La menace de l'oubli pour les enfants français en Syrie

Me Emmanuel Daoud, qui défend plusieurs femmes sur place, met en garde: « laisser les ressortissants jihadistes français et leurs enfants en Syrie peut entraîner leur récupération par les terroristes de la région ou leur fuite aux fins de régénérer les rangs » de l'EI (Photo, AFP)
Me Emmanuel Daoud, qui défend plusieurs femmes sur place, met en garde: « laisser les ressortissants jihadistes français et leurs enfants en Syrie peut entraîner leur récupération par les terroristes de la région ou leur fuite aux fins de régénérer les rangs » de l'EI (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 16 janvier 2021

La menace de l'oubli pour les enfants français en Syrie

  • «On a vraiment le sentiment que tout est fait pour que ces enfants oublient et ne connaissent pas leur famille»
  • La préoccupation des familles est d'autant plus grande que les traumas se creusent de plus en » chez de nombreux enfants

PARIS: A 5 ans, le neveu de Maryam* a entamé son troisième hiver à Roj. Comme lui, quelque 200 fils et filles de Françaises arrêtées après la chute du groupe Etat islamique (EI) sont retenus dans ce camp du nord-est de la Syrie, dans des conditions sanitaires catastrophiques. 

Sept enfants de jihadistes ont été rapatriés cette semaine. Mais la situation des autres inquiète leurs familles de l'Hexagone, qui peinent à entretenir le contact. 

« On a vraiment le sentiment que tout est fait pour que ces enfants oublient et ne connaissent pas leur famille », dénonce Maryam. « Même la maigre relation clandestine que j'ai tissée avec mon neveu est en train de disparaître ». 

Sur place, l'accès au téléphone s'est raréfié. Auparavant, les détenues parvenaient à mettre la main sur des portables pour envoyer photos et messages. Désormais, elles sont obligées de recourir au téléphone du camp, jamais très loin des oreilles de leurs gardes kurdes. 

« Je n'ai pas eu de nouvelles de ma fille de juin à septembre », témoigne Albert. Avant Noël, ce père de détenue et grand-père a dû se contenter « d'un message audio d'à peine une minute une fois tous les quinze jours en moyenne ». 

Même tableau pour Pascale Descamps, qui reçoit des messages « une fois par semaine » de sa fille de 32 ans, atteinte selon ses proches d'une tumeur au côlon, et de ses quatre petits-enfants de 2 à 11 ans. 

« Conditions inhumaines » 

La préoccupation des familles est d'autant plus grande que « les traumas se creusent de plus en plus » chez de nombreux enfants, note Maryam. 

Les plus âgés, rappelle le Comité international de la Croix Rouge (CICR) qui intervient dans les camps d'Al Hol et de Roj, ont été exposés à une violence extrême lorsque leurs parents combattaient pour l'EI. Depuis, ils sont nombreux à souffrir de malnutrition - 13% des enfants de moins de 5 ans à Al Hol - ou d'affections respiratoires graves en hiver. 

Dans un avis rendu en novembre, le comité des droits de l'enfant de l'ONU l'a souligné: ces enfants détenus dans des « conditions sanitaires inhumaines », « confinés dans des tentes » où ils manquent des denrées « les plus basiques », sont en danger »immédiat ». 

Le comité évoque des « risques de dommages irréparables pour leur vie, leur intégrité physique et mentale et leur développement ». 

Pourtant, souligne l'ONU, la France »a la capacité et le pouvoir de protéger les droits de ces enfants, en les rapatriant ou en prenant d'autres mesures » de protection. Mais Paris n'a ramené depuis mars 2019 que 35 enfants, orphelins ou dont les mères ont accepté de se séparer. 

Dans ce contexte, la question du maintien des liens se pose avec acuité pour les rares Françaises qui ont accepté de laisser partir leurs enfants. « Au départ », affirme Maryam, elles »avaient des nouvelles de leurs enfants et eux en avaient d'elles. Ils arrivaient même à s'envoyer des audios et des vidéos ». 

« Rancoeur et défiance » 

Mais au moins un département francilien a, selon des familles, décidé d'arrêter ces échanges. 

« Ils ont décrété que maintenant les liens devaient passer par la Croix Rouge », dit Maryam. Mais « ça fait deux ans que ma sœur et mon neveu sont dans le camp... et la Croix Rouge n'a toujours pas réussi à établir le lien. Voilà une laide manière de couper le lien entre ces enfants et leurs mères ».  

Le CICR a procédé en octobre à une opération de « collecte de messages » à Roj, pour les milliers de femmes de toutes nationalités détenues, explique Lucile Marbeau, une de ses porte-parole. »Nous procurons ce service à ceux qui n'ont pas d'autre alternative », explique Mme Marbeau. 

« Imaginez un enfant qui n'a connu que sa mère, pendant des années de souffrance, et qui, du jour au lendemain, n'a plus aucune nouvelle d'elle. Il ne sait même pas si elle est vivante ou morte », se demande Maryam. « Comment voulez-vous que cet enfant se reconstruise normalement sans traumatisme, sans rancœur et sans défiance ? ».  

Sur place, expliquent proches et avocats, les mères sont de moins en moins enclines à se séparer des enfants, persuadées de les perdre. 

Pour le rapatriement de cette semaine, certaines ont renoncé au dernier moment à se séparer de leurs enfants. Comme en juin dernier. 

« Nauséabonds » 

« La France se félicite d’arracher sept enfants des bras de leurs mères et de séparer des fratries, en laissant derrière elle 200 enfants exposés à un risque de mort. Quelle honte ! », fustige l'avocate Marie Dosé. 

Conseil de plusieurs Françaises, elle a tenté en décembre de se rendre à Roj avec son confrère Ludovic Rivière mais a dû renoncer, bloquée à la frontière. 

« Certains enfants rentrés en France doivent vivre chaque jour avec l’image de leur mère et de leurs petits frères et sœurs en train de souffrir sous la tente qu’ils partageaient. Certains n'ont plus aucune nouvelle de leur mère et de leurs frères et sœurs restés dans le camp et ignorent même s’ils sont encore en vie », poursuit Me Dosé. « Ces rapatriements au compte-gouttes sont nauséabonds ». 

Sollicités, ni le département des Yvelines, point d'entrée des rapatriés qui atterrissent à Villacoublay, ni le ministère des Affaires étrangères n'ont réagi. 

Ce dernier maintient depuis des années une politique de rapatriement au cas par cas pour les enfants et estime que les adultes devraient être jugés sur place.  

En février 2020, la Cour européenne des droits de l'Homme a pour la première fois accepté d'examiner une requête déposée contre la France pour son refus de rapatrier des enfants de jihadistes. Sa décision est attendue cette année. 

Me Emmanuel Daoud, qui défend plusieurs femmes sur place, met en garde: « laisser les ressortissants jihadistes français et leurs enfants en Syrie peut entraîner leur récupération par les terroristes de la région ou leur fuite aux fins de régénérer les rangs » de l'EI. 

*le prénom a été changé 


Le meurtre d'un réfugié afghan incite à l’envoi de renforts de police à Colmar

Des bougies et des fleurs déposées mercredi devant un immeuble à la suite du meurtre d'un jeune Afghan de 27 ans le 14 août (Photo, AFP).
Des bougies et des fleurs déposées mercredi devant un immeuble à la suite du meurtre d'un jeune Afghan de 27 ans le 14 août (Photo, AFP).
Short Url
  • Quayyem Abdel Ahmadzai a été abattu après une altercation avec des jeunes de la ville, à la suite d’une plainte relative au bruit
  • 60 policiers ont été envoyés en renfort à Colmar

LONDRES: La mort d'un réfugié afghan à Colmar, en Alsace, a incité la police à envoyer des renforts dans la région, a rapporté mercredi le Times.

Quayyem Abdal Ahmadzai, âgé de 27 ans, a reçu une balle dans la poitrine à la suite d’une altercation avec un groupe de jeunes locaux.

L’incident a commencé lorsqu’il a demandé à un adolescent de faire moins de bruit avec son scooter. Ce dernier l’a insulté lui et ses amis, avant de revenir accompagné d’autres jeunes.

La bagarre a alors éclaté et Ahmadzai a été abattu, a expliqué Catherine Sorita-Minard, procureure de la République.

Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé au lendemain du meurtre que 60 policiers seraient détachés auprès des effectifs permanents de la ville composés d'environ 150 agents, pour «renforcer la sécurité» et «rassurer les habitants» de Colmar. Deux adolescents, âgés de 17 et 18 ans, liés à la fusillade, sont recherchés par la police.

Ahmadzai, qui a fui en France en 2017 et a obtenu le statut de réfugié, vivait dans la ville voisine de Mulhouse et travaillait pour le constructeur automobile Peugeot.

Un autre Afghan vivant à Colmar a confié au Times qu'Ahmadzai avait été contraint de laisser sa femme et ses enfants en Afghanistan lorsqu'il avait fui, et qu'il «se trouvait tout seul ici».

Sa mort a fait l'objet d'une large couverture médiatique dans toute la France du fait qu’elle est survenue au lendemain de sévères mesures gouvernementales contre le comportement antisocial de jeunes utilisant des motos, qui a atteint son paroxysme après que quatre enfants ont été gravement blessés et qu'une fille de 10 ans à Paris s’est retrouvée avec de graves dommages neurologiques, ainsi qu’à la suite d’un grand nombre d'accidents dus à des courses illégales et des cascades.

Darmanin a déclaré que jusqu'à présent, 338 arrestations avaient été effectuées dans tout le pays dans le cadre de ces mesures répressives, 203 personnes ayant été placées en détention provisoire, 157 motos confisquées et 5 712 amendes infligées.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Massacre à Tadamon en Syrie en 2013: la justice examine les fichiers transmis au Quai d'Orsay

La justice française examine des photographies et vidéos d'exactions attribuées au régime syrien à Tadamon, près de Damas, en 2013, qui lui ont été transmises par le ministère français des Affaires étrangères. (AFP)
La justice française examine des photographies et vidéos d'exactions attribuées au régime syrien à Tadamon, près de Damas, en 2013, qui lui ont été transmises par le ministère français des Affaires étrangères. (AFP)
Short Url
  • Lors d'un point presse vendredi, le Quai d'Orsay a annoncé avoir reçu «une importante documentation relative à de possibles crimes commis par les forces du régime syrien»
  • Les éléments ont pu être collectés grâce au «travail déterminé de plusieurs défenseurs des droits de l'Homme», a-t-on rappelé, saluant leur «courage»

PARIS: La justice française examine des photographies et vidéos d'exactions attribuées au régime syrien à Tadamon, près de Damas, en 2013, qui lui ont été transmises par le ministère français des Affaires étrangères, a indiqué mercredi à l'AFP le parquet national antiterroriste (Pnat).

Lors d'un point presse vendredi, le Quai d'Orsay a annoncé avoir reçu "une importante documentation relative à de possibles crimes commis par les forces du régime syrien".

"Ces documents, constitués notamment de très nombreuses photographies et vidéos, font état d'atrocités commises par les forces pro-régime lors du massacre de Tadamon, à Damas, en 2013. Plusieurs dizaines de civils auraient été tués lors de ces exactions", a précisé le ministère.

Les éléments ont pu être collectés grâce au "travail déterminé de plusieurs défenseurs des droits de l'Homme", a-t-on rappelé, saluant leur "courage".

Selon le Quai d'Orsay, "les faits allégués sont susceptibles d'être constitutifs de crimes internationaux les plus graves, notamment de crimes contre l'humanité et crimes de guerre", crimes pour lesquels la justice française dispose d'une compétence universelle.

Les fichiers ont été transmis au Pnat qui a indiqué les examiner pour déterminer s'ils "s'intègrent dans les enquêtes en cours ou s'ils nécessitent l'ouverture d'une nouvelle enquête".

Plusieurs enquêtes préliminaires et informations judiciaires sur des accusations d'exactions, attribuées au régime syrien ou à des groupes rebelles, sont en cours au pôle crimes contre l'humanité du tribunal judiciaire de Paris.

Fin avril, le quotidien britannique The Guardian et le New Lines Institute à Washington ont publié des articles et des vidéos révélant l'exécution de dizaines de personnes par les forces du régime à al-Tadamon.

Sur l'une des vidéos, filmée en avril 2013, un membre des forces du régime en tenue militaire ordonne à des hommes, yeux bandés et mains attachées, de courir vers un charnier. Les hommes sont exécutés un à un avant de tomber dans la fosse. Les corps ont ensuite été incinérés.

"Après une décennie de crimes commis contre le peuple syrien, la France reste pleinement mobilisée pour que les responsables répondent de leurs actes devant la justice", a dit le Quai d'Orsay, considérant que "la lutte contre l'impunité est une question de justice pour les victimes" et "une condition essentielle pour bâtir une paix durable en Syrie".

Le conflit a fait depuis 2011 environ un demi-million de morts et des millions de déplacés et de réfugiés.


Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour le laboratoire français Sanofi

Une photo prise le 4 février 2022 montre dans un reflet le nouveau logo du groupe pharmaceutique français Sanofi. (AFP).
Une photo prise le 4 février 2022 montre dans un reflet le nouveau logo du groupe pharmaceutique français Sanofi. (AFP).
Short Url
  • «Sanofi met un terme au programme mondial de développement clinique de l'amcenestrant», a annoncé ce mercredi le groupe, faisant baisser son action de presque 5% à la Bourse de Paris
  • Cette molécule était destinée à lutter contre certains cancers avancés du sein. Mais Sanofi a pris acte d'essais cliniques insuffisamment probants

PARIS : Le géant pharmaceutique français Sanofi, dont l'image avait déjà souffert de ses difficultés à développer un vaccin anti-Covid, inquiète désormais les marchés après l'annonce mercredi de l'abandon d'un anticancéreux.

"Sanofi met un terme au programme mondial de développement clinique de l'amcenestrant", a annoncé ce mercredi le groupe, faisant baisser son action de presque 5% à la Bourse de Paris.

Cette molécule était destinée à lutter contre certains cancers avancés du sein. Mais Sanofi a pris acte d'essais cliniques insuffisamment probants.

Début août, le titre du groupe français avait déjà perdu plus de 15% depuis juillet.

Si, l'image de Sanofi avait déjà pâli auprès du grand public à cause de ses retards et difficultés à développer un vaccin anti-Covid, cette fois, les marchés réagissent mal à l'échec de l'amcenestrant. Et ce d'autant plus que Sanofi s'est largement recentré ces dernières années sur la lutte contre le cancer, au détriment notamment du marché du diabète.

Selon les analystes de la banque Cowen, les ventes d'amcenestrant auraient ainsi dû représenter 350 millions d'euros en 2027, à mettre en regard avec les quelque 38 milliards d'euros de revenus engrangés l'an dernier par le groupe.

Pour certains observateurs, c'est d'abord la communication du groupe qui est en cause: les mauvais résultats du traitement étaient connus depuis mars, mais Sanofi ne s'est pas immédiatement résolu à l'abandonner.

"Les investisseurs vont, à juste titre, douter du discours des dirigeants", remarque Wimal Kapadia, analyste pour le cabinet Bernstein, cité par l'agence Bloomberg.

Peu avant l'arrêt de l'amcenestrant, Sanofi avait déjà inquiété les marchés en suspendant les essais d'un traitement de la sclérose en plaque, le tolebrutinib, après que certains patients ont développé des problèmes graves.

Reste l'épineux dossier judiciaire autour du Zantac, longtemps vendu aux Etats-Unis et au Canada contre les brûlures d'estomac, mais retiré du marché en 2019.

Des études ont, en effet, établi que ce traitement se dégradait dans l'organisme en un composant cancérigène, même s'il n'est pas avéré qu'il ait réellement provoqué des cancers.

Or, des premiers procès vont s'ouvrir ce mois-ci aux Etats-Unis, des patients accusant Sanofi et d'autres groupes d'avoir contribué à leur cancer en vendant du Zantac.

Est-ce pour Sanofi le début d'une affaire semblable à la Dépakine ? Le groupe est confronté de longue date à la justice à cause de cet anti-épileptique responsable de multiples troubles chez des enfants exposés dans le ventre de leur mère.