Comment le Salon de l'agriculture est devenu un rendez-vous politique incontournable

Une vue générale montre les ruelles bondées du 58e Salon international de l'agriculture au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, le 26 février 2022. (AFP)
Une vue générale montre les ruelles bondées du 58e Salon international de l'agriculture au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, le 26 février 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 22 février 2024

Comment le Salon de l'agriculture est devenu un rendez-vous politique incontournable

  • La crise des agriculteurs s'est imposée comme l'un des principaux thèmes des élections européennes de juin
  • Si le poids politique des agriculteurs reste marginal sur le papier, moins de 1,5% de l'électorat, ils sont les représentants les plus emblématiques de la France rurale

PARIS: De Jacques Chirac aux journées marathon d'Emmanuel Macron, le Salon de l'agriculture est devenu un passage obligé pour les politiques, qui profitent de l'événement pour tenter de flatter l'électorat rural

La 60e édition ne devrait pas déroger à la règle, alors que la crise des agriculteurs s'est imposée comme l'un des principaux thèmes des élections européennes de juin. Le président de la République, Emmanuel Macron, y sera dès l'ouverture samedi, tandis que son Premier ministre, Gabriel Attal, doit s'y rendre en début de semaine.

Un mois après le début d'un mouvement de contestation, le chef de l'Etat est attendu de pied ferme par les agriculteurs qui attendent de sa part des engagements. Le ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, se prépare ainsi à une visite "pas forcément" sereine.

Marine Le Pen (RN), Jordan Bardella (RN), Manon Aubry (LFI), François-Xavier Bellamy (LR), Fabien Roussel (PCF), Marine Tondelier (Les Ecologistes) ou encore Raphaël Glucksmann (Place publique) ont également prévu d'arpenter les allées de "la plus grande ferme de France", qui rassemble chaque année pas moins de 600 000 visiteurs.

«L'effet Chirac»

Le phénomène n'est pas nouveau. Depuis sa création en 1964, les politiques se sont pressés au Salon de l'agriculture, à commencer par les présidents, à l'exception notable de François Mitterrand.

Si le général de Gaulle, Georges Pompidou et Valéry Giscard d'Estaing s'y sont rendus quelques fois, Jacques Chirac a surtout "donné le ton", souligne Eddy Fougier, politologue et professeur à Sciences-Po Aix-en Provence.

En trente années de vie politique dont deux comme ministre de l'Agriculture, le Corrézien n'a raté l'occasion qu'une seule fois, en 1979, car hospitalisé après un accident de voiture. Très populaire auprès des agriculteurs, le chef de l'Etat s'illustre par son aisance.

Depuis, pour ses successeurs, c'est la "surenchère à celui qui va rester le plus longtemps", relève M. Fougier.

M. Macron a battu en février 2018 un record en restant plus de douze heures. Avant lui, François Hollande avait arpenté dix heures durant les allées en 2013. "L'effet Chirac, sans aucun doute", estime le politologue.

Au-delà de l'endurance, tous n'ont pas son assurance. En 2008, Nicolas Sarkozy perdait son calme face à un visiteur qui l'avait insulté et refusait de lui serrer la main et lui lançait un "casse-toi, pauvre con".

Salon «visible» et «invisible»

Plus qu'un rendez-vous, le Salon de l'agriculture est devenu un rituel pour les politiques de tous bords. L'an dernier, ils étaient pas moins de 82 à s'y rendre, une jauge historique, selon les responsables de l'événement. Pourquoi un tel engouement ?

Il y a tout d'abord un "aspect électoraliste", relève Eddy Fougier. Si le poids politique des agriculteurs reste marginal sur le papier, moins de 1,5% de l'électorat, ils sont les représentants les plus emblématiques de la France rurale, auxquels les Français sont très attachés.

"Parler d'agriculture, ce n'est pas seulement parler aux agriculteurs (...), mais aussi aux consommateurs qui se posent des questions", résume François Purseigle, professeur des universités à l’Institut National Polytechnique de Toulouse.

Au-delà de la question électorale, Eddy Fougier pointe la "symbolique" de l'événement. "Le Salon de l'agriculture, c'est un peu le symbole de cette France d'avant, en tout cas l'image que l'on se fait d'une France un peu bucolique, avec ses traditions, notamment culinaires, son savoir-faire. C'est un peu l'image de la +Douce France+ de Charles Trenet."

Le chercheur Ivan Chupin, qui dissèque depuis plusieurs années les visites politiques au Salon de l'agriculture avec son collègue Pierre Mayance, met également en avant l'intérêt stratégique de ce rendez-vous, faisant la distinction entre le salon "visible" et le salon "invisible".

Le premier, celui des discussions avec les éleveurs, des photos avec les animaux, des annonces et des petits phrases relayées par les médias, qui "permet au politique de montrer sa supposée authenticité". Le second est le moment des négociations politiques avec les groupes d'intérêts agricoles et des représentants des interprofessions.

Dans le contexte actuel, nul doute que ce salon "invisible" devrait être animé.


Tournée du chef de la diplomatie française au Proche-Orient

Le ministre français des Affaires étrangères et européennes Stéphane Séjourne lit un dossier devant le 8e comité interministériel pour la transformation publique à l'hôtel Matignon à Paris, le 23 avril 2024. (Photo de Ludovic MARIN / AFP)
Le ministre français des Affaires étrangères et européennes Stéphane Séjourne lit un dossier devant le 8e comité interministériel pour la transformation publique à l'hôtel Matignon à Paris, le 23 avril 2024. (Photo de Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • Il s'agira de la seconde visite de Stéphane Séjourné dans la région après celle qu'il avait faite début février, peu après sa prise de fonction
  • Samedi, il entamera sa tournée régionale par Beyrouth où il discutera des propositions de la France destinées à rétablir la stabilité à la frontière entre le Liban et Israël

PARIS: Le ministre français des Affaires étrangères va se rendre à partir de samedi au Proche-Orient où il évoquera notamment l'instabilité au sud Liban et la situation à Gaza, a-t-on appris mercredi auprès de son entourage.

Il s'agira de la seconde visite de Stéphane Séjourné dans la région après celle qu'il avait faite début février, peu après sa prise de fonction.

Samedi, il entamera sa tournée régionale par Beyrouth où il discutera des propositions de la France destinées à rétablir la stabilité à la frontière entre le Liban et Israël, a-t-on précisé.

Le président français Emmanuel Macron a reçu vendredi à l'Elysée le Premier ministre libanais Najib Mikati ainsi que le commandant en chef de l'armée libanaise, Joseph Aoun dans un nouvel effort pour contenir la montée des violences entre le Liban et Israël.

Stéphane Séjourné devrait, lui, évoquer les propositions françaises qu'il avait portées en février pour désamorcer le conflit à la frontière libano-israélienne.

Beyrouth a pris acte de ces propositions sans pour autant les endosser alors que les Etats-Unis sont aussi à la manoeuvre.

Stéphane Séjourné poursuivra sa tournée en Arabie saoudite. Il s'agira là de sa première visite bilatérale, qui sera centrée sur les enjeux économiques, énergétiques, environnementaux et de défense, a-t-on indiqué de même source.

Le 30 avril, le chef de la diplomatie sera en Israël avant de se rendre dans les territoires occupés le lendemain. La France entend jouer un rôle actif "dans les efforts pour trouver une solution politique" à la guerre à Gaza avec un double enjeu "obtenir la libération des otages" toujours retenus par le groupe islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza et obtenir "un cessez le feu durable", a rappelé l'entourage du ministre.


Grève des contrôleurs: des «  dizaines de millions d'euros » en jeu, prévient ADP

Selon le Groupe ADP mercredi, Roissy en a accueilli lundi 203.000 et Orly 111.000, alors que ces deux aéroports concentrent environ la moitié de la fréquentation totale des aéroports français. (AFP).
Selon le Groupe ADP mercredi, Roissy en a accueilli lundi 203.000 et Orly 111.000, alors que ces deux aéroports concentrent environ la moitié de la fréquentation totale des aéroports français. (AFP).
Short Url
  • Les aiguilleurs du ciel sont appelés à cesser le travail jeudi pour protester contre les mesures d'accompagnement, notamment salariales, d'une refonte du contrôle aérien français
  • Pour mettre en adéquation les effectifs disponibles et le trafic, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé mardi aux compagnies aériennes de renoncer à une majorité de leurs vols jeudi

PARIS: La facture de la grève des contrôleurs aériens français prévue jeudi pourrait se chiffrer en "dizaines de millions d'euros" pour les compagnies aériennes et les aéroports, et affecter des dizaines de milliers de passagers, selon le gestionnaire des aéroports parisiens.

"Pour les compagnies aériennes, pour les aéroports, ce sont plusieurs dizaines de millions d'euros qui sont en jeu, chaque jour", a déclaré mercredi le PDG du Groupe ADP, Augustin de Romanet, au micro de la radio Franceinfo.

Les aiguilleurs du ciel sont appelés à cesser le travail jeudi pour protester contre les mesures d'accompagnement, notamment salariales, d'une refonte du contrôle aérien français.

Pour mettre en adéquation les effectifs disponibles et le trafic, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé mardi aux compagnies aériennes de renoncer à une majorité de leurs vols jeudi.

Cette proportion montera à 75% à Paris-Orly, deuxième aéroport français, et 65% à Roissy, le premier, et Marseille. Elle sera de 60% à Toulouse et Nice, et 50% pour les autres aéroports.

"Les abattements de vols qui vont être demandés aux compagnies sont extrêmement élevés, c'est rarement vu dans notre histoire", a commenté M. de Romanet.

"C'est vraiment très pénalisant pour les passagers", a déploré le PDG, alors que deux des trois grandes zones académiques sont en vacances de printemps.

Des dizaines voire des centaines de milliers de voyageurs risquent de voir leur vol annulé. Selon le Groupe ADP mercredi, Roissy en a accueilli lundi 203.000 et Orly 111.000, alors que ces deux aéroports concentrent environ la moitié de la fréquentation totale des aéroports français.

Face à l'échec des négociations avec la DGAC jusqu'ici, le SNCTA, syndicat majoritaire des contrôleurs aériens, a même déposé un deuxième préavis de grève en plein week-end de l'Ascension, les jeudi 9 (férié), vendredi 10 et samedi 11 mai.

"Je fais confiance aux négociateurs et à leur esprit de responsabilité pour que cette grève (...) n'ait pas lieu. On arrive à très fortement abîmer la sérénité des Français et des étrangers avec ces mouvements qui objectivement devraient pouvoir être réglés par la négociation", a jugé Augustin de Romanet.

Pour lui, "les réformes de productivité qui sont demandées (aux contrôleurs) par le gouvernement sont nécessaires, et sont demandées par les compagnies aériennes, notamment les compagnies européennes quand elles survolent la France. Elles ont besoin d'un contrôle aérien aussi efficace que possible".


Des traces du virus H5N1 détectées dans du lait pasteurisé aux Etats-Unis

Des vaches Angus de race pure sont vues devant l'herbe séchée tandis que Will Swenka conduit des tiges de maïs hachées et de l'ensilage pour les nourrir aux fermes Double G Angus à Tiffin, Iowa, le 13 août 2023. (AFP)
Des vaches Angus de race pure sont vues devant l'herbe séchée tandis que Will Swenka conduit des tiges de maïs hachées et de l'ensilage pour les nourrir aux fermes Double G Angus à Tiffin, Iowa, le 13 août 2023. (AFP)
Short Url
  • Des particules virales ont été découvertes dans «le lait provenant d'animaux affectés, dans le système de transformation et sur les étagères»
  • Un foyer de grippe aviaire A (H5N1) hautement pathogène s'est propagé dans les troupeaux de vaches laitières du pays

WASHINGTON: Des traces du virus H5N1 ont été détectées dans du lait de vache pasteurisé aux Etats-Unis, ont déclaré mardi les autorités américaines, précisant que les échantillons ne présentaient vraisemblablement aucun risque pour la santé humaine.

Au cours d'une vaste enquête nationale, des particules virales ont été découvertes dans "le lait provenant d'animaux affectés, dans le système de transformation et sur les étagères", a annoncé l'Agence américaine du médicament (FDA) dans un communiqué.

Néanmoins, "si un virus est détecté dans le lait cru, la pasteurisation est généralement censée éliminer les agents pathogènes à un niveau qui ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs", a-t-elle expliqué.

Un foyer de grippe aviaire A (H5N1) hautement pathogène s'est propagé dans les troupeaux de vaches laitières du pays et a infecté début avril une personne, qui présentait des symptômes bénins.

Bien que la souche H5N1 ait tué des millions de volailles au cours de la vague actuelle, les vaches touchées ne sont pas tombées gravement malades.

Les scientifiques de l'agence s'efforcent d'étudier plus avant les échantillons positifs en recourant à des "études de viabilité de l'œuf". Elles consistent à injecter un échantillon dans un œuf de poule embryonné et à vérifier si un virus actif se réplique.

"Des analyses supplémentaires sont en cours sur le lait présent dans les rayons des magasins à travers le pays, ainsi que des travaux visant à évaluer toute différenciation potentielle pour les différents types de produits laitiers (par exemple, le lait entier, la crème)", a ajouté la FDA.

La grippe aviaire a déjà été détectée dans du lait cru, dont la consommation est déconseillée depuis longtemps par les autorités sanitaires.