Il existe plus d'opportunités pour les femmes dans l'industrie pétrochimique, assure un responsable de Sabic

Faisal al-Souwailem, vice-président des ressources humaines de l'entreprise Saudi Basic Industries Corp., s'exprimant lors de la Human Capability Initiative, à Riyad. (Shutterstock)
Faisal al-Souwailem, vice-président des ressources humaines de l'entreprise Saudi Basic Industries Corp., s'exprimant lors de la Human Capability Initiative, à Riyad. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Mercredi 28 février 2024

Il existe plus d'opportunités pour les femmes dans l'industrie pétrochimique, assure un responsable de Sabic

  • Le secteur industriel saoudien a connu une nette augmentation de l'emploi des femmes ces trois dernières années, selon Faisal al-Souwailem, vice-président des ressources humaines de Sabic
  • Seulement 25 % des effectifs de l’industrie pétrochimique sont des femmes, laissant encore une importante marge de progression, a ajouté le responsable de Saudi Basic Industries Corp

RIYAD: Les Saoudiennes devraient rechercher davantage d'opportunités dans l'industrie pétrochimique, dans la mesure où seulement 25 % des effectifs du secteur sont des femmes, a précisé un haut responsable.

S'exprimant lors de la Human Capability Initiative à Riyad, le 28 février, Faisal al-Souwailem, vice-président des ressources humaines de Saudi Basic Industries Corp. (Sabic), a indiqué que le secteur industriel du Royaume avait connu une nette augmentation de l'emploi des femmes au cours des trois dernières années.

«Si l’on examine l’industrie pétrochimique, au cours des vingt dernières années, j’ai constaté une nette augmentation de la participation des femmes dans ce secteur. Toutefois, si l’on regarde le nombre de femmes dans l’industrie pétrochimique, il est encore autour de 25 %. Je pense donc que nous avons encore de la marge pour progresser», a affirmé Al-Souwailem.

Et d’ajouter: «Dans le secteur industriel, le recrutement de femmes a augmenté de 93 % ces trois dernières années. Nous avons actuellement plus de 63 000 femmes travaillant dans des usines à travers le Royaume.»

Faisal al-Souwailem a en outre souligné que l'Arabie saoudite avait dépassé l'objectif de main-d'œuvre féminine défini dans la Vision 2030 saoudienne.

«Examinons d'abord la Vision 2030, et dans le cadre d'une économie en pleine expansion pour la participation des femmes au marché du travail, l'objectif de base a été fixé à 22,8 %, et nous sommes maintenant à 34,5 %», a précisé Al-Souwailem.

Il a ajouté que Sabic se différenciait en proposant des programmes de formation structurés, visant à développer et à améliorer les compétences des jeunes. Il a également mis en évidence le fait que l’entreprise proposait des programmes de bourses offrant l'égalité de chances aux hommes et aux femmes.

«Sabic est certainement une championne nationale dans le domaine de la pétrochimie, mais elle a également fait ses preuves comme championne nationale du développement, de la création d'emplois, de l'apprentissage et de la contribution au produit intérieur brut», a soutenu Al-Souwailem.

«Le programme de bourses de Sabic, destiné aux jeunes Saoudiens brillants et doués, est actuellement réparti à parts égales entre hommes et femmes», a-t-il ajouté.

Pour sa part, au cours de la même table ronde, la secrétaire du cabinet et ministre du Travail et de la protection sociale du Kenya, Florence Bore, a déclaré que le pays préparait sa jeunesse à s'adapter pour trouver des emplois sur le marché international.

«Nous nous concentrons actuellement sur la migration de la main-d'œuvre, et même si vous vous concentrez sur la migration de la main-d'œuvre, c'est l'un des domaines dans lesquels nous recevons des envois de fonds étrangers», a indiqué Bore.

«Le Kenya a connu de nombreux changements au niveau de la main-d’œuvre. Nous avons à la fois des emplois informels et formels. Le secteur informel croît en réalité à un rythme plus rapide que les emplois formels. Et c’est pour cette raison que vous constaterez que la plupart des Kényans sont actuellement à la recherche d’emplois sur le marché international», a-t-il assuré. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les pays riches doivent 500 milliards de dollars par an de dette morale aux pays pauvres, affirme Esther Duflo

L'économiste franco-américaine et co-lauréate du prix Nobel 2019 de sciences économiques, Esther Duflo, pose lors d'une séance photo à Paris le 20 juin 2023. (Photo, AFP)
L'économiste franco-américaine et co-lauréate du prix Nobel 2019 de sciences économiques, Esther Duflo, pose lors d'une séance photo à Paris le 20 juin 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), soit 10% de la population de la planète, émettent environ 25% du CO2 lié au système énergétique mondial
  • Esther Duflo se base sur les travaux de l'économiste américain Michael Greenstone qui, en partant d'une valeur monétaire donnée pour une année de vie et de l'effet du réchauffement climatique sur l'augmentation de la mortalité, évalue à 37 dollars le coût

PARIS: Les pays riches doivent 500 milliards de dollars par an de "dette morale" aux pays pauvres, évalue la prix Nobel d'économie Esther Duflo, qui propose de faire assumer aux pays développés la responsabilité du réchauffement climatique à travers deux taxes.

"C'est ce que j'appelle une dette morale. Ce n'est pas ce que cela coûterait de s'adapter; ce n'est pas ce que cela coûterait d'atténuer. C'est ce que nous devons", a détaillé l'économiste dans un entretien au Financial Times lundi, se basant surtout sur l'effet du réchauffement climatique sur la mortalité dans les pays pauvres.

"Il y aura des dégâts énormes", poursuit Mme Duflo qui se base une étude menée par le Global Impact Lab en 2020 ayant montré que le nombre de décès liés à la chaleur risquait de bondir dans les pays pauvres d'ici à la fin du siècle.

"Ces dégâts seront concentrés dans les pays pauvres en dehors de l'OCDE", ajoute-t-elle, pointant la responsabilité des pays riches sur le changement climatique.

Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), soit 10% de la population de la planète, émettent environ 25% du CO2 lié au système énergétique mondial, selon l'AIE.

Esther Duflo se base sur les travaux de l'économiste américain Michael Greenstone qui, en partant d'une valeur monétaire donnée pour une année de vie et de l'effet du réchauffement climatique sur l'augmentation de la mortalité, évalue à 37 dollars le coût d'une tonne de carbone. Multiplié par la quantité d'émissions annuelles attribuables à l'Europe et aux Etats-Unis, 14 milliards de tonnes de CO2 équivalent, le prix de la "dette morale" monte alors à 518 milliards, soutient Mme Duflo.

Pour la financer, elle propose d'augmenter le taux minimal d'imposition des multinationales et de taxer les grandes fortunes, deux mécanismes qui permettraient selon elle de couvrir l'enveloppe annuelle.

L'aide financière climatique due par les pays riches aux pays en développement est fixée actuellement à 100 milliards de dollars par an. La COP29, en novembre à Bakou, doit établir le nouveau montant au-delà de 2025.

Le futur objectif, crucial pour renouer la confiance entre le Nord et le Sud, restera quoi qu'il arrive très en-deçà des besoins: les pays en développement (hors Chine) ont besoin de 2.400 milliards de dollars par an d'ici 2030 pour financer leur transition et s'adapter au changement climatique, selon un calcul d'experts de l'ONU.

En parallèle, de multiples pistes sont au coeur des négociations internationales pour trouver comment combler l'écart, parmi lesquelles l'allègement de la dette des pays pauvres ou des innovations financières via de nouvelles taxes internationales.

 

 


L'Asie paye le prix fort aux aléas climatiques

Des habitants traversent les eaux de crue après avoir été évacués d’une zone inondée suite à de fortes pluies dans la ville de Qingyuan, dans la province méridionale du Guangdong en Chine. (AFP)
Des habitants traversent les eaux de crue après avoir été évacués d’une zone inondée suite à de fortes pluies dans la ville de Qingyuan, dans la province méridionale du Guangdong en Chine. (AFP)
Short Url
  • L'année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée dans le monde. Et en Asie l'impact des vagues de chaleur devient de plus en plus sévère
  • L'Asie se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale, avec des températures l'année dernière de près de deux degrés Celsius supérieures à la moyenne de 1961 à 1990

GENEVE: L'Asie a été "la région du monde la plus touchée par les catastrophes" liées à la météo en 2023, inondations et tempêtes ayant fait le plus de victimes et de pertes économiques, indique l'ONU mardi.

"Le changement climatique a exacerbé la fréquence et la gravité de tels événements, impactant profondément les sociétés, les économies et, plus important encore, les vies humaines et l'environnement dans lequel nous vivons", a déclaré Celeste Saulo, directrice de l'Organisation mondiale de la météorologie (OMM) dans un communiqué.

L'année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée dans le monde. Et en Asie l'impact des vagues de chaleur devient de plus en plus sévère, souligne l'OMM, ajoutant que la fonte des glaciers -notamment dans la chaîne de l'Himalaya- menace la sécurité hydrique de la région.

En outre, l'Asie se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale, avec des températures l'année dernière de près de deux degrés Celsius supérieures à la moyenne de 1961 à 1990.

"Les conclusions du rapport donnent à réfléchir", a déclaré la cheffe de l'OMM.

"De nombreux pays de la région ont connu en 2023 leur année la plus chaude jamais enregistrée, accompagnée d'une série de conditions extrêmes, allant des sécheresses et des vagues de chaleur aux inondations et aux tempêtes", souligne le rapport.

Le rapport sur l'état du climat en Asie 2023 souligne l'accélération du rythme des principaux indicateurs du changement climatique tels que la température de surface, le retrait des glaciers et l'élévation du niveau de la mer, affirmant qu'ils auraient de graves répercussions sur les sociétés, les économies et les écosystèmes de la région.


Alistithmar Capital et Ezdihar Real Estate s'associent pour lancer un fonds de développement immobilier de 293 millions de dollars

Khalid bin Abdulaziz Al-Rayes , PDG d'Investment Capital, et Abdul Mohsen bin Fawaz Al Hokair, PDG d'Izdihar Real Estate Development Co. (Fournie)
Khalid bin Abdulaziz Al-Rayes , PDG d'Investment Capital, et Abdul Mohsen bin Fawaz Al Hokair, PDG d'Izdihar Real Estate Development Co. (Fournie)
Short Url
  • 'objectif est de stimuler la croissance du capital des investisseurs immobiliers
  • e partenariat avec Ezdihar vise à poursuivre des objectifs communs dans le domaine de l'immobilier et à offrir aux investisseurs des opportunités adaptées à leurs objectifs

RIYADH : La société saoudienne Alistithmar Capital s'associe à Ezdihar Real Estate Development Co pour créer un fonds immobilier de 1,1 milliard de SR (293 millions de dollars), ce qui profitera au paysage commercial et de bureaux de Riyad.

Dans un communiqué, Alistithmar Capital, la filiale d'investissement de la Saudi Investment Bank, a annoncé que l'objectif est de stimuler la croissance du capital des investisseurs en obtenant des droits d'usufruit sur une parcelle de 103 000 m² dans les locaux de l'Université du Roi Saoud sur la route Prince Turki Al-Awwal à Riyad, afin de développer le terrain en un complexe de bureaux commerciaux générant des revenus.

Le PDG de la société, Khalid Al-Rayes, a déclaré que le partenariat avec Ezdihar vise à poursuivre des objectifs communs dans le domaine de l'immobilier et à offrir aux investisseurs des opportunités adaptées à leurs objectifs et à l'évolution du paysage immobilier.

Il a ajouté que son organisation se consacre à offrir des perspectives d'investissement de haute qualité aux investisseurs immobiliers grâce à des fonds méticuleusement structurés et adaptés aux exigences de chaque projet. Cette approche garantit des avantages maximaux et des retours sur investissement optimaux.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com