Fusion de l'audiovisuel public: mobilisation contre le projet Dati

La ministre de la Culture, Rachida Dati, à Cannes. (AFP).
La ministre de la Culture, Rachida Dati, à Cannes. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 23 mai 2024

Fusion de l'audiovisuel public: mobilisation contre le projet Dati

  • Tout un secteur mobilisé: de France Télévisions à Radio France, les personnels sont en grève jeudi et vendredi contre le projet de fusion éclair de l'audiovisuel public défendu par la ministre de la Culture, Rachida Dati
  • L'Assemblée nationale doit théoriquement débattre de cette réforme au même moment en première lecture, avec 280 amendements au menu

PARIS: Tout un secteur mobilisé: de France Télévisions à Radio France, les personnels sont en grève jeudi et vendredi contre le projet de fusion éclair de l'audiovisuel public défendu par la ministre de la Culture, Rachida Dati.

L'Assemblée nationale doit théoriquement débattre de cette réforme au même moment en première lecture, avec 280 amendements au menu. Mais l'examen risque d'être repoussé au 24 juin en raison du retard pris sur un autre texte, le projet de loi agricole.

Des réseaux régionaux de France 3 ou France Bleu aux sièges parisiens, la mobilisation s'annonce massive contre ce qui est perçu comme un "passage en force".

Jeudi matin, les antennes de Radio France sont perturbées et les émissions habituelles ont été remplacées par de la musique. Côté télévision, si l'émission Télématin sur France 2 a pu se dérouler en direct, la chaîne Franceinfo a rediffusé des programmes.

Pour assurer la retransmission du débat jeudi soir sur France 2 entre le Premier ministre Gabriel Attal et le président du RN Jordan Bardella, la direction a en outre prévu de recourir à des prestataires externes, d'après les syndicats.

Le temps est compté: voulant "rassembler les forces", la ministre de la Culture prévoit une phase transitoire avec une holding commune pour l'audiovisuel public au 1er janvier 2025, puis une fusion un an après. Quelque 16.000 salariés sont concernés.

Outre France Télévisions et Radio France, le mastodonte de l'audiovisuel rassemblerait également l'Ina (Institut national de l'audiovisuel) et France Médias Monde (RFI, France 24). L'intégration de ce dernier groupe fait cependant débat jusque dans le camp présidentiel.

Des préavis de grève ont été déposés dans ces quatre sociétés publiques, où l'on craint pour les moyens et les emplois. Un rassemblement est prévu aux abords du ministère de la Culture jeudi à 13H30.

"C'est notre survie qui se joue", ont affirmé les syndicats de Radio France lors d'une assemblée générale mercredi, en appelant à envoyer "un message radical" par la grève.

Ils préparent une autre mobilisation pour le 28 mai, pour le cas où le premier vote solennel de la réforme par les députés serait maintenu à cette date.

« Inefficace et dangereux »

Les inquiétudes sont particulièrement vives à la Maison Ronde à l'idée que la radio puisse être phagocytée par la télé.

Dans une tribune au Monde publiée mercredi, plus de 1.100 salariés de Radio France, dont les présentateurs Léa Salamé, Nicolas Demorand, Guillaume Erner et Nagui, ont dit leur rejet d'un projet "démagogique, inefficace et dangereux".

"Pourquoi engager (le secteur) dans une fusion qui s'annonce longue, complexe, anxiogène pour les salariés et sans réel objectif éditorial?", demandent aussi les syndicats de France Télévisions.

Aux personnels, Rachida Dati a assuré dimanche: "Je veux vous garantir non seulement une pérennité mais (aussi) votre force" dans un univers de "concurrence exacerbée", entre plateformes et réseaux sociaux.

"Le moment politique est venu", selon la ministre, après une tentative de rapprochement par son prédécesseur Franck Riester stoppée par le Covid-19.

"Evidemment, on ne va uniformiser ni les métiers, ni les activités", a-t-elle aussi martelé mercredi au Sénat lors des questions au gouvernement.

La société géante, dénommée "France Médias", aurait un budget de quatre milliards d'euros.

Pour accélérer, la ministre issue de LR s'est appuyée sur une proposition de loi du sénateur Laurent Lafon (Union centriste) programmant une holding, déjà adoptée en juin 2023 par la chambre haute.

"Nous ne sommes pas opposés à la fusion" mais "on peut s'interroger sur le calendrier", a souligné M. Lafon sur Public Sénat mercredi. La navette parlementaire ne fait que démarrer.

Le sort de France Médias Monde ne paraît pas tranché. Le ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a affirmé que le gouvernement était finalement pour son exclusion de l'entreprise unique.

Mais les discussions pourraient être serrées avec la droite, qui est à l'inverse attachée à son inclusion.

Les élus RN - favorables à une privatisation pure et simple de l'audiovisuel public - soutiennent le projet de fusion.

Privatiser? Le patron de LR Eric Ciotti n'a "pas de tabou" non plus.

De son côté, la gauche torpille holding comme fusion. LFI voit dans ce projet "l'aboutissement du dénigrement et de l'affaiblissement" du service public opéré par Emmanuel Macron. "C'est pas le retour de l'ORTF qui va nous permettre de concurrencer Netflix", renchérissent les écologistes.


En France, la fin du «fossé de genre» vis-à-vis du vote d'extrême droite

Marine Le Pen, chef du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN) (Photo, AFP).
Marine Le Pen, chef du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN) (Photo, AFP).
Short Url
  • Observé depuis 2012, l'alignement des comportements électoraux féminin et masculin vis-à-vis du principal parti d'extrême droite s'est encore accentué lors des élections européennes
  • Sorti vainqueur du scrutin, le RN a ainsi gagné dix points dans l'électorat féminin entre les élections européennes de 2019 et de 2024

PARIS: Longtemps plus réticentes à donner leur voix à des partis de droite radicale populiste, les femmes françaises ont ces dernières années comblé l'écart avec les hommes, séduites par la rhétorique moins viriliste de Marine Le Pen, figure de proue du Rassemblement national (RN) arrivé en tête des Européennes, selon sociologues et chercheuses.

Observé depuis 2012, l'alignement des comportements électoraux féminin et masculin vis-à-vis du principal parti d'extrême droite s'est encore accentué lors des élections européennes de dimanche dernier.

Sorti vainqueur du scrutin, le RN a ainsi gagné dix points dans l'électorat féminin entre les élections européennes de 2019 et de 2024, passant de 19% à 30% (et de 28 à 32% chez les hommes), selon un sondage Ipsos. Un sondage Ifop indique, lui, que les femmes ont voté à 32% pour le RN, légèrement devant les hommes (31%).

A titre de comparaison, Jean-Marie Le Pen, alors président du parti - et père de son actuelle figure de proue, Marine Le Pen - avait recueilli 26% des suffrages masculins lors de la présidentielle de 2002, contre 11% des suffrages féminins.

"La France a longtemps été un parfait exemple du +radical right gender gap+" (un terme forgé par la politiste américaine Terri Givens pour décrire un rejet plus fort de l'extrême droite par les femmes lors des élections), déclare à l'AFP Anja Durovic, chercheuse en sciences politiques au CNRS et à l’université Paris-Saclay. "Mais ce temps est révolu, le genre n'a plus d’impact sur le vote RN", analyse-t-elle.

«Un vrai tournant»

"On ne peut plus parler de +gender gap+" (fossé genré) en ce qui concerne le RN, "c’est une égalisation à tous égards", abonde Mariette Sineau, sociologue, directrice de recherche honoraire au CNRS et à Sciences Po.

Parmi les thèses avancées pour expliquer ce glissement, l'une repose sur le recul de la culture catholique en France, notamment chez les femmes perçues comme plus sensibles aux discours de l'Eglise s'opposant à la politique xénophobe de Jean-Marie Le Pen, ancien officier parachutiste pendant la guerre d'Algérie, réputé pour ses saillies antisémites et racistes, qui a cofondé en 1972 le parti Front national devenu ensuite le Rassemblement national, selon les spécialistes.

L'autre tient en la stratégie menée par Marine Le Pen dont l'arrivée à la tête du mouvement a marqué "un vrai tournant dans le vote des femmes", souligne Mariette Sineau. "Jean-Marie Le Pen utilisait volontiers une rhétorique virile et sexiste et il laissait exprimer une violence non seulement verbale mais physique".

"Marine Le Pen a fait, elle, un usage stratégique de son genre en s'adressant directement aux femmes en leur disant +moi aussi je suis une femme, je lutte, j'ai des enfants à élever, je suis divorcée+", ajoute-t-elle. "Cette stratégie s'est avérée payante, notamment parmi les plus précaires qui ont pu la considérer comme une ressource pour lutter contre la vie chère".

"Il y a bien un +effet Marine+", abonde Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherche CNRS au Cevipof, mais également un "effet (Jordan) Bardella" auprès des femmes, avec un côté "gendre idéal" de ce jeune loup de l'extrême droite âgé de 28 ans, président du RN depuis 2021 et tête de liste aux dernières européennes.

«Braquer une arme contre soi»

Effacées pour le RN, les différences de genre face à l’extrême droite ont en revanche ressurgi dans le vote en faveur du fondateur du parti Reconquête, le sulfureux polémiste Eric Zemmour, qui a tenu pendant la campagne présidentielle de 2022 des propos sexistes. A l'époque, 5% des femmes avaient voté pour lui, contre 9% d'hommes.

Pour Anja Durovic, le refus du RN de s’allier avec Reconquête ! serait "en partie" lié à cette question : "le RN a beaucoup travaillé pour se débarrasser de ce +gender gap+ et ne voudrait pas le retrouver en s’alliant avec Eric Zemmour".

Après la débâcle de son camp aux européennes dimanche, le président français Emmanuel Macron a dissous l'Assemblée nationale et convoqué des élections législatives pour les 30 juin et 7 juillet, un scrutin dans lequel le RN arrive en tête des sondages.

Dans les rangs des associations féministes, la fin du "fossé de genre" est scrutée de près et suscite l'inquiétude face à ce "féminisme de façade" décrit par Anja Durovic.

"Les femmes votent (presque) autant que les hommes pour le RN alors que les femmes seront ciblées" par ses politiques, s'est alarmée cette semaine notamment Céline Piques d'Osez le féminisme !

Marine Le Pen prend "le prétexte de la défense des femmes pour pointer la principale menace qui pèserait" sur les femmes, "l'islam", analyse de son côté la philosophe spécialiste de la pensée féministe Camille Froidevaux-Metterie dans une tribune au Monde publiée jeudi.

"Voter pour le RN, c’est braquer une arme contre soi", estime-t-elle.

Ainsi les élus RN ont-ils voté contre la loi de 2018 visant à renforcer la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, tandis que Marine Le Pen s'est opposée à l'allongement de l'accès à l'IVG comme à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, rappelle Mme Froidevaux-Metterie.

Vendredi plus d'une centaine d'associations féministes ont appelé à une journée de mobilisation partout en France le dimanche 23 juin contre l'extrême droite, dénonçant son "immense obsession" à "casser les droits et libertés" notamment des femmes.


JO-2024: le Coq sportif, petit poucet qui nie s'être vu trop beau

Tenues d'entraînement, de représentation et une grande majorité des tenues de compétition ont été produites par des sous-traitants, au Maroc et au Portugal.  Au total, ce sont environ 150.000 pièces qui sont attendues. Un défi d'envergure pour la petite entreprise au chiffre d'affaires inférieur à 150 millions d'euros par an. (AFP).
Tenues d'entraînement, de représentation et une grande majorité des tenues de compétition ont été produites par des sous-traitants, au Maroc et au Portugal. Au total, ce sont environ 150.000 pièces qui sont attendues. Un défi d'envergure pour la petite entreprise au chiffre d'affaires inférieur à 150 millions d'euros par an. (AFP).
Short Url
  • Dans l'usine de la marque au gallinacé, située à Romilly-sur-Seine (Aube), on travaille dans une atmosphère feutrée
  • Dans ces locaux à taille humaine, rares sont ceux à travailler encore sur des tenues olympiques et paralympiques. Tout sera achevé d'ici fin juin, espère Ewa Samson, directrice textile du Coq sportif

ROMILLY-SUR-SEINE: Le Coq sportif, petit équipementier français, a du dépasser de "nombreuses difficultés" et grossir pour habiller la délégation des Bleus aux Jeux: au sein de son usine historique où la machine n'a pas remplacé l'humain, son dirigeant réaffirme que tout sera livré à temps.

Dans l'usine de la marque au gallinacé, située à Romilly-sur-Seine (Aube), on travaille dans une atmosphère feutrée. Quelques dizaines d'ouvriers et de modélistes sont à pied d'oeuvre, concentrés sur leurs tâches, qui demandent dextérité et concentration.

Dans ces locaux à taille humaine, rares sont ceux à travailler encore sur des tenues olympiques et paralympiques. Tout sera achevé d'ici fin juin, espère Ewa Samson, directrice textile du Coq sportif.

L'usine pourra alors entièrement se consacrer à ses prochaines pièces, dont la liste est déjà affichée au centre de la chaîne de production: ensembles pour le grand public, tenues de golf, maillot d'un club de football de 3e division.

Pendant de longs mois, les 147 salariés de l'usine, sur les 363 que compte le Coq sportif en France, ont pourtant vécu au rythme des JO.

C'est là qu'ont été conçues de A à Z les tenues que porteront la grande majorité des athlètes français lors des Jeux olympiques, du 26 juillet au 11 août, et paralympiques (28 août-8 septembre).

Dans l'usine ont également été fabriquées les tenues que les athlètes français arboreront sur les podiums, ainsi qu'une petite partie de celles qu'ils porteront en compétition.

Cent ans plus tard

Tenues d'entraînement, de représentation et une grande majorité des tenues de compétition ont été produites par des sous-traitants, au Maroc et au Portugal.

Au total, ce sont environ 150.000 pièces qui sont attendues. Un défi d'envergure pour la petite entreprise au chiffre d'affaires inférieur à 150 millions d'euros par an.

"Les concurrents contre qui on se bat ont tous 4, 5, 6 milliards minimum, je ne parle pas de Nike qui va faire 30 ou 40 milliards" de chiffre d'affaires, souligne auprès de l'AFP Marc-Henri Beausire, homme d'affaires suisse et actionnaire majoritaire du Coq sportif depuis 2005 via sa holding suisse Airesis.

Mais quand s'est présenté l'appel d'offres pour équiper la délégation française à Paris-2024, Marc-Henri Beausire n'a pas hésité: "cent ans plus tard, c'est le sens de l'histoire", dit-il, rappelant que son entreprise a habillé les équipes de France des Jeux de 1912 à ceux de 1972, y compris lors des derniers Jeux organisés à Paris, en 1924.

Certes, "nos difficultés ont été nombreuses", admet-il.

« On sera toujours là »

Le Coq sportif, qui a perdu 10 millions d'euros au premier semestre 2023 et a contracté l'an dernier un prêt garanti par l'Etat du même montant, reconnaît des retards dans le paiement de certains sous-traitants.

Le patron du comité olympique français (CNOSF), David Lappartient, a pointé il y a trois semaines "un petit peu de retard" dans la livraison des équipements aux athlètes français.

"Certaines fédérations sont inquiètes", assurait alors à l'AFP un haut responsable du mouvement olympique français, alors qu'un autre s'inquiétait, estimant du Coq Sportif "qu'ils n'avaient pas les reins solides".

Mais, à six semaines des Jeux, Marc-Henri Beausire se veut rassurant: "Tous les équipements vont être délivrés" à temps.

Et l'entrepreneur suisse souhaite candidater aux prochains appels d'offres visant à équiper les délégations françaises aux Jeux olympiques. "On est nés de ça, donc on sera toujours là, avec nos moyens", explique-t-il.

D'autant que, grâce au contrat des JO-2024, "on a acquis énormément de compétences" que le Coq sportif entend pérenniser, souligne Ewa Samson. A titre d'exemple, elle assure que l'équipe chargée des prototypes est ainsi passée de 4 à 10 membres depuis l'obtention du contrat JO.

Marc-Henri Beausire, lui, espère que l'exposition de sa marque lors des Jeux va permettre au Coq sportif de se développer à l'international, pour diversifier un chiffre d'affaires qui se fait actuellement de 80 à 90% en France. "On a changé de catégorie", assure-t-il, n'imaginant pas pouvoir être rétrogradé.


La grande inquiétude des électeurs musulmans de France face à l'extrême droite

Aux européennes du 9 juin, les électeurs musulmans qui se sont rendus aux urnes ont voté à 62% pour le parti de gauche radicale La France Insoumise (LFI), selon un sondage Ifop pour le journal La Croix. Mais l'abstention a atteint 59% sur ce segment. (AFP).
Aux européennes du 9 juin, les électeurs musulmans qui se sont rendus aux urnes ont voté à 62% pour le parti de gauche radicale La France Insoumise (LFI), selon un sondage Ifop pour le journal La Croix. Mais l'abstention a atteint 59% sur ce segment. (AFP).
Short Url
  • Pour Sarah, 23 ans, membre du collectif de femmes musulmanes "Khlass les clichés", il y a "un risque réel" de voir le Rassemblement national (RN) gagner les élections législatives", avec à la clé des "lois islamophobes"
  • Le Rassemblement national n'a pas caché dans le passé son hostilité à l'abattage rituel, qui interdirait de fait la viande halal et casher

PARIS: "Evidemment on a peur": à l'approche des législatives anticipées en France, les électeurs musulmans s'inquiètent d'une possible victoire de l'extrême droite, dont ils craignent d'être les premières victimes.

Pour Sarah, 23 ans, membre du collectif de femmes musulmanes "Khlass les clichés", il y a "un risque réel" de voir le Rassemblement national (RN) gagner les élections législatives", avec à la clé des "lois islamophobes" cherchant à "restreindre nos libertés individuelles", en matière de culte ou d'habillement par exemple.

Le Rassemblement national n'a pas caché dans le passé son hostilité à l'abattage rituel, qui interdirait de fait la viande halal et casher. En 2021, une de ses propositions de loi bannissait les "idéologies islamistes" et interdisait dans tout l'espace public le port du voile.

Sarah, qui n'a pas souhaité donner son nom, comme la plupart des personnes interviewées, s'inquiète aussi d'une "légitimation" de l'hostilité aux musulmans si, avec "un parti ouvertement raciste à la tête de l'Etat, les actes islamophobes se multiplient".

Samedi soir à Lyon (sud-est), une quarantaine de personnes d'ultra-droite ont déambulé dans les rues en criant "on est des nazis putain" et "islam hors d'Europe", selon des vidéos postées sur les réseaux sociaux. Le défilé a été condamné par le recteur de la Grande mosquée de Paris, Chems-eddine Hafiz, qui a appelé les pouvoirs publics "à agir immédiatement" face à "la libération de la parole extrémiste".

« Boucs émissaires »

M. Hafiz avait déjà fustigé le 11 juin "la montée inquiétante de l'extrême droite", en s'inquiétant de voir que le "Maghrébin", le "musulman", sont "devenus les boucs émissaires, les symboles de tout ce qui est perçu comme menaçant, comme étranger, comme incompatible avec une identité nationale supposément homogène".

"Dans la tête des gens, c'est confondu maintenant: immigration = islam", et "invasion d'une population et d'une religion", affirme à l'AFP l'imam de Bordeaux (sud-ouest) Tareq Oubrou.

Dans cette évolution, beaucoup de musulmans déplorent le traitement médiatique qui leur est réservé.

"Dès que j'allume la télé, c'est dramatique, c'est islam islam islam, on confond avec l'islamisme, on met tout le monde dans le même sac", soupire devant la Grande mosquée Maryam, 46 ans, qui juge que "c'est plus difficile aujourd'hui qu'il y a quinze ans".

Cette mère de deux grands enfants leur a d'ailleurs conseillé "de faire des études pour pouvoir partir ailleurs", comme en écho au récent ouvrage "La France tu l'aimes mais tu la quittes", traduisant le malaise d'une partie des jeunes musulmans en France.

Mais les plus âgés aussi disent leur désarroi face aux élections législatives des 30 juin et 7 juillet.

"Evidemment on a peur, pas trop pour la religion, surtout pour le quotidien", avoue Fatima, 70 ans.

"J'ai entendu (le président du RN) M. (Jordan) Bardella. Ce qu'il disait, c'était les étrangers dehors, ceux qui n'ont pas de travail dehors, et il dit qu'il va être Premier ministre? On veut empêcher ça, mais comment? on vote pour qui? On n'a personne", se désole Zora, 75 ans, arrivée il y a 46 ans de Tunisie.

Karim Tricoteaux, franco-algérien de 32 ans, voit un espoir dans le sentiment que "les partis de gauche sont en train de s'allier et sont plus puissants". Bien sûr, il ira voter: "Ça va le faire", promet-il.

Aux européennes du 9 juin, les électeurs musulmans qui se sont rendus aux urnes ont voté à 62% pour le parti de gauche radicale La France Insoumise (LFI), selon un sondage Ifop pour le journal La Croix. Mais l'abstention a atteint 59% sur ce segment.

Aussi les responsables religieux appellent-ils à aller voter, et à ne pas prêter crédit aux vidéos sur les réseaux sociaux affirmant que la religion musulmane prône de s'abstenir.

"C'est des délires", affirme M. Oubrou en fustigeant "des ignares, qui ont un niveau bac -10 mais essaient de parler du droit canonique musulman".

"La religion musulmane prône au contraire le respect de l'autorité de l'Etat dans lequel on vit", assure M. Hafiz.