Expulsion vers l'Algérie d'un imam officiant en France

Un agent de sécurité se tient à l'entrée de la Grande Mosquée dans le quartier d'Empalot à Toulouse, le 23 juin 2018, lors de son inauguration après 13 ans de rénovation. (Photo Eric Cabanis AFP)
Un agent de sécurité se tient à l'entrée de la Grande Mosquée dans le quartier d'Empalot à Toulouse, le 23 juin 2018, lors de son inauguration après 13 ans de rénovation. (Photo Eric Cabanis AFP)
Short Url
Publié le Samedi 20 avril 2024

Expulsion vers l'Algérie d'un imam officiant en France

  • Mohamed Tataïat était arrivé en France en 1985 comme imam détaché algérien
  • Il a été expulsé vendredi soir vers l'Algérie, après sa condamnation définitive pour provocation à la haine et à la violence envers la communauté juive, ont annoncé les autorités

PARIS : L'imam de nationalité algérienne, Mohamed Tataïat, qui officiait à Toulouse dans le sud de la France, a été expulsé vendredi soir vers l'Algérie, après sa condamnation définitive pour provocation à la haine et à la violence envers la communauté juive, ont annoncé les autorités.

Dans un message posté sur le réseau social X, le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a fait valoir qu'«une nouvelle fois, la loi immigration (avait permis) d'expulser dans son pays d'origine en moins de 24 heures un +imam+ de Toulouse, prêcheur de haine et condamné par la justice».

L'un des avocats de l'imam a dénoncé une «expulsion manu militari». «Il n'y avait pas d'urgence, il est sur le territoire français depuis 40 ans, il a des enfants, il travaille, il n'a pas fait parler de lui depuis sept ans, et là il se retrouve dans un avion en direction de l'Algérie», a réagi auprès de l'AFP Me Jean Iglesis.

Une audience pour examiner une requête en référé des avocats de l'imam à l'encontre de cet arrêté d'expulsion était prévue lundi au tribunal administratif de Paris, a ajouté Me Iglesis.

«Ce qui se passe est d'une certaine gravité (...) C'est une défiance à l'égard de la défense et de l'autorité judiciaire», a poursuivi le conseil de l'imam, affirmant notamment qu'il n'avait pas pu avoir accès à son client lorsqu'il était en instance d'expulsion à l'aéroport de Toulouse.

Mohamed Tataïat était arrivé en France en 1985 comme imam détaché algérien. Il avait rejoint Toulouse deux ans plus tard pour exercer au sein de la mosquée du quartier Empalot.

En juin 2018, le préfet du département de Haute-Garonne avait signalé des propos tenus lors d'un prêche le 15 décembre à la mosquée En Nour, caractérisant, selon lui, «une provocation à la haine et à la discrimination à l'égard des juifs».

Le 31 août 2022, l'imam avait été condamné par la cour d'appel de Toulouse à 4 mois de prison avec sursis pour ce prêche.

Le 19 décembre dernier, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de M. Tataïat, rendant ainsi sa condamnation définitive.

Le 5 dernier avril, le ministre de l'Intérieur avait signé son arrêté d'expulsion.


Le RN voit les postes clés de l'Assemblée lui échapper, l'hémicycle s'enflamme déjà

Cette photographie montre une vue générale des députés lors du troisième tour de l'élection du président de la chambre basse à l'Assemblée nationale française, à Paris, le 18 juillet 2024. (AFP)
Cette photographie montre une vue générale des députés lors du troisième tour de l'élection du président de la chambre basse à l'Assemblée nationale française, à Paris, le 18 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • L'élection des membres du bureau de l'Assemblée a donné lieu aux premières passes d'armes de la 17e législature vendredi, après l'annulation d'un vote entaché d'irrégularités
  • Marine Le Pen s'est empressée de dénoncer des "magouilles" et des "achats de poste" qui "foulent aux pieds la démocratie"

PARIS: Un "bourrage d'urnes" au Palais Bourbon ? L'élection des membres du bureau de l'Assemblée a donné lieu aux premières passes d'armes de la 17e législature vendredi, après l'annulation d'un vote entaché d'irrégularités, le RN apparaissant comme le grand perdant d'une longue série de scrutins.

Aucune des six vice-présidences, pas de poste de questeur sur les trois en jeu, pas même un secrétaire sur douze: Marine Le Pen et ses alliés sont restés à l'écart des postes du bureau de l'Assemblée, sa plus haute instance exécutive.

"Ces décisions rendent pour l'avenir les décisions de ce bureau parfaitement illégitimes", a estimé Marine Le Pen autour de minuit, annonçant que son groupe ne prendrait pas part à la dernière élection, concernant les secrétaires.

Vers 04H00 du matin, surprise supplémentaire au terme d'une journée qui n'en a pas manqué: le Nouveau Front populaire est parvenu à rafler neuf des 12 postes de secrétaires, s'assurant la majorité au sein du bureau de l'Assemblée, chargé notamment de décider des sanctions contre les députés.

Le député PS Arthur Delaporte a salué "la victoire du barrage républicain".

"Nous obtenons la majorité des postes (au bureau), c'est la démonstration que le NFP est le pôle le plus large à l'Assemblée nationale", s'est de son côté félicitée Mathilde Panot (LFI), appelant le président de la République à "nommer un Premier ministre issu du NFP".

L'Insoumise Clémence Guetté a été élue première vice-présidente. Les autres vice-présidences ont été remportées par Nadège Abomangoli (LFI), l'ancienne vice-présidente Horizons Naïma Moutchou, Xavier Breton et la députée Annie Genevard (tous deux de la Droite républicaine), et le ministre de l'Industrie démissionnaire Roland Lescure (Ensemble pour la République, ex-Renaissance).

Brigitte Klinkert (EPR), Michèle Tabarot (Droite républicaine), Christine Pirès-Beaune (PS) ont chacune hérité d'un poste à la questure.

Les convoitées présidences de commission seront, elles, attribuées samedi à partir de 10H00, dont la stratégique commission des Finances, dévolue à un groupe d'opposition.

La droite de Laurent Wauquiez - qui a pourtant noué une entente avec la macronie, qui se dit de la "majorité" - s'est déclarée officiellement comme un groupe d'opposition, et revendique ce poste pour Véronique Louwagie.

La majorité sortante devra, pour lui apporter ses voix, prendre part au vote, ce qui est contraire aux usages. "Une honte", a dénoncé par avance Manuel Bompard (LFI). Le sortant Eric Coquerel (LFI) sera candidat au nom du Nouveau Front populaire, assure-t-il.

- "Achats de poste" -

Il y a deux ans, la macronie avait concédé au Rassemblement national deux vice-présidences, dans le souci d'une représentation équitable des groupes, comme le préconise le règlement de l'Assemblée.

Cette fois-ci, rien de tel: le groupe Ensemble pour la République (EPR) présidé par Gabriel Attal avait décidé lundi de ne mettre aucun bulletin "ni pour le RN, ni pour LFI", et de s'affranchir de cette proportionnalité.

Une consigne qui a opportunément permis à la macronie d'offrir à ses propres troupes et à ses alliés de La Droite républicaine plusieurs postes clés, prix de leur soutien à la candidature de Yaël Braun-Pivet, réélue jeudi au perchoir malgré la défaite du camp présidentiel au second tour des législatives.

Marine Le Pen s'est empressée de dénoncer des "magouilles" et des "achats de poste" qui "foulent aux pieds la démocratie", privant les "11 millions d'électeurs" du RN de représentants dans les instances de l'Assemblée.

Joignant le geste à la parole, son propre groupe a voté pour des représentants des trois blocs qui se partagent l'Assemblée, a-t-elle assuré.

Un "coup tactique", selon Benjamin Lucas (groupe Ecologiste et Social). "Le RN avait perdu. Ce qu'il a cherché à faire avec son pseudo-coup d'éclat", c'est "masquer le fait qu'ils sont perdants d'office, laisser entendre qu'il pourrait y avoir des retours d'ascenseur", a décrypté la députée LFI Sarah Legrain.

- "Fraude" -

Dans l'hémicycle, la macronie n'a pas manqué de relever que les vice-présidentes insoumises avaient été élues en partie avec le soutien du RN. "LFI étant élue avec les voix du Rassemblement national, ils pourraient au moins leur serrer la main", a lancé le ministre de l'Intérieur démissionnaire Gérald Darmanin.

"C'est vous qui aviez voté en 2022 pour élire des vice-présidents de l'Assemblée nationale" RN, a vertement répliqué Mathilde Panot, dans une ambiance électrique.

Plus tôt dans la journée les opérations de vote avaient été marquées par un incident sans équivalent de mémoire d'administrateur: l'apparition de dix enveloppes surnuméraires dans les urnes, qui a contraint à annuler un scrutin.

"Honte à ceux qui ont pratiqué cette fraude", a tonné dans l'hémicycle le député PS Jérôme Guedj (PS), demandant une enquête et la révision des modalités de vote.

Une entrée en piste qui laisse présager des fortes tensions qui traverseront cette 17e législature, et de l'étroitesse du chemin pouvant conduire à une majorité susceptible d'appuyer un gouvernement de coalition, tel que le président de la République l'appelle de ses vœux.


JO-2024: le pape y voit une "occasion de concorde" pour la France

Le pape François souhaite que les Jeux olympiques de Paris 2024 soient "pour tout le peuple de France une occasion de concorde fraternelle", "au-delà des différences et des oppositions", dans un message publié le 19 juillet 2024. (AFP)
Le pape François souhaite que les Jeux olympiques de Paris 2024 soient "pour tout le peuple de France une occasion de concorde fraternelle", "au-delà des différences et des oppositions", dans un message publié le 19 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • Le pape François souhaite que les Jeux olympiques de Paris (26 juillet-11 août) soient "pour tout le peuple de France une occasion de concorde fraternelle", "au-delà des différences et des oppositions"
  • Cet appel du pape prend une résonance particulière alors que la France connaît une situation politique confuse à l'issue des législatives consécutives à la dissolution de l'Assemblé nationale

Cité Du Vatican, Saint-Siège : Le pape François souhaite que les Jeux olympiques de Paris (26 juillet-11 août) soient "pour tout le peuple de France une occasion de concorde fraternelle", "au-delà des différences et des oppositions", dans un message publié vendredi.

"Je forme le vœu que l'organisation de ces Jeux soit pour tout le peuple de France une belle occasion de concorde fraternelle permettant, au-delà des différences et des oppositions, de renforcer l'unité de la Nation", affirme-t-il dans ce message adressé à l'archevêque de Paris Laurent Ulrich.

Cet appel du pape prend une résonance particulière alors que la France connaît une situation politique confuse à l'issue des législatives consécutives à la dissolution de l'Assemblé nationale décidée par le président Emmanuel Macron.

Le premier tour a été marqué par un score historique de l'extrême droite et le deuxième tour a accouché d'une Assemblée divisée en trois blocs n'offrant pas de majorité gouvernementale évidente, une situation inédite sous la Ve République.

Pour le pape, les JO "sont par nature porteurs de paix et non de guerre".

Le pontife argentin rappelle que "l'Antiquité avait, avec sagesse, instauré une trêve durant les Jeux", une "heureuse tradition" que "l'époque moderne tente régulièrement de reprendre".

"En cette période troublée où la paix mondiale se trouve gravement menacée, je souhaite ardemment que chacun ait à cœur de respecter cette trêve dans l'espoir d'une résolution des conflits et du retour à la concorde", appelle-t-il de ses vœux.

A Paris, la traditionnelle messe de la trêve olympique s'est tenue vendredi matin en l'église de La Madeleine, en présence notamment de la maire de Paris Anne Hidalgo, de la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castera et du président du Comité international olympique Thomas Bach. Près d'un millier de personnes étaient réunies.

Présidée par l'archevêque de Paris Mgr Laurent Ulrich, la célébration a été introduite par la lecture de l'homélie du pape. Elle s'est conclue par un lâcher de cinq colombes, symboles de paix, sur le parvis de La Madeleine - cinq comme le nombre d'anneaux olympiques.

"C'était très émouvant", a réagi M. Bach, lui-même catholique. "Les valeurs olympiques sont les mêmes que les valeurs catholiques", a-t-il déclaré.


En France, une macroniste réélue à la tête de l'Assemblée nationale, la gauche battue

La députée française du parti au pouvoir Renaissance et nouvellement réélue présidente de l'Assemblée nationale, Yael Braun-Pivet, réagit après avoir été réélue à l'issue du troisième tour de l'élection du président de la chambre basse à l'Assemblée nationale française, à Paris, le 18 juillet 2024. (AFP)
La députée française du parti au pouvoir Renaissance et nouvellement réélue présidente de l'Assemblée nationale, Yael Braun-Pivet, réagit après avoir été réélue à l'issue du troisième tour de l'élection du président de la chambre basse à l'Assemblée nationale française, à Paris, le 18 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • La macroniste Yaël Braun-Pivet a été réélue présidente de l'Assemblée nationale, la gauche, pourtant le principal groupe à la chambre basse française, voyant ses perspectives d'accéder au pouvoir s'éloigner
  • Il a fallu trois tours à la présidente sortante pour retrouver son fauteuil, grâce à une alliance scellée entre les députés du centre droit favorables au président Emmanuel Macron et ceux de la droite conservatrice qui a retiré son candidat Philippe Juvin

PARIS: La macroniste Yaël Braun-Pivet a été réélue présidente de l'Assemblée nationale, la gauche, pourtant le principal groupe à la chambre basse française, voyant ses perspectives d'accéder au pouvoir s'éloigner.

Le camp du président français Emmanuel Macron a perdu la majorité à l'Assemblée après sa décision de dissolution surprise à l'approche des JO, suivie de législatives qui ont divisé la chambre basse en trois blocs, tous loin de la majorité absolue.

Il a fallu trois tours à la présidente sortante pour retrouver son fauteuil, grâce à une alliance scellée entre les députés du centre droit favorables au président Emmanuel Macron et ceux de la droite conservatrice qui a retiré son candidat Philippe Juvin.

Après quasiment six heures de suspense, Mme Braun-Pivet est finalement créditée de 220 voix, contre 207 pour le communiste André Chassaigne, le candidat du Nouveau front populaire (gauche), et 141 pour Sébastien Chenu, qui représentait l'extrême droite.

M. Chassaigne a dénoncé avec virulence un vote "volé" par une "alliance contre nature" entre la macronie et la droite, alors que la gauche est arrivée en tête au second tour des législatives.

Sébastien Chenu dénonçant lui une "victoire des combines" entre Les Républicains (droite) et le camp Macron.

La présidente des députés de gauche radicale (La France insoumise, LFI) Mathilde Panot s'était par avance indignée d'"un coup de force antidémocratique", puisque son camp s'était adjugé le plus grand nombre de députés aux législatives anticipées du 30 juin et du 7 juillet dernier, décidées par le président Macron.

Un "statu quo" avec Yaël Braun-Pivet serait "irresponsable", avait abondé auprès de l'AFP la cheffe des députés écologistes Cyrielle Chatelain.

Mais un accord entre la droite traditionnelle, qui a retiré son candidat à la présidence de l'Assemblée, et la macronie a mis un terme aux espérances de la gauche.

"On assume totalement de prendre nos responsabilités. Cela veut dire empêcher LFI et ceux qui bordélisent l'Assemblée nationale d'accéder à la présidence de l'Assemblée", a justifié Vincent Jeanbrun, porte-parole du groupe de La Droite Républicaine.

Le président Emmanuel Macron a félicité Yaël Braun-Pivet pour sa réélection, saluant sa "responsabilité républicaine".

"Tous ceux qui vous connaissent savent que vous veillerez au respect de la pluralité des opinions et à l'expression de la diversité des sensibilités", a déclaré sur X le chef de l'Etat.

Le Nouveau Front populaire, une alliance des partis socialiste, communiste, écologiste et de LFI mise en place juste avant les législatives pour contrer une victoire annoncée de l'extrême droite, n'avait depuis dix jours cessé de faire étalage de ses divisions, au grand désespoir de ses soutiens.

Si les quatre formations se sont mises d'accord sur un nom pour le perchoir, ils n'ont pas réussi pour l'heure à s'entendre sur l'identité d'un éventuel futur Premier ministre.

Et l'alliance entre les macronistes et la droite pour la présidence de l'Assemblée pourrait sembler indiquer que leurs perspectives de gouverner s'éloignent.

- "Tout sauf la gauche" -

Jeudi, le Nouveau front populaire s'est trouvé aux prises d'un "tout sauf la gauche", a estimé une source macroniste.

"Envoyer un membre du NFP au perchoir enverrait le signal qu’ils pourraient éventuellement nouer des deals à l’Assemblée. Or, nous nous efforçons depuis dix jours d’expliquer qu’ils ne sont pas en capacité de gouverner", expliquait encore en début d'après-midi le ministre du Logement Guillaume Kasbarian.

Mardi, M. Macron a accepté la démission du gouvernement du Premier ministre Gabriel Attal, alors que la France aborde la période sensible de l'accueil des Jeux Olympiques qui démarrent le 26 juillet, puis des Paralympiques.

Ce gouvernement démissionnaire reste cependant "en charge des affaires courantes", avec un rôle politique limité, vraisemblablement pendant plusieurs semaines, jusqu'à la nomination d'un nouveau gouvernement.

Au-delà de la présidence de l'Assemblée, c'est l'ensemble du paysage politique qui peine à se décanter dix jours après les législatives.

Les députés s'attaquent vendredi à la répartition des autres postes-clés. Avec des visions divergentes qui laissent augurer de vives tensions autour des places laissées au RN.

La droite compte elle tirer profit de son aide à la macronie. "Si nous obtenons des postes à responsabilité sans être (dans) l’exécutif, c’est un peu bingo pour nous. Notre ligne, c’est pas de participation à un gouvernement", assurait jeudi matin un proche du président du groupe Droite républicaine à l'assemblée Laurent Wauquiez.