Un cinéma «drive-in» à Riyad, signé MUVI

Le cinéma pop-up de Riyad est le premier «drive-in» du royaume depuis la levée de l'interdiction nationale des cinémas en 2018. (Photo fournie)
Le cinéma pop-up de Riyad est le premier «drive-in» du royaume depuis la levée de l'interdiction nationale des cinémas en 2018. (Photo fournie)
Le cinéma pop-up de Riyad est le premier «drive-in» du royaume depuis la levée de l'interdiction nationale des cinémas en 2018. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 22 janvier 2021

Un cinéma «drive-in» à Riyad, signé MUVI

  • Il ajoute que MUVI envisage d'ouvrir d’autres locaux temporaires similaires à travers le Royaume.
  • Le cinéma peut accueillir jusqu'à 150 véhicules, tout en maintenant des mesures de distanciation sociale

RIYADH: La chaîne locale de Cinéma MUVI a ouvert un cinéma pop-up à Riyad, le premier «drive-in» du royaume depuis la levée en 2018 de l'interdiction nationale sur les , selon l’entreprise.

Le cinéma peut accueillir jusqu'à 150 véhicules, tout en maintenant des mesures de distanciation sociale, ont affirmé les organisateurs. Les téléspectateurs seront tenus de porter des masques et de faire contrôler leur température, conformément aux mesures recommandées pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Nourriture et boissons peuvent être consommées dans les voitures des visiteurs. «Les Cinémas MUVI adoptent des mesures de précaution strictes afin d’assurer un environnement sûr pour nos employés et nos clients», a déclaré le directeur de marketing de MUVI, Mahmoud Mirza, à Arab News. Il précise qu'aucune décision n'avait encore été prise au sujet de la durée d'ouverture du pop-up.

Selon Mirza, la réaction initiale du public indique que le concept de «drive-in» sera aussi populaire dans le Royaume qu'il l'a récemment été dans d'autres régions du Moyen-Orient, dont Dubaï et Beyrouth. Cela permettra aux clients de regarder des films sur le grand écran, tout en restant protégés contre la pandémie de la Covid-19.

Arwa Al-Numair, résidente de Riyad, a déclaré à Arab News qu'elle avait hâte d'essayer le drive-in, après avoir vu les photos sur les réseaux sociaux.

«Ça a l'air tellement cool. Tout comme dans les films et à la télévision. C'est tout à fait évocateur et un excellent moyen de voir des films en toute sécurité pendant la pandémie», a-t-elle avoué. «Je suis très prudente, donc j'étais inquiète à l'idée d’aller dans une salle de cinéma. Mais le fait de voir un film sans même avoir à quitter ma voiture me rend plus à l'aise pour y emmener ma famille».

Ismaeel Al-Assem, un autre résident de Riyad, évoque ses souvenirs dans les cinémas «drive-in» de la province orientale au début des années 70, avant l'interdiction qui a touché tout le pays.

«Je me souviens être allé au «drive-in» le week-end avec mes amis, avoir acheté des frites et des hamburgers dans l'un des stands. Le son passait via un câble en forme de tuyau que l’on rentrait dans la voiture. À l'époque, c'était le summum du cool», dit-il. «C’est palpitant de les voir revenir. J'aimerais vraiment aller voir ce qui a changé, ce qui a été amélioré et ce qui va me donner la même sensation».

Mirza souligne que c'est la période idéale pour y aller. «Les cinémas «drive-in» exigent de nombreuses conditions pour réussir. Un facteur important est la météo, et avec le temps qu’il fait à Riyad en ce moment, l’expérience devient exceptionnelle», a-t-il expliqué. 

Il ajoute que MUVI envisage d'ouvrir d’autres locaux temporaires similaires à travers le Royaume.

«Les cinémas MUVI n’en sont pas à leur premier pop-up cinéma», a-t-il poursuivi. «Nous continuerons d'offrir de telles expériences afin d’élargir notre portée et créer des moments de bonheur pour notre public, que ce soit à l'intérieur de nos salles de cinéma ou à l'extérieur».

Mirza a révélé que MUVI compte ouvrir 15 nouvelles salles de cinéma en Arabie saoudite cette année, ajoutant plus de 150 écrans à sa liste.

«De nouvelles salles de cinéma s’ajouteront dans des villes où nous sommes déjà présents, et d’autres seront introduites dans des endroits comme Taif, Buraidah et Onaizah», a-t-il soutenu.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Foot: le Français Wilfried Nancy succède à Thierry Henry à Montréal

Le Français Wilfried Nancy, ex-bras droit de Thierry Henry. (AFP)
Short Url
  • Entraîneur-adjoint à Montréal depuis 2016, Nancy, 43 ans, assumait l'intérim depuis le départ d'Henry, champion du monde 1998, fin février pour «raisons familiales» et après seulement une saison complète aux commandes du club québécois
  • «Après le départ de Thierry, nous avons décidé de lui faire confiance et de lui donner l'opportunité de poursuivre le travail entamé la saison dernière en conservant la même vision»

MONTREAL : Le Français Wilfried Nancy, ex-bras droit de Thierry Henry, a été confirmé lundi comme entraîneur CF Montréal, a annoncé lundi le club canadien du Championnat nord-américain de football (MLS).

Entraîneur-adjoint à Montréal depuis 2016, Nancy, 43 ans, assumait l'intérim depuis le départ d'Henry, champion du monde 1998, fin février pour «raisons familiales» et après seulement une saison complète aux commandes du club québécois.

«Après le départ de Thierry, nous avons décidé de lui faire confiance et de lui donner l'opportunité de poursuivre le travail entamé la saison dernière en conservant la même vision», a déclaré le directeur sportif du CF Montréal, Olivier Renard.

Nancy, ancien défenseur de 1995 à 2005, notamment avec le Sporting Toulon Var en Ligue 2, dans sa ville d'origine, aura pour adjoints Kwame Ampadu et Laurent Ciman, de même que l'entraîneur des gardiens Rémy Vercoutre et le préparateur physique Jules Gueguen.

En 2020, l'Impact Montréal, rebaptisé CF Montréal, a été sorti en quarts de finale de la Ligue des champions de la Concacaf, la confédération d'Amérique centrale et du nord, et éliminé en barrages des play-offs de MLS à la fin de l'année.

 


Ken Follett reverse des droits d'auteur pour restaurer une cathédrale bretonne

L'auteur britannique Ken Follet à la Foire du livre de Francfort 2017 en Allemagne centrale, le 11 octobre 2017 (Photo, AFP)
Short Url
  • Ken Follet a offert l'intégralité des droits d'auteur de son récit «Notre-Dame» publié après l'incendie du 15 avril 2019
  • Fleuron de l’architecture gothique de Bretagne, la cathédrale Saint-Samson, classée au titre des monuments historiques depuis 1840, est très dégradée

PARIS: L'écrivain gallois Ken Follet a offert l'intégralité des droits d'auteur de son récit « Notre-Dame » publié après l'incendie du 15 avril 2019, pour restaurer la cathédrale de Dol-de-Bretagne, a annoncé lundi la Fondation du patrimoine (FdP). 

« Ken Follett reverse l’intégralité de ses droits d’auteur à la FdP. Ensemble, ils choisissent d’affecter ce don aux travaux de restauration et de sécurisation d’une autre cathédrale, celle de Dol-de-Bretagne, soutenue par la Fondation. Elle reversera prochainement une somme d’un montant de 148 000 € à la commune », a précisé un communiqué. 

L’ouvrage s’était vendu à travers le monde à plus de 113 000 exemplaires. 

Ken Follett est connu notamment pour « Les Piliers de la terre » (1989), où il avait décrit précisément l’incendie de la cathédrale de Kingsbridge. Il avait raconté comment des milliers d’hommes et de femmes l'avaient rebâti à mains nues.    

Fleuron de l’architecture gothique de Bretagne, la cathédrale Saint-Samson, classée au titre des monuments historiques depuis 1840, est très dégradée. Des travaux, pour un montant de 2,4 millions d'euros, ont été engagés en 2019 et devraient s'achever en 2024. 

La charpente et la couverture ne sont plus étanches, les balustrades en granit sont abimées, certains parements doivent être remplacés ou consolidés, quatre verrières du XIIIe siècle, les plus anciens vitraux répertoriés en Bretagne, ne sont plus protégés.  

Petite ville riche de son patrimoine religieux, militaire (remparts) et civil (maisons à pans de bois), Dol, non loin de Cancale, a engagé une procédure de classement en site patrimonial remarquable. 


Coco, nouvelle dessinatrice attitrée de Libé, une première en France

La dessinatrice de Charlie Hebdo Corinne Rey alias Coco pose pour des photos à Paris, le 26 novembre 2015 (Photo, AFP/Fichier)
Short Url
  • La dessinatrice Coco va devenir la caricaturiste attitrée du journal Libération, l'un des principaux quotidiens nationaux
  • «Prendre la suite de Willem et en plus à Libération, c'est un honneur qui ne se refuse pas», commente Coco

PARIS: Une première en France pour une femme: la dessinatrice Coco va devenir la caricaturiste attitrée du journal Libération début avril, remplaçant le Néerlandais Willem qui prendra sa retraite du quotidien, à la veille de son 80e anniversaire. 

Jacques Faizant « au Figaro, #Plantu au Monde, #Wolinski à l'Huma... Pour la première fois LE dessinateur de presse d'un grand quotidien national est UNE dessinatrice », s'est félicité sur Twitter le directeur général de Libération, Denis Olivennes. 

Coco, 38 ans, continuera parallèlement de travailler pour Charlie Hebdo qu'elle a rejoint en 2008, ont annoncé les deux titres. 

Comme un décalque du parcours de Willem, entré à Libé en 1981 et collaborateur historique de l'hebdomadaire satirique, où il continuera d'exercer, selon un porte-parole de Charlie Hebdo. 

« Prendre la suite de Willem et en plus à Libération, c'est un honneur qui ne se refuse pas », commente Coco, citée dans le communiqué.  

« Je ne dis pas "remplacer" car on ne remplace pas un génie du dessin. Alors je vais faire de mon mieux, cher Willem (...) Et surtout: être libre et dessiner. Dans deux titres fameux et d'ailleurs liés », souligne-t-elle. Libération avait accueilli la rédaction de Charlie à deux reprises, en 2011 après l'incendie de ses locaux, et en 2015 après les attentats de janvier qui ont décimé la rédaction de l'hebdomadaire. 

« Dessiner encore » 

Coco, de son vrai nom Corinne Rey, fait partie des survivants de la tuerie des frères Kouachi, auxquels elle avait ouvert la porte du journal, sous la menace d'une kalachnikov, comme elle l'avait raconté dans un témoignage bouleversant lors du procès de ces attaques l'an dernier. 

Dans « Dessiner encore » (Les Arènes), un récit graphique à paraître jeudi, elle dépeint le traumatisme et le sentiment de culpabilité qui ont suivi, son travail avec un psy... « Aujourd'hui, je peux dire qu'il n'y pas d'autres responsables que les terroristes, c'est évident, mais toujours en soi on regrette quelque chose, on y repense toujours avec quelque chose qui vous bouleverse le coeur », a déclaré lundi l'autrice sur France Inter.  

Le dessin et Coco, c'est une vieille histoire. « Le dessin a toujours été un moyen d'être dans ma bulle », explique-t-elle en 2016 dans un entretien pour Mediapart. Dès le lycée, son coup de crayon, des caricatures de profs, fait « marrer ». 

En 2008, à peine diplômée des Beaux-Arts de Poitiers, elle se tourne vers le dessin de presse. Elle réalise un stage à Charlie Hebdo, son école, où elle se perfectionne, au contact des grands noms du milieu: Cabu, Tignous, Honoré, Wolinski.  

En parallèle, elle crée son site internet pour diffuser ses dessins et multiplie les collaborations, parmi lesquelles L'Humanité, Les Inrockuptibles, Psikopat.  

Cette dessinatrice engagée, également passée chez Arte, va relever un nouveau défi en succédant à Willem, dont Libération salue le « génie graphique » et l'« humour provocateur », mis « au service du projet libertaire du quotidien ». 

Numéro spécial le 31 

Né Bernhard Willem Holtrop, le 2 avril 1941 à Ermelo aux Pays-Bas, Willem s'est installée en France en 1968.  

Dans son oeuvre corrosive, couronnée du Grand Prix d'Angoulême en 2013, il fustige notamment les dérives identitaires et l'injustice sociale. 

« Pour beaucoup d'entre nous, Willem est un maître à penser, un éditorialiste qui a par hasard également un génie pour la caricature », a salué le directeur de la rédaction de Libé, Dov Alfon, annonçant « un numéro spécial le jour de son départ le 31 mars ».   

« C'est avec une grande joie et un frisson de fierté que j'accueille Coco dans ce rôle », a-t-il ajouté, se disant « persuadé qu'elle saura(it) le réinventer et le redessiner. Son premier numéro à Libé est celui du 1er avril, même si avec l'avenir politique et social qui se dessine, ce ne sera pas tous les jours de la farce ».  

C'est aussi ce printemps que Plantu, dessinateur historique du Monde, posera son crayon après quelque 50 ans de collaboration avec le quotidien. Il laissera sa place aux plumes internationales de « Cartooning for Peace », l'association qu'il a créée avec l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, il y a 15 ans.