Marine Le Pen estime qu'«il ne restera à Macron que la démission» pour sortir d'une crise politique

La dirigeante du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Marine Le Pen (au centre), s'adresse aux médias lors d'une visite de campagne sur un marché à Henin-Beamont, dans le nord de la France, le 14 juin 2024, à l'approche des élections anticipées du 30 juin et du 7 juillet en vue de la constitution d'un nouveau parlement national.  (Photo Denis Charlet AFP)
La dirigeante du parti d'extrême droite français Rassemblement national (RN), Marine Le Pen (au centre), s'adresse aux médias lors d'une visite de campagne sur un marché à Henin-Beamont, dans le nord de la France, le 14 juin 2024, à l'approche des élections anticipées du 30 juin et du 7 juillet en vue de la constitution d'un nouveau parlement national. (Photo Denis Charlet AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 21 juin 2024

Marine Le Pen estime qu'«il ne restera à Macron que la démission» pour sortir d'une crise politique

  • «C'est un constat. C'est pas une demande, il fera exactement ce qu'il veut et ce que la Constitution lui donne liberté de faire», a indiqué la triple candidate malheureuse à l'Elysée
  • Un sondage Odoxa paru vendredi crédite le Rassemblement national de 250 à 300 députés dans la future Assemblée nationale, entre la majorité relative et la majorité absolue (289 sièges)

COURRIÈRES, France : Marine Le Pen a estimé vendredi qu'«il ne restera au président (de la République) que la démission pour sortir potentiellement d'une crise politique», en affirmant qu'il ne s'agissait pas d'une «demande» de sa part mais d'un «constat».

«Je n'appelle pas Emmanuel Macron à démissionner. Je suis respectueuse des institutions. Je note juste que, quand il y a un blocage politique, quand il y a une crise politique, il y a trois possibilités», a-t-elle expliqué en marge d'un déplacement à Courrières, dans la circonscription du Pas-de-Calais où elle entend se faire réélire députée.

«Il y a le remaniement, il y a la dissolution ou il y a la démission du président. Le remaniement, pour le coup, dans cette circonstance, ne m'apparaîtrait pas extrêmement utile. La dissolution vient d'être opérée pendant un an. Il ne restera donc au président que la démission pour sortir potentiellement d'une crise politique», a estimé Mme Le Pen.

«C'est un constat. C'est pas une demande, il fera exactement ce qu'il veut et ce que la Constitution lui donne liberté de faire», a encore ajouté la triple candidate malheureuse à l'Elysée, alors qu'un sondage Odoxa paru vendredi crédite le Rassemblement national de 250 à 300 députés dans la future Assemblée nationale, entre la majorité relative et la majorité absolue (289 sièges).

Emmanuel Macron avait indiqué la semaine dernière qu'il excluait de démissionner, quelle que soit l'issue des élections législatives des 30 juin et 7 juillet.


Présidence de l'Assemblée: le communiste André Chassaigne candidat du Nouveau Front populaire

André Chassaigne, député français nouvellement élu pour le Parti communiste (PC) de la coalition de gauche « Nouveau Front Populaire » (NFP), arrive pour une journée d'accueil à l'Assemblée nationale à Paris, le 9 juillet 2024.
André Chassaigne, député français nouvellement élu pour le Parti communiste (PC) de la coalition de gauche « Nouveau Front Populaire » (NFP), arrive pour une journée d'accueil à l'Assemblée nationale à Paris, le 9 juillet 2024.
Short Url
  • Âgé de 74 ans, André Chassaigne est l'un des piliers du Palais Bourbon où il siège depuis 2002 et préside le groupe communiste depuis 2012. Il s'y est notamment investi en faveur de la revalorisation des petites retraites agricoles.
  • Cyrielle Chatelain a estimé que la candidature d'André Chassaigne était la "plus à même de gagner" à gauche, après avoir retiré la sienne pour "ne pas faire durer une situation de blocage".

PARIS :Le communiste André Chassaigne a été choisi mercredi comme candidat unique du Nouveau Front populaire pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale, ont indiqué les groupes de la coalition de gauche à la veille du scrutin.

Après de longues tractations, le député du Puy-de-Dôme a bénéficié du désistement de la candidate écologiste Cyrielle Chatelain. Il affrontera notamment la présidente sortante macroniste Yaël Braun-Pivet et le centriste Charles de Courson, du groupe indépendant Liot.

Âgé de 74 ans, André Chassaigne est l'un des piliers du Palais Bourbon où il siège depuis 2002 et préside le groupe communiste depuis 2012. Il s'y est notamment investi en faveur de la revalorisation des petites retraites agricoles.

Devant la presse avec les autres chefs de groupe de gauche, le parlementaire a insisté sur la "légitimité collective" du Nouveau Front populaire pour "présider l'Assemblée" et la volonté de la gauche de "répondre aux difficultés du quotidien".

"Elu de la ruralité", il a également plaidé pour une "forme de pacification" dans une France "abîmée", alors que les députés de LFI ont souvent été critiqués pour leur attitude dans l'hémicycle.

Il a également affirmé à plusieurs reprises qu'il maintiendrait sa candidature jusqu'au bout du scrutin, qui peut durer jusqu'à trois tours, et qu'il ne se retirerait pas au profit d'un autre candidat.

Cyrielle Chatelain a estimé que la candidature d'André Chassaigne était la "plus à même de gagner" à gauche, après avoir retiré la sienne pour "ne pas faire durer une situation de blocage".

La cheffe des députés insoumis Mathilde Panot s'est "réjouie qu'une étape ait été franchie", estimant qu'il n'était "pas possible que Yaël Braun-Pivet redevienne présidente de cette Assemblée comme si rien ne s'était passé".

Le président du groupe PS, Boris Vallaud, a lui lancé un message aux autres forces politiques de l'Assemblée, les appelant à faire élire André Chassaigne plutôt qu'un candidat du camp présidentiel, au vu des résultats des législatives.

"Je sais qu'il y a au-delà de nous-mêmes dans cet hémicycle des gens qui ont bien compris qu'il y avait la volonté de faire obstacle à l'arrivée de l’extrême droite au pouvoir, mais aussi la disqualification de la politique du président de la République qui en réalité n’a pas les clés, et nous allons en faire la démonstration", a-t-il insisté.

Le Nouveau Front populaire - LFI, socialistes, écologistes et communistes - a eu besoin de plusieurs heures de réunions pour trancher. Et le choix s'est fait alors que les discussions sont complètement interrompues pour proposer un candidat au poste de Premier ministre.

Les Insoumis s'opposent à la personnalité avancée par le PS pour Matignon, la spécialiste du climat Laurence Tubiana, que LFI juge trop "Macron-compatible".

Mercredi, la patronne des écologistes Marine Tondelier s'est dite "en colère" et "écoeurée" par la guerre de leadership entre insoumis et socialistes pour proposer un nom pour Matignon, lançant un appel à la reprise immédiate des négociations.


JO-2024: un syndicat de la CGT Spectacle dépose un préavis de grève pour la cérémonie d'ouverture

Timothée Bernardeau, ancien caporal des sapeurs-pompiers, participe au relais de la flamme olympique sur le Parvis de Notre-Dame à Paris, le 14 juillet 2024, à l'occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Timothée Bernardeau, ancien caporal des sapeurs-pompiers, participe au relais de la flamme olympique sur le Parvis de Notre-Dame à Paris, le 14 juillet 2024, à l'occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • "Nous sommes au regret de devoir annoncer la pose d’un préavis de grève pour le spectacle du 26 juillet ainsi que pour les prochaines répétitions des cérémonies d’ouverture des Jeux Paralympiques" le 28 août, annonce dans un communiqué le syndicat (représ
  • Interrogé par l'AFP, un membre du SFA a indiqué estimer qu'environ "250 à 300 danseurs intermittents du spectacle", sur les quelque 3.000 recrues des JOP, "ont été recrutés à des conditions "honteuses, sans défraiement, ou sans connaître le montant de la

PARIS : Un syndicat défendant les artistes interprètes (SFA-CGT) a déposé un préavis de grève pour le 26 juillet, jour de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris, pour protester contre "de criantes inégalités de traitement" entre les artistes recrutés pour le spectacle.

"Nous sommes au regret de devoir annoncer la pose d’un préavis de grève pour le spectacle du 26 juillet ainsi que pour les prochaines répétitions des cérémonies d’ouverture des Jeux Paralympiques" le 28 août, annonce dans un communiqué le syndicat (représentatif et majoritaire dans la branche), qui dépend de la CGT-Spectacle.

Le syndicat dit avoir "alerté", à plusieurs reprises, "Paname24, le producteur exécutif des cérémonies, de pratiques contractuelles non conformes à la convention collective" (des entreprises artistiques et culturelles, ndlr).

"Nous avons également pointé de criantes inégalités de traitement ainsi qu’une absence de dialogue social au cours des préparations des cérémonies", ajoute-t-il

Interrogé par l'AFP, un membre du SFA a indiqué estimer qu'environ "250 à 300 danseurs intermittents du spectacle", sur les quelque 3.000 recrues des JOP, "ont été recrutés à des conditions "honteuses, sans défraiement, ou sans connaître le montant de la cession des droits voisins".

Le syndicat s'interroge sur plusieurs points: "pourquoi les droits voisins, perçus en rétribution de la captation et de la diffusion de leurs prestations chorégraphiques, fluctuent de 60 € pour les intermittents du spectacle - exclus jusqu’alors des négociations collectives- à 1.610 € pour les salariés ayant pu bénéficier d’une négociation collective fructueuse ?

"Pourquoi certains artistes non parisiens sont et seront défrayés et logés, quand la majorité d’entre eux - les plus précaires - ne le sera pas, quand bien même ils et elles auraient les mêmes contrats de travail ?", poursuit-il.

Selon lui, après une saisine du comité de la Charte Sociale des JO, deux réunions de négociations se sont tenues avec Paris 2024 et Paname24, début juillet. "Mais aucune réponse ne nous a depuis été apportée" et aucune nouvelle rencontre n'est programmée.

Le 26 juillet, à partir de 19H30, quelque 3.000 danseurs, musiciens, comédiens prendront d'assaut les berges de la Seine et ses ponts sur un parcours de six kms allant du Pont d'Austerlitz à la Tour Eiffel, pour une cérémonie XXL qui a lieu pour la première fois hors d'un stade.


Le président français discute de la guerre entre Israël et le Hamas avec l'Égypte, le Qatar et le Bahreïn

Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu mardi avec les dirigeants de l'Égypte, du Qatar et de Bahreïn. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu mardi avec les dirigeants de l'Égypte, du Qatar et de Bahreïn. (AFP)
Short Url
  • Le président français a rappelé avec la plus grande fermeté l’impératif de respect du droit international humanitaire qui s’impose à Israël", lors d'échanges successifs avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi
  • Il a redit "que la mise en place d'un cessez-le-feu ne pouvait plus être retardée", notamment pour obtenir la libération des otages détenus par le mouvement islamiste palestinien Hamas

PARIS: Emmanuel Macron a condamné mardi "les frappes israéliennes des derniers jours qui ont visé des écoles de l’ONU ainsi que le camp de déplacés d’Al-Maghazi dans la bande de Gaza", lors d'entretiens téléphoniques avec plusieurs dirigeants arabes.

Le président français a déploré "un très grand nombre de victimes civiles" dans ces frappes et "a rappelé avec la plus grande fermeté l’impératif de respect du droit international humanitaire qui s’impose à Israël", lors d'échanges successifs avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, l'émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani et le roi de Bahreïn Hamad Ben Issa Al-Khalifa, qui assure l'actuelle présidence de la Ligue des Etats arabes.

Il a redit "que la mise en place d'un cessez-le-feu ne pouvait plus être retardée", notamment pour obtenir la libération des otages détenus par le mouvement islamiste palestinien Hamas depuis son attaque sans précédent du 7 octobre en Israël et pour "mettre fin aux souffrances des populations à Gaza", selon un communiqué de l'Elysée.

"Il a aussi marqué son extrême préoccupation de la dégradation de la situation en Cisjordanie, réitéré l'opposition de la France à toutes les nouvelles mesures de colonisation prises par Israël, qui sapent les perspectives de paix", a poursuivi la présidence française.