Au-delà du vide présidentiel !

Le siège présidentiel libanais est visible devant un drapeau national dans la "Salle des Ambassadeurs" du palais présidentiel à Baabda le 22 mai 2008. (AFP)
Le siège présidentiel libanais est visible devant un drapeau national dans la "Salle des Ambassadeurs" du palais présidentiel à Baabda le 22 mai 2008. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 24 mai 2024

Au-delà du vide présidentiel !

  • Tout a commencé avec le coup d’État contre les accords de Taëf et la Constitution, avec la montée de la « Troïka » et s’est perpétué lorsque chacun des trois s’est vu attribuer une « spécialité »
  • Riad Salameh, le gardien des secrets de l'effondrement financier, n'a pas été appréhendé bien que des mandats d'arrêt internationaux (pour détournement de fonds, blanchiment d'argent et corruption) aient été émis contre lui il y a un an !

Le Liban, qui vient de fêter son centenaire, est victime d’aspirations hégémoniques. En conséquence, son siège présidentiel a été vacant pendant des périodes après la fin de chaque mandat depuis la fin du mandat du président Emile Lahoud il y a 16 ans. Le pays a ainsi été privé de l'atmosphère optimiste qui suit l'élection d'un nouveau président en raison de son déséquilibre national des pouvoirs, conséquence de la guerre civile. Ce déséquilibre a ensuite été exacerbé et renforcé par la présence des forces syriennes et la trahison du « soulèvement pour l’indépendance » de 2005.

Depuis la fin du mandat de Lahoud en 2008, le siège présidentiel est resté vacant pendant cinq ans au total, et des gouvernements intérimaires (comme son gouvernement actuel, au pouvoir depuis ses dernières élections parlementaires il y a deux ans) dotés d'une autorité limitée ont été au « pouvoir » depuis plus de six ans.

Ce qui souligne encore davantage cet état de choses, c'est que les sièges de hautes fonctions sont restés vacants pendant des périodes depuis l'arrivée au pouvoir d'Elias Hrawi au début des années 1990, à la suite de l'accord de Taëf. Le problème s’est aggravé avec la présidence de Lahoud, atteignant de nouveaux sommets avec les présidences de Michel Sleiman et Michel Aoun. Ces postes vacants visent à marginaliser la présidence et à affaiblir son rôle. Tout a commencé avec le coup d’État contre les accords de Taëf et la Constitution, avec la montée de la « Troïka » (trois chefs d’État au lieu d’un président) et s’est perpétué lorsque chacun des trois s’est vu attribuer une « spécialité ».

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Barid Al-Maghrib lance sa stratégie de transformation digitale

(Photo, Le Matin)
(Photo, Le Matin)
Short Url
  • Le groupe enclenchera ainsi, en juillet prochain, l’opérationnalisation de sa stratégie digitale
  • Le groupe a défini une feuille de route digitale permettant la réalisation d’un portefeuille ambitieux annuel de projets touchant plusieurs chantiers

Barid Al-Maghrib entend accélérer le processus de sa transformation digitale. Le groupe enclenchera ainsi, en juillet prochain, l’opérationnalisation de sa stratégie digitale. Plusieurs segments et process du groupe seront concernés par cette transformation, notamment le Big Data, la gouvernance IT, le Back-Office postal, les ressources humaines, les finances, l’e-commerce, l’audit et le contrôle, la fonction informatique et les architectures IT.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Élection présidentielle du 7 septembre : 14 dossiers de candidature déjà retirés

(Photo : D. R.)
(Photo : D. R.)
Short Url
  • Les prétendants à la prochaine élection présidentielle passent aux choses sérieuses
  • Sans dévoiler les noms des prétendants à la candidature, Mohamed Charfi a assuré que tous les moyens ont été mis en place pour garantir la transparence et la réussite de ce rendez-vous électoral

Les prétendants à la prochaine élection présidentielle passent aux choses sérieuses. Jusqu’à avant-hier vers 18h, ils étaient 14 personnalités à avoir retiré les dossiers de candidature dans l’espoir de participer à la course pour briguer le poste de président de la République.

C’est ce qu’a affirmé le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie), hier, lors de sa visite dans la wilaya de Boumerdès. Sans dévoiler les noms des prétendants à la candidature, Mohamed Charfi a assuré que tous les moyens ont été mis en place pour garantir la transparence et la réussite de ce rendez-vous électoral qui consolide la démocratie dans notre pays. «Le président a convoqué le corps électoral le 8 juin.

Les formulaires étaient prêts le lendemain», a-t-il indiqué, précisant qu’un million de formulaires ont été retirés pour obtenir les parrainages exigés par la loi. Poursuivant, M. Charfi a n’a pas manqué de rappeler les mesures et le dispositif mis en place par l’Anie afin de rompre avec la triche et autres pratiques ayant émaillé la collecte des signatures par le passé.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Fin de règne et double jeu

Short Url
  • Le revoilà de retour, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken pour… la 8e fois au Moyen-Orient. Première destination, l’Egypte, puis Israël, la Jordanie…
  • Cette fois, il arrive non pas avec une solution dans ses poches, mais pour tonifier une proposition qui ne bouge pas

Le revoilà de retour, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken pour… la 8e fois au Moyen-Orient. Première destination, l’Egypte, puis Israël, la Jordanie… Cette fois, il arrive non pas avec une solution dans ses poches, mais pour tonifier une proposition qui ne bouge pas. Apparemment, il est décidé à en découdre avec Netanyahu. Au Caire, il annonce sa conviction : «une écrasante majorité d’Israéliens et de Palestiniens veulent la paix», et demande aux pays arabes concernés de faire pression sur le Hamas d’accepter une trêve. Evidemment, il pense à la trêve proposée par son chef Biden, qui est considérée comme incomplète, donc rejetée (sournoisement) par Israël. 

Ses chances de succès sont estimées incertaines, sinon aléatoires. La proposition de Biden du 31 mai stipule notamment un cessez-le-feu durable. Celle-ci s’éloigne de jour en jour, le gouvernement israélien l’a jetée par-dessus l’épaule, d’abord en voulant prolonger indéfiniment les négociations, alors que le mouvement palestinien a déclaré ne pas signer un accord ne garantissant pas un cessez-le-feu permanent. Ensuite, Netanyahu, qui voit son pays isolé de la communauté internationale ( la Slovénie a rejoint l’Espagne, l’Irlande et la Norvège, pays reconnaissant l’Etat palestinien), remué par des manifestations permanentes, sans se référer à personne, a pris sa décision de libérer les otages, aidé en cela par les renseignements généraux, des avions britanniques, d’une unité américaine spécialisée dans la libération des otages, etc. Au final, il a ratissé large, tirant sur tout ce qui bouge, faisant un massacre de 274 morts et de 400 blessés dans les bombardements intensifs et les tirs de chars soutenus (depuis l’air, la terre et la mer), en ciblant le camps de Nusseirat peuplé de dizaines de milliers de réfugiés qui ont fui Rafah. (Le bilan total de l’offensive militaire israélienne à Gaza s’élève à 37.124 personnes civiles, selon le dernier décompte). L’opération est une démonstration d’horreur sans suite et sans lendemain, selon les observateurs. Netanyahu félicite son armée en ces termes : «Vous avez prouvé qu’Israël ne cède pas face au terrorisme et agit avec une créativité et un courage sans limites pour ramener nos otages à la maison», et ajoute : «Nous ne lâcherons pas tant que nous n’aurons pas réussi la mission et ramené tous nos otages à la maison, les vivants et les morts». Il a gagné du temps, et puis ?

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.