Extradition d'Assange: les Etats-Unis réfutent des poursuites «politiques»

Un manifestant tient une pancarte indiquant «Liberté pour Julian Assange» lors d'une manifestation devant la Royal Courts of Justice, la Haute Cour de Grande-Bretagne, dans le centre de Londres, le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Un manifestant tient une pancarte indiquant «Liberté pour Julian Assange» lors d'une manifestation devant la Royal Courts of Justice, la Haute Cour de Grande-Bretagne, dans le centre de Londres, le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 21 février 2024

Extradition d'Assange: les Etats-Unis réfutent des poursuites «politiques»

  • Les représentants du gouvernement américain ont exhorté mercredi la justice britannique à rejeter une ultime tentative de Julian Assange de faire appel de son extradition
  • Le fondateur de WikiLeaks risque 175 ans de prison dans cette affaire érigée en symbole des menaces qui pèsent sur la liberté de la presse

LONDRES: Les représentants du gouvernement américain ont exhorté mercredi la justice britannique à rejeter une ultime tentative de Julian Assange de faire appel de son extradition vers les Etats-Unis, réfutant avoir lancé des poursuites "politiques" contre le fondateur de WikiLeaks.

La justice américaine poursuit Julian Assange pour avoir publié à partir de 2010 plus de 700.000 documents confidentiels sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan.

Après plusieurs revers, les avocats de l'Australien de 52 ans s'efforcent depuis mardi, dans une dernière tentative, de convaincre les deux juges de la Haute Cour de Londres que ces poursuites contre lui sont "politiques", et qu'une extradition mettrait sa santé et même sa vie en danger.

Le fondateur de WikiLeaks risque 175 ans de prison dans cette affaire érigée en symbole des menaces qui pèsent sur la liberté de la presse.

Comme la veille, des dizaines de manifestants se sont rassemblés sous la pluie devant la Haute Cour de Londres pour lui apporter leur soutien, après des rassemblements organisés mardi soir en France.

A l'intérieur, Julian Assange, souffrant selon sa défense, était absent et n'est pas non plus apparu par vidéoconférence pour le deuxième et dernier jour d'audience.

La justice britannique, doit décider si elle accorde ou non au fondateur de WikiLeaks le droit de faire appel de son extradition vers les Etats-Unis, acceptée en juin 2022 par le gouvernement britannique.

La décision ne sera pas prononcée mercredi, et ne devrait pas intervenir avant plusieurs semaines.

En cas de défaite, Julian Assange saisirait la Cour européenne des droits de l'Homme dans l'espoir de faire suspendre l'extradition, selon son épouse Stella Assange.

Publication «sans discernement»

L'avocate Clair Dobbin, qui représente le gouvernement américain, a fait valoir lors de l'audience mercredi que M. Assange avait "publié sans discernement et en connaissance de cause les noms d'individus qui ont servi de sources d'information pour les États-Unis".

"Ce sont ces faits qui le distinguent (d'autres médias), et pas ses opinions politiques", a-t-elle fait valoir.

"Les preuves montrent que dès que" Julian Assange "a commencé Wikileaks, il a cherché à recruter des individus ayant accès à des informations classifiées", a poursuivi l'avocate, "il a travaillé avec des hackers".

La veille, l'avocat de Julian Assange, Edward Fitzgerald, avait lui dénoncé des poursuites "politiques" après la révélation de faits de "grave criminalité d'Etat".

Ces dernières semaines, ses proches ont alerté sur la dégradation de l'état de santé de M. Assange, détenu depuis cinq ans dans la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres, après avoir passé sept ans réfugié dans l'ambassade d'Equateur.

Sa défense met également en avant un risque de suicide en cas d'extradition.

«Déni de justice»

En cas de refus de ce recours par la justice britannique, ses proches tenteront de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme, mais ils n'auront pour cela qu'une poignée de jours avant que M. Assange soit remis rapidement aux Etats-Unis.

Le fondateur de WikiLeaks a été arrêté par la police britannique en 2019 après avoir passé sept ans dans l'ambassade d'Equateur à Londres, afin d'éviter son extradition vers la Suède dans une enquête pour viol, classée sans suite en 2019.

L'Australien est poursuivi pour des "pratiques journalistiques ordinaires" consistant à "obtenir et publier des informations", a fait valoir son avocat mardi. Son client risque une peine disproportionnée aux Etats-Unis et "il existe un risque réel qu'il subisse un déni de justice flagrant", a-t-il ajouté.

De nombreuses voix ont exhorté le président américain Joe Biden a abandonner les 18 chefs d'accusation auquel fait face M. Assange devant un tribunal fédéral de Virginie, formés lors du mandat de son prédécesseur Donald Trump au nom de la loi de 1917 sur l'espionnage.

Mais en dépit d'un changement de président, "les poursuites restent valables, car elles sont basées sur le droit et non pas sur une inspiration politique", a souligné l'avocate Clair Dobbin.


Selon un nouveau rapport, l'armée israélienne considère certains journalistes de Gaza comme des "cibles légitimes"

Les organismes de surveillance des médias ont indiqué qu'environ 30 % des 108 professionnels des médias tués depuis le 7 octobre à Gaza étaient employés par des médias affiliés ou étroitement liés au Hamas. (AFP)
Les organismes de surveillance des médias ont indiqué qu'environ 30 % des 108 professionnels des médias tués depuis le 7 octobre à Gaza étaient employés par des médias affiliés ou étroitement liés au Hamas. (AFP)
Short Url
  • Le Comité de protection des journalistes et les Reporters arabes pour le journalisme d'investigation ont indiqué qu'environ 30 % des 108 professionnels des médias tués depuis le 7 octobre à Gaza étaient employés par des médias affiliés ou étroitement liés
  • Un porte-parole de l'armée israélienne a démenti les accusations du rapport, déclarant que bien qu'il "ne vise pas des objets civils", le média "emploie des terroristes et leur donne l'apparence de journalistes".

LONDRES : Une nouvelle enquête suggère que l'armée israélienne considère certains journalistes basés à Gaza comme des "cibles légitimes".

Le Guardian, en collaboration avec l'organisation à but non lucratif Forbidden Stories, basée à Paris, a révélé que certains membres des forces armées considèrent les journalistes travaillant pour des organes contrôlés ou affiliés au Hamas comme des cibles légitimes ne bénéficiant pas des mêmes protections internationales que les civils.

Le Comité de protection des journalistes et les Reporters arabes pour le journalisme d'investigation ont indiqué qu'environ 30 % des 108 professionnels des médias tués depuis le 7 octobre à Gaza étaient employés par des médias affiliés ou étroitement liés au Hamas.

Il s'agit notamment du plus grand média géré par le Hamas à Gaza, le réseau médiatique Al-Aqsa, qui emploie des centaines de personnes à travers sa chaîne de télévision, sa radio et son journal.

Le rapport, rédigé par Harry Davies, Manisha Ganguly, David Pegg, Hoda Osman, Bethan McKernan et le journaliste et réalisateur israélien primé Yuval Abraham, note que si "la programmation d'Al-Aqsa est indubitablement pro-Hamas, anti-israélienne et, parfois, antisémite ... le simple fait de travailler (pour l'organe de presse) ne fait pas de quelqu'un une cible légitime à abattre".

Janina Dill, professeur à l'université d'Oxford et experte en droit de la guerre, a déclaré : "Rendre compte de l'actualité n'est pas une participation directe aux hostilités.

"Même s'ils ont rapporté les nouvelles de manière biaisée, même s'ils ont fait de la propagande pour le Hamas, même si Israël est fondamentalement en désaccord avec la manière dont ils rapportent les nouvelles, ce n'est pas suffisant. Cela ne suffit pas."

Depuis 2019, Israël a désigné le réseau Al-Aqsa comme une organisation terroriste, le qualifiant d'"organe de propagande du Hamas et de plateforme centrale pour la diffusion de messages incitatifs par l'organisation terroriste."

Le groupe de médias est également sanctionné par les États-Unis depuis 2010.

Ses bureaux, évacués après les attaques du Hamas le 7 octobre pour éviter les représailles israéliennes, ont déjà été bombardés par Israël qui les accuse d'être utilisés à des fins militaires.

Le rapport explique comment les soldats israéliens ont bénéficié d'une "approche permissive" en matière de ciblage, les médias affiliés au Hamas ayant été informés qu'ils se trouvaient dans une "zone grise" et certains militaires israéliens estimant que "toute personne payée par le Hamas" pouvait être considérée comme une cible légitime.

"Le Hamas investit beaucoup de ressources dans ses équipes de propagande. Souvent, ils n'organisent pas d'activités s'ils n'ont pas de photographe. Ils doivent tout documenter", a déclaré un officier du renseignement militaire sous couvert d'anonymat. "Certains vous diront donc : Regardez, un Hamasnik est un Hamasnik".

Un porte-parole de l'armée israélienne a démenti les accusations du rapport, déclarant que bien qu'il "ne vise pas des objets civils", le média "emploie des terroristes et leur donne l'apparence de journalistes".

Le porte-parole a affirmé que l'armée israélienne avait tué six travailleurs d'Al-Aqsa qui étaient des membres présumés de la branche armée du Hamas, mais il n'a pas fourni de preuves à l'appui de cette affirmation.

Les experts ont prévenu que cette approche mettait Israël dans une "position troublante", car il est souvent difficile de faire la distinction entre les combattants et les civils.

De nombreuses organisations de défense de la liberté de la presse se sont inquiétées des efforts déployés par l'armée pour réduire au silence les informations critiques.

Irene Khan, rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, a déclaré qu'Israël avait "diffusé des informations erronées sur les liens entre les journalistes et les militants" et qu'il n'avait pas satisfait à la "charge de la preuve" pour faire de telles affirmations.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 


Dix enfants perdent "une ou deux jambes" en moyenne chaque jour dans la bande de Gaza (chef de l'Unrwa)

Un garçon palestinien passe devant un bâtiment détruit à la suite d'un raid des forces israéliennes à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 23 mai 2024. (AFP)
Un garçon palestinien passe devant un bâtiment détruit à la suite d'un raid des forces israéliennes à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 23 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • 10 enfants perdent une ou deux jambes en moyenne", a déclaré le responsable lors d'une conférence de presse à Genève,
  • "Dix par jour, ça veut dire environ 2.000 enfants après plus de 260 jours de cette guerre brutale" a dit M. Lazzarini.

GENEVE : Dix enfants perdent une jambe ou deux dans la bande de Gaza en moyenne tous les jours, a affirmé mardi le chef de l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) Philippe Lazzarini.

"En gros, nous avons tous les jours 10 enfants qui perdent une ou deux jambes en moyenne", a déclaré le responsable lors d'une conférence de presse à Genève, ajoutant que ce chiffre ne prenait pas en compte les enfants qui perdent un bras ou une main.

Il a indiqué se baser sur des chiffres de l'agence pour l'enfance de l'ONU (Unicef).

"Dix par jour, ça veut dire environ 2.000 enfants après plus de 260 jours de cette guerre brutale" a dit M. Lazzarini.

"Nous savons aussi la plupart du temps comment les amputations se déroulent dans des conditions assez horribles et parfois sans aucune sorte d'anesthésie et cela s'applique également aux enfants", a-t-il souligné.

La bande de Gaza est soumise à d'incessants bombardements et des opérations terrestres de l'armée israéliennes en représailles à l'attaque sans précédent menée par le mouvement islamiste Hamas sur le territoire israélien le 7 octobre, à partir de Gaza.


Gaza: situation alimentaire toujours "catastrophique" pour 495.000 personnes selon l'ONU

Plus de 37 000 Palestiniens ont été tués lors de l’assaut israélien contre la bande de Gaza et des millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur de leur propre pays, précisent les autorités sanitaires dans l’enclave gouvernée par le Hamas. (AFP)
Plus de 37 000 Palestiniens ont été tués lors de l’assaut israélien contre la bande de Gaza et des millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur de leur propre pays, précisent les autorités sanitaires dans l’enclave gouvernée par le Hamas. (AFP)
Short Url
  • dans la bande de Gaza, près d'un demi-million de personnes souffrent toujours de la faim à un niveau "catastrophique"
  • 22% de la population du territoire assiégé par Israël est toujours confrontée à une situation alimentaire "catastrophique".

ROME : Près d'un demi-million de personnes souffrent toujours de la faim à un niveau "catastrophique" dans la bande de Gaza, qui reste menacée par la famine malgré une légère amélioration dans le nord du territoire assiégé, a indiqué mardi un rapport appuyé par l'ONU.

Selon le rapport du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC), sur lequel se base les agences des Nations unies, l'accès à l'aide humanitaire a permis d'éviter la famine redoutée dans la dernière évaluation publiée en mars, mais 22% de la population du territoire assiégé par Israël est toujours confrontée à une situation alimentaire "catastrophique".

Le rapport souligne que l'ensemble de la bande de Gaza reste menacée par un "risque élevé et soutenu" de famine.

"Le nouveau rapport relève une légère amélioration par rapport à l'évaluation précédente de mars, qui mettait en garde contre une famine potentielle dans les gouvernorats du nord de Gaza d'ici la fin mai", a commenté le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué.

"Cette amélioration montre la différence qu'un meilleur accès peut faire. L'augmentation des livraisons de nourriture dans le nord et les services de nutrition ont contribué à réduire les niveaux de faim les plus graves, laissant une situation toujours désespérée", souligne le PAM.

Le dernier rapport IPC publié mi-mars estimait que plus de 1,1 million de Gazaouis étaient confrontés à "une situation de faim catastrophique", proche de la famine, "le nombre le plus élevé jamais enregistré" par l'ONU.

Le PAM a toutefois prévenu que si la situation s'améliorait dans le nord, le risque de famine était plus grand dans le sud.

"Les hostilités à Rafah en mai ont déplacé plus d'un million de personnes et ont gravement limité l'accès humanitaire. Entre-temps, le vide sécuritaire a favorisé l'anarchie et le désordre, ce qui entrave gravement les opérations humanitaires", a déploré l'agence onusienne.

"Le PAM craint à présent que le sud de Gaza ne connaisse bientôt les mêmes niveaux catastrophiques de famine que ceux enregistrés dans les zones septentrionales", a conclu le PAM.

L'IPC est une initiative impliquant plus de 20 partenaires, dont des gouvernements, des agences des Nations unies et des ONG.