A Carpentras, en Provence, une bibliothèque-musée unique ouvre grand les portes du savoir

Des livres dans la Bibliothèque-musée Inguimbertine Carpentras dans l'ancien Hôtel-Dieu de Carpentras, à Carpentras, dans le sud de la France, le 19 avril 2024 (Photo, AFP).
Des livres dans la Bibliothèque-musée Inguimbertine Carpentras dans l'ancien Hôtel-Dieu de Carpentras, à Carpentras, dans le sud de la France, le 19 avril 2024 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 21 avril 2024

A Carpentras, en Provence, une bibliothèque-musée unique ouvre grand les portes du savoir

  • Aujourd'hui, un public nombreux et divers fréquente déjà la médiathèque de l'Inguimbertine avec plus de 130.000 visiteurs en 2023.
  • Le fonds de l'Inguimbertine compte près de 100.000 livres papier ou numérique en prêt pour le grand public

CARPENTRAS: Une bibliothèque-musée unique en France, l'Inguimbertine, a ouvert ce week-end à Carpentras, en Provence, offrant une immersion dans un monde où dialoguent livres et tableaux, jeux vidéos et manuscrits du Moyen-Age, dans un majestueux bâtiment du 18e siècle.

"Nous avons cherché à croiser les savoirs, +donner à lire+ dans le musée et +donner à voir+ dans la bibliothèque+", expliquent notamment les architectes de l'Atelier Novembre qui ont piloté l'aménagement de cette institution dans l'ancien hôtel-Dieu de cette ville du Sud de la France.

De la précieuse stèle antique de Taba, découverte à Memphis en Egypte et prêtée quelques mois au British Museum, à des manuscrits rares, comme une Bible vaudoise sur un parchemin illuminé dont seuls sept exemplaires existent au monde, en passant par des tableaux persans, la richesse des collections "est considérée hors échelle pour une ville d'un peu plus de 30.000 habitants", remarque le directeur du musée, Jean-Yves Baudouy.

Le fonds de l'Inguimbertine compte près de 100.000 livres papier ou numérique en prêt pour le grand public, mais aussi 1.200 tableaux, 500 statues et 3.400 manuscrits dont des centaines enluminés à la main.

Un trésor que cette ville doit à son passé d'Etat pontifical (du 13e au 18e siècle), où les papes résidèrent un temps, mais surtout à l'un de ses enfants, Malachie d'Inguimbert (1683-1757).

Ainé d'une famille nombreuse, il devient prêtre et part à Rome pendant 26 ans. Il entre au service d'un cardinal, qui deviendra le pape Clément XII. Nommé évêque dans sa ville natale, cet humaniste, convaincu que le savoir se transmet autant par l'image -dessins, tableaux-, que par l'écrit, ouvre au public sa bibliothèque-musée dès 1745.

Un air d'Italie 

Pour lui, une bibliothèque n'accueille pas uniquement des livres mais doit être "le temple des muses" (arts), un concept plus commun en Italie qu'en France. Il flotte d'ailleurs dans le musée actuel un air italien, car à l'époque, rappelle M. Baudouy, Carpentras et le Comtat Venaissin, cet Etat rattaché à Rome, "ont été une terre de transmission de la culture italienne vers la France".

Dans le nouveau musée situé dans l'ancien hôtel-Dieu, que d'Inguimbert fit construire pour soigner les pauvres, le visiteur, après avoir gravi l'escalier d'honneur, est replongé dans l'atmosphère de cette bibliothèque du 18e siècle.

Dans une salle à la lumière tamisée, les livres anciens tapissent les murs dans des caissons d'époque, ornés de tableaux. Les manuscrits précieux peuvent être feuilletés virtuellement.

Une partie de la collection des dessins d'animaux et des livres de Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580-1637), astronome et scientifique provençal parmi les plus réputés de son époque en Europe, est aussi exposée. D'Inguimbert les avait achetés car l'homme d'église, dans l'esprit des Lumières, avait soif de connaissances dans tous les domaines.

Plus loin, les visiteurs découvrent les beaux livres de Casimir Barjavel, ex-maire de Carpentras au XIXe siècle, auteur également d'une importante donation. De précieux objets religieux juifs rappellent aussi l'importance de cette communauté dans cette cité connue pour sa synagogue rococo.

«Regarder encore et encore»

Une aile est consacrée aux beaux-arts, avec entre autres une insolite section comportant des copies d'oeuvres célèbres, encouragées à une époque par l'Etat français pour les faire connaître au public en région. Y est accrochée une copie de la Joconde envoyée "par le gouvernement de la République".

Mais l'originalité du lieu tient aussi à sa médiathèque multimédia au rez-de chaussée, ouverte depuis 2017. Outre les livres, albums musicaux et films, elle compte un piano à queue, des peintures et objets précieux. Ici, "le jeu vidéo côtoie des oeuvres d'art telle qu'un globe de Blaeu de 1622", conçu à Amsterdam, se réjouit le maire divers gauche Serge Andrieu.

Elu en 2020 face à l'extrême droite qui convoitait pourtant de longue date Carpentras, il mise sur un accès à la culture le plus large et démocratique possible pour lutter contre les inégalités sociales dans une région où les crises économiques ont imprimé leurs marques.

Aujourd'hui, un public nombreux et divers fréquente déjà la médiathèque de l'Inguimbertine avec plus de 130.000 visiteurs en 2023. Beaucoup se réjouissent de la nouvelle partie musée, qui finalise un projet à 36 millions d'euros entamé il y a 15 ans.

"C'est très beau, c'est contemporain et ça ramène aussi à des temps anciens; même quand les gens parlent, le lieu reste calme, donne du calme", témoigne Wassim Benhammadi, auto-entrepreneur de 19 ans.

Morjiane Bouhid, 20 ans, venue d'une ville voisine, s'émerveille: "la beauté des oeuvres me donne envie de regarder, encore et encore".


Ronaldo parmi les stars de la Saudi Pro League qui représenteront leur pays à l’Euro 2024

Le sélectionneur portugais Roberto Martinez a annoncé que Cristiano Ronaldo ferait partie de la sélection nationale composée de 26 joueurs qui participera à l’Euro 2024 lors d’une conférence de presse au camp d’entraînement Cidade do Futebol, à Oeiras, dans la banlieue de Lisbonne, le 21 mai 2024. (AFP)
Le sélectionneur portugais Roberto Martinez a annoncé que Cristiano Ronaldo ferait partie de la sélection nationale composée de 26 joueurs qui participera à l’Euro 2024 lors d’une conférence de presse au camp d’entraînement Cidade do Futebol, à Oeiras, dans la banlieue de Lisbonne, le 21 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Plusieurs joueurs de la Roshn Saudi Pro League (SPL) se préparent à rejoindre la sélection de leurs pays respectifs pour l’Euro 2024
  • Al-Nassr est en tête du peloton: quatre de ses joueurs devraient participer à l’Euro 2024, dont la superstar Cristiano Ronaldo

RIYAD: Plusieurs joueurs de la Roshn Saudi Pro League (SPL)se préparent à rejoindre la sélection de leurs pays respectifs pour l’Euro 2024, qui se déroulera du 14 juin au 14 juillet en Allemagne.

La compétition, qui réunit 24 équipes, débutera à l’Allianz Arena, le stade du Bayern Munich, et se terminera par la finale à l'Olympiastadion, dans la capitale allemande, Berlin.

Si les conditions physiques le permettent, l'édition de cette année verra la participation de quinze joueurs issus de sept équipes de la SPL.

Selon le site Transfermarkt, ces joueurs, dont la plupart se sont installés au Royaume au cours de l’été dernier, sont évalués à un total estimé à 267 millions de dollars (1 dollar = 0,92 euro). La valeur marchande collective de l’ensemble des joueurs qui participent à l’Euro 2024 s’élève à la somme impressionnante de 12 milliards de dollars.

Al-Nassr est en tête du peloton: quatre de ses joueurs devraient participer à l’Euro 2024, dont la superstar Cristiano Ronaldo. Otavio rejoindra ce dernier dans la sélection portugaise, tandis qu’Aymeric Laporte jouera pour l’Espagne et Marcelo Brozovic pour la Croatie. Ces quatre joueurs présentent une valeur marchande combinée de quelque 96 millions de dollars.

Représenter l’Arabie saoudite 

Deux clubs saoudiens enverront chacun trois joueurs pour représenter leur pays à l’Euro 2024.

Pour le nouveau champion de la SPL, Al-Hilal, ce sera le duo serbe Aleksandar Mitrovic et Sergej Milinkovic-Savic. Le milieu de terrain Reuben Neves, quant à lui, rejoindra le Portugal. La valeur de ces trois stars s’élève à 112 millions de dollars.

Contre toute attente, compte tenu du nombre de talents étrangers dans les quatre premiers clubs du classement, Al-Okhdood est l’autre club à avoir trois joueurs qui seront en route pour l’Europe. Les Roumains Andrei Burca et Florin Tanase, ainsi que le défenseur central géorgien Solomon Kvirkvelia, sont évalués à 7,7 millions de dollars.

Al-Ettifaq enverra le Néerlandais Georginio Wijnaldum et l’Écossais Jack Hendry, dont la valeur est estimée à 8,3 millions de dollars. Le défenseur central d’Al-Ahli, Merih Demiral, évalué à 19,4 millions de dollars, devrait rejoindre la sélection turque, tandis que le milieu de terrain de Damac, Nicolae Stanciu, évalué à 5,4 millions de dollars, représentera la Roumanie.

Le milieu de terrain français d’Al-Ittihad, N’Golo Kanté, vainqueur de la Coupe du monde 2018, vient compléter la liste,avec une valeur marchande de 10,8 millions de dollars.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Au Louvre, la peinture contemporaine s'immisce dans les collections

Le plasticien et peintre belge Luc Tuymans, pose entre deux de ses œuvres éphémères au musée du Louvre le 21 mai 2024 à Paris. (AFP)
Le plasticien et peintre belge Luc Tuymans, pose entre deux de ses œuvres éphémères au musée du Louvre le 21 mai 2024 à Paris. (AFP)
Short Url
  • A partir de mercredi, les visiteurs du musée du Louvre à Paris sont surpris par les œuvres éphémères du peintre belge Luc Tuymans
  • Réalisées en dix jours, sur place, avec une peinture acrylique qui se dégrade dans le temps, ces oeuvres sont temporaires et seront vraisemblablement repeintes et rendues aux collections du Louvre au terme d'une année

PARIS: Quatre fresques de cinq mètres par cinq en plein cœur des collections dédiées à la peinture française : à partir de mercredi, les visiteurs du musée du Louvre à Paris sont surpris par les œuvres éphémères du peintre belge Luc Tuymans.

Trois sont liées, inspirées d'une vidéo YouTube, représentant une palette de peinture en cours de nettoyage ou nettoyée. Ce choix de peindre des détails agrandis émane du goût de Tuymans pour l'allusion et la suggestion, proposant ici une "mise en abyme" du geste de peinture.

La quatrième est la reproduction d'une oeuvre perdue, peinte par Tuymans dans les années 1990, "The Orphan", représentant l'arrière d'une tête de poupée.

Réalisées en dix jours, sur place, avec une peinture acrylique qui se dégrade dans le temps, ces oeuvres sont temporaires et seront vraisemblablement repeintes et rendues aux collections du Louvre au terme d'une année, en mai 2025.

"La beauté est dans l'élan", affirme l'artiste qui revendique ce choix de l'art éphémère, fruit d'une réflexion sur le temps.

Ses peintures recouvrent les hauts murs de la rotonde Valentin, un carrefour à la jonction entre l'aile Sully et l'aile Richelieu, qui a longtemps abrité les "Saisons" de Nicolas Poussin, avant de recevoir en 2015 quatre tableaux de Valentin de Boulogne, désormais exposées dans une salle adjacente.

Pour Donatien Grau, conseiller pour les programmes contemporains auprès de la présidente-directrice du Louvre Laurence des Cars, ce travail de Luc Tuymans marque un "retour de l'acte de peindre" au sein du musée.

Rien n'y a été peint depuis "très, très longtemps", la plupart des décors conçus depuis le 19e siècle l'ayant été dans des ateliers hors du musée avant d'y être installés.


À Cannes, l’icône de mode saoudienne Nojoud al-Rumaihi fait tourner toutes les têtes

L’ensemble deux pièces rose de la collection 8PM du créateur saoudien Mohammed Ashi comprenait un bustier style corset avec une broderie simple, mais élaborée, et un dos croisé. (Images Getty)
L’ensemble deux pièces rose de la collection 8PM du créateur saoudien Mohammed Ashi comprenait un bustier style corset avec une broderie simple, mais élaborée, et un dos croisé. (Images Getty)
Short Url
  • Nojoud a assisté à la première du film très attendu The Apprentice, réalisé par Ali Abbasi
  • Elle portait un ensemble du créateur saoudien Mohammed Ashi, fondateur de la marque parisienne Ashi Studio

DUBAÏ: L’icône de mode saoudienne Nojoud al-Rumaihi a fait tourner toutes les têtes cette semaine au 77e festival de Cannes. Elle portait un ensemble du créateur saoudien Mohammed Ashi, fondateur de la marque parisienne Ashi Studio.

L’ensemble deux pièces rose de la collection 8PM du créateur comprenait un bustier style corset avec une broderie simple, mais élaborée, et un dos croisé.

 

La jupe sirène déroulait une traîne sur le tapis rouge. Des manches à plumes complétaient l’ensemble.

L’icône de la mode, maquillée par Dior, a coiffé ses mèches brunes dans un carré court rétro. Elle était par ailleurs parée de bijoux Marli.

Nojoud a assisté à la première du film très attendu The Apprentice, réalisé par Ali Abbasi.

Alors que le procès de Donald Trump entre dans sa sixième semaine à New York, une histoire originale du candidat républicain à l’élection présidentielle dépeint un portrait critique de l'ancien président dans les années 1980.

 

The Apprentice met en vedette Sebastian Stan dans le rôle de M. Trump. La relation principale du film unit Donald Trump à Roy Cohn (Jeremy Strong), l’avocat de la défense qui était l’avocat principal des enquêtes sénatoriales de Joseph McCarthy dans les années 1950.

M. Cohn est décrit comme un mentor de longue date de Donald Trump, l'initiant au caractère impitoyable de la politique et des affaires de la ville de New York. Dès le début, Roy Cohn a aidé la Trump Organization lorsqu’elle était poursuivie en justice par le gouvernement américain pour discrimination raciale en matière de logement.

Selon AP, The Apprentice est un film potentiellement explosif en pleine élection présidentielle américaine. Le film est en vente à Cannes, il n’a donc pas encore de date de sortie.

mode
Maria Bahrawi portait une robe à manches longues ornée de fleurs blanches. (Images Getty)

Nojoud al-Rumaihi n’était pas la seule célébrité saoudienne présente à Cannes cette semaine.

L’actrice Maria Bahrawi a assisté à l’événement de la Red Sea International Film Foundation qui a eu lieu dimanche. Elle portait une robe à manches longues ornée de fleurs blanches, aux teintes pastel (violet, jaune et orange), élégamment cintrée à la taille.

mode
Elle portait une combinaison noire avec une cape blanche attachée à la manche, provenant de la boutique Étoile de Dubaï. (Images Getty)

Elle a également participé à la célébration de Norah, un film dans lequel elle joue, organisée par Film AlUla pendant le festival. Pour l’occasion, elle a opté pour une combinaison noire avec une cape blanche attachée à la manche, provenant de la boutique Étoile de Dubaï.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com