Jeux paralympiques de Paris: pour une athlète d'Irak, de l'or plein les yeux

L'athlète paralympique irakienne de tennis de table Najlah Imad s'entraîne dans les locaux du club Al-Mawaheb à Baqubah, le 26 février 2024 (Photo, AFP).
L'athlète paralympique irakienne de tennis de table Najlah Imad s'entraîne dans les locaux du club Al-Mawaheb à Baqubah, le 26 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 16 mai 2024

Jeux paralympiques de Paris: pour une athlète d'Irak, de l'or plein les yeux

  • Elle avait trois ans, le 19 avril 2008, quand elle a perdu ses deux jambes et son avant-bras droit, dans l'explosion d'un engin explosif fixé à la voiture de son père, ex-militaire
  • Cette histoire familiale, elle la raconte d'un ton presque détaché, tant des expériences semblables ont accompagné les générations ayant grandi dans un Irak déchiré

BAQOUBA: Quand Najlah Imad s'initiait au tennis de table, son entourage en Irak pensait qu'avec son handicap elle s'épuiserait pour rien. Une décennie plus tard, la championne n'a rien perdu en ténacité: qualifiée pour les Jeux paralympiques de Paris, elle vise une médaille d'or.

"Ce sport a changé ma vie. J'y consacre tout mon temps", confie-t-elle à l'AFP, dans la cour d'un centre sportif délabré de sa bourgade de Baqouba, au nord-est de Bagdad, où l'athlète multimédaillée s'entraîne toujours,

Elle avait trois ans, le 19 avril 2008, quand elle a perdu ses deux jambes et son avant-bras droit, dans l'explosion d'un engin explosif fixé à la voiture de son père, ex-militaire. Cette histoire familiale, elle la raconte d'un ton presque détaché, tant des expériences semblables ont accompagné les générations ayant grandi dans un Irak déchiré par des décennies de guerre.

Petite brune de 19 ans, le visage encadré par des cheveux noirs sagement coupés au carré, Najlah Imad exhibe un sourire à toute épreuve, qui ne la quitte que quand elle empoigne sa raquette de ping-pong. Elle se concentre alors sur ses coups, ses sourcils se froncent et l'éclat de ses yeux rieurs durcit.

"En me lançant dans le sport, j'ai rencontré d'autres joueurs avec des handicaps, qui pratiquaient même s'il leur manquait un membre", poursuit-elle. "Ils avaient tellement d'énergie positive, ça m'a encouragée."

«Surprise»

Quand elle a dix ans, un entraîneur cherchant à monter une équipe paralympique se rend visite dans sa maison. Six mois d'entraînement, et Najlah Imad participe à son premier championnat, rassemblant toutes les provinces irakiennes. Elle gagne.

"J'étais la surprise de la compétition", se souvient-elle, d'une fierté candide.

A l'étage de la maison familiale, une étagère croule sous les trophées et médailles, glanés au fil de la trentaine de compétitions internationales auxquelles elle a participé.

Elle était à Tokyo en 2021 pour les JO paralympiques, avant de remporter en 2023 une médaille d'or en Chine au championnat paralympique d'Asie.

Généralement, elle s'entraîne quatre jours par semaine, dont deux à Bagdad, où elle se rend accompagnée de son père. Pour mieux préparer les rencontres internationales, elle s'envole vers l'étranger afin de profiter d'infrastructures sportives de pointe --au Qatar par exemple, où elle était en mars, en vue des Jeux paralympiques de Paris, du 28 août au 8 septembre.

Etoile montante du sport, elle bénéficie de subventions mensuelles --modestes-- du comité paralympique irakien, outre la prise en charge de certains voyages pour les compétitions.

Malgré les succès, son quotidien reste lié à Baqouba et à son centre sportif. Dans une salle poussiéreuse aux vitres cassées, quatre tables de ping-pong mangent tout l'espace. Le cliquetis incessant des balles résonne tandis que s'affrontent huit joueurs, femmes et hommes, l'un d'eux en fauteuil roulant.

"Les tables sur lesquelles on s'entraîne, c'est de la seconde main. On a dû les réparer pour les utiliser", confie à l'AFP l'entraîneur Hossam al-Bayati.

Même cette salle sommaire menace de leur être retirée, assure celui qui a rejoint en 2016 les entraîneurs de l'équipe nationale de tennis de table paralympique.

Un discours qui ne surprend pas, dans un pays pourtant riche en pétrole, mais miné par la corruption et des politiques publiques défaillantes: les professionnels du sport déplorent régulièrement infrastructures et équipements déficients ainsi que des subventions insuffisantes.

«Défier le monde»

Sur son moignon droit, la sportive enfile un tissu noir avant de fixer sa prothèse, qui l'aide à s'appuyer sur sa béquille. De sa main gauche tenant sa raquette, elle lance la balle dans les airs, l'expédie par dessus le filet.

A ses débuts, la famille était réticente.

"C'est un sport impliquant du mouvement, moi il me manque trois membres, j'étais jeune", se souvient-elle. "Mes proches, la société, disaient +C'est pas possible, tu vas te fatiguer pour rien+".

Après sa première victoire son père Emad Lafta réalise qu'il faut la soutenir, tant elle était "passionnée".

"Elle a persévéré. Elle a surmonté un défi personnel, et elle a défié le monde", reconnaît M. Lafta, qui a sept enfants en tout.

Avec le ping-pong, "elle se sent mieux psychologiquement, le regard de la société a changé", se réjouit-il. "Les gens nous félicitent, dans la rue il y a des filles qui veulent se photographier avec elle".

Lycéenne, Najlah Imad rêve d'être présentatrice. "Même quand elle voyage elle prend ses livres pour réviser pendant son temps libre. Durant le trajet pour Bagdad, elle étudie".

A Paris, l'objectif c'est la médaille d'or, espère le sexagénaire. "Quand elle nous promet quelque chose, elle s'y tient".


Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972

Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Short Url
  • Brand a abandonné le top model de la campagne de chaussures au milieu de l’indignation des groupes de pression liés à Israël.
  • Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

Les groupes de pression liés à Israël ont accusé la campagne d’offenser en raison du contexte partiellement palestinien de Hadid.

Lors des jeux de 1972, 11 athlètes israéliens et un policier allemand ont été tués par le groupe Septembre noir.

Hadid envisage d’intenter une action en justice contre la décision d’Adidas de la retirer de la campagne, qui promeut le redémarrage d’une chaussure des Jeux olympiques de 1972.

La marque a déclaré sur Instagram : « Des liens continuent d’être faits avec la terrible tragédie qui s’est produite aux Jeux olympiques de Munich en raison de notre récente campagne SL72.

« Ces liens ne sont pas voulus, et nous nous excusons pour tout bouleversement ou détresse causé aux communautés du monde entier. Nous avons commis une erreur involontaire.

« Nous présentons également nos excuses à nos partenaires, Bella Hadid, ASAP Nast, Jules Kounde et d’autres, pour tout impact négatif sur eux et nous sommes en train de réviser la campagne. »

Un certain nombre de groupes de pression israéliens et juifs ont ciblé l’implication d’Hadid dans la campagne publicitaire.

Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

Le Comité juif américain a affirmé qu’Adidas utilisait « un modèle anti-Israël véhément » pour une campagne qui « est soit une omission massive, soit intentionnellement incendiaire ».

Le PDG du mouvement de lutte contre l’antisémitisme a déclaré : « Il est tout simplement dégoûtant qu’elle lance une chaussure commémorant les Jeux olympiques alors que tant de sang juif a été versé. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L’exposition « Hope in an Age of Dystopia » représente comment « le monde semble s’effondrer »

Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Short Url
  • Avec des œuvres d’artistes comme Hady Sy et Selim Mawad du Liban, et le Palestinien Amer Shomali, l’événement se déroule à Beyrouth jusqu’au 15 août
  • Roz a ajouté que les œuvres artistiques ont partagé un aperçu de la façon dont les structures du pouvoir mondial affectaient les réalités quotidiennes des gens et façonnait leurs besoins, leurs désirs et leurs sentiments.

DUBAÏ : La dernière exposition de la Fondation Dalloul, intitulée « Hope in an Age of Dystopia », présente 66 œuvres de créateurs du monde arabe et d’ailleurs.

Avec des œuvres d’artistes comme Hady Sy et Selim Mawad du Liban, et le Palestinien Amer Shomali, l’événement se déroule à Beyrouth jusqu’au 15 août. Il met également en valeur le travail deLa créatrice canadienne Johanne Allard.

La directrice de la Dalloul Art Foundation, Wafa Roz, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer ».

Elle a dit : «Les dernières années ont été particulièrement difficiles. Cependant, malgré tout cela, il reste un sentiment d’espoir déconcertant — que même avec tous ces événements terribles et les différences de pouvoir qui semblent inévitables, nous sommes capables de résister et de trouver différentes façons d’aller de l’avant. »

Roz a ajouté que les œuvres artistiques ont partagé un aperçu de la façon dont les structures du pouvoir mondial affectaient les réalités quotidiennes des gens et façonnait leurs besoins, leurs désirs et leurs sentiments.

« Les questions sociales présentées dans l’exposition sont à la fois globales et locales ... Chaque œuvre représente une partie du récit en cours des systèmes de contrôle globaux », a-t-elle déclaré.

Le travail d’Allard de la série « A Feast In The Ruins » s’inscrit parfaitement dans le thème.

Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)

« Chaque pièce de cette série utilise des broderies sur des sculptures métalliques de papillons de nuit pour symboliser la destruction et l’érosion des tissus culturels et sociétaux causés par la guerre et l’impérialisme au Levant et dans la région MENA régions,» explique l’artiste.

Allard a déclaré que son travail servait à la fois de mémoire du passé et de critique des problèmes systémiques en cours, tout en incluant également des éléments d’espoir et de résilience.

« En fin de compte, l’espoir à l’ère de la dystopie consiste à reconnaître les défis de notre époque sans céder au désespoir. Elle nous inspire à affronter des vérités difficiles, à repenser les possibilités et à contribuer activement au changement, là où l’espoir prévaut sur les incertitudes », a-t-elle ajouté.

Roz a également parlé de la façon dont les tendances dans le monde de l’art ont constamment évolué.

« Nous voyons de plus en plus d’œuvres conceptuelles qui s’éloignent des représentations directes, probablement parce qu’elles reflètent la complexité des thèmes et des concepts que les artistes explorent », a-t-elle déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 


La culture des chameaux prend vie à Jeddah

Le ministère de la Culture donne vie à l’Année du Chameau à Djedda, en 2024, avec un pavillon dédié. (SPA)
Le ministère de la Culture donne vie à l’Année du Chameau à Djedda, en 2024, avec un pavillon dédié. (SPA)
Short Url
  • Le pavillon spécial met en lumière l’importance économique et culturelle des chameaux dans la société saoudienne.
  • Des murales lumineuses et des écrans tactiles interactifs invitent les visiteurs à plonger dans l’histoire.

DJEDDAH : Le ministère de la Culture fait vivre l’année du chameau à Djeddah, en 2024, avec un pavillon dédié qui offre aux visiteurs une expérience immersive de ces animaux emblématiques.

Des sculptures grandeur nature de chameaux aux expositions interactives, le pavillon de la promenade urbaine, l’une des zones saisonnières de Jeddah, met en valeur l’importance durable du chameau dans la société, l’Agence de presse saoudienne a rapporté.

Grâce à des murales lumineuses et à des écrans tactiles interactifs, les visiteurs sont invités à plonger dans l’histoire et à comprendre pourquoi 2024 a été désignée « L’année du chameau ».

Ces écrans offrent des informations sur les objectifs qui sous-tendent l’hommage aux chameaux et sont fournis en arabe et en anglais pour permettre à un public mondial d’y accéder.

Le pavillon présente des inscriptions historiques dédiées à l’animal, et le vaste vocabulaire lié aux chameaux en langue arabe, a déclaré la SPA.

L’un des points forts du pavillon est l’audio de sons de chameaux, chacun avec son propre nom. Ces animaux ont une signification particulière dans la vie quotidienne de ceux qui ont longtemps chéri la compagnie de ces animaux remarquables.

Les expositions mettent en valeur l’importance économique des chameaux, leur rôle dans la sécurité alimentaire et les capacités uniques qui ont cimenté leur place dans la culture saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com