La crise du coronavirus tuera-t-elle les grandes villes ?

Un strict confinement - le premier - venait d'être décrété en France et de nombreux citadins avaient fui à la campagne pour passer plus à l'aise cet enfermement à domicile (Photo, AFP)
Un strict confinement - le premier - venait d'être décrété en France et de nombreux citadins avaient fui à la campagne pour passer plus à l'aise cet enfermement à domicile (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 23 janvier 2021

La crise du coronavirus tuera-t-elle les grandes villes ?

  • Les grandes villes ont d'abord été présentées comme un terreau idéal à l'essor du coronavirus, à commencer par la métropole chinoise de Wuhan où il est apparu
  • «A travers l'Histoire, les gens ont toujours prédit la destruction des villes, comme si elles étaient sur le point de s'effondrer parce qu'elles sont trop compliquées, pas assez hygiéniques, gangrenées par le crime...»

PARIS: Dangereuses quand un virus est dans l'air, inutiles si chacun travaille chez soi... La crise sanitaire a plombé l'image des grandes villes au point que certains annoncent leur mort. Mais pour nombre d'historiens et urbanistes, leur magie va perdurer. 

« L'urbanisation généralisée du globe et sa métropolisation planétaire sont le creuset de la crise sanitaire », affirmait en avril l'urbaniste Guillaume Faburel dans une tribune au journal Marianne. 

C'étaient les premiers mois de la crise du coronavirus. Un strict confinement - le premier - venait d'être décrété en France et de nombreux citadins avaient fui à la campagne pour passer plus à l'aise cet enfermement à domicile. 

C'était aussi l'époque des premières analyses sur la crise et M. Faburel, porteur d'une vision radicale en faveur du retour à la campagne contre des métropoles jugées « barbares », regrettait que le rôle des villes ne soit pas assez dénoncé. 

Depuis, il l'a été. Les grandes villes ont d'abord été présentées comme un terreau idéal à l'essor du coronavirus, à commencer par la métropole chinoise de Wuhan où il est apparu. 

« Par leur densité, (les) nouvelles configurations urbaines portent en germe des déflagrations écologiques à haut potentiel de vitalité », assuraient dans Le Monde l'épidémiologiste Didier Sicart et le maire de Neuilly Jean-Christophe Fromantin, peu avant l'été 2020. 

Mais les mois suivants ont nuancé ce type d'analyse. M. Fromantin, qui envisage un « monde débarrassé des métropoles », et M. Sicart, évoquaient ainsi la supposée transmission du virus du pangolin à l'homme, une hypothèse depuis largement écartée.  

Surtout, l'épidémie a fini par se développer à grande vitesse hors des métropoles, comme aux Etats-Unis où, après une première vague violente pour les grandes villes comme New York, des Etats très peu habités comme le Dakota du Nord ont connu un automne difficile. 

Contacts spontanés 

Cette phobie des villes n'a en fait pas attendu la crise actuelle. Elle est aussi vieille que les villes elles-mêmes, comme le souligne l'historien britannique Ben Wilson qui, à rebours de cette tendance, vient de publier un livre vantant les cités comme la »plus belle invention » de l'humanité. 

« A travers l'Histoire, les gens ont toujours prédit la destruction des villes, comme si elles étaient sur le point de s'effondrer parce qu'elles sont trop compliquées, pas assez hygiéniques, gangrenées par le crime... », souligne-t-il, faisant remonter ces craintes jusqu'à la Bible. 

« La Bible a largement été écrite par des prisonniers hébreux que l'on avait emmenés à Babylone, cette ville tentaculaire, et qui la voyaient comme une punition divine et vouée à la destruction », note-t-il. 

Bien plus récemment, au XIXe siècle, l'essor du Londres pauvre et pollué de la Révolution industrielle, immortalisé par les romans de Charles Dickens, a poussé nombre d'intellectuels de l'époque à imaginer de recouvrir l'Angleterre de »cités-jardins » verdoyantes et au nombre limité d'habitants. 

La crise actuelle n'est cependant pas sans une nouveauté de taille: l'essor des nouvelles technologies a permis de largement généraliser le travail à domicile pendant les époques de confinement. 

Faut-il pour autant imaginer, comme M. Fromantin, qu'en donnant à chacun la possibilité de (télé)travailler où il le souhaite, on fera perdre le lustre des immenses cités au profit des villes moyennes? 

Dans une telle vision, les villes n'ont de l'intérêt que parce qu'elles concentrent beaucoup de gens dans les mêmes bureaux. 

Mais pour l'urbaniste Alain Bertaud, c'est mal comprendre le véritable attrait des métropoles: elles multiplient par essence les rencontres spontanées. 

« C'est très important dans le marché de l'emploi, cette éducation permanente qui vient de contacts imprévus », note-t-il. « Et la ville y est plus propice. » 

« Cette stimulation peut arriver sans qu'il y ait une très haute densité », nuance M. Bertaud. « Silicon Valley, c'est une banlieue pas très dense, comme la petite couronne parisienne. Mais il faut quand même que les gens se rencontrent face à face. » 

L'urbaniste ne s'inquiète pas pour autant de l'essor des discours anti-villes, même aussi tranchés que chez M. Faburel, car il n'en attend guère d'influence majeure. 

« En Asie, personne ne dit que les villes sont inutiles. Ils se rendent compte que l'urbanisation a créé des richesses extraordinaires », tranche M. Bertaud. « Ils se souviennent de ce qu'étaient l'Inde ou la Chine il y a cinquante ans. » 


Robots: et si l'usine s'adaptait toute seule à la demande ?

Des robots à l’œuvre dans une usine d’assemblage de voitures, le 22 octobre à Munich (Photo, AFP).
Des robots à l’œuvre dans une usine d’assemblage de voitures, le 22 octobre à Munich (Photo, AFP).
Short Url
  • L'usine 5.0, pariant sur un mélange de robotique et d'intelligence artificielle, fait figure de Graal de la réindustrialisation européenne post-Covid
  • Le plan France 2030 consacre un budget pour aider à la production de robots et à la structuration de projets locaux autour de sites industriels.

PARIS: Et si demain une usine était capable d'arrêter seule sa production et de la réorienter en fonction des demandes du marché? L'usine 5.0, pariant sur un mélange de robotique et d'intelligence artificielle, fait figure de Graal de la réindustrialisation européenne post-Covid. 

Emmanuel Macron se rend lundi dans l'entreprise Sileane à Saint-Etienne, spécialisée en robotique, vision et intelligence artificielle, pour promouvoir les initiatives du récent plan d'investissements France 2030 dans ce domaine, indique-t-on au cabinet de la ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher.

En avril 2019, les députés Bruno Bonnell et de Catherine Simon s'inquiétaient dans un rapport ("Robotique et systèmes intelligents") d'un retard français dans la robotisation des processus industriels, source de perte de compétitivité dans des secteurs-clés.

L'enjeu est énorme. Car à elle-seule, la Chine, usine du monde, représente un tiers de la demande mondiale en terme de robots industriels, selon la banque d'affaires Bryan Garnier spécialisée dans les technologies.

La France, qui souhaite relocaliser une partie de son industrie, est en 7e position mondiale pour le nombre de robots, derrière la Chine, le Japon, les Etats-Unis, la Corée du Sud, l'Allemagne et l'Italie, selon la Fédération Internationale de la robotique (IFR) basée à Francfort en Allemagne.

Et avec des machines âgées en moyenne de 17 ans dans les PME industrielles françaises, Bercy se désole de voir qu'une partie des 8.000 projets de modernisation qui ont pu voir le jour grâce au guichet "industrie du futur" du plan de relance en 2020, n'aient pas bénéficié à des constructeurs français.

«Robotique adaptative»

Raison pour laquelle le plan France 2030 consacre un budget pour aider à la production de robots et à la structuration de projets locaux autour de sites industriels.

L'usine Sileane prise en modèle par Emmanuel Macron lundi pratique la "robotique adaptative", c'est-à-dire l'intelligence artificielle. 

Agée d'une vingtaine d'années et employant une centaine de personnes, elle produit notamment des robots qui conditionnent des poches de perfusion pour le domaine médical, ou qui gèrent les déchets dans le domaine nucléaire. Ils sont conçus pour gérer des situations imprévisibles, capables, si les choses ne se passent pas comme prévu, de s'ajuster et d'évoluer.

"Nous avons besoin d'usines plus flexibles, capables de se reconfigurer pour faire face à des brutales variations de la demande", explique Thierry Weil, conseiller au groupe de réflexion "La fabrique de l'industrie" et animateur de la chaire "Futurs de l'industrie et du travail" à Mines Paris, PSL.

En clair, des "usines intelligentes" avec des chaînes d'assemblage qui "croisent intelligence artificielle, robotique et objets connectés", ajoute Stéphane Pezeril, directeur Innovation et recherche d'Ausy, cabinet de conseil du groupe Randstad, dans le livre blanc de l'industrie pour 2030 publié par Randstad.

"On a vu pendant la crise du Covid des constructeurs ou des équipementiers automobiles fabriquer des respirateurs. Il savent assembler des pièces de métal et de plastique, de l'électronique et des ventilateurs, mais ils faut pouvoir reconfigurer rapidement des machines polyvalentes comme les robots et réarranger les lignes de production" dit-il.

Reste la lourde et délicate question de l'emploi. Est-ce que cette automatisation industrielle risque de "détruire" demain tous les emplois industriels humains? Un rapport du Sénat "demain les robots" s'en inquiétait en décembre 2019.  

La réponse n'est pas facile. Dans un premier temps, l'aide à la modernisation industrielle va au moins permettre une augmentation de 30% des formations en alternance, dont une partie dans la robotique.

L'entreprise Technics Développement Robotique, située à Lallaing dans les Hauts-de-France (20 salariés) et spécialisée dans la robotisation des PME, a notamment bénéficié d'une aide exceptionnelle pour recruter quatre personnes dont trois apprentis en alternance issus de formations professionnelles en robotique ou en ingénierie d'automatisation et d'informatique grâce au dispositif "un jeune, une solution".


Face au défi de l'inflation, la BCE reste zen

Christine Lagarde, présidente de la BCE (Photo, AFP).
Christine Lagarde, présidente de la BCE (Photo, AFP).
Short Url
  • La présidente de l'institution, Christine Lagarde, martèle qu'il faut éviter de «surréagir» à la poussée des prix en zone euro, surtout au moment où la reprise post-Covid reste fragile
  • Les marchés européens jugent probable une hausse des taux directeurs au troisième trimestre de 2022, un véritable tournant après une décennie de baisse continue

FRANCFORT: Les yeux rivés sur l'envolée de la courbe d'inflation, la Banque centrale européenne devrait conserver jeudi son cap expansif, jouant la prudence et l'attentisme quand d'autres grands argentiers annoncent la normalisation progressive de la politique monétaire.

La présidente de l'institution, Christine Lagarde, martèle qu'il faut éviter de "surréagir" à la poussée des prix en zone euro, surtout au moment où la reprise post-Covid reste fragile et bridée par la crise mondiale des chaînes logistiques.

Les marchés seront néanmoins à l'affût, jeudi, après la réunion du Conseil des gouverneurs, de tout indice sur la façon dont la banque compte gérer la sortie des énormes programmes de soutien accordés depuis le début de la pandémie.

Les marchés européens jugent probable une hausse des taux directeurs au troisième trimestre de 2022, un véritable tournant après une décennie de baisse continue dans un contexte d'inflation atone.

Mais la BCE s'est jusqu'ici gardée de dévoiler son calendrier malgré l'accélération des hausses de prix.

Le taux d'inflation, tiré par la flambée des coûts de l'énergie, a bondi en septembre à 3,4% sur un an, du jamais vu depuis 13 ans et bien au-dessus de l'objectif symétrique de 2% visé par la BCE sur le moyen terme.

Il devrait atteindre plus de 4% d'ici la fin de l'année, selon les experts.

Equilibrisme

Les banques centrales sont toutefois prises en étau entre retour de l'inflation et menaces sur la croissance.

L'activité a perdu en élan face à la persistance des pénuries de matériaux. En témoigne la baisse en octobre et pour le troisième mois consécutif des indices PMI du secteur privé en zone euro.

Au mieux, le PIB de la zone euro "ne devrait croître que légèrement au quatrième trimestre", prévoit Ralph Solveen, économiste chez Commerzbank. 

Ce cocktail réveille le spectre de la stagflation, combinaison de hausse de prix et de croissance atone, spirale funeste des années 1970.

Cette situation complique le travail des banques centrales : si elles resserrent prématurément leur politique accommodante, elles risquent de paralyser la reprise. Si elles attendent trop longtemps, elles auront plus de mal à dompter l'inflation.

Dans cet exercice d'équilibriste, la BCE semble moins pressée d'agir que ses homologues des pays développés.

Fin septembre, la banque centrale de Norvège a été la première du G10 à relever ses taux, suivie début octobre par la Banque de Réserve de Nouvelle-Zélande.

La Fed américaine prépare depuis plusieurs mois le terrain pour une annonce de réduction de ses achats d'actifs début novembre. Mais elle n'agira pas tout de suite sur ses taux bas.

Le calendrier s'accélère aussi à la Banque d'Angleterre, son gouverneur Andrew Bailey affirmant que l'institution pourrait "devoir agir" pour maîtriser l'inflation. Les investisseurs tablent sur un resserrement monétaire de la BoE avant la fin de l'année.

Avenir des achats de dettes

"Par contraste, la BCE semble plutôt zen", note Bruno Cavalier, économiste chez Oddo.

Avant de planifier une hausse des taux, la BCE voudra voir sa prévision d'inflation se situer pour 2022 et 2023 dans les clous de son objectif de 2%, ce qui n'est pas le scénario du moment. 

Ses responsables ne cessent d'insister sur le caractère transitoire de l'inflation, tout en reconnaissant qu'elle pourrait se prolonger si elle s'accompagnait d'une hausse des salaires. Un risque de spirale à laquelle la banque reste attentive.

Accompagner la sortie de la crise sanitaire implique aussi, pour l'institution de Francfort, de débattre de la fin de son programme d'achats massifs de dettes (PEPP) mis en place lors de la pandémie.

L'enveloppe de 1.850 milliards d'euros, qui a permis de financer le "Quoi qu'il en coûte" des Etats durant l'épidémie de Covid, doit expirer fin mars 2022.

Or, tout reste à discuter sur l'après "PEEP", avec le souci d'amortir un potentiel choc sur des marchés désormais habitués à des injections massives de liquidités.

Pour assurer une transition en douceur, la BCE a plusieurs options, allant de la mise en place d'un nouveau programme de rachats de dette au réaménagement de son dispositif d'assouplissement quantitatif (QE), grâce auquel elle rachète depuis 2015 des titres sur les marchés.

Cette discussion délicate est attendue pour la réunion du 16 décembre. 


Les négociations entre le Liban et le FMI pourraient commencer en novembre

Le ministre libanais de l’Économie, Amin Salam, lors d’une entrevue avec Reuters – Beyrouth, Liban, le 22 octobre 2021. (Reuters)
Le ministre libanais de l’Économie, Amin Salam, lors d’une entrevue avec Reuters – Beyrouth, Liban, le 22 octobre 2021. (Reuters)
Short Url
  • Le ministre de l’Économie ne s’attend pas à ce que les fonds soient accordés avant les élections, en mars
  • Bou Habib a évoqué le conflit des frontières maritimes entre le Liban et Israël

BEYROUTH: Le ministre libanais des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, a déclaré dimanche que les négociations avec le Fonds Monétaire International (FMI) pourraient commencer probablement en novembre, d’après la chaîne de télévision Al-Jadeed.

Quant au ministre de l’Économie, Amin Salam, il a dit vendredi, lors d’une entrevue avec Reuters, que le nouveau gouvernement s'oriente vers des négociations approfondies en vue d’obtenir un accord avec le FMI avant la fin de cette année ou au début de l’année prochaine. Cependant, il ne s’attend pas à ce que les fonds soient accordés avant les élections qui auront lieu en mars.

Bou Habib a également évoqué le conflit des frontières maritimes entre le Liban et Israël et a révélé à Al-Jadeed qu’il croyait «qu’un accord pourrait être conclu.»

Le différend entre le Liban et Israël porte sur la délimitation de leurs eaux territoriales. Des négociations entre les deux ennemis permettraient au Liban d’avoir accès à de précieuses réserves de gaz, au cœur de la pire crise économique qu’il ait jamais connue.

Les deux pays tiennent des pourparlers médiés par les États-Unis à un rythme irrégulier depuis octobre pour tenter de résoudre le problème.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com