Mali: Le dilemme de la France face à l’effervescence djihadiste au Sahel

La mort, en une semaine, fin 2020, de cinq militaires français au Mali pose la question de la poursuite de l’engagement français dans la région (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 14 janvier 2021

Mali: Le dilemme de la France face à l’effervescence djihadiste au Sahel

  • La mort, en une semaine (décembre 2020-janvier 2021), de cinq militaires français au Mali pose la question de la poursuite de l’engagement français dans la région
  • Face aux djihadistes et aux rebelles, la supériorité tactique française n’est pas à même d’assurer une stabilisation durable. Une solution politique s’impose pour que la mission française n’échoue pas

PARIS: L’intervention militaire française au Mali entre dans sa neuvième année. L’opération Serval a été lancée par François Hollande en janvier 2013, pour «arrêter la progression de colonnes djihadistes» au nord du pays. Rebaptisée Barkhane en 2014, elle mobilise désormais quelques 5 000 militaires français dans la bande sahélo-saharienne. La récente multiplication des actes terroristes et rebelles au Mali, au Niger voire au Burkina Faso, fait de plus en plus craindre un enlisement français au Sahel.  

Ni l’expérience du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), ni le soutien européen timide qui a permis l’implication de forces spéciales, ni le soutien logistique américain, ne semblent être suffisants pour stabiliser cette zone agitée. Le décideur français est placé devant un dilemme cornélien: évacuer les forces françaises ou augmenter leur présence sur place. Face à l’absence de solutions satisfaisantes se profilant à l’horizon, la France devrait manœuvrer pour adapter ses réponses à la situation malienne qui évolue sur le terrain et faire face à l’effervescence djihadiste au Sahel.  

Le Sahel, un nouveau foyer terroriste  

Ces derniers mois, la bande sahélo-saharienne connaît une recrudescence d’activité des groupes terroristes. En 2020, l'armée française a porté de sérieux coups aux groupes djihadistes: l'émir d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Abdelmalek Droukdel, a été abattu en juin, suivi de Bah Ag Moussa, le chef du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, également affilié à Al-Qaïda), en novembre.  

Face aux djihadistes et aux rebelles, la supériorité tactique française n’est pas à même d’assurer une stabilisation durable. Une solution politique s’impose pour que la mission française n’échoue pas.

Mais la présence de groupes rebelles locaux (sensibilités Touareg ou peuls) et la complémentarité entre Al-Qaïda et l’État islamique (Daech) compliquent l’équation. «L'expansion des filiales de l'État islamique en Afrique subsaharienne a conduit à une montée en flèche du terrorisme dans de nombreux pays de la région», affirme le Global Terrorism Index (publié en novembre 2020). «Sept des dix pays ayant connu la plus forte augmentation du terrorisme se trouvent en Afrique subsaharienne: le Burkina Faso, le Mozambique, la RDC,  le Mali, le Niger, le Cameroun et l’Éthiopie», poursuit le rapport. On remarque bien que le Sahel bascule dans une situation insurrectionnelle, malgré une vie politique dynamique du Mali au Burkina Faso. 

La mort, en une semaine (décembre 2020-janvier 2021), de cinq militaires français (dont une femme) au Mali pose la question de la poursuite de l’engagement français dans la région. Même si depuis le début de l’intervention,  51 soldats ont perdu la vie (un chiffre «acceptable» dans une guerre asymétrique selon les spécialistes), l’opinion publique française s’interroge sur les objectifs et craint la répétition d’autres scénarios qui se sont produits en Afghanistan et en Irak. 

Face aux djihadistes et aux rebelles, la supériorité tactique française n’est pas à même d’assurer une stabilisation durable. Une solution politique s’impose pour que la mission française n’échoue pas. Au fil des mois, la France constate de plus en plus sa solitude. En effet, les Maliens et les membres du G5 se montrent incapables de se défendre eux-mêmes. De plus, l’aide européenne est à peu près inexistante et le pari français d’utiliser la G5 Sahel comme relais ne semble pas réaliste en raison de l’incapacité structurelle des pays du Sahel. 

Le coup d’État au Mali et ses conséquences ont été l’un des développements majeurs de l’année 2020. En effet, malgré les victoires militaires de l’opération Barkhane, les deux tiers du territoire malien continuent d'échapper au contrôle du pouvoir central, alors que l'ex-président Ibrahim Boubacar Keïta a été renversé par les militaires le 18 août dernier et que le pouvoir n'a toujours pas été rendu à la société civile.  

Compte tenu de cette nouvelle situation, on évoque de plus en plus de possibles négociations entre des groupes rebelles qui continuent à grignoter des territoires, et un pouvoir central de plus en plus affaibli. Dans ce cadre, la libération de l'otage française Sophie Pétronin en octobre 2020 a été l’aboutissement de discussions entre le gouvernement malien et le Groupe du soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).  

Soulignons que Moctar Ouane, Premier ministre de la transition du Mali, n’a pas caché sa volonté d’envisager des échanges de prisonniers avec Iyad Ag Ghali, le chef du GSIM et Amadou Koufa, le chef de la Katiba Macina (affiliée au GSIM). Notons aussi que la position de la France évolue: elle passe de l’opposition à toute négociation avec de tels groupes djihadistes, qui n’avaient pas signé les accords de paix d'Alger en 2015 à des positions plus pragmatiques tenant compte des nouvelles réalités du terrain, en demandant aux partenaires sahéliens de ne jamais discuter avec les chefs d'Al-Qaïda ou de l'État islamique. Avec ces péripéties, certaines spécialistes du Sahel n’excluent pas que cette négociation puisse offrir à la France une honorable porte de sortie du guêpier malien.  

Les choix cornéliens français  

Dans les autres contrées du Sahel, il faut aussi tenir compte des situations politiques locales: le Burkina Faso a élu récemment un président en dépit de certains problèmes; au Niger, la continuité démocratique est assurée. Mais, parallèlement à ces progrès tangibles, le terrorisme et l’instabilité continuent à sévir et mettre la France dans l’embarras. Pour certains cercles, cet engagement français a été vital pour freiner l’influence islamiste et limiter le risque terroriste. Mais pour d’autres spécialistes renommés de la zone (comme Jean-Dominique Merchet), cette intervention française permet certes de maintenir une continuité politique dans cette zone contestée, mais il n’est pas sûr que le «rôle international de la France justifie nos pertes et la continuité de l’implication militaire».  

Ainsi, face à une situation sécuritaire préoccupante dans une région minée par les violences djihadistes, les insurrections, les conflits intercommunautaires et l'instabilité politique, la ministre des Armées Florence Parly met l’accent sur le dilemme français: «Nous n'avons pas vocation à rester éternellement», avait-elle admis devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat en juin 2020. «Mais nous n'avons pas vocation non plus à quitter tout de suite le Sahel, car notre présence reste indispensable pour les Sahéliens», avait-elle précisé.  

De surcroît, on souligne qu’aucune menace terroriste contre le territoire national n’est jamais venue du Sahel (à en croire les chefs du renseignement et la plupart des spécialistes), contrairement à la menace directe venant du territoire contrôlé par Daech en Syrie. Ces derniers plaident pour un choix français en faveur de négociations entre pouvoirs sahéliens avec ces «groupes terroristes», qui sont (selon eux) en réalité des insurrections renouant avec l’histoire précoloniale du Sahel. 

Historiquement parlant, la colonisation française au Sahel fut tardive. Elle remonte à 1898-1899 sur le territoire dénommé «Soudan français (Mali et Niger)», où Gao abritait la première base française. Soixante-dix ans après, la décolonisation s’est faite selon ce qu’on a appelé la «Françafrique»: les États récemment «indépendants» ont copié l’État – nation jacobine à la française. Mais, l’échec de constructions étatiques, l’explosion démographique, la pauvreté extrême, la dégradation environnementale (déforestation désertique) et la montée de l’islamisme, de revendications identitaires et du terrorisme…nous font revenir un siècle en arrière.  

Tout s’effondre presque et on constate un retour aux schémas traditionnels d’une zone sans frontières qui possédait une histoire politique bien particulière. En effet, le Sahel du Moyen-Âge était constitué de trois empires, d’un royaume des Touaregs et aussi plus tardivement d’un califat islamique. Ce retour en arrière nous permet de mieux saisir les complexités et les difficultés de la phase historique dans laquelle se trouve cette zone, où la réponse militaire aux insurrections et au terrorisme n’est pas tenable à moyen ou à long terme.  

Ainsi, face à une situation sécuritaire préoccupante dans une région minée par les violences djihadistes, les insurrections, les conflits intercommunautaires et l'instabilité politique, la ministre des Armées Florence Parly met l’accent sur le dilemme français: «Nous n'avons pas vocation à rester éternellement», avait-elle admis devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat en juin 2020. «Mais nous n'avons pas vocation non plus à quitter tout de suite le Sahel, car notre présence reste indispensable pour les Sahéliens», avait-elle précisé.  

Une question se pose sans cesse: quelles sont les portes de sortie envisageables  pour la France? Les réponses ne sont pas aisées et le retrait progressif et réfléchi semble le choix le plus convenable, mais exige un courage politique en donnant confiance aux Africains pour qu’ils puissent régler les problèmes entre eux, et construire une relation plus saine entre la France et l’Afrique.  


Dialogue de sourds entre la cour et François Léotard au procès d'Edouard Balladur

Jugés depuis mardi devant la CJR, composé de magistrats et de parlementaires, les deux anciens responsables politiques ont tous les deux fermement nié toute culpabilité dans cette affaire (Photo, AFP).
Short Url
  • L'ancien ministre de la Défense et l'ex-Premier ministre sont soupçonnés d'avoir mis en place dans les années 90 un système de rétrocommissions illégales liées à d'importants contrats d'armement
  • «Et, si c'était à refaire, je le referai», ajoute à plusieurs reprises celui qui a décidé de défendre son «honneur» lui-même, sans avocat

PARIS: «Mais quel est le rapport?» Entre digressions et pantalon de mémoire, la Cour de justice de la République (CJR) a poursuivi jeudi le difficile interrogatoire de François Léotard, jugé à Paris avec Edouard Balladur pour le financement de la campagne de ce dernier à la présidentielle de 1995.

L'ancien ministre de la Défense et l'ex-Premier ministre sont soupçonnés d'avoir mis en place dans les années 90 un système de rétrocommissions illégales liées à d'importants contrats d'armement avec l'Arabie saoudite et le Pakistan, qui aurait servi à nourrir les comptes de la campagne de M. Balladur.

Ce système de commissions «exorbitantes» réglées à des intermédiaires «inutiles», selon l'accusation, une valeur aux collaborateurs de MM. Balladur et Léotard de lourdes condamnations en juin dernier, dans le volet non ministériel de cette partie de la tentaculaire «affaire Karachi». Jugés depuis mardi devant la CJR, composé de magistrats et de parlementaires, les deux anciens responsables politiques ont tous les deux fermement nié toute culpabilité dans cette affaire.
Jean noir et pull marine, planté devant le pupitre au centre de la salle d'audience, M. Léotard, 78 ans, écoute patiemment le président Dominique Pauthe décrire les complexes négociations qui ont entouré les contrats de vente de sous-marins au Pakistan.
La cour veut des précisions sur une note des services du ministère de la Défense mais se heurte à l'une des difficultés de ce procès: juger des faits un quart de siècle après.
«Alors là, vous me posez une colle M. le président, ça doit avoir vingt-cinq ans», souffle l'ancien ministre. «Je ne me souviens pas», ajoute-t-il, comme il le répètera encore une dizaine de fois lors de son interrogatoire. 
«Si on m'avait signalé quelque chose d'irrégulier, naturellement, je n'aurais pas accepté que ça se poursuive», s'empresse de préciser François Léotard. «J'ai toujours pensé que tout ça était légal, régulier, et dans notre intérêt».

«Le cadet de mes soucis»

Lorsque l'ex-ministre rappelle que la pratique des commissions pour faciliter l'obtention d'un contrat étaient à son époque légale, le président lui précise: «Il ne s'agit pas de critiquer la vente de sous-marins ou de frégates mais (...) des accords passés en marge de ces contrats».
«Si c'est légal, j'assume tout. Si c'est pas légal, je n'assume rien», lui rétorque M. Léotard. «Et, si c'était à refaire, je le referai», ajoute à plusieurs reprises celui qui a décidé de défendre son «honneur» lui-même, sans avocat.
«Ces affaires de contrats, excusez-moi d'avoir l'air désinvolte, mais c'était le cadet de mes soucis», insiste-t-il en évoquant le «nucléaire français», les guerres en «Bosnie et au Rwanda» ou les «soldats blessés» qu'il devait accueillir. 
- «D'autres que vous s'en chargeaient ?», coupe le président, revenant sur les contrats. 
- «Bien sûr».
- «Notamment Renaud Donnedieu de Vabres ?»
Plus proche conseiller de M. Léotard à l'époque - il était connu comme «son double» - M. Donnedieu de Vabres a été condamné en juin à cinq ans de prison dont trois ferme pour avoir imposé le réseau d'intermédiaires aux industriels et reçu de l'argent du sulfureux intermédiaire libanais Ziad Takkiedine pour des »services» rendus en marge des contrats.
Il a fait appel de ce jugement, tout comme ses coprévenus.
Le procureur général François Molins aimerait bien savoir à quelle fréquence M. Donnedieu de Vabres rendait des comptes à son ministre, et s'agace quand M. Léotard se lance en réponse dans un commentaire sur les pratiques financières au Liban.
«Est-ce qu'il est possible d'avoir une réponse à ma question»?, s'impatiente le magistrat. «Les conversations étaient quotidiennes», finit par lui répondre M. Léotard. Avant dans se lancer dans une nouvelle digression, cette fois sur son long mandat de maire à Fréjus, où il réside.
Le président est interloqué. «Mais quel est le rapport ?»
L'audience reprend mercredi prochain avec l'interrogatoire d'Edouard Balladur. 


Affaire Duhamel: le frère de Camille Kouchner entendu par les enquêteurs

Dans ce récit autobiographique de 200 pages, à la parution duquel «Victor» ne s'est pas opposé, Camille Kouchner accuse M. Duhamel d'avoir agressé sexuellement son jumeau à la fin des années 80 (Photo, AFP).
Short Url
  • A la fin des années 1980 la loi prévoyait qu'une victime mineure pouvait porter plainte pour «viol par ascendant» pendant dix ans à compter de sa majorité
  • La nouvelle enquête ouverte à la parution de livre vise à vérifier que les faits sont bien prescrits depuis 2003 et à «identifier toute autre victime potentielle»

PARIS: L'enquête judiciaire sur l'affaire Olivier Duhamel avance à grand pas, avec l'audition jeudi de «Victor», dont la sœur jumelle Camille Kouchner a affirmé dans un livre qu'il avait été violé à l'adolescence par leur beau-père.

Une semaine après sa sœur, «Victor» a été entendu par les policiers de la Brigade de protection des mineurs (BPM) chargés depuis le 5 janvier de l'enquête ouverte pour «viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans», selon une source proche du dossier et le parquet de Paris, confirmant une information du Parisien.

Selon une source proche du dossier, cet homme aujourd'hui âgé de 45 ans est revenu longuement sur les faits révélés par sa sœur dans «La Familia Grande», paru le 7 janvier.

Dans ce récit autobiographique de 200 pages, à la parution duquel «Victor» ne s'est pas opposé, Camille Kouchner accuse M. Duhamel, politologue de renom et influent, ancien eurodéputé et habitué des médias, d'avoir agressé sexuellement son jumeau à la fin des années 80.

Selon son récit, les agressions auraient duré «un an» ou «des années». «Deux ou trois. Je ne sais pas», écrit la fille de l'ancien ministre Bernard Kouchner et de la professeure de droit Evelyne Pisier (morte en 2017), qui s'était remariée avec Olivier Duhamel.

«Victor» avait été interrogé dans une première procédure ouverte en 2011, mais avait alors refusé de déposer plainte pour ces faits, probablement prescrits. L'enquête avait été «classée sans suite», a indiqué le 5 janvier dans un communiqué le procureur de Paris Rémy Heitz, sans motiver cette décision.

La nouvelle enquête ouverte à la parution de livre vise à vérifier que les faits sont bien prescrits depuis 2003, «à faire la lumière» sur cette affaire et à «identifier toute autre victime potentielle», selon M. Heitz.

Les accusations portées par Camille Kouchner ont provoqué la démission d'Olivier Duhamel de la présidence de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), qui chapeaute Sciences Po, de celle du club d'influence «Le Siècle» et la fin de ses collaborations avec LCI ou Europe 1.

L'avocate du politologue, Me Frédérique Baulieu, a démenti jeudi que son client était parti en Suisse comme l'a affirmé le Parisien. «Cette information est inexacte», a-t-elle indiqué dans un communiqué. «Il est et reste à Paris depuis le 4 janvier 2021 à la disposition des enquêteurs

Débat de société

Plusieurs proches de M. Duhamel ont été éclaboussés par ces révélations.

Le préfet Marc Guillaume, membre du conseil d'administration du «Siècle» et ex-secrétaire général du gouvernement, a quitté les fonctions dans lesquelles il avait travaillé avec Olivier Duhamel. L'ancienne ministre Elisabeth Guigou a, elle, quitté la présidence de la Commission sur l'inceste et les violences sexuelles subies pendant l'enfance.

L'actuel directeur de Science Po, Frédéric Mion, a lui aussi été mis en difficulté par des informations de presse selon lesquelles il connaissait depuis 2019 les accusations portées contre M. Duhamel.

Plus généralement, le livre de Mme Kouchner a rouvert le débat sur l'inceste, un sujet profondément tabou et encore minimisé alors qu'il serait massif en France avec près d'une personne sur dix potentiellement touchée.

Le mot-dièse #Metooinceste suscite depuis samedi «des centaines» de témoignages sur Twitter, selon le mouvement féministe #Noustoutes .

Plusieurs voix se sont élevées pour demander un durcissement de la loi contre l'inceste, et certaines plaident pour rendre ce crime imprescriptible.

Au moment où se sont déroulées les agressions que «Victor» dit avoir subies à la fin des années 1980, la loi prévoyait qu'une victime mineure pouvait porter plainte pour «viol par ascendant» pendant dix ans à compter de sa majorité. Deux lois, depuis, ont allongé ce délai de prescription, à vingt ans en 2004 puis trente ans en 2018, mais elles ne sont pas applicables aux faits déjà prescrits.

Jeudi, le Sénat a voté une proposition de loi visant à créer un nouveau crime sexuel pour protéger les mineurs de moins de 13 ans, enrichie en dernière minute par des mesures spécifiques à la lutte contre l'inceste.


France: des milliers de personnels de santé manifestent

Un manifestant tient une pancarte indiquant "pas de mesures placebo pour l'hôpital public", lors d'une grève nationale des travailleurs de la santé, devant le ministère de la Santé à Paris. (AFP)
Short Url
  • Ces milliers de professionnels de la santé et de l'action sociale défilent  pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer des revalorisations salariales
  • «Nous dénonçons aussi que malgré la pandémie, malgré les difficultés pour accueillir les populations, ce gouvernement restructure encore des établissements et supprime des emplois»

PARIS : À Paris, des centaines de personnes manifestaient devant le ministère de la Santé, brandissant des pancartes: «Notre combat, votre santé», «Augmentez nos salaires !», «De l'argent pour l'hôpital, pas pour le capital», «Mal payés, pas reconnus, mais toujours sur le front».

 Ces milliers de professionnels de la santé et de l'action sociale défilent  pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer des revalorisations salariales.

«Dans nos établissements, nous manquons cruellement de professionnels. Nous lions la question de l'emploi à l'attractivité de nos métiers et donc à la question salariale, il est important qu'il y ait une revalorisation plus importante que celle accordée dans le cadre du Ségur», a estimé Mireille Stivala, secrétaire générale du syndicat CGT Santé et action sociale.

«Nous dénonçons aussi que malgré la pandémie, malgré les difficultés pour accueillir les populations, ce gouvernement restructure encore des établissements et supprime des emplois», a-t-elle ajouté. 

Il y a la «nécessité» d'offrir des conditions de travail «dignes» à «l'ensemble des travailleurs du social, du médico-social, de la santé, et de l'animation», «on nous appâte avec 183 euros (de hausse salariale promise) mais, quand on gratte un peu, on a l'impression de lire un contrat d'assurance avec tout un tas de choses qui font que nous n'y avons pas le droit», a déploré Ramon Vila, secrétaire fédéral du syndicat Sud santé sociaux, éducateur spécialisé de formation. 

À Marseille, plusieurs milliers de manifestants, selon la CGT, ont également manifesté, brandissant des pancartes «pas d'euros, pas de boulot» ou encore «qui sème la misère récolte la colère». 

«Il y a trois urgences pour nous: les salaires, le nombre de lits et les embauches (...) Il faut 400 000 créations d'emplois, 100 000 à l'hôpital, 200 000 en (maisons de retraite) Ehpad et le reste dans le médico-social et le social. Il y a une souffrance grandissante», a regretté auprès de l'AFP Cédrid Volait, coordinateur régional de la CGT Santé.


En partenariat avec AFP