L’économie numérique en Tunisie, entre avancées et défis

En Tunisie, le secteur du numérique offre un gros potentiel en termes de compétitivité et de création d’emplois, surtout à l'aune de la pandémie de coronavirus. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 15 janvier 2021

L’économie numérique en Tunisie, entre avancées et défis

  • Le secteur du numérique offre un gros potentiel en termes de compétitivité et de création d’emplois à l’économie tunisienne
  • Le législateur a été sollicité afin d’accompagner la transition vers le numérique et construire un cadre favorable

TUNIS: En Tunisie, le secteur du numérique offre un gros potentiel en termes de compétitivité et de création d’emplois. Afin de mettre en place les infrastructures et l’écosystème nécessaires à son développement, l’État tunisien a conçu un plan sectoriel baptisé « Tunisie numérique 2020 ».

Parmi les objectifs, ambitieux, de ce plan :  placer la Tunisie dans le top 3 de la délocalisation et en tant que leader en délocalisation informatique dans la région MENA et faire du numérique et de l’innovation les moteurs d’une nouvelle croissance pour l’économie.

Un cadre juridique favorable

En vue de booster la transition vers le numérique et de construire un cadre favorable, c’est tout naturellement qu’il a été fait appel au législateur tunisien.

Le 2 avril 2018, avec la collaboration de toutes les parties  concernées, le « Startup Act » est voté par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Selon les mots du ministère, cette loi vise surtout à créer un écosystème favorable à l’entrepreneuriat et à des investissements dans le numérique susceptibles de réaliser une forte valeur ajoutée et une compétitivité au niveau international et, partant, faire de la Tunisie une « startup nation ».

Afin d’atteindre ces objectifs, ladite loi s’est fondée sur quatre piliers fondamentaux et interdépendants, à savoir :

- L’institution d’un interlocuteur unique pour les startups ;

- La digitalisation des processus administratifs ;

- La simplification des procédures et le raccourcissement des délais et 4) l’attribution de certains privilèges spécifiques.

Travaillant sous la tutelle du ministère des TIC, un collège des startups, composé de représentants du secteur public, de membres de fonds d’investissement et d’experts reconnus, octroie un label « startup » à toute société qui remplit des critères aussi bien techniques que de fond.

Des motifs d’espoir

Selon un rapport de Smart Capital, l’opérateur national du Startup Act, qui retrace les indicateurs clés relatifs à l’activité du Startup Act durant la période s’étalant d’Avril 2019 à Avril 2020, un total de 416 start-up ont pu postuler pour l’obtention du label afin de bénéficier des avantages et incitations du Start Up Act. 248 d’entre elles ont obtenu ce label et 49 étaient en cours de labellisation ; soit un taux d’acceptation de 70%.

Pour Salma Baghdadi, directrice de l'écosystème chez Smart Capital, le projet Start Up Tunisia a opéré un changement dans les mentalités dans le mesure où il a « montré qu’il était possible de relever le défi, qu’il a installé de nouveaux usages relatifs au nouveau cadre légal en Tunisie, qu’il a déjà donné naissance à plus de 400 startups labellisées, qui peuvent profiter des avantages de ce nouveau dispositif, et dont les fondateurs sont aussi bien tunisiens qu’étrangers avec une grande présence de fondateurs issus de la diaspora tunisienne. » Elle rappelle que « sur le nombre de 1 000 startups à créer d’ici 2024, fixé comme objectif du projet, plus de 400 l’ont déjà été » ; ce qui constitue « un bon début » selon ses mots.

Quant aux défis auxquels le programme fait face, notamment sur le plan financier, elle affirme que le programme attend beaucoup du « lancement prochain du fonds des fonds ainsi que celui d’un programme d’appui aux startups et aux structures d’accompagnement en vue de l’appui à l’écosystème. » Ce dernier « constitue un ensemble d’éléments qui doivent aller de concert si l’on veut avancer de manière efficace et produire un impact significatif. », ajoute-t-elle.

Beaucoup reste à faire

Aujourd’hui, les attentes demeurent grandes d’autant plus que la pandémie de la Covid-19 semble pousser vers une plus grande numérisation. Selon une étude d’impact socio-économique sur le secteur privé, publiée le 26 novembre 2020 par l’Institut national de la statistique (INS), « Les entreprises ont augmenté leur utilisation des plateformes numériques principalement pour les tâches administratives (48,6%) et pour le travail à distance (43,2%). Les utilisations des TIC pour les moyens de paiements et les ventes ont augmenté respectivement de 19,5% et 10,1% en T2 (Trimestre 2, ndlr) à 26,3% et 23,1% en T3. »

Selon le ministère des Technologies de la communication et de l'économie numérique, les objectifs du Plan national stratégique étaient de classer la Tunisie n°1 en Afrique et n°4 dans le monde Arabe selon index NRI (Network Readiness Index), de créer 80 000 emplois à l’horizon 2020 puis 25 000 emplois par an.

Néanmoins, dans le rapport NRI 2020, la Tunisie est classée 10e parmi les pays arabes. Elle se classe 91e sur les 134 économies incluses. Selon les conclusions du rapport, la principale force de la Tunisie réside dans l’humain. La plus grande marge d'amélioration, quant à elle, concerne la gouvernance. 


KPMG: 98% des PDG saoudiens s'apprêtent à investir dans la technologie cloud en 2021

Les dirigeants d'entreprise en Arabie saoudite adoptent la révolution numérique. (Archive/Shutterstock)
Short Url
  • L'intelligence artificielle, l'automatisation des processus robotiques et la 5G devraient également faire l'objet d'investissements supplémentaires, selon une enquête
  • 88% des PDG d’Arabie saoudite voient la transformation technologique comme une opportunité plutôt qu'une menace

DJEDDAH: Les dirigeants d'entreprise d’Arabie saoudite adoptent la révolution numérique: 98% d’entre eux prévoient d'augmenter leurs investissements dans le cloud computing («informatique en nuage») cette année, selon une nouvelle enquête.

Le cloud computing arrive en tête des programmes des PDG du Royaume, avec des investissements dans l'intelligence artificielle, l'automatisation des processus robotiques et la 5G, populaire elle aussi, selon l'enquête 2020 de CEO Outlook du cabinet de conseil mondial KPMG.

Alors que les progrès technologiques peuvent poser des problèmes de sécurité, 88% des PDG d’Arabie saoudite considèrent la transformation technologique comme une opportunité plutôt qu'une menace.

«Le rythme de l'adoption de la technologie s'est accéléré cette année, alors que les organisations réagissent à une nouvelle réalité de travail. La plupart des PDG pensent que la pandémie a accéléré la création d'une expérience client numérique transparente et [que] la création de nouvelles sources de revenus numériques a progressé pendant la pandémie», indique Mazhar Hussain, directeur des innovations chez KPMG en Arabie saoudite.

«Néanmoins, la pandémie a connu une recrudescence de cyberattaques, ce qui a accru la sensibilisation et les investissements dans la cybersécurité. Le nombre de failles dans les opérations de la plupart des organisations a augmenté avec le travail à distance. Par conséquent, les entreprises doivent résister à l'envie d'orienter les coupes budgétaires vers des mesures préventives de cybercriminalité et [voir] la forte augmentation de la cybercriminalité mondiale comme une raison de continuer à faire progresser leurs cyberdéfenses», ajoute-t-il.

En même temps, selon l'enquête KPMG, la pandémie a ébranlé la confiance des PDG dans la croissance économique mondiale. Près de 32% d’entre eux ont déclaré qu'ils étaient moins confiants dans les perspectives de croissance mondiale des trois prochaines années qu'ils ne l'étaient au début de l'année.

Bien que l'investissement dans le cloud computing soit une priorité, une enquête réalisée en janvier par la société allemande de logiciels d'entreprise SAP a révélé que, si plus des quatre cinquièmes (89%) des hauts dirigeants du secteur public saoudien sont d’accord pour dire que le partage de données les aide à améliorer leurs relations avec les citoyens, beaucoup n'ont pas investi dans la formation pour mettre cela en œuvre.

La SAP constate que, si 83% des personnes interrogées ont déclaré que le partage de données améliorait l’innovation de leurs biens ou de leurs services actuels, seuls 22% l'ont fait avec des partenaires.

Et en ce qui concerne la formation, seuls 33% ont formé à nouveau leurs employés sur la meilleure façon d'analyser les données. Cette pénurie de compétences a été évoquée par 61% des personnes interrogées comme un obstacle à la réalisation des initiatives de changement stratégique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Emmanuel Faber joue sa place à la tête de Danone

Le PDG de Danone Emmanuel Faber pose suite à la présentation des résultats annuels du groupe, le 19 février 2019 à Paris JACQUES DEMARTHON / AFP
Short Url
  • Le président-directeur général Emmanuel Faber fait face à une fronde d'actionnaires depuis plusieurs semaines
  • Connu pour défendre un capitalisme libéré du court-termisme, plus vert et plus social, Emmanuel Faber est directeur général depuis 2014 et président du conseil d'administration depuis 2017

Qui dirigera Danone demain ? Emmanuel Faber gardera-t-il les pleins pouvoirs de PDG ou devra-t-il lâcher du lest, voire partir ? Le conseil d'administration du groupe français se réunit lundi, poussé par une partie de ses actionnaires à se pencher sur sa gouvernance.

Le président-directeur général Emmanuel Faber fait face à une fronde d'actionnaires depuis plusieurs semaines. Le silence des quinze autres administrateurs du géant de l'agroalimentaire a semé le doute sur leurs intentions à son égard.

Deux fonds d'investissement ont fait du départ de M. Faber un préalable au redressement des performances du groupe, dont les volumes de ventes s'érodent depuis plusieurs années, un mouvement aggravé par la pandémie de Covid-19. Ces fonds, entrés au capital à la faveur de la baisse du cours de Bourse en 2020, ont enfoncé le clou en fin de semaine dernière. Artisan Partners, 3e actionnaire avec 3% du capital, a répété qu'il trouvait "urgent de s'occuper de la structure du conseil et de la direction de la société".

Alors qu'Emmanuel Faber a défendu avec une certaine morgue son bilan lors de la présentation des résultats annuels le 19 février, le fonds estime les performances "médiocres" et la direction mal placée pour engager la "réinvention" de Danone. Danone travaille sur un plan de réorganisation mondiale prévoyant jusqu'à 2.000 suppressions de postes parmi ses managers. 

Le fonds américain spécifie vouloir la désignation d'un nouveau président et d'un nouveau directeur général, dotés d'une "expertise extérieure pertinente". Le fonds activiste Bluebell Capital Partners, basé à Londres et d'envergure plus modeste, demande aussi qu'un nouveau directeur général soit cherché en dehors de Danone. Selon lui, les actionnaires du groupe sont "massivement" en faveur de la séparation des fonctions de président et directeur général. Il menace de mettre le sujet à l'ordre du jour de la prochaine assemblée générale, fin avril, si le conseil d'administration ne s'en saisit pas. 

Emmanuel Faber s'est contenté de dire qu'il n'était "pas dogmatique" sur cette question de dissociation des fonctions.

Gages aux actionnaires

Connu pour défendre un capitalisme libéré du court-termisme, plus vert et plus social, Emmanuel Faber est directeur général depuis 2014 et président du conseil d'administration depuis 2017. Le groupe paraît soucieux de montrer qu'il n'oublie pas l'importance de rémunérer ses actionnaires.

Le 19 février, lors de la présentation des résultats, Emmanuel Faber a annoncé que la rémunération des principaux dirigeants de Danone, dont la sienne, serait désormais en partie subordonnée à l'évolution des dividendes et du cours de Bourse.

Et dimanche, à la veille de la réunion du conseil d'administration non confirmée officiellement par Danone, le groupe a annoncé qu'il allait se désengager du géant des produits laitiers Mengniu et que les fruits de l'opération seraient reversés "dans leur majorité" aux actionnaires. Selon Danone, sa participation dans Mengniu est actuellement valorisée à hauteur de 850 millions d'euros.

Lundi matin, à la Bourse de Paris, le titre progressait vers 09H40 (08H40 GMT) de 1,84% à 57,50 euros dans un marché également à la hausse. 

Inquiets de voir les fonds d'investissement dicter la stratégie du groupe, plusieurs syndicats du groupe (CFDT, FO et CGC) ont apporté leur soutien à la gouvernance actuelle. 

Dimanche, la présidente du premier syndicat agricole français, Christiane Lambert, s'est aussi émue de la situation dans un tweet: "Hasard du calendrier: le 01/03 marque la fin des #négociations entre #GMS [grandes et moyennes surfaces] et #industriels sous pression forte pour imposer encore des déflations. Le même jour @EmmanuelFaber fait face à des +fonds activistes+ qui exigent plus de +rentabilité+ pour @DanoneFR #producteurs inquiets !"


L’industrie des puces en Arabie saoudite pourrait profiter de la pénurie

Les prix des puces pourraient grimper de près de 6% cette année, mais le retard témoigne surtout d’une réduction de la production (Photo, Reuters).
Short Url
  • Reuters rapporte que les prix des puces pourraient grimper de près de 6% cette année
  • La pénurie mondiale actuelle pourrait être un catalyseur pour que l'Arabie saoudite investisse davantage dans le secteur

RIYAD: Une pénurie mondiale de puces destinés aux semi-conducteurs, causée par la pandémie du coronavirus à l’origine de la Covid-19, augmente le besoin saoudien de stimuler la production locale afin de réduire la dépendance aux fabricants étrangers, affirme une experte informatique qui réside au Royaume.

La pénurie a propulsé les actions de puces à des niveaux records, et les analystes s'attendent à ce que pénurie se maintienne au moins jusqu'à la fin de 2021.

Maribel Lopez, analyste principale chez Lopez Research, une entreprise basée San Francisco, a déclaré à MarketWatch que l'industrie des puces fait face à «une tempête parfaite». Les problèmes de demande et d'offre ne se résoudront probablement pas de sitôt.

«À moins d’une crise économique majeure, ce qui est bien sûr possible, la situation actuelle est la suivante : presque tout ce que vous achetez contient une puce», explique Lopez.

Reuters rapporte que les prix des puces pourraient grimper de près de 6% cette année, mais le retard témoigne surtout d’une réduction de la production. Le constructeur automobile Ford assure qu'il pourrait voir sa production réduite de 20% en raison de la pénurie. La semaine dernière, le président américain Joe Biden a annoncé un financement de 37 milliards de dollars pour remédier à la situation.

«L'importance des semi-conducteurs ne peut être ignorée en raison de leur rôle critique dans l’internet des objets, les ordinateurs, les smartphones et les appareils électroniques destinés au public. Cependant, la pénurie mondiale des semi-conducteurs et la demande inégalée en pleine pandémie ont aggravé la situation pour un grand nombre d’industries. Ceci a contraint les constructeurs automobiles, militaires, industriels et autres de réduire leur production, ou même à fermer des lignes de production», dit le Dr Muhammad Khurram Khan, professeur de cybersécurité à l'Université King Saud et fondateur et PDG de la Global Foundation for Cyber ​​Studies and Research à Washington, à Arab News.

Il ajoute que «si la situation actuelle se maintient au cours des prochains mois, le Royaume pourrait observer une hausse du prix des articles électroniques. Il est donc préférable que les importateurs, les entreprises et les consommateurs locaux s’organisent en conséquence».

Le professeur estime que la pénurie mondiale actuelle pourrait être un catalyseur pour que l'Arabie saoudite investisse davantage dans le secteur, et développe ainsi ses capacités locales.

«La dépendance aux importations s’en trouverait réduite, et la demande de production locale serait comblée, ce qui stimulerait l'économie et créerait des opportunités d'emploi dans le Royaume conformément à Vision 2030», a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com