La France rapatrie sept enfants de djihadistes de Syrie, critiquée pour des retours au compte-goutte

Les sept enfants rapatriés mercredi étaient détenus dans les camps de Roj et Al-Hol, a indiqué une source au sein de l'administration semi-autonome kurde, qui gère la région, à un correspondant de l'AFP à Qamichli (nord-est). (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 13 janvier 2021

La France rapatrie sept enfants de djihadistes de Syrie, critiquée pour des retours au compte-goutte

  • Ces jeunes enfants, âgés de deux à onze ans et «particulièrement vulnérables», ont été remis à leur arrivée en France aux «autorités judiciaires» et «pris en charge par les services sociaux», a annoncé le ministère français des Affaires étrangères
  • Au total, 35 enfants de djihadistes français ont été ramenés de Syrie depuis l'effondrement du groupe Etat islamique (EI) en mars 2019. Le précédent rapatriement remontait à juin 2020 et concernait dix mineurs

PARIS : La France a ramené mercredi sept enfants de djihadistes français qui étaient retenus dans des camps de déplacés sous contrôle kurde en Syrie, s'attirant de nouvelles critiques pour ces rapatriements au compte-gouttes alors que les conditions de vie restent précaires sur place.

Ces jeunes enfants, âgés de deux à onze ans et «particulièrement vulnérables», ont été remis à leur arrivée en France aux «autorités judiciaires» et «pris en charge par les services sociaux», a annoncé le ministère français des Affaires étrangères, sans plus de précisions.

Au total, 35 enfants de djihadistes français ont été ramenés de Syrie depuis l'effondrement du groupe Etat islamique (EI) en mars 2019. Le précédent rapatriement remontait à juin 2020 et concernait dix mineurs. Il s'agit d'orphelins ou d'enfants confiés par les rares mères ayant accepté de s'en séparer.

Les sept enfants rapatriés mercredi étaient détenus dans les camps de Roj et Al-Hol, a indiqué une source au sein de l'administration semi-autonome kurde, qui gère la région, à un correspondant de l'AFP à Qamichli (nord-est).

«Ils appartiennent à des familles de l'EI. Trois enfants sont de la même famille et sont orphelins. Pour les quatre autres, leurs mères ont accepté leur retour en solitaire, en raison de leur état de santé délicat», a ajouté cette source sous couvert de l'anonymat.

Ils avaient besoin de «soins médicaux spécifiques non disponibles» dans les territoires kurdes, a ajouté un responsable au sein des Affaires étrangères de l'administration semi-autonome kurde, Fener Al-Kaït.

«Goût amer»

Les enfants ont été remis mardi à une délégation française emmenée par Eric Chevalier, directeur du Centre de crise et de soutien au ministère français des Affaires étrangères.

Ces nouveaux rapatriements ont relancé les interrogations des familles de djihadistes français qui réclament en vain le retour en France des quelque 150 adultes et 200 enfants retenus en Syrie - plus quelques cas en Irak - depuis la chute de l'EI.

«Cette opération laisse un goût amer, même si elle prouve encore une fois que la France a la capacité de rapatrier qui elle veut, quand elle veut», a estimé le Collectif des familles unies.

Les autorités françaises refusent de ramener les adultes, hommes et femmes, qu'elles estiment complices de l'EI, et souhaitent voir jugées sur place. Elles soulignent aussi que le retour des enfants est subordonné à l'autorisation des parents. 

La mère d'une Française détenue à Roj depuis deux ans avec ses quatre enfants en a appelé mercredi au président Emmanuel Macron, alors que les nouvelles de sa fille, souffrant d'une tumeur selon son entourage, sont alarmantes.

«Elle ne peut plus s'alimenter ni aller aux toilettes, son système digestif est bloqué (..) A la moindre occlusion intestinale, elle est condamnée. Je suis désespérée et j'en appelle au président Macron», a déclaré à l'AFP Pascale Descamps, habitante du Pas-de-Calais (nord).

«En danger immédiat»

Les familles de membres de l'EI sont détenues dans des camps surpeuplés, où s'entassent aussi des milliers de civils ayant fui les combats contre les djihadistes, dans des conditions décrites comme «épouvantables» par l'ONU.

Les autorités kurdes appellent les pays concernés à les rapatrier ou à créer un tribunal international pour les juger.

Nombre d'observateurs évoquent aussi les risques d'évasion depuis ces camps ainsi que des prisons où les hommes sont détenus alors que l'EI connaît une résurgence sur le terrain en Irak et en Syrie. Treize djihadistes françaises, dont Hayat Boumedienne, la compagne de l'un des auteurs d'attentats en France en janvier 2015, se sont ainsi évadées selon le Centre d'analyse du terrorisme (CAT).

Comme la France, la plupart des pays, notamment européens, rechignent à rapatrier leurs ressortissants face à des opinions publiques souvent hostiles. Paris, qui compte un des plus forts contingents européens de djihadistes dans la zone, est particulièrement montré du doigt.

Début décembre, le Comité des droits de l'enfant de l'ONU a jugé que les plus de 200 enfants français détenus dans les camps de tentes du nord-est syrien y étaient en danger «immédiat», avec des «risques de dommages irréparables pour leurs vies, leur intégrité physique et mentale et leur développement».

La Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH) demande pour sa part le retour de tous les enfants et des mères de Syrie ainsi que des djihadistes »condamnés à mort en Irak».

 


Reims: un photo-journaliste agressé et grièvement blessé dans un quartier prioritaire

Le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette, le 11 juillet 2019 (Photo, AFP)
Short Url
  • Le photographe, âgé de 65 ans, «a été pris en charge par le Samu et transféré au CHU de Reims, avec un pronostic vital engagé»
  • «Mes pensées accompagnent le photo-journaliste grièvement blessé dans le cadre de son travail à Reims», a tweeté le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin

LILLE: Un photo-journaliste du quotidien régional L'Union a été grièvement blessé samedi à Reims, alors qu'il couvrait des regroupements de jeunes dans le quartier prioritaire Croix Rouge, et une enquête est ouverte pour tentative de meurtre, a-t-on appris auprès de la préfecture, du parquet et du journal. 

Aux alentours de 15H00, « un journaliste du journal l'Union a été agressé et grièvement blessé dans des circonstances encore indéterminées, mais de manière volontaire. J'ai donc ouvert une enquête pour tentative de meurtre, confiée à la sûreté départementale », a indiqué le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette. 

Le photographe, âgé de 65 ans, « a été pris en charge par le Samu et transféré au CHU de Reims, avec un pronostic vital engagé », a-t-il précisé.  

« Il semblerait » qu'il couvrait »des regroupements de jeunes, a poursuivi le procureur, indiquant qu'aucune interpellation n'est intervenue à ce stade. 

Le journaliste « a été retrouvé au sol, aux alentours de 15H30 dans le quartier Croix Rouge (...). Les forces de l'ordre étaient sur place, avaient identifié des mouvements de jeunes, dont certains portaient des battes de base-ball, et des renforts avaient été appelés » pour sécuriser le quartier, a déclaré le préfet de la Marne Pierre N'Gahane. 

Les autorités n'ont pour le moment « pas d'informations précises sur ce qui s'est passé, s'il a reçu des coups ou un projectile. Mais il était au sol, saignait au niveau des oreilles », a-t-il déploré. 

Christian Lantenois, « était avec une consœur de la locale de Reims », alertée « d'un évènement dans le quartier », qu'il a rejoint « avec une voiture floquée » du logo du journal, a expliqué l'une des deux rédactrices en chef du journal, Géraldine Baehr-Pastor. 

« On ne sait pas s'il est sorti seul, ni si quelqu'un l'a sorti de la voiture », a précisé la co-rédactrice en chef Carole Lardot.  

La consœur a « seulement entendu une altercation », avant de retrouver le photographe. 

« L'entreprise condamne avec la plus grande fermeté cette agression. Rien ni personne n'entravera jamais notre volonté d'informer ni notre liberté d'agir », a réagi le directeur général du journal Daniel Picault, exprimant ses « pensées » pour la victime et ses proches ». 

« Le quartier reste un quartier sensible. Il y a un an, juste avant le confinement, il y a eu deux séries d'affrontements entre les jeunes de ce quartier et d'un autre quartier », a noté le préfet de la Marne. 

« Mes pensées accompagnent le photo-journaliste grièvement blessé dans le cadre de son travail à Reims. Solidarité avec la rédaction de L’Union-L'Ardennais et l’ensemble de la profession. La police nationale est  pleinement mobilisée pour identifier et interpeller les auteurs », a tweeté samedi soir le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. 

« Aujourd’hui, le seuil de l’inacceptable a été dépassé (...) Au delà de l’ignominie d’un tel acte, je veux exprimer mon ras le bol devant ce ramassis de vauriens qui pourrissent la vie de nos quartiers » a de son côté déclaré sur Facebook le maire LR de Reims Arnaud Robinet. 

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot s'est aussi émue d'une « lâche agression » dans un tweet, faisant part de la « solidarité » avec le photographe et sa rédaction. 

 


Mineur tué à Bondy pour «un différend»: deux frères en garde à vue

Un panneau qui dit: «Hier ... nous avons tous perdu un enfant», à Bondy, en Seine-Saint-Denis, banlieue nord-est de Paris le 27 février 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • L'assaillant «a vu mon fils qui était debout, il lui a donné une balle au thorax (…) Le dernier mot qu'il (Aymen) m'a dit c'est +papa j'ai mal+», a confié le père
  • Le coach s'est dit «consterné», «abattu», «en colère» car la vie de l'adolescent « s'est arrêtée un vendredi

BONDY: Deux frères, âgés de 17 et 27 ans, se sont présentés à la police samedi et ont été placés en garde à vue pour l'assassinat d'un adolescent de 15 ans à Bondy (Seine-Saint-Denis), tué d'une balle dans un centre de loisirs, pour un simple « différend » aux motifs indéterminés, selon le parquet. 

La mort par balle d'Aymen dans une maison de quartier de la banlieue de Paris, a choqué dans une région déjà marquée en début de semaine par la mort de deux adolescents de 14 ans, dans des rixes entre jeunes dans deux villes de l'Essonne. 

Cette fois, cependant, « il apparaît qu’un différend opposait la victime et ses agresseurs depuis près d’un an sans que l’origine ne soit, pour l'heure, connue », a rapporté le parquet de Bobigny dans un communiqué.  

Les deux frères, « identifiés par des témoins », se sont présentés aux services enquêteurs samedi matin, ajoute-t-il. 

Selon les premiers éléments de l'enquête, une première altercation avait opposé la victime et deux individus vendredi. Les animateurs de la maison de quartier Nelson Mandela à Bondy étaient alors intervenus pour les séparer.  

Puis le père de l'adolescent était venu chercher son fils mais une seconde altercation l'avait opposé aux deux frères restés à proximité, selon le communiqué.  

Vers 17 heures, « les deux individus circulant à bord d’un scooter revenaient sur place. Le passager arrière porteur d’une arme à feu se dirigeait devant la porte d'entrée de l'espace Nelson Mandela, glissait le canon dans l'entrebâillement de la boîte aux lettres (...) et faisait usage de son arme, blessant mortellement le jeune mineur », atteint à la poitrine, a précisé le parquet.  

Le père de l'adolescent, Ahmed Kaid, était présent. 

« Au moment où il (l'assaillant) a +attrapé+ la porte, la directrice elle m'a dit +c'est lui c'est lui+, il ne faut pas ouvrir la porte », a-t-il témoigné au micro de France 3.  

L'assaillant « a vu mon fils qui était debout, il lui a donné une balle au thorax (…) Le dernier mot qu'il (Aymen) m'a dit c'est +papa j'ai mal+ », a confié le père, qui a vu son fils mourir dans ses bras.  

« Une vraie balle »  

« On s'est dit que c'était des balles à blanc pour jouer là (...) Mais non c'était une vraie balle », a également relaté le père, sur BFM TV.  

Le jeune garçon était réputé assidu au cours de boxe, avant les restrictions sanitaires dues à la pandémie de Covid-19. Dans un message posté sur Facebook, son entraîneur au club de Bondy, Christophe Hamza, le décrit comme « un bon garçon, volontaire et téméraire ».   

Le coach s'est dit « consterné », « abattu », « en colère » car la vie de l'adolescent « s'est arrêtée un vendredi, à l'heure à laquelle il était censé s'entraîner à la boxe ». 

M. Hamza a rappelé que les « clubs sont fermés depuis des mois » et que les « enfants tournent en rond », dans cette ville populaire située à moins d'une vingtaine de kilomètres au nord-est de Paris. 

Un ami de la victime âgé d'une quinzaine d'années, Hassan, a parlé d'un adolescent qui « rigolait tout le temps » et « voulait toujours faire rire ses copains ». Ce genre de drame, « on ne voit ça dans les films et maintenant on voit ça en réalité, ça fait très mal au cœur », a dit le jeune garçon.  

Dans un communiqué posté sur Twitter, le maire de Bondy Stephen Hervé (LR), a évoqué « un drame atroce », survenu dans le bâtiment municipal servant de centre de loisirs.  

Il a salué « l'exemplarité des animateurs qui ont fait leur maximum pour protéger les jeunes qui fréquentent la structure ». 

L'édile a lancé un « appel général au calme et à la raison », tout en jugeant indispensable « une présence renforcée » des forces de police pendant plusieurs semaines dans sa ville. Selon la mairie, une cellule de soutien avait été mise en place « pour les témoins et l'entourage de la victime, profondément choqués ». 


Nice confinée reprend ses allures de ville-fantôme

Des policiers français se préparent à patrouiller sur la «Promenade des anglais» de la ville de Nice sur la Côte d'Azur lors du premier week-end de verrouillage mis en place par les autorités pour tenter de stopper la propagation de la pandémie de coronavirus (Covid-19), le 27 février 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Un reconfinement partiel le week-end a été décidé pour Nice et les habitants de la Côte d'Azur, de Menton à Théoule-sur-Mer, ainsi qu'à Dunkerque et son agglomération dans le nord du pays
  • Les commerces alimentaires, y compris sur les marchés, peuvent rester ouverts durant ce reconfinement

NICE: De nouveau une allure de ville fantôme avec une Promenade des Anglais et des rues désertées: à Nice, sur la Côte d'Azur, les habitants accueillent avec résignation leur premier week-end de reconfinement pour endiguer l'épidémie de Covid-19.

"Il faut faire quelque chose, ça augmente dans la région, la Covid", admet Charlie Kentish, venu rapidement au petit matin humer l’air de la mer Méditerranée, sur le quai des Etats-Unis. 

Cet Anglais installé dans la cinquième ville de France depuis trente ans s’apprête ce week-end, à "jouer beaucoup de Playstation" avec ses trois garçons de 15 à 19 ans, confinés à leur domicile avec des sorties limitées qui doivent être accompagnées, comme lors des deux précédents confinements (17 mars-11 mai 2020 puis 30 octobre-15 décembre 2020), d'une attestation dûment remplie.

Face à la flambée de l'épidémie dans certaines régions de France, un reconfinement partiel le week-end, en vigueur depuis samedi 06H00 du matin, a été décidé pour Nice et les habitants de la Côte d'Azur, de Menton à Théoule-sur-Mer, ainsi qu'à Dunkerque et son agglomération dans le nord du pays.

"S’il faut en passer par là pour qu’on puisse avoir un peu plus de libertés par la suite, pourquoi pas?", commente Frédérique Duval, designer de vêtements de 51 ans.

"Ca ne me dérange pas d’être confinée à partir du moment où il y a les résultats", ajoute-t-elle alors qu'elle est venue rapidement s’oxygéner sur le bord de mer de bon matin.

Habituellement, elle écoule les vêtements qu'elle fait fabriquer en Inde dans des boutiques locales ou sur les marchés de la Côte d'Azur.

"Gâteaux et ménage"

"Je devais aller à Beaulieu-sur-Mer ce matin (samedi) mais le marché est fermé. Tant pis, je m’adapte, je vais faire des gâteaux, du ménage", prévoit-elle.

Cours Saleya, sur le marché alimentaire de plein air du centre-ville, Benjamin Ciamo, 34 ans, a installé comme chaque samedi son étal d’huîtres de l’étang de Thau. Les commerces alimentaires, y compris sur les marchés, peuvent rester ouverts durant ce reconfinement. 

Il a pris la route dans la nuit depuis Sète, à 360 kilomètres plus à l'ouest. "Nous on est là pour honorer nos clients de manière à ce qu’ils ne manquent rien, tout simplement, et si on peut donner un semblant de vie normale, c’est bien", explique l’ostréiculteur. 

L’un de ses collègues, producteur de fruits et légumes de l'arrière-pays niçois, déplore toutefois le manque d’affluence. "Y a dégun (personne en patois du sud-est de la France) ce matin! Si ça continue comme ça, on ne reviendra pas samedi prochain", lance-t-il un peu dépité.

photo
Au coeur de Nice, Place Masséna (Photo, AFP).

Au coeur de Nice, Place Masséna, sous la grand-roue à l’arrêt, le commissaire de police Olivier Malaver, responsable des unités de voie publique à Nice, fait le point sur les contrôles en cours. 

"L’opération de ce matin se concentre sur le Vieux-Nice et le centre, avec 32 effectifs de la police nationale et une dizaine de la police municipale en soutien pour contrôler tout ce qui est relatif aux règles sanitaires", explique le policier.

"Fini la pédagogie, répression pour les personnes qui seraient en infraction", promet-il. "Mais pour l’instant, le confinement est très bien respecté à Nice", se félicite le commissaire alors que la grande avenue Jean-Médecin voisine est quasiment vide.

Quelques irréductibles, toutefois, ont décidé, place Garibaldi, de fêter Carnaval, une tradition bien ancrée à Nice comme, coïncidence, à Dunkerque, autre ville confinée.

"L’arrêté d’interdiction de carnaval est tombé, donc on a décidé de le déclarer en tant que manifestation revendicative pour alerter sur les personnes en détresse psychologique à cause de la crise actuelle", explique Pablo, l’un des organisateurs, qui préfère ne pas donner son nom de famille.

"Les gens ont besoin de se changer les idées, de retrouver le sourire, de fêter quelque chose", se justifie ce guide touristique aux allures, pour l’occasion, de pirate des Caraïbes, tandis qu’une escouade de policiers débarque pour verbaliser tout ce petit monde en leur expliquant que la manifestation n'est pas autorisée.