Gaza : l'aide peut tomber du ciel, mais en quantité limitée

Des Palestiniens courent le long d'une rue alors que de l'aide humanitaire est larguée dans la ville de Gaza le 1er mars 2024, dans le cadre du conflit entre Israël et le Hamas. (Photo AFP)
Des Palestiniens courent le long d'une rue alors que de l'aide humanitaire est larguée dans la ville de Gaza le 1er mars 2024, dans le cadre du conflit entre Israël et le Hamas. (Photo AFP)
Short Url
Publié le Samedi 02 mars 2024

Gaza : l'aide peut tomber du ciel, mais en quantité limitée

  • Après cinq mois de guerre, la quantité d'aide humanitaire acheminée par camions a chuté de façon drastique, et les habitants du territoire font face à de graves pénuries de nourriture, d'eau et de médicaments
  • Face à cette situation dramatique, le président américain, Joe Biden, a annoncé que les Etats-Unis allaient participer «dans les prochains jours» aux largages

TERRITOIRES PALESTINIENS : Face à une situation humanitaire de plus en plus désespérée à Gaza, où les Nations unies préviennent que la famine est «presque inévitable», des pays donateurs ont commencé à parachuter des secours.

Après cinq mois de guerre, la quantité d'aide humanitaire acheminée par camions a chuté de façon drastique, et les habitants du territoire font face à de graves pénuries de nourriture, d'eau et de médicaments.

Des avions militaires étrangers ont commencé à y parachuter des palettes d'aide humanitaire. Des appareils jordaniens, avec le soutien de pays tels que le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas, ont pour l'instant organisé la plupart des largages.

Plusieurs appareils égyptiens ont fait de même jeudi, ainsi que des avions des Emirats arabes unis.

Imad Dughmosh, d'Al-Sabra, dans le centre de la bande de Gaza, a déclaré à l'AFP qu'il avait pu récupérer de l'eau potable et de la nourriture grâce à ces largages, mais qu'il n'y en avait pas assez pour tous ceux qui attendaient.

«En fin de compte, j'ai pu récupérer des sacs de pâtes et de fromage, mais mes cousins n'ont rien eu», a dit cet homme de 44 ans: «J'étais content d'avoir de la nourriture pour les enfants, mais ce n'est pas assez».

- Crise humanitaire -

Les livraisons d'aide humanitaire ont été réduites au minimum depuis le début de la guerre, le 7 octobre, après l'attaque sans précédent du Hamas contre le sud d'Israël qui a fait 1.160 morts, pour la plupart civils, selon les données officielles israéliennes.

L'offensive de représailles d'Israël contre le Hamas a tué 30.228 personnes, principalement des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé du territoire, contrôlé par le mouvement islamiste.

Dans le nord de la bande de Gaza, où l'offensive israélienne a commencé, de nombreux habitants en sont réduits à manger du fourrage.

Dix enfants sont déjà morts de «malnutrition et de déshydratation», a affirmé vendredi le ministère de la Santé.

Face à cette situation dramatique, le président américain, Joe Biden, a annoncé que les Etats-Unis allaient participer «dans les prochains jours» aux largages.

«Dans les prochains jours, nous allons nous joindre à nos amis de Jordanie et autres en opérant des largages de nourriture et autres biens» sur Gaza, a-t-il annoncé.

Un responsable américain a toutefois estimé que ces parachutages «ne pourraient être qu'une goutte d'eau dans l'océan» par rapport aux besoins.

Outre les risques liés au largage de lourds colis dans des zones surpeuplées, des habitants de Gaza ont assuré à l'AFP que de nombreuses palettes avaient fini dans la Méditerranée.

«La plupart de l'aide est tombée dans la mer aujourd'hui, et les parachutes qui sont tombés jeudi et mercredi sont tous tombés dans la mer, à l'exception d'un très petit nombre», a indiqué Hani Ghabboun, qui vit à Gaza-City avec sa femme et ses cinq enfants.

Selon lui, ce sont des «centaines de tonnes d'aide qu'il faudrait pour lutter contre la famine et nourrir la population».

- «Extrêmement difficile» -

Pour Jens Laerke, porte-parole de l'agence de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), les largages aériens posent «de nombreux problèmes».

«L'aide qui arrive de cette manière ne peut être qu'un dernier recours», a-t-il déclaré. «Le transfert par voie terrestre est tout simplement meilleur, plus efficace et moins coûteux».

Il a toutefois lancé un avertissement: «Si rien ne change, une famine est presque inévitable».

Les Nations unies accusent les forces israéliennes de bloquer «systématiquement» l'accès à Gaza, ce qu'Israël nie.

Les organisations humanitaires, dont l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), estiment que la meilleure serait qu'Israël ouvre les points de passage frontaliers et permette aux convois de camions d'entrer et de livrer en toute sécurité.

Un porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré à des journalistes que près d'un millier de camions attendaient à la frontière égyptienne.

«Les parachutages sont extrêmement difficiles», a déclaré Stéphane Dujarric: «Mais toutes les options restent sur la table».

Les largages aériens peuvent également se révéler très coûteux.

Pour Jeremy Konyndyk, président de l'ONG Refugees International, les parachutages ne peuvent «être utiles qu'à la marge».

Un avion peut larguer l'équivalent du chargement de deux camions, mais pour un coût dix fois supérieur, a-t-il déclaré vendredi à la BBC.

«Plutôt que larguer de la nourriture depuis les airs, nous devrions exercer une forte pression sur le gouvernement israélien pour qu'il permette l'acheminement de l'aide par des canaux plus traditionnels, qui permettent de fournir une aide à plus grande échelle», a-t-il estimé.


Israël «panique» face à l'Iran, se félicite un responsable iranien

Un conseiller du guide suprême iranien a déclaré samedi qu’Israël était paniqué face à d’éventuelles représailles de l’Iran après une frappe en Syrie qui a tué des membres des Gardiens de la révolution. (AFP/Dossier)
Un conseiller du guide suprême iranien a déclaré samedi qu’Israël était paniqué face à d’éventuelles représailles de l’Iran après une frappe en Syrie qui a tué des membres des Gardiens de la révolution. (AFP/Dossier)
Short Url
  •  Un conseiller du Guide suprême iranien s'est félicité samedi de "la panique totale" qui a saisi Israël dans l'attente de la riposte annoncée par TéhéraN
  • Le président américain Joe Biden a dit vendredi qu'il s'attendait à ce que l'Iran passe "bientôt" à l'action

TEHERAN: Un conseiller du Guide suprême iranien s'est félicité samedi de "la panique totale" qui a saisi Israël dans l'attente de la riposte annoncée par Téhéran à la frappe ayant visé le consulat iranien à Damas.

"Cela fait une semaine que les sionistes sont dans une panique totale et en alerte. Ils ont arrêté l'attaque militaire sur Rafah", dans le sud de la bande de Gaza, et, "comme ils ne savent pas ce que l'Iran veut faire, eux et leurs partisans sont terrifiés", a déclaré Yahya Rahim Safavi, conseiller de l'ayatollah Ali Khamenei, cité par l'agence Isna.

"Cette guerre psychologique, médiatique et politique est pour eux plus terrifiante que la guerre elle-même, car ils attendent une attaque chaque nuit et beaucoup d'entre eux ont fui et se sont réfugiés dans des abris", a-t-il ajouté.

Téhéran a promis de "punir" Israël après la frappe attribuée à Israël contre le consulat iranien à Damas qui a fait, selon une ONG, 16 morts parmi lesquels deux généraux des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran.

Israël est, depuis, en état d'alerte maximale et les Etats-Unis ont annoncé l'envoi de troupes supplémentaires vers le Moyen-Orient.

Le président américain Joe Biden a dit vendredi qu'il s'attendait à ce que l'Iran passe "bientôt" à l'action.


À la découverte des joyaux cachés : explorer l’Arabie saoudite à moto

Fondé en 2013 par Saleh Al-Ghamdi, les Baha Riders comptent 74 membres et sont officiellement reconnus par la Fédération saoudienne de l'automobile et de la moto. (Photo fournie)
Fondé en 2013 par Saleh Al-Ghamdi, les Baha Riders comptent 74 membres et sont officiellement reconnus par la Fédération saoudienne de l'automobile et de la moto. (Photo fournie)
Le club de motards Baha Riders propose aux touristes une perspective unique de la ville de Baha en transformant leur passion en une activité lucrative. (Photo fournie)
Le club de motards Baha Riders propose aux touristes une perspective unique de la ville de Baha en transformant leur passion en une activité lucrative. (Photo fournie)
Le club de motards Baha Riders propose aux touristes une perspective unique de la ville de Baha en transformant leur passion en une activité lucrative. (Photo fournie)
Le club de motards Baha Riders propose aux touristes une perspective unique de la ville de Baha en transformant leur passion en une activité lucrative. (Photo fournie)
Short Url
  • Les Baha Riders s'engagent à révéler la splendeur de Baha tout en chevauchant leurs motos
  • « De nombreux touristes optent pour l'expérience de la moto car elle offre une expérience libératrice »

RIYAD : Le club de motards Baha Riders offre aux touristes une perspective unique de la ville de Baha en transformant leur passion en une activité lucrative. Composé de motocyclistes professionnels de la ville, les Baha Riders s'engagent à révéler la splendeur de Baha tout en chevauchant leurs motos.

photo
Fondé en 2013 par Saleh Al-Ghamdi, les Baha Riders comptent 74 membres et sont officiellement reconnus par la Fédération saoudienne de l'automobile et de la moto. (Photo fournie)

Baha est une région brute et authentique, selon Shaiq ben Ali, porte-parole des Baha Riders. « La majeure partie de la région est restée intacte depuis des décennies, ce qui en fait une destination idéale pour les voyageurs souhaitant découvrir la beauté de la nature préservée. »

Nichée dans les montagnes de Sarawat, dans le sud-ouest de l'Arabie saoudite, Baha est l'une des destinations touristiques les plus prisées du Royaume. Son climat agréable et ses vastes étendues boisées en font un lieu de visite incontournable.


Liban: Appel au calme après l'assassinat d'un responsable des Forces libanaises

Des partisans des Forces libanaises (FL) assistent aux funérailles de Pascal Sleiman, coordinateur dans la région de Byblos (Jbeil) au nord de Beyrouth pour les LF, le 12 avril 2024. (AFP)
Des partisans des Forces libanaises (FL) assistent aux funérailles de Pascal Sleiman, coordinateur dans la région de Byblos (Jbeil) au nord de Beyrouth pour les LF, le 12 avril 2024. (AFP)
Short Url
  • Le Liban « n’accorde pas l'asile, car il existe des zones sûres en Syrie », a déclaré Mawlawi
  • Geagea : « Notre confrontation n'est pas motivée par la vengeance ou le sectarisme »

BEYROUTH : Le ministre de l'Intérieur du Liban, Bassam Mawlawi, a appelé vendredi tout le monde à « rester calme et à s'abstenir d'attaquer les autres ». Le pays, a-t-il déclaré vendredi, « respecte les droits de l'homme, et protège légalement tous ceux qui se trouvent sur son territoire ». 

Il a par ailleurs souligné l'importance de « l’application de la loi sur tous les résidents ». 

Son appel intervient alors que les funérailles de Pascal Sleiman, responsable des Forces libanaises, se sont transformées en une campagne contre la présence de réfugiés syriens au Liban. Le Liban « n'accorde pas l'asile parce qu’il existe des zones sûres en Syrie », a déclaré Mawlawi, ajoutant que 35 % des détenus dans les prisons libanaises sont des Syriens. 

De son côté, l'armée libanaise a été déployée dans des zones sensibles, notamment entre Chiyah et Ain el-Remmaneh, et a renforcé sa présence dans les banlieues sud de Beyrouth. Issam Charaf el-Din, le ministre par intérim des Affaires des déplacés, a déclaré qu'il y avait 20 000 hommes armés dans les camps de réfugiés et que la sécurité au Liban n'était pas sous contrôle. 

Des milliers de partisans des Forces libanaises et d'autres partis chrétiens ont assisté aux funérailles de Sleiman - le coordinateur des Forces libanaises à Jbeil, dans le nord du Liban. 

Le cercueil était enveloppé dans le drapeau libanais et la bannière de son parti. Lors des funérailles, à l'église Saint Georges de Jbeil, le patriarche Béchara Rai a rappelé l'importance de la miséricorde et de la justice.

Rai, la plus haute autorité religieuse chrétienne au Liban, a déclaré que les décisions de guerre et de paix n'appartenaient plus à l'État libanais.

Pendant ce temps, l'enquête sur le crime semble piétiner.

Les seules informations disponibles révèlent qu'un groupe de Syriens a tué Sleiman en le frappant à la tête après avoir volé sa voiture, une « Audi ». Le corps a ensuite été placé dans le coffre de la voiture et transporté à la frontière libano-syrienne, où il a été retrouvé dimanche dernier.

L'interrogatoire des détenus syriens soupçonnés du crime a révélé que la bande impliquée dans l’enlèvement et le meurtre de Sleiman fait partie d'un gang dont les membres sont mêlés à diverses activités criminelles, y compris le vol de voitures.

Les voitures volées sont acheminées à la frontière et remises à des contrebandiers, qui les font passer en Syrie via des passages clandestins. Un autre groupe en Syrie achète ces véhicules, dont certains sont démantelés et vendus en pièces détachées.

Le meurtre de Sleiman a eu de graves répercussions, notamment des attaques contre les réfugiés syriens dans des zones majoritairement chrétiennes.

Des travailleurs et des réfugiés syriens ont été publiquement menacés et sommés de quitter les quartiers de la périphérie est de Beyrouth, le village de Bcharré et d'autres villes, au plus tard vendredi.

Des familles syriennes ont été vues quittant précipitamment leurs maisons, emportant leurs enfants et leurs maigres possessions.

Les attaques ont également ciblé le Parti nationaliste social syrien, allié du Hezbollah et du régime syrien, ainsi que ses centres et ses ambulances dans le Mont Liban et la Bekaa.

Le meurtre de Sleiman et la recrudescence de la violence contre les réfugiés et travailleurs syriens font resurgir la question de l'asile dans le pays. Le Liban se plaint de la présence de plus de 1,5 million de Syriens sur son territoire, dont moins d'un million sont enregistrés auprès du HCR.

Dans son discours vendredi, Rai a exhorté chacun à la retenue et à éviter de se laisser entraîner dans la discorde.

Rai a souligné l'importance de la « miséricorde et de la justice » et rappelé que l’épouse de Sleiman a affirmé « sa confiance dans les appareils militaires et de sécurité, en particulier l'armée, qui a réussi à démasquer les auteurs ».

Et Rai d’ajouter : « L'important est de connaître les objectifs du crime et ses commanditaires, car la vérité finira par émerger. Mais il est regrettable que les auteurs de ce crime soient des Syriens déplacés que le Liban a accueillis avec humanité, et que certains d'entre eux représentent désormais une menace pour les Libanais dans leurs propres foyers. Il est donc impératif de contrôler leur présence et il appartient aux autorités libanaises de traiter ce problème gravement dangereux par les moyens légaux et procéduraux.

Rai a souligné que « l'échec de l'élection d'un chef de l'État, le chaos dans les institutions et la prolifération des armes sont les principales causes facilitant les crimes politiquement couverts par des personnes influentes ».

« Qui tire profit de ce chaos ? La décision de faire la guerre et la paix a échappé à l'État », a-t-il déclaré, faisant allusion au Hezbollah.

Le leader des Forces Libanaises, Samir Geagea, s'est, quant à lui, adressé à la foule rassemblée à l'église, via Zoom.

Il a affirmé que « la confrontation continue. Notre lutte n'est pas une question de vengeance, elle n'est pas réactionnaire, ni basée sur le sectarisme ou le régionalisme. Elle vise plutôt à passer de notre réalité amère à la réalité souhaitée. Celle où chaque individu peut vivre avec fierté et dignité, comme dans toutes les sociétés civilisées. »

Le chef du parti chrétien a également ajouté : « Notre lutte se poursuivra tant que les assassinats et les enlèvements continueront, tant que nous n'aurons pas des frontières sécurisées et régulées, tant qu'un gouvernement corrompu et défaillant ne sera pas remplacé démocratiquement, et tant que les responsables de crimes tels que l'explosion du port de Beyrouth et l'assassinat d'Elias Hasrouni et d'autres ne seront pas identifiés et traduits en justice. »

Elias Hasrouni, membre des Forces Libanaises, avait été tué l'année dernière dans des circonstances obscures dans une région sous contrôle du Hezbollah dans le sud du Liban.

Geagea a également rappelé : « Ne pariez pas sur notre désespoir ; nous ne désespérerons pas, nous ne nous lasserons pas. Ne pariez pas sur notre retraite ; nous ne nous rendrons pas. Ne pariez pas sur notre mémoire ; nous n'oublierons pas. Et ne pariez pas sur le temps ; nous ne changerons pas d'avis. »

Le parti des Forces Libanaises accuse la « prolifération des armes incontrôlées » d'être responsable de la mort de Sleiman sans pour autant accuser directement le Hezbollah d'être responsable du crime.

Ils estiment qu'il existe de nombreuses failles dans le récit sécuritaire concernant la mort de Sleiman. Le parti insiste sur le caractère « politique » du crime jusqu'à preuve du contraire.

Après l'incident, et quelques heures avant l'annonce de la mort de Sleiman, le Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé « le parti des Forces Libanaises et ses alliés d'attiser le conflit. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com