Les rumeurs de «bavure» française au Mali font le jeu des djihadistes, selon Paris

Les armées françaises comptent actuellement 5 100 hommes au Sahel (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 13 janvier 2021

Les rumeurs de «bavure» française au Mali font le jeu des djihadistes, selon Paris

  • Des villageois et une association de défense de l'ethnie peule affirment qu'une frappe aérienne a tué une vingtaine de personnes lors d'un mariage dans le centre du Mali le 3 janvier
  • Or les autorités françaises et maliennes martèlent que les avions de chasse français ont visé et éliminé une trentaine de djihadistes et qu'il n'y avait ni mariage ni femmes ni enfants

PARIS: Il n'est « pas anodin » que les rumeurs de bavure entourant une récente frappe de l'armée française au Mali, fermement niées par Paris, interviennent à l'heure où un groupe djihadiste sahélien somme les militaires français de quitter le Sahel, a estimé mardi soir la ministre française des Armées.

Des villageois et une association de défense de l'ethnie peule affirment qu'une frappe aérienne, dont certains assurent qu'elle a été menée par hélicoptère, a tué une vingtaine de personnes lors d'un mariage dans le village de Bounti, dans le centre du Mali, le 3 janvier.

Or les autorités françaises et maliennes martèlent que les avions de chasse français ont visé et éliminé une trentaine de djihadistes et qu'il n'y avait ni mariage ni femmes ni enfants.

Auditionnée devant la commission Défense de l'Assemblée nationale, la ministre française Florence Parly a réaffirmé que cette frappe « était dirigée contre un groupe armé terroriste (...) affilié à Al Qaïda ».

« Il n'y a pas eu de dommage collatéral observé. On a entendu parler d'un mariage : il n'y a pas eu de rassemblement festif à l'endroit où la frappe est intervenue », a-t-elle répété. 

« Ensuite, il y a les rumeurs et elles ont été fort nombreuses sur les réseaux sociaux », a-t-elle déploré, en accusant à demi-mot le groupe djihadiste visé de chercher à manipuler l'opinion publique.

« Nous savons qu'il existe une sorte de guerre informationnelle » et « il n'est pas totalement innocent que cette sortie médiatique intervienne à un moment où » ce groupe « a communiqué pour expliquer qu'il était temps que les armées françaises quittent le Sahel. Il n'est pas tout à fait anodin que nous ayons pu lire qu'il pouvait s'agir d'une bavure », a-t-elle souligné. 

« Je récuse absolument l'idée que les armées aient pu le 3 janvier occasionner ce dont elles ont été accusées », a-t-elle insisté.

Une enquête a été ouverte par la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).

Les armées françaises comptent actuellement 5 100 hommes au Sahel aux côtés des armées du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger). La France, qui étudie une réduction de ses effectifs et une évolution de son opération antijihadiste Barkhane, devrait annoncer le rappel de quelque 600 hommes mi-février lors d'un sommet à N'Djamena.


Au cœur des Puces Saint-Ouen, la mort d'une cité relance le débat sur le cannabis

Vue du marché aux puces de Saint-Ouen le 18 juillet 2005. (Mehdi Fedouach/AFP)
Vue du marché aux puces de Saint-Ouen le 18 juillet 2005. (Mehdi Fedouach/AFP)
Short Url
  • Au fil des années, le quotidien des habitants de la cité est devenu « un enfer »
  • Impuissante, la municipalité a décidé de raser la cité

SAINT-OUEN, France : Au cœur des célèbres Puces de Saint-Ouen prospère dans deux tours HLM un des plus importants trafics de stupéfiants d'Ile-de-France. Impuissante, la municipalité a décidé de raser la cité, une mesure radicale jugée "inutile" par certains élus qui préconisent plutôt un débat sur la dépénalisation du cannabis.

Une retraitée qui vivait depuis l'âge de 8 ans dans cette cité des Boute-en-Train, aux portes de Paris, y résume la situation sans détour : les dealers "font la loi". Lasse, elle a plié bagage cet été pour la Normandie.

"Mes déménageurs ont été refoulés à deux reprises à l'entrée, les dealers contrôlent les identités", s'indigne l'Audonienne de 63 ans qui a souhaité garder l'anonymat.

A l'entrée de son ancienne tour de 16 étages, construite dans les années 60, des jeunes guetteurs masqués scrutent entrées et sorties.

Aux étages, des portes anti-squat installées dans les appartements vacants ont été vandalisées. Au 7e, une femme âgée vit en-dessous d'un appartement qui sert de cache à drogues. Elle a récemment vécu "plus de vingt jours sans lumière".

Au fil des années, le quotidien des habitants de la cité est devenu "un enfer". Insalubrité, insécurité, ascenseurs en panne, éclairage défaillant, gestion défectueuse des ordures ménagères, saturnisme, énumère le nouveau maire (PS) de Saint-Ouen, Karim Bouamrane.

Invoquant "une question de dignité", l'élu a pris la décision en novembre avec le soutien du préfet de Seine-Saint-Denis de reloger "en urgence" les familles des Boute-en-Train dans des logements plus petits mais "aux mêmes conditions tarifaires", assure-t-il.

Victoire illusoire

Une fois le relogement achevé au printemps prochain, les deux tours de 200 logements doivent être détruites.

Pas de quoi se débarrasser des trafiquants, tempère toutefois aussitôt Eric Coquerel, le député LFI de la circonscription. "Ce n'est pas parce qu'on démolit que le trafic s'arrête, il va forcément se déplacer aux points de deal proches, c'est illusoire de penser l'inverse".

Aux Puces de Saint-Ouen, "vous allez chiner votre table vintage et vous allez acheter votre shit en même temps", témoigne sans détour William Delannoy, l'ancien maire (UDI) de la ville.

"A moins de mettre des hommes tous les jours devant une cité, le trafic ne va pas s'arrêter. C'est un coup d'épuisette", renchérit, fataliste, un responsable policier.

Le "four" des Boute-en-train rapporte jusqu'à "40.000 euros par jour" et "les JO (Jeux olympiques de 2024 à Paris) seront du pain béni pour les dealers", analyse une source policière locale.

La lutte contre le trafic de stupéfiants est "une guerre de harcèlement que l'État ne peut pas gagner", estime William Delannoy, désormais dans l'opposition municipale. "On a monté des associations de locataires qui négocient avec les dealers, c'est surréaliste !", estime l'élu du centre droit, qui défend une dépénalisation du cannabis.

"La France est championne d'Europe de la consommation de cannabis", rappelle pour sa part M. Coquerel.

"Table rase du passé"

"Il faut faire en sorte que ce commerce ne soit plus le commerce de délinquants mais qu'il soit organisé sous le monopole de l'État, ce qui permettrait comme pour les cigarettes de faire une politique de prévention", a-t-il martelé en octobre lors des assises de la sécurité organisées après la mort de Tidiane et Sofiane, tués par balles dans la cave d'un immeuble sur fond de trafic de drogue.

Le 13 janvier, une consultation citoyenne a été lancée sur les usages du cannabis "récréatif" par une mission parlementaire.

"Les premières victimes de la drogue sont les habitants des quartiers", insiste le député de la circonscription de Saint-Ouen, qui compte non moins de "8 points de deal identifiés" sur les 4.000 recensés en France par le ministère de l'Intérieur.

En détruisant la cité, la municipalité ambitionne aussi de "changer l'image de Saint-Ouen. Faire du beau", explique M. Bouamrane, qui a grandi dans une cité de la ville qui fait l'objet d'une réhabilitation.

L'édile de gauche veut consulter ses administrés sur l'avenir de la cité des Boute-en-Train, propriété de municipalité, qui pourrait, glisse-t-il, prendre la forme "d'une ferme urbaine".

Pour Camille Gosselin, urbaniste à l'Institut Paris Région, "avoir des tours des années 60 visibles depuis le périphérique, c'est marquant et stigmatisant surtout dans un territoire qui s'est gentrifié".

Détruire une cité permet de "dédensifier le quartier, faire table rase du passé et peut donc améliorer une situation" mais "l'architecture n'est pas responsable du trafic", ajoute-t-il. "Lorsqu'on regroupe dans un même endroit une population qui croule sous les difficultés, cela devient propice à une économie parallèle".

 


Dialogue de sourds entre la cour et François Léotard au procès d'Edouard Balladur

Jugés depuis mardi devant la CJR, composé de magistrats et de parlementaires, les deux anciens responsables politiques ont tous les deux fermement nié toute culpabilité dans cette affaire (Photo, AFP).
Short Url
  • L'ancien ministre de la Défense et l'ex-Premier ministre sont soupçonnés d'avoir mis en place dans les années 90 un système de rétrocommissions illégales liées à d'importants contrats d'armement
  • «Et, si c'était à refaire, je le referai», ajoute à plusieurs reprises celui qui a décidé de défendre son «honneur» lui-même, sans avocat

PARIS: «Mais quel est le rapport?» Entre digressions et pantalon de mémoire, la Cour de justice de la République (CJR) a poursuivi jeudi le difficile interrogatoire de François Léotard, jugé à Paris avec Edouard Balladur pour le financement de la campagne de ce dernier à la présidentielle de 1995.

L'ancien ministre de la Défense et l'ex-Premier ministre sont soupçonnés d'avoir mis en place dans les années 90 un système de rétrocommissions illégales liées à d'importants contrats d'armement avec l'Arabie saoudite et le Pakistan, qui aurait servi à nourrir les comptes de la campagne de M. Balladur.

Ce système de commissions «exorbitantes» réglées à des intermédiaires «inutiles», selon l'accusation, une valeur aux collaborateurs de MM. Balladur et Léotard de lourdes condamnations en juin dernier, dans le volet non ministériel de cette partie de la tentaculaire «affaire Karachi». Jugés depuis mardi devant la CJR, composé de magistrats et de parlementaires, les deux anciens responsables politiques ont tous les deux fermement nié toute culpabilité dans cette affaire.
Jean noir et pull marine, planté devant le pupitre au centre de la salle d'audience, M. Léotard, 78 ans, écoute patiemment le président Dominique Pauthe décrire les complexes négociations qui ont entouré les contrats de vente de sous-marins au Pakistan.
La cour veut des précisions sur une note des services du ministère de la Défense mais se heurte à l'une des difficultés de ce procès: juger des faits un quart de siècle après.
«Alors là, vous me posez une colle M. le président, ça doit avoir vingt-cinq ans», souffle l'ancien ministre. «Je ne me souviens pas», ajoute-t-il, comme il le répètera encore une dizaine de fois lors de son interrogatoire. 
«Si on m'avait signalé quelque chose d'irrégulier, naturellement, je n'aurais pas accepté que ça se poursuive», s'empresse de préciser François Léotard. «J'ai toujours pensé que tout ça était légal, régulier, et dans notre intérêt».

«Le cadet de mes soucis»

Lorsque l'ex-ministre rappelle que la pratique des commissions pour faciliter l'obtention d'un contrat étaient à son époque légale, le président lui précise: «Il ne s'agit pas de critiquer la vente de sous-marins ou de frégates mais (...) des accords passés en marge de ces contrats».
«Si c'est légal, j'assume tout. Si c'est pas légal, je n'assume rien», lui rétorque M. Léotard. «Et, si c'était à refaire, je le referai», ajoute à plusieurs reprises celui qui a décidé de défendre son «honneur» lui-même, sans avocat.
«Ces affaires de contrats, excusez-moi d'avoir l'air désinvolte, mais c'était le cadet de mes soucis», insiste-t-il en évoquant le «nucléaire français», les guerres en «Bosnie et au Rwanda» ou les «soldats blessés» qu'il devait accueillir. 
- «D'autres que vous s'en chargeaient ?», coupe le président, revenant sur les contrats. 
- «Bien sûr».
- «Notamment Renaud Donnedieu de Vabres ?»
Plus proche conseiller de M. Léotard à l'époque - il était connu comme «son double» - M. Donnedieu de Vabres a été condamné en juin à cinq ans de prison dont trois ferme pour avoir imposé le réseau d'intermédiaires aux industriels et reçu de l'argent du sulfureux intermédiaire libanais Ziad Takkiedine pour des »services» rendus en marge des contrats.
Il a fait appel de ce jugement, tout comme ses coprévenus.
Le procureur général François Molins aimerait bien savoir à quelle fréquence M. Donnedieu de Vabres rendait des comptes à son ministre, et s'agace quand M. Léotard se lance en réponse dans un commentaire sur les pratiques financières au Liban.
«Est-ce qu'il est possible d'avoir une réponse à ma question»?, s'impatiente le magistrat. «Les conversations étaient quotidiennes», finit par lui répondre M. Léotard. Avant dans se lancer dans une nouvelle digression, cette fois sur son long mandat de maire à Fréjus, où il réside.
Le président est interloqué. «Mais quel est le rapport ?»
L'audience reprend mercredi prochain avec l'interrogatoire d'Edouard Balladur. 


Affaire Duhamel: le frère de Camille Kouchner entendu par les enquêteurs

Dans ce récit autobiographique de 200 pages, à la parution duquel «Victor» ne s'est pas opposé, Camille Kouchner accuse M. Duhamel d'avoir agressé sexuellement son jumeau à la fin des années 80 (Photo, AFP).
Short Url
  • A la fin des années 1980 la loi prévoyait qu'une victime mineure pouvait porter plainte pour «viol par ascendant» pendant dix ans à compter de sa majorité
  • La nouvelle enquête ouverte à la parution de livre vise à vérifier que les faits sont bien prescrits depuis 2003 et à «identifier toute autre victime potentielle»

PARIS: L'enquête judiciaire sur l'affaire Olivier Duhamel avance à grand pas, avec l'audition jeudi de «Victor», dont la sœur jumelle Camille Kouchner a affirmé dans un livre qu'il avait été violé à l'adolescence par leur beau-père.

Une semaine après sa sœur, «Victor» a été entendu par les policiers de la Brigade de protection des mineurs (BPM) chargés depuis le 5 janvier de l'enquête ouverte pour «viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans», selon une source proche du dossier et le parquet de Paris, confirmant une information du Parisien.

Selon une source proche du dossier, cet homme aujourd'hui âgé de 45 ans est revenu longuement sur les faits révélés par sa sœur dans «La Familia Grande», paru le 7 janvier.

Dans ce récit autobiographique de 200 pages, à la parution duquel «Victor» ne s'est pas opposé, Camille Kouchner accuse M. Duhamel, politologue de renom et influent, ancien eurodéputé et habitué des médias, d'avoir agressé sexuellement son jumeau à la fin des années 80.

Selon son récit, les agressions auraient duré «un an» ou «des années». «Deux ou trois. Je ne sais pas», écrit la fille de l'ancien ministre Bernard Kouchner et de la professeure de droit Evelyne Pisier (morte en 2017), qui s'était remariée avec Olivier Duhamel.

«Victor» avait été interrogé dans une première procédure ouverte en 2011, mais avait alors refusé de déposer plainte pour ces faits, probablement prescrits. L'enquête avait été «classée sans suite», a indiqué le 5 janvier dans un communiqué le procureur de Paris Rémy Heitz, sans motiver cette décision.

La nouvelle enquête ouverte à la parution de livre vise à vérifier que les faits sont bien prescrits depuis 2003, «à faire la lumière» sur cette affaire et à «identifier toute autre victime potentielle», selon M. Heitz.

Les accusations portées par Camille Kouchner ont provoqué la démission d'Olivier Duhamel de la présidence de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), qui chapeaute Sciences Po, de celle du club d'influence «Le Siècle» et la fin de ses collaborations avec LCI ou Europe 1.

L'avocate du politologue, Me Frédérique Baulieu, a démenti jeudi que son client était parti en Suisse comme l'a affirmé le Parisien. «Cette information est inexacte», a-t-elle indiqué dans un communiqué. «Il est et reste à Paris depuis le 4 janvier 2021 à la disposition des enquêteurs

Débat de société

Plusieurs proches de M. Duhamel ont été éclaboussés par ces révélations.

Le préfet Marc Guillaume, membre du conseil d'administration du «Siècle» et ex-secrétaire général du gouvernement, a quitté les fonctions dans lesquelles il avait travaillé avec Olivier Duhamel. L'ancienne ministre Elisabeth Guigou a, elle, quitté la présidence de la Commission sur l'inceste et les violences sexuelles subies pendant l'enfance.

L'actuel directeur de Science Po, Frédéric Mion, a lui aussi été mis en difficulté par des informations de presse selon lesquelles il connaissait depuis 2019 les accusations portées contre M. Duhamel.

Plus généralement, le livre de Mme Kouchner a rouvert le débat sur l'inceste, un sujet profondément tabou et encore minimisé alors qu'il serait massif en France avec près d'une personne sur dix potentiellement touchée.

Le mot-dièse #Metooinceste suscite depuis samedi «des centaines» de témoignages sur Twitter, selon le mouvement féministe #Noustoutes .

Plusieurs voix se sont élevées pour demander un durcissement de la loi contre l'inceste, et certaines plaident pour rendre ce crime imprescriptible.

Au moment où se sont déroulées les agressions que «Victor» dit avoir subies à la fin des années 1980, la loi prévoyait qu'une victime mineure pouvait porter plainte pour «viol par ascendant» pendant dix ans à compter de sa majorité. Deux lois, depuis, ont allongé ce délai de prescription, à vingt ans en 2004 puis trente ans en 2018, mais elles ne sont pas applicables aux faits déjà prescrits.

Jeudi, le Sénat a voté une proposition de loi visant à créer un nouveau crime sexuel pour protéger les mineurs de moins de 13 ans, enrichie en dernière minute par des mesures spécifiques à la lutte contre l'inceste.