Tunisie: limogeage du ministre de l'Intérieur

Le Premier tunisien ministre Hichem Mechichi. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 05 janvier 2021

Tunisie: limogeage du ministre de l'Intérieur

  • Le Premier ministre Hichem Mechichi qui a pris cette décision, assurera l'intérim, selon un bref communiqué de la présidence, publié sur sa page officielle
  • C'est le troisième ministre écarté du cabinet de M. Mechichi après l'arrestation et la détention du ministre de l'Environnement Mustapha Aroui en décembre pour une affaire de déchets dangereux importés d'Italie

TUNIS : Le ministre tunisien de l'Intérieur Taoufik Charfeddine a été démis de ses fonctions, a annoncé mardi la présidence du gouvernement sans préciser les raisons de ce limogeage qui intervient dans un contexte politique et social instable dans le pays.

Le Premier ministre Hichem Mechichi qui a pris cette décision, assurera l'intérim, selon un bref communiqué de la présidence, publié sur sa page officielle.

Lors de la composition du gouvernement en août 2020, des partis politiques s'étaient opposés à la désignation à ce poste de M. Charfeddine, ex-avocat et pilier de la campagne électorale du président Kais Saied.

C'est le troisième ministre écarté du cabinet de M. Mechichi après l'arrestation et la détention du ministre de l'Environnement Mustapha Aroui en décembre pour une affaire de déchets dangereux importés d'Italie, et le départ du ministre de la Culture Walid Zidi en octobre.

 


Des fonds européens d'aide pour les Palestiniens détournés, selon Israël

Des manifestants palestiniens soulèvent une maquette du Dôme du Rocher alors qu'ils participent à une manifestation anti-israélienne au camp de réfugiés de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 2 mai 2021, en solidarité avec d'autres Palestiniens à Jérusalem. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon le Shin Beth, des ONG humanitaires basées en Cisjordanie occupée ont « commis des fraudes et trompé plusieurs pays européens »
  • Cet argent provenait de Suisse, d'Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Suède, de Grande-Bretagne, d'Espagne et de l'Union européenne

JERUSALEM : Les services secrets israéliens ont affirmé jeudi que des fonds européens d'aide humanitaire destinés aux Palestiniens avaient été détournés au profit de groupes armés en Cisjordanie. 

Selon le Shin Beth, le service israélien de renseignement intérieur, qui affirme avoir mené une enquête avec l'armée et la police, des ONG humanitaires basées en Cisjordanie occupée ont « commis des fraudes et trompé plusieurs pays européens », en détournant des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation désignée comme groupe terroriste par Israël et plusieurs Etats occidentaux.

Selon le Shin Beth, « des sommes considérables provenant d'institutions gouvernementales officielles en Europe » ont été détournées pour financer « les actions terroristes armées du FPLP ».

Cet argent provenait de Suisse, d'Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, de Suède, de Grande-Bretagne, d'Espagne et de l'Union européenne.

Un responsable sécuritaire israélien requérant l'anonymat a indiqué à des journalistes que « des dizaines de millions de dollars » avaient été acheminés.

Il a ajouté qu' « aucun des gouvernements ne savait où allait l'argent ».

Selon le Shin Beth, le réseau orchestré par un « comité de la santé » central, a en outre fait valoir des projets fictifs, soumis de faux documents, falsifié et gonflé des factures et salaires.  

Parmi les suspects figure Juana Rashmawi, une femme de 63 ans qui a la nationalité espagnole et dont le cas a attiré l'attention des médias en Espagne après son arrestation. 

Le ministère espagnol des Affaires étrangères avait demandé le mois dernier à Israël d'améliorer ses conditions de détention.

Mme Rashmawi a été inculpée jeudi par un tribunal militaire pour avoir financé une organisation illégale et pour en faire partie, selon l'acte d'accusation consulté par l'AFP.

Le Shin Beth a également dévoilé l'identité de trois autres suspects, tous originaires de Cisjordanie. 

Du matériel « laissé par les suspects donne une idée de l'étendue de la fraude menée par le FPLP », a ajouté le Shin Beth.

Le ministère des Affaires étrangères israélien a appelé mardi les pays européens à « cesser immédiatement le financement d'organisations palestiniennes opérant pour le compte du FPLP ».

L'armée israélienne occupe la Cisjordanie, un territoire palestinien, depuis 1967.

Environ 2,8 millions Palestiniens vivent sur ce territoire, ainsi que quelque 475 000 Israéliens habitant dans des colonies jugées illégales par le droit international.


Crise sociale en Algérie : le gouvernement met en garde contre des actes «subversifs»

Une vue d'une manifestation du Hirak, Algérie. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'influente revue de l'armée El Djeich a fustigé cette semaine des grèves « suspectes », en avertissant que « la sécurité nationale (était) une ligne rouge »
  • Les autorités algériennes font face depuis plusieurs semaines à une multiplication des conflits sociaux

ALGER : Le gouvernement algérien a durci le ton jeudi face à la crise sociale qui ébranle le pays, en dénonçant « l'exploitation de l'activité syndicale par certains mouvements subversifs » quelques jours après avoir suspendu 230 pompiers pour avoir manifesté à Alger.

« Une exploitation de l'activité syndicale par certains mouvements subversifs visant à semer la "fitna" (sédition) a récemment été relevée », souligne un communiqué des services du Premier ministre, tout en reconnaissant le droit de grève et les libertés syndicales garantis par la Constitution.

L'influente revue de l'armée El Djeich a fustigé cette semaine des grèves « suspectes », en avertissant que « la sécurité nationale (était) une ligne rouge », à l'approche des élections législatives convoquées le 12 juin.

« L'entêtement de certains à tenir des grèves à un moment suspect est la meilleure preuve que ceci ne peut s'inscrire que dans une tentative de semer le trouble pour réaliser des objectifs et des intérêts qui ne vont pas dans le sens de l'amélioration de la situation professionnelle et des droits des travailleurs », a écrit El Djeich.

Les autorités algériennes font face depuis plusieurs semaines à une multiplication des conflits sociaux, alimentés par un taux de chômage élevé (15%) et une paupérisation de larges franges de la société.

Les tensions sociales s'ajoutent à une profonde crise économique, née de la chute de la rente pétrolière, et à l'impasse politique qui perdure depuis le soulèvement populaire antirégime du Hirak il y a deux ans.

Dans son communiqué, le gouvernement d'Abdelaziz Djerad incrimine certaines « mauvaises pratiques » prises durant les vingt ans de mandat de l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika.

Cet avertissement des autorités survient à la suite de la suspension de 230 sapeurs-pompiers ayant manifesté dimanche avec des revendications salariales et socio-professionnelles près du siège de la présidence à Alger.

Une sanction qui a aussitôt mobilisé leurs collègues, menaçant de démission collective s'ils n'étaient pas réintégrés.

Le ministère de l'Intérieur a qualifié la manifestation des pompiers de « complot » fomenté par « des parties hostiles à l'Algérie », une accusation récurrente contre toute voix dissidente.

Tandis que son ministre de l'Intérieur Kamel Beldjoud maniait le bâton, le président Abdelmadjid Tebboune a appelé le gouvernement à ouvrir « un dialogue » avec les partenaires sociaux afin de tenter d'éteindre la colère sociale.

Dans une pétition relayée jeudi par l'agence officielle APS, un collectif piloté par des personnalités proches du pouvoir a exhorté le peuple algérien à « serrer les rangs » et à « se rassembler autour de l'Etat national, de son unité et sa souveraineté » face aux menaces de déstabilisation de l'Algérie.


Des bateaux de pêche italiens essuient des tirs libyens

Il s'agit du deuxième incident de tirs sur des pêcheurs en l'espace d'une semaine. (Photo, AFP)
Short Url
  • Des garde-côtes libyens auraient fait feu « à hauteur d'homme » sur le bateau qui se trouvait au large de la ville de Misrata, à 30 milles nautiques
  • Une unité de la marine militaire italienne s'est portée au secours du capitaine blessé à un bras

ROME : Des bateaux de pêche italiens naviguant au large des côtes libyennes ont essuyé des tirs de la part de garde-côtes, qui ont légèrement blessé un capitaine italien, selon deux sources citées jeudi par des médias italiens.

Selon les informations du maire du port de pêche de Mazara del Vallo (ouest de la Sicile), Salvatore Quinci, des garde-côtes libyens auraient fait feu « à hauteur d'homme » sur le bateau qui se trouvait au large de la ville de Misrata, à 30 milles nautiques, rapporte l'agence de presse italienne Agi.

Une unité de la marine militaire italienne s'est portée au secours du capitaine blessé à un bras, a précisé l'élu, qui note qu'il s'agit du deuxième incident de tirs sur des pêcheurs en l'espace d'une semaine. 

Un membre de la famille a aussi confirmé à l'agence Ansa que le capitaine avait été seulement légèrement blessé.

Les familles de pêcheurs de Mazara del Vallo pêchent des crevettes roses depuis le début du siècle dernier près des côtes libyennes, à la recherche notamment de la crevette « gambero rosso », particulièrement prisée des chefs des restaurants gastronomiques et dont le prix peut atteindre 60 euros le kilo chez les poissonniers. 

Cette pratique est émaillée de nombreux incidents graves. Ainsi, dix-huit pêcheurs venant de Sicile (huit Italiens, six Tunisiens, deux Indonésiens et deux Sénégalais) avaient été capturés le 1er septembre sous l'accusation de pêche dans les eaux territoriales libyennes.  Ils avaient été libérés par la Libye en décembre.

Les tensions sur les droits de pêche ont augmenté à partir de 2005 quand le dictateur libyen Mouammar Kadhafi a proclamé que sa zone de pêche protégée s'étendait à 74 milles nautiques (près de 140 km) de la côte, au mépris des normes internationales. 

Et la guerre civile en Libye a exacerbé davantage encore les hostilités, l'Italie recommandant désormais à ses pêcheurs d'éviter la zone contestée.