Frappes israéliennes à Hama, les défenses aériennes syriennes ripostent

Des soldats syriens se reposent avant de reprendre leur lutte contre un incendie de forêt dans la région d'Ain Shams, à l'ouest de la province de Hama, le 10 septembre 2020 (Photo, AFP/Archives).
Short Url
Publié le Vendredi 22 janvier 2021

Frappes israéliennes à Hama, les défenses aériennes syriennes ripostent

  • «Aujourd’hui, vers quatre heures du matin, l'ennemi israélien a lancé une frappe aérienne»
  • La riposte survient après des rapports de sons d’explosions

LE CAIRE: L’Armée de l'air syrienne a riposté vendredi matin à «une agression israélienne» dans le gouvernorat de Hama, selon les médias officiels, après des rapports de sons d’explosions.

«Aujourd’hui, vers quatre heures du matin, l'ennemi israélien a lancé une frappe aérienne, ainsi que des tirs de missiles continus qui semblaient provenir de la ville libanaise de Tripoli. L’agression a visé des cibles à proximité du gouvernorat de Hama, et nos défenses aériennes ont affronté les missiles de l’ennemi, et réussi à abattre la majorité», selon la presse officielle qui citait une source militaire.

 

Quatre civils parmi lesquels deux enfants ont été tués vendredi matin par des missiles tirés par Israël dans la province de Hama, dans le centre de la Syrie, a rapporté l'agence officielle syrienne, Sana. 

D'après l'agence, citant une source militaire, la défense aérienne syrienne a "intercepté la majorité" des missiles israéliens mais l'attaque a entraîné la mort d'une famille, composée d'"un père, une mère et de deux enfants", dans l'ouest de Hama.


Pour les droits des femmes en Tunisie, le grand écart entre loi et pratique

Des femmes tunisiennes manifestent le 6 mars 2021 à Tunis contre les violences faites aux femmes. En Tunisie, le Code du statut personnel ou CSP consiste en une série de lois tunisiennes progressistes, promulguées le 13 août 1956 par un décret beylical puis entré en vigueur le 1er janvier 1957, visant à instaurer l'égalité entre les hommes et les femmes. Fethi Belaid / AFP
Short Url
  • Après avoir déposé plainte pendant le confinement contre son mari violent, Nadia a "failli tout perdre", même sa fille
  • Les institutions tunisiennes peinent à mettre en oeuvre des lois pionnières contre les violences faites aux femmes

TUNIS : Après avoir déposé plainte pendant le confinement contre son mari violent, Nadia a "failli tout perdre", même sa fille, les institutions tunisiennes peinant à mettre en oeuvre des lois pionnières contre les violences faites aux femmes.

Les signalements ont été multipliés par plus de cinq pendant le confinement de mars à juin 2020, selon les autorités. Et la hausse perdure.

Dans le centre d'écoute de l'Association des femmes démocrates (ATFD), la fréquentation de ces derniers mois reste nettement plus importante qu'à la même période l'an dernier.

Une loi ambitieuse contre les violences faites aux femmes a été adoptée en 2017, portée par des hommes politiques résolus à faire de "la femme tunisienne" un étendard progressiste et par des militantes et associations expérimentées.

Ce texte salué, qui élargit considérablement le champ des violences sanctionnées, confirme le statut de la Tunisie comme pionnière en matière de droits des femmes dans la région et prévoit en théorie un soutien juridique et matériel aux victimes.

Mais obtenir justice reste un parcours du combattant à l'issue imprévisible, en raison du manque volonté politique et de moyens.

Pendant plusieurs années, Nadia, coquette quadragénaire, a toléré que son mari la menace et la malmène. Sans revenu, elle ne se voyait pas porter plainte.

"Il faisait cela quand il était saoul, puis il s'excusait et il partait plusieurs mois par an à l'étranger pour son travail, alors j'ai préféré ne rien faire", souligne-t-elle.

"Mais avec le confinement, il s'est retrouvé coincé à la maison, stressé, il buvait beaucoup et un jour ma fille m'a parlé de gestes déplacés", évoquant des attouchements sexuels commis par son père, se souvient-elle avec émotion.

Nadia a aussitôt appelé la police, qui l'a convoquée quelques jours plus tard.

"Elan libérateur"

Après un bon contact initial, les auditions tournent au vinaigre. Son mari a des moyens et un avocat, elle est démunie et craint qu'il ne corrompe policiers et magistrats.

La police lui demande de constituer elle-même un CD avec les preuves qu'elle a rassemblées.

Après plusieurs semaines sans aucune avancée, Nadia, désespérée et terrifiée de perdre la garde de sa fille en cas de séparation, finit par se tourner vers l'ATFD.

L'association lui trouve un avocat qui découvre que le CD de preuves n'a pas été transmis par le commissariat au tribunal.

"Heureusement que j'ai trouvé un appui, j'ai failli tout perdre, même ma fille", souligne Nadia.

Le dossier a été confié à un nouveau magistrat et quelques jours plus tard son mari était interpellé.

Pour améliorer la prise en charge des femmes cherchant la protection de la police, le ministère de l'Intérieur a mis en place 130 brigades spécialisées depuis 2018.

Plusieurs centaines de policiers spécialement formés, parmi lesquels de nombreuses femmes, sont chargés de mener ces enquêtes ou de faire exécuter les ordonnances d'éloignement.

Un enseignement spécifique sur ces violences est désormais dispensé en école de police et les agents qui tentent de décourager les femmes de lancer des poursuites sont passibles de prison.

Mais pour les associations de défense des femmes, il reste un travail de longue haleine à faire.

"Il y a un décalage énorme entre la loi de 2017, qui est encore très récente, et les pratiques institutionnelles et sociales, qui ne suivent pas cet élan libérateur", souligne Yosra Frawes, présidente de l'ATFD.

La loi couvre prévention, protection, répression et réparation, et "cela nécessite des infrastructures, des centres d'écoute, des foyers, mais l'Etat n'a pas prévu de budget", souligne-t-elle.

En outre, depuis les élections de 2019, qui ont fait la part belle à des élus explicitement conservateurs, "la question des femmes a disparu du débat public", déplore-t-elle.

Exit le débat sur l'égalité en matière d'héritage, alors qu'une loi était envisagée en 2018 pour que les femmes ne reçoivent plus, comme dans la plupart des pays musulmans, que la moitié de la part d'un héritier masculin.

Pour Mme Frawes, "on doit mener deux batailles parallèles: celle des lois et celle des mentalités" en formant juges, avocats, policiers, ou médecins pour qu'ils "s'approprient l'égalité".


Le pape quitte l'Irak après une visite historique sans incident

Le pape François a été accueilli par un cortège officiel à l'aéroport de Bagdad (Capture d'écran, AFP).
Short Url
  • Depuis vendredi, le pape argentin a sillonné le pays en allant à Bagdad, Mossoul et Qaraqosh dans le nord supplicié par les jihadistes
  • «L'Irak restera toujours avec moi, dans mon cœur», a lancé dimanche soir le pape de 84 ans, à l'issue d'une messe devant des milliers de fidèles en liesse dans un stade d'Erbil

BAGDAD: Le pape François est parti lundi matin d'Irak, mettant fin à la première visite d'un souverain pontife de l'histoire sans aucun incident dans un pays régulièrement secoué par des violences.

Depuis vendredi, le pape argentin a sillonné le pays en allant à Bagdad, Mossoul et Qaraqosh dans le nord supplicié par les jihadistes.

Il a porté la cause de l'une des plus anciennes communautés chrétiennes mais aussi l'une des plus dispersées dans le monde jusque devant le grand ayatollah Ali Sistani, référence religieuse de la plupart des musulmans chiites.

Le pape François accompagné du président irakien (Capture d'écran, AFP).

« L'Irak restera toujours avec moi, dans mon cœur », a lancé dimanche soir le pape de 84 ans, à l'issue d'une messe devant des milliers de fidèles en liesse dans un stade d'Erbil, au Kurdistan irakien.

Le pape François tenait à rencontrer les chrétiens d'Irak --1% de la population contre 6% il y a 20 ans-- et a consacré à ce pays majoritairement musulman son premier déplacement à l'étranger en 15 mois.

En raison de la Covid-19, à l'exception de la messe à Erbil, il n'a à chaque fois pu rencontrer que quelques centaines de personnes et non les foules qu'il salue habituellement à travers le monde.

Il a toutefois parcouru 1 445 km à travers l'Irak --la plupart du temps en avion ou en hélicoptère pour survoler plutôt que traverser des zones où se terrent toujours des cellules jihadistes clandestines.

Les deux hommes se sont entretenus avant le départ du dirigeant religieux (Capture d'écran, AFP).

Il s’est rendu à l’aéroport de Bagdad avant son retour à Rome, accompagné du président irakien après un bref entretien.

Le pape monte dans l'avion le ramenant a Vatican après un dernier regard vers Bagdad (Capture d'écran, AFP).

Le couple présidentiel l’a conduit au pied de son avion à l’issue d’une cérémonie organisée en son honneur.


Les spéculateurs sur les devises dans la ligne de mire de la justice libanaise

Des billets de livres libanaises dans un bureau de change à Beyrouth, au Liban, le 15 juin 2020 (Photo, Reuters)
Short Url
  • Les manifestations ont pris de l’ampleur samedi et dimanche, après que le taux de change du dollar ait atteint 11 000 livres libanaises
  • «L’objectif est de ressusciter le président Michel Aoun, qui, selon les sondages menés par le Hezbollah, se trouve dans un pétrin, et qui n’est même plus toléré par ses partisans»

BEYROUTH: Les autorités libanaises ont pris des mesures afin de sévir contre la pratique illégale de spéculation sur les devises, au milieu des manifestations qui se poursuivent à Beyrouth.

Le procureur général, le juge Ghassan Oueidat, a ordonné aux services de sécurité libanais, dont le renseignement militaire, les forces de sécurité intérieure, la sécurité générale, la sécurité de l'État et les douaniers, de poursuivre les changeurs qui manipulent la monnaie nationale et s’impliquent dans des activités illicites de spéculation sur les devises étrangères.

La décision, loin d’être la première, tente d'atténuer l'indignation générale qui en est à son sixième jour. Les manifestations ont pris de l’ampleur samedi et dimanche, après que le taux de change du dollar a atteint 11 000 livres libanaises.

Les manifestants ont érigé des barrages routiers avec des pierres et des pneus enflammés dans toutes les rues principales de Beyrouth et sur les autoroutes reliant les régions. L'armée libanaise a rouvert les routes bloquées.

Des centaines de personnes à moto ont manifesté dimanche soir, longeant les banlieues à majorité chrétienne; ce qui a nécessité la mobilisation des forces de l’ordre. À Choueifat, un affrontement a opposé des manifestants à un chauffard qui a forcé une route bloquée, blessant sept manifestants. Les forces de sécurité l'ont arrêté par la suite.

Les manifestations, sans leader apparent,  se sont déplacées d'un secteur à l'autre.

Au cours du week-end, les rassemblements ont touché des zones jusque-là calmes, notamment la banlieue sud, et la ville d'Hermel dans le nord de la Bekaa, où les gens ont organisé un sit-in et incendié des pneus pour protester contre les mauvaises conditions de vie. Le couloir vers le sud, route sacro-sainte du Hezbollah, n’a pas été épargné.

À Baalbek, des militants ont ​​organisé une marche en face de la citadelle romaine de la ville.

L'analyste politique Hanna Saleh estime qu’il n’y a «aucune explication à la hausse du taux de change du dollar du samedi soir, ni aux convois de moto, à moins qu’il ne s’agisse d'une tentative de créer une ambiance sectaire pour miner le soulèvement civil contre l'autorité corrompue au pouvoir».

«L’objectif est de ressusciter le président Michel Aoun, qui, selon les sondages menés par le Hezbollah, se trouve dans un pétrin, et qui n’est même plus toléré par ses partisans», dit Saleh, et qui ajoute que «chaque scénario établi en vue de couvrir le Hezbollah remue le couteau dans les plaies du Liban. Le Hezbollah veut diriger le jeu à partir des coulisses. Il a établi une économie parallèle. Comment des réformes peuvent-elles avoir lieu en présence d’une économie parallèle?»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com