L’économie numérique en Tunisie, entre avancées et défis

En Tunisie, le secteur du numérique offre un gros potentiel en termes de compétitivité et de création d’emplois, surtout à l'aune de la pandémie de coronavirus. (AFP).
En Tunisie, le secteur du numérique offre un gros potentiel en termes de compétitivité et de création d’emplois, surtout à l'aune de la pandémie de coronavirus. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 15 janvier 2021

L’économie numérique en Tunisie, entre avancées et défis

  • Le secteur du numérique offre un gros potentiel en termes de compétitivité et de création d’emplois à l’économie tunisienne
  • Le législateur a été sollicité afin d’accompagner la transition vers le numérique et construire un cadre favorable

TUNIS: En Tunisie, le secteur du numérique offre un gros potentiel en termes de compétitivité et de création d’emplois. Afin de mettre en place les infrastructures et l’écosystème nécessaires à son développement, l’État tunisien a conçu un plan sectoriel baptisé « Tunisie numérique 2020 ».

Parmi les objectifs, ambitieux, de ce plan :  placer la Tunisie dans le top 3 de la délocalisation et en tant que leader en délocalisation informatique dans la région MENA et faire du numérique et de l’innovation les moteurs d’une nouvelle croissance pour l’économie.

Un cadre juridique favorable

En vue de booster la transition vers le numérique et de construire un cadre favorable, c’est tout naturellement qu’il a été fait appel au législateur tunisien.

Le 2 avril 2018, avec la collaboration de toutes les parties  concernées, le « Startup Act » est voté par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Selon les mots du ministère, cette loi vise surtout à créer un écosystème favorable à l’entrepreneuriat et à des investissements dans le numérique susceptibles de réaliser une forte valeur ajoutée et une compétitivité au niveau international et, partant, faire de la Tunisie une « startup nation ».

Afin d’atteindre ces objectifs, ladite loi s’est fondée sur quatre piliers fondamentaux et interdépendants, à savoir :

- L’institution d’un interlocuteur unique pour les startups ;

- La digitalisation des processus administratifs ;

- La simplification des procédures et le raccourcissement des délais et 4) l’attribution de certains privilèges spécifiques.

Travaillant sous la tutelle du ministère des TIC, un collège des startups, composé de représentants du secteur public, de membres de fonds d’investissement et d’experts reconnus, octroie un label « startup » à toute société qui remplit des critères aussi bien techniques que de fond.

Des motifs d’espoir

Selon un rapport de Smart Capital, l’opérateur national du Startup Act, qui retrace les indicateurs clés relatifs à l’activité du Startup Act durant la période s’étalant d’Avril 2019 à Avril 2020, un total de 416 start-up ont pu postuler pour l’obtention du label afin de bénéficier des avantages et incitations du Start Up Act. 248 d’entre elles ont obtenu ce label et 49 étaient en cours de labellisation ; soit un taux d’acceptation de 70%.

Pour Salma Baghdadi, directrice de l'écosystème chez Smart Capital, le projet Start Up Tunisia a opéré un changement dans les mentalités dans le mesure où il a « montré qu’il était possible de relever le défi, qu’il a installé de nouveaux usages relatifs au nouveau cadre légal en Tunisie, qu’il a déjà donné naissance à plus de 400 startups labellisées, qui peuvent profiter des avantages de ce nouveau dispositif, et dont les fondateurs sont aussi bien tunisiens qu’étrangers avec une grande présence de fondateurs issus de la diaspora tunisienne. » Elle rappelle que « sur le nombre de 1 000 startups à créer d’ici 2024, fixé comme objectif du projet, plus de 400 l’ont déjà été » ; ce qui constitue « un bon début » selon ses mots.

Quant aux défis auxquels le programme fait face, notamment sur le plan financier, elle affirme que le programme attend beaucoup du « lancement prochain du fonds des fonds ainsi que celui d’un programme d’appui aux startups et aux structures d’accompagnement en vue de l’appui à l’écosystème. » Ce dernier « constitue un ensemble d’éléments qui doivent aller de concert si l’on veut avancer de manière efficace et produire un impact significatif. », ajoute-t-elle.

Beaucoup reste à faire

Aujourd’hui, les attentes demeurent grandes d’autant plus que la pandémie de la Covid-19 semble pousser vers une plus grande numérisation. Selon une étude d’impact socio-économique sur le secteur privé, publiée le 26 novembre 2020 par l’Institut national de la statistique (INS), « Les entreprises ont augmenté leur utilisation des plateformes numériques principalement pour les tâches administratives (48,6%) et pour le travail à distance (43,2%). Les utilisations des TIC pour les moyens de paiements et les ventes ont augmenté respectivement de 19,5% et 10,1% en T2 (Trimestre 2, ndlr) à 26,3% et 23,1% en T3. »

Selon le ministère des Technologies de la communication et de l'économie numérique, les objectifs du Plan national stratégique étaient de classer la Tunisie n°1 en Afrique et n°4 dans le monde Arabe selon index NRI (Network Readiness Index), de créer 80 000 emplois à l’horizon 2020 puis 25 000 emplois par an.

Néanmoins, dans le rapport NRI 2020, la Tunisie est classée 10e parmi les pays arabes. Elle se classe 91e sur les 134 économies incluses. Selon les conclusions du rapport, la principale force de la Tunisie réside dans l’humain. La plus grande marge d'amélioration, quant à elle, concerne la gouvernance. 


Les véhicules électriques au coeur des pourparler entre Riyad et Pékin

Les voitures Tesla se rechargent à une borne de recharge à l'extérieur d'un centre commercial à Pékin (Photo, AFP).
Les voitures Tesla se rechargent à une borne de recharge à l'extérieur d'un centre commercial à Pékin (Photo, AFP).
Short Url
  • Les deux pays commencent tout juste à être reconnus pour leur vision commune de décarbonisation avec les véhicules électriques
  • L'un des principaux obstacles à l'adoption massive des VE est le prix d'achat plus élevé que pour les véhicules à essence

RIYAD: La Chine et l'Arabie saoudite sont deux des centrales énergétiques du monde et, à ce titre, les regards du monde entier se tournent vers elles dans les discussions autour du changement climatique.

Si la production pétrolière du Royaume ou les activités d'extraction de charbon de Pékin sont au centre de l'attention, les deux pays commencent tout juste à être reconnus pour leur vision commune de décarbonisation avec les véhicules électriques (VE).

Il s'agit d'un enthousiasme partagé, à travers lequel l'Arabie saoudite et la Chine peuvent collaborer davantage pour mener l'innovation et la mise en œuvre.

Pour sa part, l'Arabie saoudite a donné à l'industrie des VE un rôle de premier plan dans son projet de diversification économique connu sous le nom de Vision 2030.

ds
Voitures Tesla à une station de charge à Pékin, un véhicule électrique de luxe Lucid exposé (Photo, AFP).

Le plus grand exportateur de pétrole au monde a identifié le secteur comme étant aux prémices d'un essor à mesure que le monde s'éloigne des combustibles fossiles, et investit non seulement dans des entreprises étrangères, mais aussi dans des produits locaux.

Le soutien étranger prend la forme de l'entreprise américaine Lucid. En 2018, le Fonds d'investissement public a investi 1 milliard de dollars (1 dollar = 0,96 euro) dans cette société, dont il détient désormais 60% des parts. Cet investissement a incité Lucid à annoncer, en février 2022, qu'elle construirait sa première usine internationale d'assemblage de véhicules dans la King Abdullah Economic City, au nord de Djeddah. 

Pour souligner davantage son engagement dans le secteur, le gouvernement saoudien a conclu un accord avec Lucid pour acheter jusqu'à 100 000 VE sur une période de dix ans.

Lucid ne sera pas le seul à produire des VE dans le Royaume. En octobre, le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a dévoilé la propre marque de VE de l'Arabie saoudite: Ceer.

ds
Batteries au lithium pour véhicules électriques sur la ligne d'inspection d'une usine à Nanjing (Photo, AFP).

Comme Lucid, cette société produira des véhicules dans une usine située à KAEC. La construction de cette installation de 69 millions de dollars devrait commencer au début de 2023.

Ceer est une coentreprise avec FoxConn – l'entreprise taïwanaise qui est le plus grand employeur du secteur privé en Chine – et renforcera les liens entre l'Arabie saoudite et les économies d'Extrême-Orient.

Ceer accordera une licence pour la technologie des composants de BMW afin de concevoir et de construire des véhicules, notamment des berlines et des véhicules utilitaires sport dans le Royaume, tandis que Foxconn développera l'architecture électrique des véhicules, ce qui donnera lieu à un portefeuille de produits qui seront à la pointe des technologies de loisir utile, de connectivité et de conduite autonome.

Bien entendu, le Royaume ne se transforme pas en l'un des principaux producteurs de VE au monde uniquement pour satisfaire son marché intérieur. L'exportation de ces véhicules est un élément clé non seulement de la stratégie de diversification économique de l'Arabie saoudite, mais aussi de la réduction des émissions mondiales.

Pénétrer le marché chinois pourrait s'avérer difficile. Pékin a encouragé ses citoyens à passer aux VE en offrant des subventions à l'achat. Cela a permis à la Chine de devenir le plus grand marché pour les VE, représentant 53% de la part mondiale.

Le gouvernement chinois prévoit que les VE représenteront 50% de toutes les ventes de voitures neuves dans le pays d'ici 2035, ce qui laisse supposer que la demande pour ces véhicules restera élevée.

Pourtant, si des entreprises telles que Tesla se portent bien sur le marché – elles ont vendu 83 135 voitures en septembre, ce qui a constitué leur meilleur mois de vente dans le pays – la Chine dispose d'un secteur de production florissant, ce qui signifie que la dépendance vis-à-vis des importations est faible.

Cependant, comme c'est le cas dans de nombreux pays, l'un des principaux obstacles à l'adoption massive des VE est le prix d'achat plus élevé que pour les véhicules à essence.

L'Arabie saoudite pourrait être en mesure d'utiliser son centre de production de VE en cours de construction au nord de Djeddah pour fabriquer des véhicules abordables pour ce qui est le plus grand marché du monde.

Si elle y parvient, l'objectif de la Vision 2030 du Royaume, qui consiste à porter les exportations non pétrolières à 50% du PIB, semblera tout à fait réalisable.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Les relations entre Riyad et Pékin connaissent un «saut qualitatif», déclare le ministre saoudien de l'Énergie

Commentaires du ministre saoudien de l'Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, lors de l'arrivée du président chinois, Xi Jinping, dans le Royaume(Photo, AFP/Archives).
Commentaires du ministre saoudien de l'Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, lors de l'arrivée du président chinois, Xi Jinping, dans le Royaume(Photo, AFP/Archives).
Short Url
  • La Chine est devenue la première destination des exportations de pétrole saoudien
  • Le président chinois, Xi Jinping, est arrivé en Arabie saoudite plus tôt ce mercredi dans le cadre d'une visite de trois jours

RIYAD: Le ministre saoudien de l'Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, a déclaré mercredi que les relations entre le Royaume et la Chine connaissaient un saut qualitatif, reflétant la volonté des dirigeants des deux pays de les développer à tous les niveaux.

Dans des propos tenus à l'agence de presse saoudienne lors du sommet saoudo-chinois à Riyad, le prince Abdelaziz a affirmé que le Royaume entretient des relations stratégiques fortes et étroites avec la Chine dans de nombreux domaines, dont le plus important est l'énergie.

La Chine est devenue la première destination des exportations de pétrole saoudien dans le cadre du volume élevé des échanges commerciaux entre les deux pays, avec une croissance annuelle continue au cours des cinq dernières années, a-t-il révélé, ajoutant que les relations énergétiques entre l'Arabie saoudite et la Chine comprennent de multiples investissements conjoints.

Le président chinois, Xi Jinping, est arrivé en Arabie saoudite plus tôt ce mercredi dans le cadre d'une visite de trois jours dans le Royaume, en réponse à une invitation du roi Salmane à participer au sommet, qui se déroulera jusqu'au 9 décembre.

Le Prince Abdelaziz a souligné l'importance de la coopération entre les deux pays dans le but de maintenir la stabilité du marché mondial du pétrole, et a indiqué que le Royaume restera le partenaire crédible et fiable de la Chine pour faire face aux futurs défis énergétiques.

Le ministre a également passé en revue les domaines de coopération entre le Royaume et la Chine, principalement au travers de projets de conversion du pétrole brut en produits pétrochimiques, d'énergies renouvelables, d'hydrogène propre, de projets d'électricité et d'utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire, ainsi que d'investissements dans des complexes intégrés de raffinage et de pétrochimie dans les deux pays.

Le Prince Abdelaziz a insisté sur les efforts des deux pays pour stimuler la coopération dans les chaînes d'approvisionnement en énergie en établissant un centre régional dans le Royaume pour les usines chinoises.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Budget 2022: l'Arabie saoudite dépasse l'estimation de l'excédent et revoit à la hausse ses prévisions de PIB

Le gouvernement avait prévu que son excédent pour l'année atteindrait 90 milliards de RS. (Shutterstock)
Le gouvernement avait prévu que son excédent pour l'année atteindrait 90 milliards de RS. (Shutterstock)
Short Url
  • L'Arabie saoudite a enregistré un excédent budgétaire plus important que prévu en 2022
  • La croissance du PIB devrait ralentir à 3,1 % en 2023, contre 8,5 % cette année, soit une révision à la hausse d'un demi-point de pourcentage par rapport aux prévisions budgétaires

RIYAD: L'Arabie saoudite a enregistré un excédent budgétaire plus important que prévu pour 2022 de 102 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien = 0,25 euro), soit 12 milliards de riyals saoudiens de plus que les prévisions précédentes.

Cet excédent survient alors que le produit intérieur brut (PIB) du Royaume devrait également dépasser les attentes – enregistrant une croissance de 8,5% par rapport aux 7,5% estimés en décembre 2021 et aux 8% prévus dans la déclaration pré-budgétaire publiée fin septembre.

La croissance du PIB devrait ralentir pour atteindre 3,1% en 2023.

Ces révélations sont intervenues alors que le gouvernement saoudien a approuvé un budget de 1 114 milliards de riyals saoudiens pour 2023, qui devrait lui-même afficher un excédent de 16 milliards de riyals saoudiens, selon les médias saoudiens.

Le Royaume s'attend à des recettes de 1,13 trillion de riyals saoudiens l'année prochaine, selon la chaîne de télévision saoudienne Al-Arabiya. L'excédent équivaut à 0,4% du PIB, soit 0,2 point de pourcentage de plus que les prévisions de septembre. 

Les recettes totales devraient s'élever à 1 234 milliards de riyals saoudiens pour 2022, tandis que les dépenses s'élèvent à 1 132 milliards de riyals saoudiens, soit un excédent de 2,6% du PIB – 0,1 point de pourcentage de plus que les prévisions précédentes.

L'inflation en Arabie saoudite, qui a enregistré 2,6% en 2022, devrait tomber à 2,1% en 2023.

Plus tard dans la journée de mercredi, le Conseil des ministres saoudien a approuvé le budget lors d'une réunion présidée par le roi Salmane au palais Al-Yamamah à Riyad, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

«Nous avons annoncé le budget général de l'État pour l'année prochaine, en demandant à Dieu tout-puissant de faire durer la bénédiction de la sécurité et de la prospérité», a souhaité le roi.

Après son discours, le Conseil des ministres a terminé la session dirigée par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, où le roi Salmane d'avoir a été remercié d’avoir assisté à la session afin d’annoncer le budget général de l'État pour la prochaine année fiscale.

Les ministres ont examiné les dispositions du budget, et ont émis leur décision concernant les recettes, les dépenses et l'excédent.

Le prince héritier a demandé aux ministres et aux fonctionnaires de s'engager activement dans la mise en œuvre des programmes budgétaires et des projets de développement et sociaux.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com