Bardella et sa «majorité absolue»: entre appel à la mobilisation et prudence du RN

Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) et député européen Jordan Bardella (au centre) participe à une visite au salon Eurosatory de défense et de sécurité terrestre et aéroterrestre, au parc des expositions Paris-Nord Villepinte, à Villepinte, au nord de Paris, le 19 juin 2024. (Photo de JULIEN DE ROSA / AFP)
Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) et député européen Jordan Bardella (au centre) participe à une visite au salon Eurosatory de défense et de sécurité terrestre et aéroterrestre, au parc des expositions Paris-Nord Villepinte, à Villepinte, au nord de Paris, le 19 juin 2024. (Photo de JULIEN DE ROSA / AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 19 juin 2024

Bardella et sa «majorité absolue»: entre appel à la mobilisation et prudence du RN

  • «Un Premier ministre de cohabitation avec une majorité relative ne pourrait pas changer les choses»
  • Après deux ans d'usure des macronistes, privés de majorité absolue à l'Assemblée nationale, les cadres du RN veulent avoir les coudées franches s'ils remportent les législatives le 7 juillet

PARIS: Jordan Bardella le répète, il "refusera d'être nommé" à Matignon sans majorité absolue à l'issue des législatives. Un "appel à la mobilisation" des électeurs, selon ses lieutenants, mais aussi une précaution supplémentaire du RN, déjà en train de lisser son programme radical.

Besoin de «légitimité»

"Si demain je suis en capacité d'être nommé à Matignon et que je n'ai pas de majorité absolue (...) eh bien je refuserai d'être nommé", a lancé le président du Rassemblement national mardi soir sur France 2.

"Un Premier ministre de cohabitation avec une majorité relative ne pourrait pas changer les choses", a-t-il complété mercredi.

"C'est pour que les Français viennent voter", explique Renaud Labaye, bras droit de Marine Le Pen et secrétaire général du groupe RN à l'Assemblée nationale. Le parti d'extrême droite reste marqué par la démobilisation des régionales 2021, durant lesquelles il n'était pas parvenu à remporter la moindre région, malgré des sondages plutôt favorables. "On n'a pas été traumatisé, mais presque", reconnaît M. Labaye, qui espère cette fois une "participation élevée" pour renforcer la "légitimité" de l'élection.

Après deux ans d'usure des macronistes, privés de majorité absolue à l'Assemblée nationale, les cadres du RN veulent avoir les coudées franches s'ils remportent les législatives le 7 juillet.

Car le risque est réel d'une paralysie de l'Assemblée avec trois blocs sans majorité claire - Nouveau Front populaire, macronistes et RN - et des députés qui pourraient faire tomber le gouvernement à tout moment avec des motions de censure à répétition.

Une autre menace pourrait planer: la constitution encore très hypothétique d'une vaste coalition anti-extrême droite. "Même en cas de majorité relative (du RN) proche de l'absolue (289 sièges), on peut imaginer une alliance de tous les autres blocs", estime la constitutionnaliste Anne Levade.

Non à Matignon ? A voir... 

La sentence de Jordan Bardella semble toutefois moins définitive qu'il n'y paraît. Une majorité relative assez large pourrait changer la donne.

"On verra après le second tour s'il y a des gens, peut-être chez LR, qui n'ont pas suivi (le rallié) Eric Ciotti à l'instant T et qui veulent bâtir une majorité avec le RN", temporise Renaud Labaye, par exemple "260 députés (RN) et 30 députés autour de Ciotti" pour un "contrat de coalition".

Sur Public Sénat, le député Julien Odoul a aussi renvoyé la question au "choix des Français", en demandant une "majorité stable" pour que Jordan Bardella ne soit "pas à la merci de la première motion de censure" de l'Assemblée nationale.

L'enjeu est d'avoir les "marges de manoeuvre" pour gouverner, sans trop s'abîmer avant la présidentielle de 2027 à laquelle Marine Le Pen entend concourir.

"Jordan Bardella n'a intérêt ni pour lui ni pour le pays à gérer la pénurie et faire passer un budget au 49.3" cet automne, insiste Renaud Labaye.

«Refus d'obstacle» ? 

La sortie de Jordan Bardella s'inscrit plus largement dans une campagne médiatique pour arrondir l'image radicale du parti à la flamme et tenter de convaincre qu'il est capable d'exercer le pouvoir.

Le patron du RN, qui avait déjà temporisé sur l'abrogation de la réforme des retraites d'Emmanuel Macron, a édulcoré les positions lepénistes sur un autre volet mercredi: la politique étrangère. Il "n'entend pas remettre en cause les engagements" de la France en matière de défense, a-t-il affirmé, alors qu'il y a seulement deux ans Marine Le Pen prônait la sortie du commandement intégré de l'Otan.

"Le RN réclame à cor et à cri son arrivée au pouvoir, mais le plan pour Matignon n'était pas encore prêt" côté programme, juge le sociologue Etienne Ollion, spécialiste du Parlement.

Et les concurrents se sont engouffrés dans la brèche. Chez "Jordan Bardella, il y a de moins en moins de programme et de plus en plus de conditions" pour briguer Matignon. "Ça commence à ressembler à un refus d'obstacle", l'a taclé le Premier ministre Gabriel Attal.

Le RN doit en outre de nouveau composer avec les controverses qui accompagnent les dérapages de certains de ses candidats sur les réseaux sociaux. Mercredi, le parti a retiré son soutien à un prétendant dans le Morbihan, Joseph Martin, qui avait publié un message antisémite sur X (ex-Twitter) en 2018.


JO-2024 : match de football Mali-Israël sous surveillance

Un visiteur prend un selfie avec les anneaux olympiques à l’aréna Sud de Paris le 24 juillet 2024, avant les Jeux Olympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Un visiteur prend un selfie avec les anneaux olympiques à l’aréna Sud de Paris le 24 juillet 2024, avant les Jeux Olympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • Le match, en présence du président israélien Isaac Herzog, est considéré par M. Darmanin comme "important pour le dispositif de sécurité" des Jeux en général et celui des 88 athlètes de la délégation israélienne en particulier.
  • Les récentes prises de positions politiques en France, dont des appels à bannir Israël des Jeux, se sont ajoutées aux critiques sur les réseaux sociaux qui visent des athlètes israéliens qui affichent leur soutien aux opérations militaires de l'Etat hébre

PARIS : Un millier de policiers sont mobilisés mercredi soir à Paris pour le match de football masculin des JO-2024 opposant le Mali à Israël, sur fond d'appels à la "mobilisation" contre la présence de la délégation israélienne en France à cause de la guerre à Gaza.

Cette rencontre olympique au Parc des Princes, qui devance avec celles du rugby à VII la cérémonie d'ouverture de vendredi, fait l'objet "d'un périmètre antiterroriste", a indiqué mercredi le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin sur BFMTV.

Le match, en présence du président israélien Isaac Herzog, est considéré par M. Darmanin comme "important pour le dispositif de sécurité" des Jeux en général et celui des 88 athlètes de la délégation israélienne en particulier.

Comme ceux des équipes américaine ou iranienne, les athlètes israéliens sont protégés au plus près.

Des agents de la sécurité intérieure israélienne (Shin Bet) les encadrent en permanence, selon le journal britannique The Telegraph citant un ex-responsable de ce service. S'y ajoutent des membres des unités d'élite de la police et de la gendarmerie, le Raid et le GIGN.

"On ne prend pas (la menace) à la légère, nous sommes en alerte maximale et tous les athlètes ont été informés de la situation", a commenté le porte-parole du gouvernement israélien, David Mencer.

"Notre devoir de protéger nos athlètes (...) en coopération avec les autorités françaises, est de la plus haute importance", a-t-il ajouté.

- "Actions de perturbation" -

Pour le match de mercredi soir, les autorités françaises n'excluent pas que "des gens s'invectivent en tribune" ou "que des personnes sifflent ou sortent des drapeaux, par exemple pendant l'hymne", énumère une source policière auprès de l'AFP.

Selon elle, il existe un risque plus élevé de tensions dans les tribunes car les quelque 48.000 spectateurs attendus au Parc des Princes "ne sont pas placés comme lors des matchs classiques, où visiteurs et locaux sont séparés et peuvent s'invectiver de loin".

"Vu les appels qui circulent, on peut s'attendre à des actions de perturbations autour du stade", ajoute la source.

Aucune demande de manifestation aux abords du stade n'avait été enregistrée à la mi-journée.

Les récentes prises de positions politiques en France, dont des appels à bannir Israël des Jeux, se sont ajoutées aux critiques sur les réseaux sociaux qui visent des athlètes israéliens qui affichent leur soutien aux opérations militaires de l'Etat hébreu à Gaza.

Samedi, le député de La France Insoumise (LFI) Thomas Portes a, comme d'autres élus de ce parti de la gauche radicale, dénoncé le "deux poids deux mesures" entre les athlètes israéliens et russes, exclus des JO pour cause d'invasion russe en Ukraine. "Les sportifs israéliens ne sont pas les bienvenus aux Jeux olympiques à Paris", a-t-il ajouté, appelant à des "mobilisations".

Mardi, quelques dizaines de personnes se sont rassemblées dans le nord de Paris pour dénoncer "le génocide" en cours à Gaza.

- "Exclusion immédiate" -

La veille, le Comité olympique palestinien adressait un courrier au Comité international olympique (CIO) pour demander "l'exclusion immédiate" de la délégation israélienne, suivi d'un appel similaire de l'Iran.

Dans ce contexte, Emmanuel Macron a déclaré mardi que "les athlètes israéliens sont les bienvenus" aux JO et "doivent pouvoir concourir sous leurs couleurs".

La question de la sécurité est omniprésente pour les sportifs israéliens et fait l'objet d'une préparation mentale spécifique.

"Nous nous souvenons toujours de ce qui peut se passer", soulignait en janvier Yael Arad, la présidente du comité olympique israélien, interrogée par l'AFP sur la prise d'otages d'athlètes israéliens par un commando palestinien aux Jeux de Munich en 1972.

Onze d'entre eux avaient alors été tués, et cette attaque sanglante avait marqué un tournant en matière de sécurité lors des rendez-vous olympiques.

Cette problématique est plus aiguë encore cette année du fait de la guerre à Gaza, déclenchée le 7 octobre par une attaque des commandos du Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.197 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP fondé sur des données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a lancé une offensive sur la bande de Gaza qui a fait 39.145 morts, en majorité des civils, selon le dernier décompte du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.


JO-2024: un cortège de dignitaires pour la parade fluviale

Police officers stand in front of the Eiffel Tower ahead of the Paris 2024 Olympic and Paralympic Games in Paris on July 21, 2024. (Photo AFP)
Police officers stand in front of the Eiffel Tower ahead of the Paris 2024 Olympic and Paralympic Games in Paris on July 21, 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • "Nous nous sentons prêts à accueillir le monde", assure Samuel Ducroquet, ambassadeur français pour le sport, chargé d'orchestrer au sein du ministère des Affaires étrangères l'accueil des dignitaires venus du monde entier.
  • Vendredi, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres diffusera un message appelant à "déposer les armes" à travers le monde.

PARIS : Des Européens en force mais sans les Russes, une délégation israélienne sous haute surveillance, la Première dame américaine mais aussi des têtes couronnées: une centaine de chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus à Paris pour assister vendredi à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sur la Seine.

"Nous nous sentons prêts à accueillir le monde", assure Samuel Ducroquet, ambassadeur français pour le sport, chargé d'orchestrer au sein du ministère des Affaires étrangères l'accueil des dignitaires venus du monde entier.

Ni l'Elysée, ni le Quai d'Orsay n'ont cependant communiqué la liste de ces personnalités en raison de possibles changements de dernière minute.

- Européens sans la Russie -

Une certitude: le président russe Vladimir Poutine sera le grand absent, la Russie ayant été bannie en tant que nation en raison de la guerre en Ukraine déclenchée par Moscou en février 2022.

Kiev, de son côté, n'a pas encore dit si Volodymyr Zelensky serait présent vendredi.

Le nouveau premier ministre britannique Keir Starmer, qui souhaite renforcer les liens avec la France, assistera à la parade fluviale.

Paris-2024 est "un grand événement pour la France mais aussi pour le Royaume Uni", commente Menna Rawlings, l'ambassadrice britannique en France, alors que 500.000 billets ont été vendus au Royaume-Uni, c'est pour elle "un enjeu consulaire majeur".

Parmi les autres Européens attendus, le chancelier allemand Olaf Scholz, le président italien Sergio Mattarella, son homologue finlandais Alexander Stubb et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

- Jill Biden -

Son époux Joe Biden s'est retiré de la campagne présidentielle américaine, mais la Première Dame des Etats-Unis Jill a confirmé sa présence. Et ce n'est autre que Douglas Emhoff, le mari de la vice-présidente américaine Kamala Harris, désormais dans la course pour la Maison Blanche, qui assistera à la cérémonie de clôture.

- Délégation israélienne sous haute surveillance -

N'en déplaise à Téhéran, qui a appelé mardi à bannir Israël des JO en raison de la guerre à Gaza, le président israélien Isaac Herzog sera présent, sous très haute surveillance.

Le patron du comité olympique palestinien, Jibril Rajoub, représentera, lui, le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

- Pays du Golfe ? -

Le mystère reste entier quant à la présence du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane ou celle du président des Emirats Arabes Unis Mohammed ben Zayed.

Seul l'émir du Qatar Tamim ben Hamad Al-Thani, membre du Comité international Olympique (CIO), a été vu à Paris à la traditionnelle session d'avant-Jeux.

- Argentine, Brésil, Chine au rendez-vous -

Le président chinois Xi Jinping ne fera pas le déplacement mais sera représenté à un haut niveau par le vice-président Han Zheng.

Le président brésilien Lula a, lui, confié à sa femme Rosangela la représentation nationale, contrairement au président argentin Javier Milei et son homologue colombien Gustavo Petro qui ont confirmé leur venue.

Viendront, ne viendront pas? La participation du président turc Tayyip Erdogan est incertaine, tout comme celle du Premier ministre indien Narendra Modi.

- L'Afrique, pas en reste -

Les présidents du Gabon Brice Oligui Nguema et de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadéra ne manqueront pas à l'appel mais la présence de leur homologue camerounais Paul Biya n'est pas confirmée officiellement.

Le nouveau président sénégalais Diomaye Faye, qui avait rencontré le 20 juin Emmanuel Macron, sera de retour à Paris. A contrario, le président d'Afrique du Sud Cyril Ramaphosa ne fera pas le déplacement.

Pour le Niger, le secrétaire général du ministère des Sports Abdoulaye Mohamadou conduira la délégation. La cérémonie d'ouverture coïncidera avec le premier anniversaire du coup d'Etat qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum.

- Têtes couronnées -

La princesse britannique Anne, soeur du roi Charles III, et le prince Albert de Monaco, sont arrivés dès lundi pour assister à la réunion du CIO.

Le roi d'Espagne Philippe VI est aussi attendu.

Le Danemark sera représenté par le couple royal Frederik X et la reine Mary, ainsi que la princesse Benedikte, la tante octogénaire du souverain.

- Déposer les armes -

Alors que les conflits font rage de l'Ukraine à Gaza, en passant par le Soudan et la République démocratique du Congo, les Jeux Olympiques seront l'occasion d'une intense activité diplomatique.

Vendredi, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres diffusera un message appelant à "déposer les armes" à travers le monde.

Le président Emmanuel Macron a quant à lui appelé "à une trêve olympique".


Grève aéroportuaire vendredi: le ministre des Transports "choqué"

Le vice-ministre des Transports francais Patrice Vergriete le 16 juillet 2024 après la réunion hebdomadaire du cabinet à l’Elysée présidentielle à Paris (photo AFP)
Le vice-ministre des Transports francais Patrice Vergriete le 16 juillet 2024 après la réunion hebdomadaire du cabinet à l’Elysée présidentielle à Paris (photo AFP)
Short Url
  • Le syndicat Force Ouvrière du Groupe ADP, gestionnaire de Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly, a déposé un préavis pour exiger davantage de concessions salariales que celles prévues par l'accord majoritaire signé le 16 juillet.
  • FO réclame notamment que la prime de 300 euros qui sera versée à tous les employés d'ADP aux termes de l'accord du 16 juillet soit portée à 1.000 euros, ainsi que d'autres mesures salariales.

PARIS : Le ministre délégué chargé des Transports s'est dit "choqué" mercredi du préavis de grève d'un syndicat minoritaire du personnel des aéroports parisiens le jour de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques vendredi, l'appelant à "retrouver la raison".

Le syndicat Force Ouvrière du Groupe ADP, gestionnaire de Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly, a déposé un préavis pour exiger davantage de concessions salariales que celles prévues par l'accord majoritaire signé le 16 juillet.

Interrogé sur la décision de FO (11,57% des voix aux dernières élections professionnelles chez ADP) en marge d'une visite à Roissy mercredi, le ministre Patrice Vergriete s'est dit "choqué aujourd'hui que des syndicats puissent poser un préavis de grève alors qu'un accord majoritaire a été trouvé".

"Le respect de la démocratie sociale, c'est aussi le respect de l'accord majoritaire. Et j'aimerais bien que ce syndicat puisse retrouver la raison et retrouver le sens de la démocratie sociale", a-t-il ajouté.

FO réclame notamment que la prime de 300 euros qui sera versée à tous les employés d'ADP aux termes de l'accord du 16 juillet soit portée à 1.000 euros, ainsi que d'autres mesures salariales.

L'accord avait permis la levée d'un préavis de grève pour le 17 juillet, déposé par l'ensemble des syndicats représentatifs.

Le Groupe ADP, dont l'Etat contrôle 50,6% du capital, s'est refusé à tout commentaire sur ce mouvement et ses éventuelles conséquences sur le trafic aérien vendredi.

La journée sera déjà très particulière pour les aéroports parisiens, puisque les autorités ont décrété une "zone interdite temporaire" à la circulation aérienne d'un rayon de 150 km de 18H30 à minuit autour de la capitale, au nom de la sécurité pendant la cérémonie d'ouverture.

En conséquence, le trafic sera interrompu sur les aéroports de Roissy et d'Orly, ainsi qu'à Beauvais (Oise). Prévenues depuis 2023, les compagnies aériennes ont adapté leurs programmes de vols.