Club des prisonniers palestiniens: 80 journalistes détenus par Israël depuis octobre

Le Comité pour la protection des journalistes, un observatoire des médias basé aux États-Unis, a déclaré qu’au moins 107 journalistes et autres représentants des médias avaient été tués pendant le conflit à Gaza. Il convient de noter que la grande majorité d’entre eux sont des Palestiniens. (AFP)
Le Comité pour la protection des journalistes, un observatoire des médias basé aux États-Unis, a déclaré qu’au moins 107 journalistes et autres représentants des médias avaient été tués pendant le conflit à Gaza. Il convient de noter que la grande majorité d’entre eux sont des Palestiniens. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 04 juin 2024

Club des prisonniers palestiniens: 80 journalistes détenus par Israël depuis octobre

  • Plusieurs journalistes sont détenus sans inculpation ni procès en vertu de la politique israélienne de détention administrative
  • Le Club des prisonniers palestiniens a appelé l’ONU et les organisations internationales des droits de l’homme à porter leurs responsabilités

LONDRES: Le nombre de journalistes palestiniens détenus par Israël depuis le début de la guerre à Gaza en octobre s’élève désormais à 80 – il s’agit d’un record. C’est ce qu’a révélé dimanche un organisme palestinien des droits de l'homme.

Le Club des prisonniers palestiniens, basé à Ramallah, a souligné que parmi les personnes arrêtées, au moins 49 étaient toujours détenues, contre 45 au mois d’avril.

«Les forces d’occupation continuent d’intensifier la politique d’arrestation des journalistes, en plus des menaces, des attaques sur le terrain, de la détention et des poursuites en cours, à la lumière de la guerre génocidaire continue contre notre peuple à Gaza», a indiqué l’organisation.

Cette dernière a ajouté que plusieurs journalistes étaient détenus sans inculpation ni procès en vertu de la politique israélienne de détention administrative, alors que trois des quatre femmes étaient incarcérées. Une cinquième femme, Somaya Jawabra, qui a été arrêtée alors qu’elle était enceinte de sept mois, est assignée à résidence depuis novembre et demeure soumise à des restrictions strictes.

Mesures vindicatives 

Le Club des prisonniers palestiniens a décrit le traitement des journalistes comme caractéristique des «mesures vindicatives et punitives imposées aux prisonniers et aux détenus en général» par les autorités israéliennes, notamment «la torture et l’humiliation, la famine et les infractions médicales systématiques».

L’organisation a en outre précisé que deux journalistes de la Cisjordanie, Bilal al-Taweel et Mahmoud Fatafta, avaient été arrêtés tandis que les autorités israéliennes «menaient leurs enquêtes». Leur détention a par ailleurs été prolongée jusqu’au 9 juin.

Le Club des prisonniers palestiniens a appelé l’ONU et les organisations internationales des droits de l’homme à porter leurs responsabilités pour lutter contre les allégations de crimes commis par le régime israélien à l’encontre des détenus palestiniens.

De plus, l’agence de presse officielle de l’autorité palestinienne, Wafa, a signalé que les autorités israéliennes avaient arrêté dimanche l’une de ses employées, Racha Harzallah, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie.

«Les services de renseignement de l’occupation israélienne l’ont convoquée et soumise à un interrogatoire dans un centre de détention de la colonie d’Ariel», a soutenu l’agence, qui citait la famille de la journaliste.

«Elle y est allée avec un avocat et, à leur arrivée, elle a été informée qu’elle serait détenue pendant soixante-douze heures, sans évoquer de raisons ni porter d’accusations contre elle.»

Le Comité pour la protection des journalistes, un observatoire des médias basé aux États-Unis, a déclaré qu’au moins 107 journalistes et autres représentants des médias avaient été tués pendant le conflit à Gaza. Il convient de noter que la grande majorité d’entre eux sont des Palestiniens.

Plusieurs ONG ont soutenu que, même si la plupart des décès sont des conséquences tragiques de la guerre, dans certains cas, les forces israéliennes semblaient avoir délibérément ciblé les professionnels des médias à Gaza. Si leurs propos étaient confirmés, de telles actions pourraient faire l’objet d’une enquête pour crimes de guerre, une demande qui a déjà été formulée par Human Rights Watch et Amnesty International.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L'Iran condamne les frappes israéliennes contre le port de Hodeida au Yémen

L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien. (AFP)
L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien. (AFP)
Short Url
  • Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, "a fermement condamné" ces attaques", indique le communiqué iranien
  • Y voyant "l'expression du comportement agressif du régime israélien", il a "mis en garde contre le risque d'escalade des tensions et de propagation de la guerre dans la région", ajoute le texte

TEHERAN: L'Iran a "fermement condamné" dimanche les frappes israéliennes menées la veille contre le port de Hodeida tenu par les rebelles Houthis au Yémen, mettant en garde contre une "escalade des tensions" dans la région.

Les frappes aériennes sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, situé à environ 1.800 kilomètres de distance.

Elles ont provoqué la mort de six personnes, fait trois disparus et 83 blessés, selon un bilan révisé dimanche du ministère de la Santé des Houthis.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, "a fermement condamné" ces attaques", indique le communiqué iranien.

Y voyant "l'expression du comportement agressif du régime israélien", il a "mis en garde contre le risque d'escalade des tensions et de propagation de la guerre dans la région", ajoute le texte.

Dimanche, les rebelles yéménites, soutenus par l'Iran, ont menacé Israël d'une "réponse énorme" à ces attaques, alors que les pompiers luttent toujours contre l'énorme incendie déclenché par les frappes israéliennes.

L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien.

Les Houthis, qui contrôlent de larges pans du Yémen, ont ouvert un front contre Israël, disant agir en "solidarité" avec les Palestiniens de Gaza, où Israël mène depuis neuf mois une opération militaire d'envergure contre le mouvement islamiste Hamas, dont l'attaque sur le sol israélien du 7 octobre a déclenché le conflit.

Depuis le début de la guerre à Gaza, Téhéran, qui soutient également le puissant mouvement libanais Hezbollah, engagé dans des violences quotidiennes avec Israël, se présente  comme le premier soutien du mouvement palestinien Hamas contre Israël.


Yémen: un incendie fait rage à Hodeida, après des frappes israéliennes meurtrières

Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes. (AFP).
Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes. (AFP).
Short Url
  • Les frappes de samedi sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël
  • La "réponse des rebelles à l'agression israélienne contre notre pays est inévitable et sera énorme", a déclaré dimanche Yahya Saree, leur porte-parole militaire

HODEIDA: Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes, selon les rebelles, qui menacent Israël d'une réponse "énorme".

Les frappes de samedi sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, situé à environ 1.800 kilomètres de distance.

La "réponse des rebelles à l'agression israélienne contre notre pays est inévitable et sera énorme", a déclaré dimanche Yahya Saree, leur porte-parole militaire.

Il a déclaré que les rebelles avaient tiré des missiles balistiques en direction d'Eilat, station balnéaire israélienne sur le mer Rouge. Un missile tiré depuis le Yémen a été intercepté, avait indiqué l'armée israélienne, précisant que "le projectile n'a pas pénétré en territoire israélien".

Lancés au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien, les raids aériens sur Hodeida ont provoqué la mort de trois personnes et en ont blessé 87, dont beaucoup souffrent de graves brûlures, a déclaré le ministère de la Santé des Houthis.

D'autres opérations contre les Houthis suivront "s'ils osent nous attaquer", a déclaré samedi le ministre israélien de la défense, Yoav Gallant.

D'épais panaches de fumée noire enveloppent dimanche le ciel au-dessus de Hodeida, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Un employé du port, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a indiqué que les réservoirs de carburant et la centrale électrique étaient toujours en flammes. D'après lui, il faudrait plusieurs jours pour contenir l'incendie, un point de vue partagé par les experts du Yémen, au vu notamment du manque d'équipement des pompiers.

Selon Mohammed Albasha, analyste principal du Moyen-Orient pour le groupe américain Navanti, le feu pourrait atteindre les installations de stockage de nourriture.

L'attaque "va avoir des conséquences humanitaires désastreuses sur les millions de Yéménites" dans les vastes zones du pays contrôlées par les Houthis, a déclaré Nicholas Brumfield, un expert du Yémen sur X.

Le gouvernement yéménite, internationalement reconnu et soutenu par l'Arabie saoudite dans sa guerre menée depuis 2014 contre les Houthis, a condamné les frappes israéliennes, tenant Israël "pour responsable de l'aggravation de la crise humanitaire".

Il a mis en garde les rebelles, soutenus par Téhéran et qui disent agir en solidarité avec les Palestiniens de Gaza, contre le risque d'entraîner le pays dans des "batailles insensées servant les intérêts du régime iranien et son projet expansionniste dans la région".


L'armée jordanienne abat un drone transportant de la drogue en provenance de Syrie

Un responsable militaire a déclaré samedi que les forces armées avaient abattu le drone à l'intérieur du territoire jordanien. (Agence Petra)
Un responsable militaire a déclaré samedi que les forces armées avaient abattu le drone à l'intérieur du territoire jordanien. (Agence Petra)
Short Url
  • Les autorités militaires jordaniennes ont déjoué une tentative d'utilisation d'un drone pour transporter des stupéfiants dans le royaume depuis la Syrie, a rapporté l'agence de presse nationale Petra
  • Un responsable militaire a déclaré samedi que les forces armées avaient abattu le drone à l'intérieur du territoire jordanien

AMMAN : Les autorités militaires jordaniennes ont déjoué une tentative d'utilisation d'un drone pour transporter des stupéfiants dans le royaume depuis la Syrie, a rapporté l'agence de presse nationale Petra.

Un responsable militaire a déclaré samedi que les forces armées avaient abattu le drone à l'intérieur du territoire jordanien.

« Les forces des gardes-frontières de la région militaire de l'Est, en coordination avec les services de sécurité et le département de lutte contre les stupéfiants, ont détecté une tentative de passage illégal de la frontière entre la Syrie et la Jordanie par un drone », indique le communiqué.

Les articles saisis ont été confisqués et remis aux autorités compétentes.