Gaza: «confirmation positive» du Hamas sur une proposition de trêve «approuvée» par Israël, affirme le Qatar

Des soldats israéliens nettoient les chaînes de chars à une position proche de la frontière avec la bande de Gaza, à leur retour d'une mission le 1er février 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (AFP)
Des soldats israéliens nettoient les chaînes de chars à une position proche de la frontière avec la bande de Gaza, à leur retour d'une mission le 1er février 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 02 février 2024

Gaza: «confirmation positive» du Hamas sur une proposition de trêve «approuvée» par Israël, affirme le Qatar

  • Jeudi, le président américain, Joe Biden, a adopté une mesure sans précédent, visant à sanctionner des colons israéliens accusés de violences à l'encontre de Palestiniens en Cisjordanie occupée
  • La guerre a poussé 1,7 million d'habitants de Gaza, selon l'ONU, sur un total de 2,4 millions, à fuir leur foyer

TERRITOIRES PALESTINIENS: Le Hamas a donné jeudi une "première confirmation positive" à une proposition de pause humanitaire à Gaza et de libération d'otages, solution "approuvée" aussi par Israël, selon le médiateur qatari, alors que les combats font rage dans le territoire palestinien.

Une source proche du Hamas à Gaza a toutefois déclaré à l'AFP qu'il n'y avait toujours pas de consensus sur la proposition et que "la déclaration du Qatar (était) précipitée et fausse".

Jeudi, le président américain, Joe Biden, a adopté une mesure sans précédent, visant à sanctionner des colons israéliens accusés de violences à l'encontre de Palestiniens en Cisjordanie occupée, où les violences se sont accrues en marge de la guerre à Gaza pour atteindre selon lui "des niveaux intolérables".

Israël a rétorqué qu'il n'y avait "pas de place pour des mesures exceptionnelles" contre les colons.

A Gaza, où les combats et les raids israéliens se poursuivent, aggravant la situation humanitaire déjà désastreuse, des témoins ont fait état de frappes israéliennes à proximité de l'hôpital Nasser de Khan Younès (sud), où se cachent, selon Israël, des dirigeants du mouvement islamiste palestinien.

"Le Hamas compte 10 000 terroristes morts et 10 000 autres blessés qui sont hors de combat, un coup dur porté à leur capacité", a affirmé le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant.

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, est attendu en Egypte jeudi ou vendredi pour discuter d'un nouvel arrêt des combats, près de quatre mois après le début de la guerre déclenchée par l'attaque sanglante de son mouvement contre Israël.

Ces pourparlers doivent porter sur une proposition de trêve et d'échange d'otages contre des prisonniers palestiniens faite à l'issue d'une récente réunion à Paris entre le chef de la CIA, William Burns, et des responsables égyptiens, israéliens et qataris.

«Bonnes nouvelles dans deux semaines»

Cette proposition a été "approuvée par la partie israélienne", selon le porte-parole de la diplomatie du Qatar, Majed al-Ansari. "Nous avons maintenant une première confirmation positive de la part du Hamas", a-t-il affirmé, espérant que "dans les deux prochaines semaines, nous serons en mesure de partager de bonnes nouvelles à ce sujet".

Auparavant, une source du Hamas avait indiqué que la proposition porte sur trois phases, dont la première prévoit une trêve de six semaines durant laquelle Israël devra libérer entre 200 et 300 prisonniers palestiniens en échange de 35 à 40 otages détenus à Gaza, et 200 à 300 camions d'aide pourront entrer chaque jour dans le territoire palestinien.

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, va retourner "dans les prochains jours" au Moyen-Orient pour appuyer les efforts pour parvenir à cette deuxième trêve.

Quelque 250 personnes ont été enlevées et emmenées dans la bande de Gaza le jour de l'attaque du Hamas, dont une centaine ont été libérées fin novembre lors d'une première trêve, en échange de prisonniers palestiniens détenus par Israël. Selon les autorités israéliennes, 132 otages restent détenus à Gaza. Parmi eux, 27 ont été déclarés morts par l'armée.

Le Hamas, considéré comme une organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne notamment, a réclamé un cessez-le-feu total en préalable à tout accord.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, évoquait lui une possible trêve mais a affirmé qu'il ne mettra fin à l'offensive qu'une fois le Hamas éliminé, les otages libérés, et après avoir reçu des garanties sur la sécurité future d'Israël.

M. Netanyahu se trouve sous pression à la fois des familles d'otages pour une libération et de membres de son gouvernement, hostiles à un accord qui serait trop généreux, selon eux, pour les Palestiniens.

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza ont mené une attaque sans précédent sur le sol israélien, qui a fait environ 1.163 morts, majoritairement des civils, selon un nouveau décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

En riposte, Israël a juré d'"anéantir" le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, et lancé une offensive militaire qui a fait 27.019 morts, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du mouvement palestinien.

«Inhabitable»

Dans le bande de Gaza devenue "inhabitable", d'après l'ONU, la population "meurt de faim" et "est poussée au bord du gouffre", selon l'Organisation mondiale de la santé.

L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), qui a dit jeudi redouter de devoir cesser ses activités "d'ici fin février", s'est vue cependant proposée par un élu norvégien pour le Nobel de la paix, "pour son travail de longue haleine visant à fournir un soutien vital à la Palestine et à la région".

Treize pays donateurs ont suspendu leur contribution à cette agence après des accusations d'Israël à l'encontre de 12 de ses employés soupçonnés d'implication dans l'attaque du 7 octobre. L'Unrwa avait annoncé avoir licencié la plupart des salariés concernés.

La guerre a poussé 1,7 million d'habitants de Gaza, selon l'ONU, sur un total de 2,4 millions, à fuir leur foyer.

A mesure que les combats s'étendaient, plus d'1,3 million de déplacés, d'après l'ONU, se retrouvent entassés à présent à Rafah, piégés contre la frontière fermée avec l'Egypte.

Des Palestiniens arrêtés par l'armée israélienne dans la bande de Gaza, actuellement soignés dans un hôpital de Rafah après avoir été libérés jeudi, ont raconté à l'AFP avoir été victimes de violences et de privations en détention.

"Au cours des 72 premières heures, boire, manger ou aller aux toilettes était interdit. On était menottés et on avait les yeux bandés pendant les sept jours" qu'ont duré la détention, a dit Khaled al-Nabrisse, 48 ans, habitant de Khan Younès.

Interrogée par l'AFP sur ces allégations, l'armée israélienne a déclaré avoir arrêté "des individus soupçonnés d'être impliqués dans des activités terroristes" et assuré qu'ils avaient été traités "en conformité avec le droit international".


Beyrouth défend son aéroport après des allégations de stockage d'armes du Hezbollah

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Short Url
  • De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes
  • Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah

BEYROUTH: De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes.

Le mouvement armé et financé par l'Iran a ouvert le front contre Israël le 8 octobre 2023 en soutien à son allié du Hamas palestinien à Gaza.

Dans un article publié en ligne dimanche, The Telegraph a affirmé que le Hezbollah stockait missiles et explosifs iraniens à l'aéroport, situé au sud de la capitale, dans une zone où le Hezbollah est prépondérant.

Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah.

Les responsables libanais ont immédiatement démenti ces allégations.

Des diplomates représentant l'Egypte, l'Allemagne ou l'Union européenne entre autres, ainsi que des journalistes, ont participé à la visite chaotique du seul aéroport international du Liban.

Ils ont notamment pénétré dans un entrepôt où des cartons de marchandises étaient empilés sur des palettes, dans lequel sont placées les marchandises en provenance d'Iran et d'autres destinations.

Les visiteurs sont ensuite entrés dans un immense entrepôt adjacent au tarmac, où davantage de marchandises étaient stockées.

"L'aéroport respecte les normes internationales", a assuré le ministre des Transports Ali Hamié, qui a dirigé la visite.

Il a ajouté que l'article du Telegraph s'inscrivait dans le cadre d'une "guerre psychologique" contre le Liban et constituait une "atteinte à la réputation" de l'aéroport.

"Notre présence est un message de soutien" au Liban et "un message à toutes les parties pour dire que le calme est nécessaire", a déclaré l'ambassadeur égyptien Alaa Moussa, même si selon lui, inspecter l'aéroport n'est pas du ressort des diplomates.

« Eté prometteur »

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens.

Il a indiqué que les arrivées à Beyrouth étaient en augmentation et que "les passagers arrivés au Liban depuis début juin ont dépassé les 300.000 -- c'est un très bon chiffre".

"Si Dieu le veut, on s'attend à un été prometteur", a-t-il déclaré, les expatriés ayant pour habitude de revenir en grand nombre pour passer l'été au Liban.

Dans le hall des arrivées, des familles attendaient leurs proches, certaines portant des bouquets de fleurs, tandis que les détails des vols en provenance notamment de Chypre, de Turquie, d'Égypte et du Qatar apparaissaient sur les écrans d'affichage.

Rola Qassem, une femme au foyer d'une cinquantaine d'années qui venait d'arriver de Côte d'Ivoire pour passer l'été dans le sud du Liban avec sa famille, a affirmé ne pas croire aux informations faisant état d'armes stockées à l'aéroport.

"Ce sont des mensonges pour que les gens aient peur d'aller au Liban, pour arrêter le tourisme", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le Hezbollah n'a pas commenté les informations du quotidien britannique.

Israël accuse depuis plusieurs années le Hezbollah, de convertir des roquettes en missiles de précision, notamment sur un site près de l'aéroport international de Beyrouth, ce que le mouvement chiite avait démenti en 2020.

La rhétorique belliqueuse et l'intensification des échanges de tirs transfrontaliers entre le Hezbollah et Israël ces derniers jours font craindre une extension du conflit.

Israël a bombardé l'aéroport de Beyrouth lors de ses conflits par le Liban par le passé, dont la dernière guerre contre le Hezbollah en 2006.


L’Arabie saoudite condamne les attentats terroristes commis dans des lieux de culte au Daghestan, en Russie

Des agents du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie mènent une opération antiterroriste au Daghestan. (Photo, AFP)
Des agents du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie mènent une opération antiterroriste au Daghestan. (Photo, AFP)
Short Url
  • Vingt et une personnes ont été tuées et au moins quarante-six autres ont été blessées après que des terroristes ont attaqué des lieux de culte chrétiens et juifs et tiré sur la police dans les villes de Derbent et de Makhatchkala au Daghestan
  • Le ministère saoudien des Affaires étrangères a réaffirmé le rejet par le Royaume de toute forme de terrorisme, d’extrémisme et de ciblage des civils

RIYAD: L’Arabie saoudite a condamné aujourd’hui les attentats terroristes qui ont été commis dimanche dans des églises et des synagogues de la région principalement musulmane du Daghestan en Russie.

Vingt et une personnes ont été tuées et au moins quarante-six autres ont été blessées après que des terroristes ont attaqué des lieux de culte chrétiens et juifs et tiré sur la police dans les villes de Derbent et de Makhatchkala au Daghestan.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a réaffirmé le rejet par le Royaume de toute forme de terrorisme, d’extrémisme et de ciblage des civils.

Le Royaume a présenté ses sincères condoléances et il fait part de sa profonde sympathie aux familles des victimes, à la Russie et à son peuple. Il a également souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Jordanie interdit à dix personnes de voyager et accuse vingt-huit autres de traite d’êtres humains et de fraude dans l’affaire des pèlerins

Des pèlerins musulmans accomplissent le rituel de la circumambulation d’adieu, ou «tawaf», qui consiste à faire sept fois le tour de la Kaaba, le site le plus sacré de l’islam, à la Grande mosquée de la Ville sainte de La Mecque. (AFP)
Des pèlerins musulmans accomplissent le rituel de la circumambulation d’adieu, ou «tawaf», qui consiste à faire sept fois le tour de la Kaaba, le site le plus sacré de l’islam, à la Grande mosquée de la Ville sainte de La Mecque. (AFP)
Short Url
  • Le ministère public demandera à l’Unité de lutte contre la cybercriminalité de contrôler et de surveiller les témoignages des victimes et les vidéos relatives à la promotion du Hajj illégal sur les réseaux sociaux
  • Des agences de voyages du monde entier ont trompé des visiteurs étrangers se rendant en Arabie saoudite en leur délivrant des visas qui n’étaient pas destinés au Hajj

LE CAIRE: La Jordanie a déclaré qu’elle avait interdit à dix personnes de voyager et qu’elle avait accusé vingt-huit autres de traite d’êtres humains et de fraude pour avoir envoyé au pèlerinage du Hajj un nombre de Jordaniens dépassant le quota officiel du pays, rapporte l’agence de presse Petra.

Le ministère public a annoncé les résultats de ce qu’il a appelé des «enquêtes préliminaires» sur l’affaire des Jordaniens qui se sont rendus pour accomplir les rituels du Hajj «en dehors du cadre de la mission officielle de l’année 2024, ce qui a entraîné la mort de quatre-vingt-dix-neuf personnes», citant les derniers chiffres publiés par le ministère jordanien des Affaires étrangères et des Affaires des expatriés.

L’agence de presse indique aujourd’hui qu’à la suite de l’enquête, le ministère public avait accusé vingt-huit personnes de traite d’êtres humains et de fraude.

Elle ajoute que le ministère public a décidé d’arrêter dix-neuf personnes, dont une femme, et d’interdire à dix personnes de voyager dans l’attente de l’issue de l’enquête.

Le ministère public demandera également à l’Unité de lutte contre la cybercriminalité de contrôler et de surveiller les témoignages des victimes et les vidéos relatives à la promotion du Hajj illégal sur les réseaux sociaux.

Des agences de voyages du monde entier ont trompé des visiteurs étrangers se rendant en Arabie saoudite en leur délivrant des visas qui n’étaient pas destinés au Hajj et en les encourageant à enfreindre le règlement en passant deux mois à La Mecque avant le pèlerinage, a précisé lundi un porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Le porte-parole chargé de la sécurité du ministère saoudien de l’Intérieur, le colonel Talal ben Abdel Mohsen ben Chalhoub, a mentionné que mille trois cent une personnes étaient mortes pendant le Hajj, dont mille soixante-dix-neuf pèlerins qui n’avaient pas de permis pour le Hajj. Les personnes décédées qui n’étaient pas autorisées à effectuer le Hajj représentent 83% du total des décès.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com