Algérie: La Banque mondiale diagnostique les dégâts de 2020

La pandémie de Covid-19 a frappé l’Algérie au moment de la formation d’un nouveau gouvernement chargé de conduire des réformes politiques et économiques, et de rééquilibrer les finances publiques (Photo, AFP).
La pandémie de Covid-19 a frappé l’Algérie au moment de la formation d’un nouveau gouvernement chargé de conduire des réformes politiques et économiques, et de rééquilibrer les finances publiques (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 22 janvier 2021

Algérie: La Banque mondiale diagnostique les dégâts de 2020

  • La chute drastique des prix du pétrole a compliqué davantage la situation pour le gouvernement algérien
  • Poursuivant son analyse, la Banque mondiale a souligné les incidences graves qu’ont subies le marché de l’emploi et la croissance en Algérie

Dans sa note de conjoncture de l’automne 2020 sur l’économie algérienne, le groupe de la Banque mondiale (BM) pour la région MENA a établi sur la base des données disponibles sur la scène économique un constat sur les agrégats macroéconomiques de l’Algérie en pleine pandémie de la Covid-19, faisant ressortir une situation économique difficile, à laquelle les autorités tentent bien que mal de faire face.

La pandémie de Covid-19 a frappé l’Algérie au moment de la formation d’un nouveau gouvernement chargé de conduire des réformes politiques et économiques, et de rééquilibrer les finances publiques.

Ce qui a nécessité l’accélération des réformes structurelles pour rétablir les équilibres macrobudgétaires à long terme et encourager le développement du secteur privé, notamment à travers des textes de loi, et une conférence nationale sur le plan de relance économique et sociale est tenue pour tracer une stratégie.

Malgré tous ces efforts et les sommes consacrées à la lutte contre la pandémie qui sont de l’ordre de 3,7 milliards de dinars, l’économie nationale a dû faire face à un autre choc qui la guettait, celui de la chute drastique des prix du pétrole, ce qui a compliqué davantage la situation pour le gouvernement algérien.

Poursuivant son analyse, la Banque mondiale a souligné les incidences graves qu’ont subies le marché de l’emploi et la croissance en Algérie. Ainsi, à «l’approche du deuxième trimestre de 2020, l’élan économique est resté faible avec, au premier trimestre de 2020, une contraction de 3,9% de l’activité économique en glissement annuel», rappelle encore la BM.

Cette baisse est enregistrée suite au recul de la production dans différents secteurs, notamment les hydrocarbures avec -13,4%, et cela en dépit de la hausse des dépenses dans le Budget.

Pour le deuxième trimestre de 2020, les données sur la production industrielle publique indiquent une accentuation de la contraction globale enregistrée au premier trimestre de 2020 à la suite des mesures de confinement.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


L’art de la céramiques avec ses formes et couleurs

Céramiques d’Alger, toute une Histoire, de Rachid Sidi Boumedine (Photo, El Watan).
Céramiques d’Alger, toute une Histoire, de Rachid Sidi Boumedine (Photo, El Watan).
Short Url
  • Il a dirigé plusieurs organismes publics et des recherches
  • Les collections de céramiques se donnent à découvrir sans une nostalgie certaine

A travers sa dernière publication intitulée Céramiques d’Alger, toute une histoire, Rachid Sidi Boumedine propose une véritable plongée dans l’univers de la céramique ancienne.

Publié récemment aux éditions ANEP, ce beau livre de 199 pages se donne à feuilleter avec beaucoup d’intérêt. En effet, l’incipit Céramiques d’Alger, toute une histoire s’ouvre avec intérêt et se referme avec des bénéfices plein le cœur. Rachid Sidi Boumedine est enseignant-chercheur en urbanisme et aménagement.

Il a dirigé plusieurs organismes publics et des recherches. Après sa retraite, il a travaillé pour l’Unesco et dirigé des recherches au Cread, en qualité de directeur de recherches associé, avant sa retraite, il se consacre à la consultation et à l’écriture.

Dans la préface, l’historien et archéologue Abderrahmane Khelifa note que «les céramiques apposées aux murs des maisons du vieux centre historique ou dans les maisons du hafs sont une preuve vivante et historique du rôle que joua Alger dans l’histoire de la Méditerranée. Et Rachid nous montre que la notion du patrimoine ne saurait recouvrir des choses mortes mais fait partie des héritages vivants de notre société…

Son travail ne revient pas figer la présentation de ces carreaux sous forme d’un catalogue comme il en existe tant, mais consiste à intégrer leur utilisation dans la décoration des habitations et palais dans le contexte économique et social de l’époque, à savoir la période qui va du XVIIe au XIXe siècle inclus.» Céramiques d’Alger, toute une Histoire, de Rachid Sidi Boumedine, est avant tout un beau livre à la maquette soignée, rehaussée d’une iconographie de grande qualité.

Les collections de céramiques qui se donnent à découvrir sans une nostalgie certaine se conjuguent avec esthétiques raffinées. Les belles illustrations authentiques sont accompagnés le plus souvent d’un texte explicatif, situant les céramiques dans leur contexte historique et artistique à la fois, entraînant plus d’un dans la magie de ces fabuleux décors et dans les arcanes de leur provenance.

Dans une introduction en guise de plaidoyer, l’enseignant et chercheur Rachid Sidi Boumedine avertit qu’il n’est ni un historien de l’art, ni un architecte, encore moins un céramiste. «A la rigueur, je peux me souvenir de ce que je fus chimiste dans une vie antérieure e que je sais donc ce qu’est un oxyde, base en général, de la confection des métaux.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Tarfaya : la forteresse «Casa del Mar», un joyau architectural à forte valeur historique

«Casa del Mar» fut bâtie sous les ordres de l’explorateur et commerçant britannique Donald MacKenzie (Photo, Le Matin).
«Casa del Mar» fut bâtie sous les ordres de l’explorateur et commerçant britannique Donald MacKenzie (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Après des années de négligence et l’usure du temps, ce monument est tombé en décrépitude, d’où la nécessité de le réhabiliter
  • L'édifice fut aussi occupée par l’Espagnol Manuel Vitigo après le Britannique Donald MacKenzie

Joyau architectural à forte valeur historique, civilisationnelle et patrimoniale, la forteresse «Casa del Mar» constitue une composante indispensable de la mémoire collective de la ville de Tarfaya et une source de fierté pour ses habitants. «Casa del Mar», littéralement «Maison de la mer», fut bâtie sous les ordres de l’explorateur et commerçant britannique Donald MacKenzie, avec le soutien du gouvernement britannique, au large du Cap Juby, près de la ville de Tarfaya.Après des années de négligence et l’usure du temps, ce monument est tombé en décrépitude, d’où la nécessité de le réhabiliter et de le restaurer pour qu'il retrouve son lustre d'antan. Cette forteresse, qui résiste depuis environ 140 ans aux attaques de la houle de l’Atlantique, témoigne de la succession de plusieurs civilisations et cultures et contribue à enrichir le patrimoine matériel et immatériel de la région.

L'édifice fut aussi occupée par l’Espagnol Manuel Vitigo après le Britannique Donald MacKenzie, permettant ainsi de dynamiser les échanges commerciaux avec les Espagnols qui étaient des fournisseurs de denrées alimentaires, de vêtements et d'armes aux habitants de la cité, en échange de charbon. En tant que patrimoine colonial ayant assuré un rôle historique à la fin du 19e siècle et vu l’état déplorable de ce vestige historique, le département de tutelle a lancé un projet visant la restauration de ce site pour préserver la mémoire collective et faire de ce patrimoine une source de développement culturel, social et économique. Tarfaya est une ville riche de son histoire et de son patrimoine et regorge de monuments coloniaux tels que «Casa del Mar» et le «Port Victoria» dont les travaux de réalisation furent entamées en 1879 et se poursuivirent jusqu’en 1882, pour en faire une zone portuaire dédiée au trafic commercial entre les Iles Canaries et Tarfaya, a déclaré à la MAP le directeur régional de la Culture de Laâyoune-Sakia El Hamra, Lahcen Chorfi. M. Chorfi a également souligné que le département de tutelle se penche actuellement sur l’inscription de «Casa Del Mar» en tant que patrimoine national, précisant que le ministère a mobilisé un montant de 10 millions de dirhams.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Des partis dans le déni du réel

Le secrétaire général du parti Afek Tounes, Fadhel Abdelkefi (Photo, AFP).
Le secrétaire général du parti Afek Tounes, Fadhel Abdelkefi (Photo, AFP).
Short Url
  • L’Instance supérieure indépendante des élections ne cessent de déclarer qu’ils attendent que les choses soient claires
  • Il est navrant de relever que des partis politiques ne savent pas quelle position ils vont prendre

Maintenant que le parti Afek Tounès a déposé, officiellement, vendredi 12 août, un recours devant la Cour d’appel relevant de la justice  administrative à l’encontre du jugement ayant rejeté son premier recours en première instance contenant les résultats qui ont  sanctionné le référendum du 25 juillet dernier sur la Constitution de la nouvelle République, l’on est en droit d’affirmer que les résultats définitifs du référendum seront annoncés le 27 ou le 28 août, conformément aux dispositions du décret présidentiel sur la base duquel s’est déroulé le référendum.

Autrement dit, l’Instance supérieure indépendante des élections (Isie) dont les responsables, et en premier lieu son président, le juge Farouk Bouasker, ne cessent de déclarer qu’ils attendent que les choses soient claires pour qu’ils puissent dresser le calendrier électoral relatif aux législatives anticipées du 17 décembre prochain, savent désormais qu’ils disposent de trois mois et demi pour mener les préparatifs de l’opération électorale devant être couronnée par l’élection de la prochaine Assemblée des représentants du peuple (ARP) et aussi du conseil des régions et des districts prévus au sein de la nouvelle Constitution au cas où il serait décidé que les membres de ce conseil seront élus le même jour que leurs collègues du Parlement.

En tout état de cause et en attendant que la nouvelle loi électorale soit révélée au public, il est navrant, inquiétant et inadmissible de relever que l’ensemble des partis politiques, dans l’opposition ou évoluant dans la mouvance soutenant le processus du 25 juillet, sont actuellement dans l’expectative et ne savent pas quelle position ils vont prendre dans les trois prochains mois.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.