Comment la région MENA peut-elle relever le défi climatique?

Le parc éolien de Dumat al Jandal dans la province d’Al Jawf, le premier et le plus grand de ce type en Arabie saoudite, est entré en service en 2022, avec 99 turbines produisant 400 MW d'électricité. (Photo, avec l'aimable autorisation de la Vision 2030)
Le parc éolien de Dumat al Jandal dans la province d’Al Jawf, le premier et le plus grand de ce type en Arabie saoudite, est entré en service en 2022, avec 99 turbines produisant 400 MW d'électricité. (Photo, avec l'aimable autorisation de la Vision 2030)
Le projet de la centrale solaire de Sakaka, dans la province d’Al-Jouf, au nord de l'Arabie saoudite, s'étend sur une superficie de 6 kilomètres carrés. La centrale produit 940 000 MWh d'électricité et fournit suffisamment d'énergie propre pour alimenter 75 000 foyers. (Photo, SPA)
Le projet de la centrale solaire de Sakaka, dans la province d’Al-Jouf, au nord de l'Arabie saoudite, s'étend sur une superficie de 6 kilomètres carrés. La centrale produit 940 000 MWh d'électricité et fournit suffisamment d'énergie propre pour alimenter 75 000 foyers. (Photo, SPA)
Short Url
Publié le Samedi 02 mars 2024

Comment la région MENA peut-elle relever le défi climatique?

  • L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis tirent parti des énergies renouvelables et des politiques environnementales pour protéger la croissance et la prospérité futures
  • Si l'on n'agit pas maintenant, certaines parties de la région MENA pourraient être inhabitables d'ici 2050 en raison des températures extrêmes et de la pénurie d'eau

RIYAD/DUBAÏ: La région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord est à la croisée des chemins. Alors que les températures augmentent, que la pénurie d'eau s'intensifie et que la désertification s'étend, l'immense potentiel économique de la région est menacé si des mesures audacieuses ne sont pas prises.

Heureusement, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar ont pris des mesures pour adopter des sources d'énergie renouvelable, non seulement pour respecter leurs propres engagements en matière de réduction des émissions de carbone, mais aussi pour jouer un rôle de premier plan dans la transition énergétique mondiale.

Le projet de la centrale solaire de Sakaka, dans la province d’Al-Jouf, au nord de l'Arabie saoudite, s'étend sur une superficie de 6 kilomètres carrés. La centrale produit 940 000 MWh d'électricité et fournit suffisamment d'énergie propre pour alimenter 75 000 foyers. (Photo, SPA)
Le projet de la centrale solaire de Sakaka, dans la province d’Al-Jouf, au nord de l'Arabie saoudite, s'étend sur une superficie de 6 kilomètres carrés. La centrale produit 940 000 MWh d'électricité et fournit suffisamment d'énergie propre pour alimenter 75 000 foyers. (Photo, SPA)

L'adoption des énergies renouvelables est allée de pair avec un effort régional plus large visant à diversifier les économies en délaissant le pétrole, à investir dans le captage, le stockage et l'utilisation du carbone, et à mettre en œuvre des politiques destinées à protéger les habitats naturels et à étendre les espaces verts.

L'enjeu est de taille pour la région MENA, considérée comme particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique. En effet, plusieurs études indiquent que certaines parties de la région pourraient être inhabitables d'ici 2050 en raison des températures extrêmes et de la pénurie d'eau.

En novembre et décembre derniers, Dubaï a accueilli la conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28), au cours de laquelle les pays se sont mis d'accord sur un ensemble historique de mesures visant à empêcher les températures moyennes mondiales d'augmenter de 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustrielles.

Des personnes marchent devant Expo City à Dubaï le 12 décembre 2023 lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP28. (Photo, AFP)
Des personnes marchent devant Expo City à Dubaï le 12 décembre 2023 lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP28. (Photo, AFP)

L'accord prévoit une «transition vers l'abandon des combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques, d'une manière juste, ordonnée et équitable afin de parvenir à une consommation zéro émission nette d'ici à 2050, conformément aux données scientifiques».

Il a également appelé à la création d'un fonds pour aider les pays vulnérables à payer les dommages liés au climat, et à la publication d'évaluations historiques sur les progrès réalisés dans le monde en matière d'atténuation des effets du changement climatique.

En outre, il a appelé à un triplement de la capacité des énergies renouvelables dans le monde d'ici 2030, à l'accélération des efforts pour réduire l'utilisation du charbon et à l'adoption de technologies pour le captage, le stockage et l'utilisation du carbone.

Bien que toutes les nations ne soient pas satisfaites du texte de l'accord, celui-ci marque une avancée importante, en s'appuyant sur les ambitions énoncées dans l'accord de Paris de 2015.

S'exprimant au siège parisien de l'Agence internationale de l'énergie le 20 février, le président de la COP28, Sultan al-Jaber, a déclaré que la réalisation des objectifs convenus dans le cadre du «consensus des Émirats arabes unis» nécessiterait une «action sans précédent» de la part des parties prenantes mondiales.

«La solidarité a surmonté la polarisation, l'inclusivité a prévalu sur les accusations et l'esprit de partenariat a rassemblé le meilleur de l'humanité», a-t-il indiqué à propos du sommet de la COP28.

«Afin de préserver cet esprit et de tirer parti de l'élan donné par la COP28, le consensus des Émirats arabes unis a défini une nouvelle orientation et un changement de cap clair. Nous devons maintenant transformer un accord sans précédent en une action sans précédent. Le moment est venu pour toutes les parties prenantes de passer à l'action», a-t-il souligné.

Le président de la COP28, sultan Ahmed al-Jaber, est vu sur un écran alors qu'il s'exprime lors d'une table ronde de haut niveau sur les engagements énergétiques et climatiques de la COP organisée par l'Agence internationale de l'énergie à son siège à Paris, le 20 février 2024. (Photo, AFP)
Le président de la COP28, sultan Ahmed al-Jaber, est vu sur un écran alors qu'il s'exprime lors d'une table ronde de haut niveau sur les engagements énergétiques et climatiques de la COP organisée par l'Agence internationale de l'énergie à son siège à Paris, le 20 février 2024. (Photo, AFP)

Alors que de nombreux pays occidentaux semblent revenir sur leurs engagements en matière de climat, la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord a relevé le défi.

L'Initiative verte saoudienne, lancée par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, en 2021 pour protéger l'environnement du Royaume, préserver la faune et la flore et planter des milliards d'arbres, tout en permettant une croissance économique durable, en est un exemple audacieux.

«Depuis sa création, l’Initiative verte saoudienne a mis en œuvre une série d'initiatives visant à protéger et à conserver les écosystèmes vitaux de l’Arabie saoudite», a déclaré à Arab News, Osama Ibrahim Faqeeha, ministre adjoint de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture.

Osama Ibrahim Faqeeha, ministre adjoint de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture. (Photo fournie)
Osama Ibrahim Faqeeha, ministre adjoint de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture. (Photo fournie)

«Par exemple, le Programme national d’écologisation, qui stimule les efforts de plantation d’arbres à l’échelle nationale en Arabie saoudite et repose sur deux principes directeurs clés: premièrement, maintenir l’équilibre des écosystèmes et, deuxièmement, utiliser des ressources en eau renouvelables.»

«Le programme adopte une approche de régénération basée sur la nature afin de permettre à ses écosystèmes de prospérer au fil du temps.»

Faqeeha a déclaré que plusieurs initiatives dédiées dans le cadre de l’Initiative verte saoudienne sont mises en œuvre pour protéger les points chauds de la biodiversité par la désignation de zones protégées.

«L’Initiative verte saoudienne vise également à promouvoir la durabilité en sensibilisant et en réduisant l'impact négatif des secteurs économiques sur les écosystèmes, en menant tous ces efforts en engageant toutes les parties prenantes concernées des secteurs public, privé et tertiaire», a-t-il signalé.

Le programme national d'écologisation de l'Arabie saoudite bat son plein depuis 2021. (Photo, SPA)
Le programme national d'écologisation de l'Arabie saoudite bat son plein depuis 2021. (Photo, SPA)

Parmi les autres mesures importantes prises par l’Arabie saoudite pour sauvegarder la biodiversité, on peut citer la mise en place d'un cadre environnemental national spécifique, étayé par la loi nationale sur l'environnement.

Plusieurs agences ont été créées pour mener à bien ce travail, notamment le Centre national pour la faune, le Centre national pour la couverture végétale, le Centre national pour la conformité environnementale et le Centre national pour la gestion des déchets.

Faqeeha a expliqué que sous la supervision de son ministère, ces agences «réglementent et surveillent les domaines environnementaux essentiels liés à la conservation de la biodiversité, tels que les écosystèmes terrestres, marins et côtiers, la couverture végétale et terrestre, les milieux environnementaux, la gestion des déchets, et soulignent l'engagement en faveur de la conservation de la biodiversité dans le Royaume».

La situation est similaire aux Émirats arabes unis. Dans le cadre de la politique générale de l'environnement de 2021, les autorités s'efforcent de préserver les écosystèmes, de promouvoir la diversification et la prospérité économique, d'intégrer les considérations relatives au changement climatique et à la biodiversité dans divers secteurs et de soutenir la réalisation des objectifs de développement durable de l'ONU à l'horizon 2030.

La propreté constante des eaux marines fait partie des objectifs de développement durable des Émirats arabes unis. (Photo fournie)
La propreté constante des eaux marines fait partie des objectifs de développement durable des Émirats arabes unis. (Photo fournie)

Tous ces plans sont essentiels si les pays de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord espèrent faire face aux effets du changement climatique, qui ont déjà une incidence sur les régimes de précipitations, provoquent une pénurie d'eau et nuisent à l'agriculture, menaçant ainsi les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire.

Dans les États du Golfe, en particulier, le changement climatique contribue déjà à l'augmentation de la salinité des eaux souterraines. Selon un rapport de l'Institut des États arabes du Golfe à Washington, les réserves d'eau du Golfe seront soumises à des pressions supplémentaires au cours des 20 prochaines années à cause de l'explosion démographique de la région et de la rareté des précipitations.

Les responsables de ces pays estiment donc qu'il est essentiel de planifier dès maintenant afin d'atténuer ces défis et de s'y adapter s'ils veulent protéger la croissance et la prospérité futures.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La branche armée du Hamas dit avoir visé Tel-Aviv avec un «important barrage de roquettes»

Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Short Url
  • "Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam
  • L'armée israélienne a affirmé que "certaines des roquettes ont été interceptées"

TEL AVIV:  La branche armée du Hamas palestinien a dit dimanche avoir visé Tel-Aviv avec un "important barrage de roquettes" dans un message publié sur Telegram après que l'armée israélienne ait affirmé qu'au moins 8 roquettes avaient été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël.

"Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam dans leur message mis en ligne quelques minutes après que des sirènes d'alerte aient retenti dans le centre d'Israël selon des journalistes de l'AFP.

Auparavant, l'armée israélienne avait déclaré dans un communiqué que huit roquettes avaient été tirées vers le centre du pays depuis la "région de Rafah", dans l'extrême sud de la bande de Gaza, où d'intenses combats l'opposent actuellement aux mouvement armés palestiniens.

L'armée a précisé qu'"un certain nombre" de roquettes avaient été interceptées par le système de défense aérienne, sans donner plus de détails. Un journaliste de l'AFP a entendu au moins trois explosions dans l'air.

Sirènes  

Une correspondante de l'AFP dans la bande de Gaza a dit avoir vu des roquettes tirées depuis Rafah.

Des sirènes d'alerte ont retenti en début d'après-midi à Tel-Aviv et dans le centre d'Israël pour que les habitants se mettent à l'abri après des tirs de roquettes.

Les services de secours israéliens, le Magen David Adom (MDA), ont fait savoir que leurs équipes n'avaient identifié qu'un patient qui s'était légèrement blessé en se rendant dans un abri.

La guerre a été déclenchée par l'attaque du Hamas le 7 octobre qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

Sur les 252 personnes alors emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes selon l'armée.

Israël a juré de détruire le Hamas et lancé en représailles une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza, entraînant la mort d'au moins 35.984 personnes, pour la plupart des civils, selon des données du ministère de la Santé du Hamas à Gaza.


Plusieurs navires américains échoués près du port artificiel pour l'aide à Gaza

Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Short Url
  • «Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué
  • Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel»

WASHINGTON : Quatre embarcations de l'armée américaine utilisées pour la jetée provisoire pour l'aide à Gaza se sont échouées samedi matin à cause d'une «mer agitée», a fait savoir le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

«Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué.

Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel».

Il ajoute que l'armée israélienne aide les Américains à remettre à flots les navires et insiste: «Aucun (militaire) américain n'entrera dans Gaza».

Les Etats-Unis ont achevé la semaine dernière cette jetée dont la construction avait été annoncée en mars par le président Joe Biden. Il s'agit de pallier les restrictions imposées par Israël à l'acheminement terrestre de l'aide vers la bande de Gaza, ravagée par sept mois d'une guerre déclenchée par l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Vendredi, l'ONU a fait savoir que l'installation a permis le débarquement en une semaine de 97 camions d'aide humanitaire.

Le Centcom a précisé que 1.005 tonnes d'aide avait été débarquées en date de vendredi, dont 903 acheminées vers l’entrepôt de l'ONU.

Le port artificiel, d'un coût d'au moins 320 millions de dollars, à l'instar d'autres initiatives alternatives, ne peuvent se substituer à un afflux d'aide par voie terrestre, préviennent l'ONU et les organisations humanitaires.

Selon les Nations unies, la quasi-totalité des 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza ont été déplacés par les combats et les bombardements, et se trouvent en situation d'insécurité alimentaire, avec un risque de famine à grande échelle.

 


Le premier groupe de pèlerins marocains arrive en Arabie saoudite grâce à l'initiative de la route de La Mecque

Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la nécessité de créer une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj
  • Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque

RIYAD : Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed ben Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca.

Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque.

Cette initiative vise à faciliter autant que possible le voyage des pèlerins pour accomplir le Hajj, grâce à l'enregistrement électronique dans leur pays d'origine, y compris en ce qui concerne l'immigration, la santé, les bagages, le voyage et le logement à La Mecque et à Médine.

Ils sont transportés par bus sur des itinéraires désignés, et des agences de service livrent leurs bagages sur leurs lieux de séjour, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L'IAM fait partie du programme d'expérience des pèlerins (PEP) du ministère de l'Intérieur, un pilier de la Vision 2030 du Royaume.

Cette initiative, qui en est à sa sixième année, est menée en coopération avec un grand nombre d'autorités publiques et semi-gouvernementales, notamment les ministères des Affaires étrangères, de la Santé, du Hajj et de la Omra, des Médias, de l'Aviation civile, de la Zakat, de l'Impôt et des Douanes, de la SDAIA et du Programme d'expérience du pèlerin.

Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la création d'une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj.

Les pèlerins qui sont arrivés ces derniers jours ont exprimé leur « gratitude au gouvernement du Royaume pour les services et les facilités qui ont été fournis, et rendu leur pèlerinage sûr et tranquillisant », a déclaré l'agence de presse saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com