L'autre son de cloche

Leur façon de se révolter ne se fait pas le jour, mais la nuit,dans la banlieue d'Ettadhamen, Tunis, au milieu d'une vague de manifestations nocturnes dans ce pays d'Afrique du Nord (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 22 janvier 2021

L'autre son de cloche

  • Cela rappelle ce qui s’est passé il y a dix ans quand tout un système s’est effondré en quelques semaines sous le coup de revendications sociales
  • Ce ne sont pas des criminels, ni de jeunes manipulables en bonne partie. C’est des jeunes qui appliquent un modèle propre à eux

On se trompe complètement si on interprète uniquement les émeutes nocturnes de ces derniers jours d’un point de vue sécuritaire. On se trompe aussi si on poursuit cette diabolisation excessive du cri de désespoir de ces jeunes qui, malheureusement, ont vu des hors-la-loi s’immiscer et ternir l’image d’un ras-le-bol. En condamnant sur toute la ligne le grabuge et les dégâts causés aux biens publics et privés, on doit admettre par-delà tout que quelque chose ne tourne plus dans notre pays, et que cette colère juvénile et apolitique (contrairement à ce que prétendent certains politicards) vient de le rappeler. 

Ce qui s’est passé est lourd en messages codés, lourd en conséquences et en symbolique. Cela rappelle ce qui s’est passé il y a dix ans quand tout un système s’est effondré en quelques semaines sous le coup de revendications sociales issues de la classe juvénile en premier lieu et de ceux qui vivaient en marge de la société. Cela ressemble beaucoup au contexte actuel : des jeunes écartés, vivant dans la misère et l’exclusion, ont exprimé leur colère à leur manière. Ce ne sont pas des criminels, ni de jeunes manipulables en bonne partie. C’est des jeunes qui appliquent un modèle propre à eux. Leur façon de se révolter ne se fait pas le jour, mais la nuit, comme c’est le cas dans toutes les cités des banlieues dans le monde entier.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Flambée des prix de l’huile de table : Les explications des producteurs marocains

Des Marocain(e)s achètent de l'huile dans un hypermarché. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • L'Association tient à souligner que les matières premières ont connu une inflation majeure des prix de vente depuis mai 2020
  • De même, la hausse de la demande des pays importateurs visant à constituer des stocks de sécurité a, par ailleurs, accru la tension sur les marchés

L'Association professionnelle des fabricants d'huile au Maroc a apporté ses explications au sujet de l'augmentation des prix de vente de leurs produits, constatée récemment sur le marché national.

Dans un communiqué, l'Association tient à souligner que les matières premières ont connu une inflation majeure des prix de vente depuis mai 2020 et que les cours des huiles ont augmenté de plus de 80%, précisant que cette flambée des prix est notamment due à de mauvaises conditions climatiques ayant impacté la récolte mondiale de l'ensemble des oléagineux.

De même, la hausse de la demande des pays importateurs visant à constituer des stocks de sécurité a, par ailleurs, accru la tension sur les marchés, poursuit l'Association.

«Notre marché national entièrement libéralisé est fortement dépendant des grands producteurs internationaux de soja et de tournesol. Le Maroc importe la quasi-totalité de son besoin dédié à la consommation intérieure sous forme d'huiles brutes ou de graines à triturer. Ce qui expose fortement le secteur à l'évolution des cours mondiaux», explique la même source.

En effet, depuis le début de la crise du Covid-19 qu’a traversée le pays, les producteurs marocains ont assuré sans faillir leur devoir d’approvisionnement du marché et ont pu constituer des stocks de matières premières afin d’éviter toute pénurie, assure l'Association, qui note que dans un contexte socio-économique aggravé par la crise sanitaire, l’interprofession a «maintenu inchangés pendant plusieurs mois les prix de vente malgré l’augmentation du cours des matières premières».

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Pourquoi le taux de meurtres aux États-Unis augmente-t-il?

Des militants, des habitants et ceux qui ont perdu un être cher à cause de la violence participent à une "Marche pour la paix et la guérison" à Baltimore, aux États-Unis. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • De nombreux commentateurs blâment la pandémie pour la violence
  • Le pic de notre taux de meurtres est plus probablement le produit de tout autre chose: l'instabilité politique

Ces derniers mois, les statistiques sur les crimes violents ont confirmé une tendance troublante: les taux d'homicides aux États-Unis, depuis longtemps en déclin, ont grimpé en flèche en 2020. Les premiers signes suggèrent que cela continue. De nombreuses villes ont signalé de nouveaux pics de taux de meurtres au début de 2021.

De nombreux commentateurs blâment la pandémie pour la violence. D'autres attribuent le pic à des achats d'armes à feu records ou affirment que les manifestations contre la brutalité policière ont sapé l'efficacité du maintien de l'ordre, ouvrant la porte au chaos.


Ce sont des arguments séduisants. Mais si l'on se fie au passé, ils se trompent. Au lieu de cela, le pic de notre taux de meurtres est plus probablement le produit de tout autre chose: l'instabilité politique.

Les historiens — Roger Lane, Eric Monkkonen et d'autres — ont longtemps cherché à expliquer pourquoi les taux de meurtres ne sont pas statiques, mais augmentent et diminuent avec le temps. Cela a été vrai aussi bien dans les pays européens qu'aux États-Unis, même si chaque pays a enregistré des taux différents à des moments différents. De plus, certains cycles de hausse et de baisse des meurtres durent quelques années; d'autres s'éternisent pendant des décennies.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les Tunisiens ont besoin de dirigeants patriotiques pour sauver ce qui reste de l’État

Des partisans du parti islamiste Ennahdha agitent les drapeaux nationaux et du parti lors d'une manifestation de soutien au gouvernement tunisien le 27 février 2021 dans la capitale Tunis. (Photo, AFP)
Short Url
  • Plusieurs citoyens se sont interrogés sur l’utilité des marches organisées samedi par le mouvement Ennahdha et le parti des Travailleurs
  • Le pouvoir politique en place a prouvé son échec en termes de réalisations et de progrès

L’avenue Habib Bourguiba ne porte plus le rêve du peuple tunisien désabusé, ni de la jeunesse révoltée qui aspire à la justice et à la dignité.

Cette avenue emblématique s’est transformée en un lieu de combat entre les composantes d’un système politique hybride, pense une partie des personnes interviewées par l’agence TAP en marge des deux marches.

Pour d’autres citoyens, l’organisation de pareilles manifestations reflète une incertitude politique qui dure depuis 2011, en l’absence de programmes et de réalisations concrètes.

L’organisation de marches, en cette conjoncture politique, traduit le déclin de l’Etat et montre une classe politique en conflit, incapable de faire face à la dégradation de la situation économique et sociale et aux nombreuses crises qui se succèdent, ouvrant la porte grande ouverte à l’intervention étrangère dans les affaires nationales, regrettent Sana, une jeune universitaire.

Le Tunisien vit aujourd’hui la pauvreté et la marginalisation et la classe moyenne, qui constituait une grande partie de la population, est en voie de disparition face à la flambée vertigineuse des prix, estiment les Tunisiens interrogés.

Ils ont dénoncé la lutte pour le pouvoir et une avidité sans limites pour les postes politiques, regrettant l’utilisation de l’Etat au service des partis, loin de l’intérêt du citoyen et de la patrie.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.