Israël-Palestine: origines et évolution de la solution à deux Etats

Des Palestiniens se rassemblent devant une maison endommagée suite aux bombardements israéliens, le 22 mai 2024, sur la ville d'al-Zawaida, dans le gouvernorat de Deir al-Balah, au centre de Gaza, où de nombreux civils d'autres parties de la bande assiégée s'étaient réfugiés au milieu des combats en cours entre Israël et le Hamas. (AFP)
Des Palestiniens se rassemblent devant une maison endommagée suite aux bombardements israéliens, le 22 mai 2024, sur la ville d'al-Zawaida, dans le gouvernorat de Deir al-Balah, au centre de Gaza, où de nombreux civils d'autres parties de la bande assiégée s'étaient réfugiés au milieu des combats en cours entre Israël et le Hamas. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 22 mai 2024

Israël-Palestine: origines et évolution de la solution à deux Etats

  • L'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé leur décision coordonnée de reconnaître l'Etat de Palestine dans l'espoir d'entraîner d'autres pays à faire de même
  • Benjamin Netanyahu est, lui, totalement opposé à deux Etats depuis le début de sa carrière politique

JERUSALEM: Depuis des décennies, des diplomates tentent de promouvoir une solution permettant aux Israéliens et aux Palestiniens de vivre ensemble dans deux Etats distincts et souverains.

Cet hiver, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a réitéré son opposition à la création d'un Etat palestinien souverain, à rebours de la demande récurrente du président américain, Joe Biden.

Mais mercredi, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé leur décision coordonnée de reconnaître l'Etat de Palestine dans l'espoir d'entraîner d'autres pays à faire de même.

D'où vient l'idée?

Le concept est né dans les années 1930, soutenu par les Juifs venus s'installer en Palestine, alors sous mandat britannique.

C'est sur cette base qu'est élaboré le plan de partage de la Palestine, dessiné dans la résolution 181 de l'ONU, aboutissant à la proclamation de l'Etat d'Israël en 1948.

Rejeté par les Palestiniens et les pays arabes, ce plan de partage et cette création de l'Etat d'Israël sont les déclencheurs de la guerre israélo-arabe de 1948-1949. Israël en sort renforcé avec un territoire accru et l'Etat palestinien disparaît avant même d'avoir existé.

En 1964, l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) est fondée avec pour objectif de libérer la totalité de la Palestine.

La guerre israélo-arabe de 1967 permet à Israël de prendre le contrôle des Territoires palestiniens de Cisjordanie, notamment Jérusalem-Est, et de Gaza. Selon la loi internationale, ils demeurent occupés jusqu'à ce jour, et toutes les colonies sont illégales.

Après la guerre de 1967, la colonisation sous différentes formes, légales ou illégales selon le droit israélien, s'est poursuivie, avec l'appui plus ou moins marqué des gouvernements successifs.

L'espoir d'Oslo

Des espoirs de paix surgissent en 1993 lorsque le chef de l'OLP, Yasser Arafat, serre la main du Premier ministre israélien, Yitzhak Rabin, le 13 septembre 1993 à la Maison Blanche, devant le président américain, Bill Clinton.

Les accords d'Oslo qu'ils entérinent proposent un degré limité d'autonomie palestinienne, avec pour but final la cohabitation pacifique des deux peuples dans des contours à définir.

Les radicaux des deux camps sont furieux. En 1995, un extrémiste juif assassine Rabin, ouvrant la voie à des décennies de violence.

Des pourparlers en 2013 remettent le projet sur la table. "Politiquement, il n'y a eu aucun effort pour le rendre réalisable depuis", estime Xavier Guignard, du groupe de réflexion parisien Noria Research.

Qu'en pensent les dirigeants?

L'Autorité palestinienne, qui siège actuellement en Cisjordanie occupée, soutient la solution à deux Etats. Le président Mahmoud Abbas a réclamé une conférence internationale en septembre, décrivant "la dernière opportunité pour sauver la solution à deux Etats".

A Gaza, le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui a remporté les législatives de 2006 puis pris le pouvoir en 2007, a accepté pour la première fois en 2017 le principe d'un Etat palestinien sur la Cisjordanie et Gaza.

Mais son but ultime reste la "libération" de tout le territoire de la Palestine de 1948, soit l'ensemble du territoire israélien actuel.

Benjamin Netanyahu est, lui, totalement opposé à deux Etats depuis le début de sa carrière politique.

Quid des opinions publiques?

Selon des sondages récents, la solution à deux Etats a lourdement perdu en popularité.

Une étude de l'institut Pew Research, menée avant la guerre actuelle, montre que les juifs israéliens qui soutenaient le projet étaient passés de 46% en 2013 à 32% en 2023.

Un sondage de l'institut Gallup, lui aussi avant le début du conflit, a fait état d'une baisse des partisans de la solution à deux Etats à Gaza et en Cisjordanie de 59% en 2012 à 24% l'an passé.

Certains Palestiniens ont évoqué la solution d'un seul Etat avec des droits égaux pour tous, mais l'écho reste faible.

Quel rôle pour la diplomatie?

Des responsables américains et européens, les Nations unies et même la Chine, ont récemment remis le projet sur la table.

Le refus d'une solution à deux Etats, "ainsi que le déni du droit à un Etat pour le peuple palestinien, sont inacceptables", a estimé samedi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Joe Biden a pour sa part fait état de "plusieurs types de solutions à deux Etats", afin d'ouvrir le spectre des possibles.

Quant au chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, il a déclaré que, "ce que nous voulons, (c')est bâtir une solution à deux Etats", afin de créer les conditions d'une paix durable dans la région.

La guerre actuelle pèse-t-elle?

L'attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre dans le sud d'Israël a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, selon un décompte de l'AFP à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, Israël a juré d'"anéantir" le mouvement islamiste. Selon le ministère de la Santé du Hamas, plus de 35.600 personnes ont été tuées dans les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza.

La solution à deux Etats semble demeurer un mantra pour la communauté internationale et une fiction pour Palestiniens et Israéliens.


Le prince héritier saoudien s’entretient avec le président ukrainien à Djeddah

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, reçoit le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Djeddah, mercredi. (SPA)
Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, reçoit le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Djeddah, mercredi. (SPA)
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, est accueilli à son arrivée à Djeddah, mercredi. (@makkahregion)
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, est accueilli à son arrivée à Djeddah, mercredi. (@makkahregion)
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, est accueilli à son arrivée à Djeddah, mercredi. (@makkahregion)
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, est accueilli à son arrivée à Djeddah, mercredi. (@makkahregion)
Short Url
  • Les deux dirigeants ont évoqué les relations entre l’Arabie saoudite et l’Ukraine ainsi que les derniers développements de la guerre qui oppose la Russie et l’Ukraine
  • Volodymyr Zelensky est arrivé dans la ville côtière mercredi matin et a été reçu par le vice-gouverneur de la région de La Mecque

RIYAD: Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, s’est entretenu avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Djeddah, a rapporté l’agence de presse saoudienne (SPA). 

Au cours de cette réunion, les deux dirigeants ont évoqué les relations entre l’Arabie saoudite et l’Ukraine ainsi que les derniers développements de la guerre qui oppose la Russie et l’Ukraine. 

Le prince héritier a réaffirmé la volonté du Royaume de soutenir l’ensemble des initiatives et des efforts internationaux qui visent à trouver une solution à la crise, a indiqué la SPA. 

Le président ukrainien et le prince héritier ont ensuite étudié les moyens d’atténuer les conséquences humanitaires de la crise. M. Zelensky a salué les efforts déployés par le Royaume à cet égard. 

Volodymyr Zelensky est arrivé dans la ville côtière mercredi matin et a été reçu par le vice-gouverneur de la région de La Mecque, le prince Saoud ben Mechaal ben Abdelaziz. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Un navire en feu après une attaque au large du Yémen

Les Houthis, alliés de l'Iran, attaquent les transports maritimes internationaux dans la région de la mer Rouge depuis novembre en solidarité avec les Palestiniens dans la guerre entre Israël et le Hamas. (Fichier/AP)
Les Houthis, alliés de l'Iran, attaquent les transports maritimes internationaux dans la région de la mer Rouge depuis novembre en solidarité avec les Palestiniens dans la guerre entre Israël et le Hamas. (Fichier/AP)
Short Url
  • Le navire a été touché par «deux projectiles, provoquant un incendie à bord», a rapporté l'UKMTO
  • D'après la société de sécurité Ambrey, le navire a été touché par un missile dans le golfe d'Aden, au large du sud du Yémen

DUBAI: Un navire marchand a pris feu après avoir été attaqué au large du Yémen, a indiqué jeudi l'agence de sécurité maritime britannique UKMTO, au lendemain d'une autre attaque qui a endommagé un bateau naviguant dans la même zone.

Le navire a été touché par "deux projectiles, provoquant un incendie à bord", a rapporté l'UKMTO.

D'après la société de sécurité Ambrey, le navire a été touché par un missile dans le golfe d'Aden, au large du sud du Yémen, pays déchiré par la guerre et le plus pauvre de la péninsule arabique.

"Il est conseillé aux navires marchands de se tenir à l'écart du navire touché et d'interrompre les mouvements de l'équipage sur le pont", a recommandé Ambrey, ajoutant que le navire "correspondait au profil (ciblé généralement) par les Houthis".

Plus tard, l'UKMTO a également signalé une explosion n'ayant fait ni victimes ni dégâts, à proximité d'un autre navire marchand en mer Rouge, à environ 80 milles nautiques (148 kilomètres) au nord-ouest de Hodeida, ville yéménite tenue par les rebelles houthis, alliés de l'Iran qui contrôlent une bonne partie du Yémen.

Aucune revendication n'a été faite dans l'immédiat, mais des attaques à répétition ont été lancées depuis novembre par les Houthis contre des navires marchands en mer Rouge et dans le golfe d'Aden, les rebelles yéménites disant agir en solidarité avec les Palestiniens dans le contexte de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza.

Mercredi soir, les Houthis ont revendiqué une attaque en mer Rouge contre un navire commercial de propriété grecque, qui a "provoqué de graves inondations" et des dégâts à bord selon l'armée américaine.

Selon le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom), l'attaque avait été menée par un "navire de surface sans pilote" des Houthis. Celui-ci avait frappé le M/V Tutor, un navire battant pavillon libérien, "de propriété grecque" et qui avait "accosté récemment en Russie".


Les dirigeants saoudiens présentent leurs condoléances à l'émir du Koweït pour les victimes de l'incendie meurtrier

Les secouristes arrivent sur le site du bâtiment qui a pris feu au Koweït, le mercredi 12 juin 2024. (Kuwait TV via AP)
Les secouristes arrivent sur le site du bâtiment qui a pris feu au Koweït, le mercredi 12 juin 2024. (Kuwait TV via AP)
Short Url
  • Le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a lui aussi envoyé des messages de condoléances à l'émir et au prince héritier, cheikh Sabah Khaled al-Hamad al-Moubarak al-Sabah
  • Quarante-neuf personnes ont péri dans l'incendie qui a ravagé un immeuble abritant près de deux cents travailleurs étrangers, au sud de la capitale, Koweït, mercredi

RIYAD: Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présenté ses condoléances et exprimé sa sympathie à l'émir du Koweït, le cheikh Mechal al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, mercredi, dans un message, à la suite d'un incendie qui a fait des dizaines de morts et de blessés dans le pays

Le roi a écrit: «Nous avons appris la nouvelle de l'incendie qui s'est déclaré dans la région de Mangaf, ainsi que des morts et des blessés qu’il a occasionnés. Nous adressons à Votre Altesse ainsi qu’aux familles des défunts et au peuple frère de l'État du Koweït, nos condoléances les plus chaleureuses et les plus sincères.» 

Il a également souhaité un prompt rétablissement aux blessés, selon l'agence de presse saoudienne. 

Le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a lui aussi envoyé des messages de condoléances à l'émir et au prince héritier, cheikh Sabah Khaled al-Hamad al-Moubarak al-Sabah. 

Selon le gouvernement koweïtien, quarante-neuf personnes ont péri dans l'incendie qui a ravagé un immeuble abritant près de deux cents travailleurs étrangers mercredi. Le sinistre, qui s'est déclaré dans l'immeuble de six étages, situé au sud de la capitale, Koweït, à l'aube, a également fait des dizaines de blessés, a ajouté le ministère de la Santé. 

 

(Avec AFP)

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com