudrait «198.000 par an». Quant au nombre de demandes de logement social, il atteint le nombre inégalé de 2,6 millions.

Faute de pouvoir acheter, les ménages se sont rabattus sur la location. En cinq ans, l'offre a fondu de 59%, rappelle la Fnaim.

Déjà en petite forme, le secteur du neuf a plongé, avec -25,5% de permis de construire et 294.700 mises en chantier sur un an, quand les besoins sont évalués entre 400.000 et 500.000.

«Nous avons déjà perdu 8.000 salariés fin 2023 et nous prévoyons une récession de 5% en 2024», déclare à l'AFP Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment, anticipant 300.000 pertes d'emploi en 2025.

- Rigueur -

Dans ce marasme, l'absence de mesures régulatrices étonne.

«A la différence des crises passées», l'Etat n'a pas pris de «mesure générale de soutien à l'accession à la propriété ou à l'investissement locatif particulier», analyse le think tank Terra Nova dans un rapport publié lundi.

«Il y a dans la sphère publique, l’idée qu’en réalité nous n’avons pas besoin de logements, compte-tenu des projections démographiques, du nombre de logements vacants et des résidences secondaires», déplore auprès du Monde Véronique Bédague, PDG de Nexity.

En 2023, le gouvernement a «globalement poursuivi une politique marquée du sceau de la rigueur budgétaire», regrette Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, citant l'amputation du prêt à taux zéro et la «fin du dispositif Pinel d'aide à l'investissement locatif».

En revanche, aucune proposition «pour réguler le marché (encadrement des loyers, du foncier et des meublés touristiques) n'a été retenue», souligne-t-il.

Pour Thomas Lefebvre, la stratégie du gouvernement est de «faire revenir les investisseurs institutionnels (banques, sociétés d'assurance, ndlr) pour soutenir la construction et la location».

Quant à l'idée que la baisse des ventes entraîne celle des prix, «ça paraît un pari très hasardeux parce que la rareté de l'offre et la pression de la demande font que les prix sont conséquents», note Jean-Claude Bassien, directeur général délégué de Nexity.

Et l'absence d'un ministre dédié au logement alimente les critiques d'une «absence de cap».


Les réserves internationales de l’Arabie saoudite à 1 750 milliards de riyals, leur niveau le plus élevé depuis dix-huit mois

Les réserves sont constituées de devises internationales et d’or. (Shutterstock)
Les réserves sont constituées de devises internationales et d’or. (Shutterstock)
Short Url
  • La position de réserve de l’Arabie saoudite au FMI s’est élevée à 12,72 milliards de riyals, mais elle a diminué de 14% au cours de cette période
  • L’agence de notation financière Fitch Ratings souligne que la position du Royaume reflète la solidité de ses bilans budgétaires et extérieurs

RIYAD: Les réserves internationales de l’Arabie saoudite ont atteint 1 750 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,25 euro) au mois de mai, soit le niveau le plus élevé depuis dix-huit mois, et elles ont enregistré une augmentation annuelle de 6%, selon de nouvelles données.

Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne (Sama) révèlent que ces avoirs englobent l’or monétaire, les droits de tirage spéciaux (DTS), la position de réserve du Royaume au Fonds monétaire international (FMI) et les réserves de change.

Selon les chiffres du mois de mai, les avoirs internationaux en devises, notamment les devises et les dépôts à l’étranger ainsi que les investissements dans des titres étrangers, représentaient 95% du total, soit 1 660 milliards de riyals. Ils ont également connu une hausse de 6% au cours de cette période.

Les DTS comptaient pour 4% du total, s’élevant à 77,68 milliards de riyals, et ils ont progressé de 0,3% au cours de la même période.

Créés par le FMI pour compléter les réserves officielles existantes des pays membres, les DTS tirent leur valeur d’un panier de grandes devises: le dollar américain, l’euro, le yuan chinois, le yen japonais et la livre sterling. Ils peuvent être échangés entre gouvernements contre des devises librement utilisables en cas de besoin.

Les DTS fournissent des liquidités supplémentaires, stabilisent les taux de change, servent d’unité de compte, facilitent le commerce international et favorisent la stabilité financière.

La position de réserve de l’Arabie saoudite au FMI s’est élevée à 12,72 milliards de riyals, mais elle a diminué de 14% au cours de cette période. Cette catégorie représente essentiellement le montant qu’un pays peut retirer du FMI sans condition.

Au mois de mars, l’agence de notation financière Fitch Ratings a annoncé qu’elle avait confirmé la note de défaut émetteur à long terme en devises de l’Arabie saoudite à «A+» avec une perspective stable.

L’agence souligne que la position du Royaume reflète la solidité de ses bilans budgétaires et extérieurs. Elle constate par ailleurs une amélioration de la gouvernance grâce aux réformes sociales et économiques et aux efforts visant à renforcer l’efficacité des institutions gouvernementales.

Les notes de l’Arabie saoudite sont renforcées par la solidité de ses bilans budgétaires et extérieurs, avec un ratio dette publique/PIB et des actifs étrangers nets souverains nettement supérieurs aux médianes «A» et «AA», des réserves budgétaires substantielles sous forme de dépôts, ainsi que d’autres actifs du secteur public.

Selon l’agence, le Royaume bénéficie de réserves budgétaires considérables et affiche l’un des ratios les plus élevés de couverture de la dette par les réserves parmi les émetteurs souverains notés, soit seize mois et demi de paiements extérieurs courants.

Fitch prévoit que les réserves diminueront pour atteindre une moyenne de 420 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) d’ici à 2024-2025 en raison du recul de l’excédent de la balance courante, compensé par des investissements provenant d’entités telles que le Fonds public d’investissement (PIF).

En outre, les actifs étrangers nets souverains devraient rester supérieurs à 50% du PIB au cours de cette période, dépassant la médiane «A» de 6%.

Dans un rapport publié au mois de juin, le FMI a salué la «transformation économique sans précédent» de l’Arabie saoudite, attribuant son succès à des politiques gouvernementales prudentes et à des efforts de diversification efficaces.

Il a également souligné que la forte demande intérieure, les réformes financières en cours et les politiques environnementales constituaient des atouts majeurs dans l’évolution du paysage économique du Royaume.

À la suite de sa visite officielle dans le pays, le FMI a prévu que la croissance du PIB de l’Arabie saoudite va s’accélérer de près de 4,5% d’ici à 2025 et se stabilisera à 3,5% par an à moyen terme.

La croissance non pétrolière devrait atteindre 3,5% en 2024 avant d’augmenter davantage à partir de 2025. Malgré une baisse prévue de la production pétrolière en 2024 en raison des réductions de production, on s’attend à une reprise en 2025.

Le FMI affirme que les efforts de diversification de l’Arabie saoudite donnent des résultats positifs et il insiste sur la nécessité de maintenir la dynamique de croissance non pétrolière, de garantir la stabilité financière et d’améliorer la compétitivité des entreprises.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Prêt-à-porter : Naf Naf repris par une entreprise turque, près de 90% des emplois sauvés

Une femme passe devant l'entrée d'un magasin de vêtements Naf Naf à Dunkerque, dans le nord de la France, le 25 janvier 2017 . (Photo Philippe Huguen  AFP)
Une femme passe devant l'entrée d'un magasin de vêtements Naf Naf à Dunkerque, dans le nord de la France, le 25 janvier 2017 . (Photo Philippe Huguen AFP)
Short Url
  • La société Migiboy Tekstil a offert plus de 1,5 million d'euros pour reprendre l'iconique enseigne française, en redressement judiciaire depuis septembre dernier
  • Lancée en 1973 par deux frères, Gérard et Patrick Pariente, Naf Naf acquiert une certaine notoriété en 1983. Sa combinaison en toile de coton déclinée en plusieurs couleurs se vend alors à plus de 3 millions d'exemplaires, rappelle le site de la marque

PARIS : C'est une nouvelle inespérée et rare dans le milieu du prêt-à-porter qui traverse une grave crise en France depuis plus d'un an: Naf Naf, lourdement endetté, vient d'être repris par une entreprise turque qui s'engage à sauvegarder près de 90% des emplois et conserver une centaine de boutiques en propre.

«La CFDT restera vigilante sur le respect des engagements pris par le repreneur et sur la pérennisation de l'enseigne Naf Naf à laquelle tant les salariés que les clientes sont attachés», a réagi mardi le syndicat auprès de l'AFP.

La société Migiboy Tekstil a offert plus de 1,5 million d'euros pour reprendre l'iconique enseigne française, en redressement judiciaire depuis septembre dernier, selon une décision de justice consultée par l'AFP. L'entreprise turque sauve ainsi 521 emplois sur 586 et une centaine de boutiques en France, selon le jugement.

Elle reprend également les filiales en Espagne, en Italie et en Belgique, a souligné la CFDT.

Migiboy Tekstil est basée à Istanbul et emploie environ 750 personnes, peut-on lire sur son site.

Lancée en 1973 par deux frères, Gérard et Patrick Pariente, Naf Naf - en hommage au «petit cochon le plus fort et le plus malin des trois» - acquiert une certaine notoriété en 1983. Sa combinaison en toile de coton déclinée en plusieurs couleurs se vend alors à plus de 3 millions d'exemplaires, rappelle le site de la marque.

Un succès commercial qui prend de l'ampleur dans les années 1990 lorsque la marque lance des campagnes publicitaires très remarquées, avec pour slogan «Le Grand Méchant Look».

Mais en mai 2020, en pleine pandémie de Covid, la marque est placée en redressement judiciaire.

L'entreprise est alors reprise par le groupe franco-turc SY International, qui emploie plus de 1.000 personnes dans le monde, et avait déjà acquis l'enseigne Sinéquanone en 2019.

La marque, qui s'est endettée durant la pandémie, notamment en raison de loyers impayés, est toutefois de nouveau placée en redressement judiciaire en septembre 2023.

- Baisse de fréquentation -

Dans la décision de mardi, le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) observe également que la société a souffert d'«une baisse de fréquentation des zones de chalandises» (centres commerciaux, rues commerçantes...) et de l'effet «de l'inflation et de l'augmentation du coût des matières premières».

En octobre 2023, Naf Naf employait encore 682 salariés en France, possédait 125 boutiques en propre et 69 boutiques affiliées, selon ce même document.

Des premières suppressions d'emplois et fermetures de boutiques étaient intervenues à la suite de l'ouverture de la procédure de redressement judiciaire de septembre mais cela n'avait pas suffi à redresser l'entreprise. Un appel d'offres avait alors été lancé pour la reprendre en avril.

Camaïeu, Kookaï, Gap France, Don't Call me Jennyfer, André, San Marina, Minelli, Pimkie, Comptoir des Cotonniers, DPAM, Sergent Major, Princesse Tam Tam, Kaporal, IKKS... Le prêt-à-porter traverse une violente crise depuis plus d'un an.

Elle a été fatale pour certaines marques, qui ont été liquidées, comme Camaïeu en septembre 2022, avec le licenciement de 2.100 salariés qui avait fortement marqué les esprits. Plus récemment, une liquidation a aussi été prononcée pour San Marina et Burton of London.

Certaines entreprises ont coupé dans les effectifs et fermé des magasins, comme Pimkie. D'autres avaient été placées en redressement judiciaire, comme Naf Naf ou Kaporal.

Ces marques ont souffert d'un cocktail détonant : pandémie, inflation, hausse des prix de l'énergie et des matières premières, des loyers et des salaires, ou encore concurrence de la seconde main et des enseignes de «fast fashion».

Selon l'Institut français de la mode (IFM), le volume des ventes dans le secteur de la mode a reculé de 4% en 2023.

«Au moins 4.000 emplois ont été supprimés en 2023», selon le panel Retail Int. pour l’Alliance du commerce, qui rappelle que la mode reste «le premier employeur» du commerce de détail hors alimentaire avec 220.000 salariés en France.

Selon l’observatoire économique de l’IFM, 782 points de vente de chaînes spécialisées ont fermé en 2023, et 191 chez les indépendants.


La production de pétrole brut de l'Arabie saoudite a atteint 8,99 millions de barils par jour en avril, selon les données de Jodi

Au début du mois, l'Opep a déclaré que la demande mondiale de pétrole augmenterait de 2,25 millions de bpj en 2024. (Shutterstock)
Au début du mois, l'Opep a déclaré que la demande mondiale de pétrole augmenterait de 2,25 millions de bpj en 2024. (Shutterstock)
Short Url
  • En avril, la production de brut de l'Arabie saoudite a augmenté de 13 000 barils par jour (bpj) pour atteindre 8,99 millions
  • Selon les données de Jodi, la demande totale de pétrole en Inde, l'un des plus grands consommateurs de brut en Asie, a diminué de 156 000 bpj en avril par rapport à mars

RIYAD: En avril, la production de brut de l'Arabie saoudite a augmenté de 13 000 barils par jour (bpj) pour atteindre 8,99 millions, selon une analyse de la Joint Organizations Data Initiative (Jodi). 

Bien que la production ait augmenté, les exportations ont diminué à 6 millions de bpj, en baisse de 445 000 bpj par rapport à mars.

La combustion directe de pétrole brut par le Royaume, qui implique l'utilisation de pétrole sans processus de raffinage substantiel, a augmenté de 93 000 bpj en avril par rapport au mois précédent, soit une croissance de 11% en glissement annuel.

La baisse des exportations de brut du Royaume et l’augmentation marginale de la production peuvent être attribuées aux réductions volontaires adoptées par les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, connus sous le nom d'«Opep+».

En mars, l'Arabie saoudite a annoncé la prolongation de sa réduction d’1 million de bpj, initialement mise en œuvre en juillet 2023, jusqu'à la fin de 2024. 

Début juin, le ministre de l'Énergie du Royaume, le prince Abdelaziz ben Salmane, a annoncé une augmentation progressive de la capacité de production de pétrole de l'Arabie saoudite de 2025 à 2027, suivie d'un retour à un niveau de production de 12,3 millions de bpj en 2028.

«En 2025, nous aurons une augmentation progressive et une augmentation plus importante en 2026 et 2027. Puis nous reviendrons à notre production de 12,3 millions de bpj en 2028», a déclaré le ministre de l'Énergie. 

Selon les données de Jodi, la demande totale de pétrole en Inde, l'un des plus grands consommateurs de brut en Asie, a diminué de 156 000 bpj en avril par rapport à mars.

De même, les exportations totales de produits de l’Inde ont également diminué de 85 000 bpj en avril. 

D'autre part, les importations globales de brut de l'Inde ont augmenté de 510 000 bpj, soit une hausse de 8,1% en glissement annuel. 

L'Opep a récemment annoncé que la demande mondiale de pétrole augmenterait de 2,25 millions de bpj en 2024, sous l'effet de la croissance de marchés tels que la Chine, l'Inde, le Moyen-Orient et l'Amérique latine. 

Le 6 juin, lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Haitham al-Ghais, secrétaire général de l'Opep, a souligné une croissance continue de la demande mondiale de pétrole dans les années à venir. 

«L'année dernière, les prévisions de l'Opep concernant la demande de pétrole étaient les plus précises, alors que les critiques n'ont cessé de réviser leurs chiffres tout au long de l'année», a déclaré M. Al-Ghais.

Toutefois, l'Agence internationale de l'énergie prévoit un ralentissement de la croissance de la demande de pétrole à mesure que le monde poursuit sa transition énergétique, bien qu'elle anticipe une croissance d’1 million de bpj en 2024.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com