Le caftan gagne ses lettres de noblesse à l'Oriental Fashion Show

Créé à Paris en 2004 via l’association Route de la Soie et d’Al-Andalus, l’Oriental Fashion Show est un événement leader de la mode orientale dans la capitale mondiale de la mode. (Photo fournie).
Créé à Paris en 2004 via l’association Route de la Soie et d’Al-Andalus, l’Oriental Fashion Show est un événement leader de la mode orientale dans la capitale mondiale de la mode. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Vendredi 29 janvier 2021

Le caftan gagne ses lettres de noblesse à l'Oriental Fashion Show

  • «Depuis la crise sanitaire, l’Oriental Fashion Show cherche à se renouveler et propose une nouvelle stratégie afin de continuer à promouvoir la mode orientale, à Paris et dans le monde»
  • La Fashion Week s’adapte à la pandémie et s’organise en fonction des contraintes sanitaires

PARIS: À l’instar de la Fashion Week de Londres, de Paris et de Milan, l’Oriental Fashion Show, qui s’est déroulé du 24 au 28 janvier 2021, a mis l’Orient à l’honneur avec la deuxième édition de la Fashion Week digitale orientale.

La Fashion Week s’adapte à la pandémie et s’organise en fonction des contraintes sanitaires. Pour maintenir les défilés de la haute couture et présenter les nouvelles collections, l’industrie de la mode doit se réinventer. L’heure est donc à l’innovation, dont l’univers digital est le meilleur vecteur. «L’événement, qui a pour habitude de sillonner le monde d’escale en escale afin de retracer l’histoire métissée de la mode orientale et de faire valoir un patrimoine souvent méconnu, explorera cette fois-ci le champ du virtuel afin de mieux appréhender l’avenir», explique à Arab News en français Hind Joudar, organisatrice de l’Oriental Fashion Show et présidente de l’association Route de la Soie et d’Al-Andalus.

oriental fashion show
Lors de cette 36e édition qui s’est déroulée en même temps que la Fashion Week parisienne, l’événement réaffirme son engagement en faveur de la sauvegarde du costume traditionnel marocain. (Photo fournie).

«Depuis la crise sanitaire, l’Oriental Fashion Show cherche à se renouveler et propose une nouvelle stratégie afin de continuer à promouvoir la mode arabe, à Paris et dans le monde. La digitalisation a toujours été un formidable outil de communication depuis la création de l’événement, mais la Covid-19 a accéléré les choses a nous a obligés à nous réinventer», indique Hind Joudar, qui souligne que la première édition de l’Oriental Fashion show a eu lieu au mois de juillet 2020, et qu’elle «a connu un accueil inattendu».

«Nous avons compris que cette nouvelle manière de travailler peut contribuer à faire évoluer le projet dans le bon sens, et nous avons réitéré l’expérience à l’occasion de cette édition de janvier 2021 durant la Semaine de la haute couture parisienne», nous confie l’organisatrice.

Lettres de noblesse

Créé à Paris en 2004 via l’association Route de la Soie et d’Al-Andalus, l’Oriental Fashion Show est un événement leader de la mode orientale dans la capitale mondiale de la mode. Il s’agit en effet d’«un défilé de mode novateur et prestigieux, qui a pour objectif de valoriser un art de vivre, un savoir-être qui s’inscrit dans un patrimoine universel», nous explique Hind Joudar.

Cette dernière ajoute que ce rendez-vous «permet de découvrir les différents aspects de la culture arabe à Paris en invitant des designers à pratiquer leur art». Car, ajoute-t-elle, «le patrimoine et la culture arabe sont riches et pluriels, ils ont dominé le monde pendant des siècles et continuent à influencer l’art dans sa globalité».

oriental fashion show
Brok’Art, la marque tangéroise créée par Nazha Cherkaoui, s’inspire quant à elle de l’esprit international de cette ville afin de créer des caftans modernes. (Photo fournie).

L’Oriental Fashion Show a également gagné ses lettres de noblesse en sillonnant, dans les villes du monde entier, les hauts lieux de la mode, qui possèdent un fort potentiel médiatique: Paris, Londres, Doha, Koweït, Marrakech, Moscou, Almaty (Kazakhstan), Samarcande (Ouzbékistan) et Istanbul. «Ce tour du monde a permis de faire découvrir ou redécouvrir une culture orientale commune à plusieurs pays qui partagent le même credo: valoriser la culture orientale à travers l’art et la mode», se réjouit Hind Joudar.

«Depuis les premières éditions de l’Oriental Fashion Show, nous avons constaté un engouement pour cette mode venue d’ailleurs et qui ne cesse d’attirer une clientèle de plus en plus nombreuse. Cette dernière apprécie tout particulièrement cet art qui se veut universel et ouvert sur le monde», ajoute-t-elle.

Sauvegarder le costume traditionnel

Lors de cette 36e édition qui s’est déroulée en même temps que la Fashion Week parisienne, l’événement réaffirme son engagement en faveur de la sauvegarde du costume traditionnel marocain. «Les collections de caftans présentés pour cette édition sont un hymne à la féminité et à la beauté de la femme arabe. Des formes ajustées, des matières soyeuses ornées de pierreries et de broderies font écho à l’architecture mauresque et se confondent dans le sublime écrin qu’est la ville de Fès», commente Hind Joudar.

Interrogée sur l’organisation de cette édition spéciale dans ce contexte sanitaire particulier, Hind Joudar nous explique que les tournages destinés à la présentation des collections printemps/été se sont déroulés au Maroc. «Les tournages ont eu lieu dans la majestueuse ville de Fez, où l’art de la mode orientale se mélange aux splendeurs de l’architecture mauresque et moderne.» Mme Joudar précise que le choix de Fez est stratégique «pour plusieurs raisons: la richesse de son patrimoine culturel, tous ses artisans qui travaillent dans le domaine de la mode et son authenticité». Elle ajoute: «L’art arabe est présent dans chaque recoin de la Médina. Une inspiration unique, pour nous qui avons besoin de puiser dans cette source qui ne tarit pas.»

Le caftan haut de gamme à l’honneur à Paris

Fatima-Zahra el-Filali Idrissi, Nazha Cherkaoui, Zineb Bensaid et Houda Benmlih sont les quatre designers de haute couture marocaine qui ont participé au défilé de la Fashion Week parisienne en présentant leurs nouvelles collections printemps/été 2021 de caftans.

oriental fashion show
Pour Zineb Bensaid, le caftan représente  "toute la splendeur de la culture de Fez" dont elle s’inspire pour créer. (Photo Fournie).

«Le caftan est plus qu’un simple habit, il sublime la femme et lui donne des allures de princesse. Il a sans cesse évolué entre l’innovation – dans la création des étoffes – et l’authenticité de l’artisanat marocain», nous confie Fatima-Zahra el-Filali Idrissi, une créatrice qui a une longue expérience de la vente de tissus haut de gamme et dans la création design en textile, et qui considère que «la mode est d’abord une affaire de matière».

De son côté, Zineb Bensaid, styliste modéliste, amoureuse des voyages et passionnée par la mode et l’élégance, explique que «le vêtement est révélateur de l’identité et de la personnalité». Elle nous confie que le caftan représente pour elle «toute la splendeur de la culture de Fez dont elle s’inspire pour créer».

Brok’Art, la marque tangéroise créée par Nazha Cherkaoui, s’inspire quant à elle de l’esprit international de cette ville afin de créer des caftans modernes. «Ces tenues sont destinées aux femmes actives, modernes, et elles gardent en même temps l’authenticité du travail des artisans marocains», nous confie la jeune designer. Quant à Houda Benmlih, fille d’un tisserand arabe et créatrice spécialisée dans le domaine des tissus et du caftan, elle a perpétué la tradition familiale en fondant son propre atelier de couture. Aujourd’hui, elle tient tout particulièrement à préserver l’esprit et l’authenticité du savoir-faire dans la création des caftans.

Rappelons que cet événement bénéficie du soutien de nombreux partenaires, dont l’hôtel Vichy Thermalia Moulay Yacoub, le Riyad Fes Nass Zmane, dans la médina de Fès, l’hôtel Sahrai de Fès, et le château Roslane, dans la région de Meknès.

Spécial
Mohanad Kojak, ovni de la mode
Par Rami Abou Diab -
Exclusif
Eric Mathieu Ritter, une mode pour réenchanter la dystopie
Par Arab News en Français -

France Télévisions: les nouveautés de la rentrée

(Twitter : @France3tv)
(Twitter : @France3tv)
Short Url
  • Le retour de Frédéric Lopez, Michel Drucker sur France 3, la rétrogradation des «Chiffres et des lettres»
  • Léa Salamé reste seule aux commandes du talk-show du samedi en deuxième partie de soirée sur France 2, qu'elle présentait auparavant avec Laurent Ruquier

PARIS: Le retour de Frédéric Lopez, Michel Drucker sur France 3, la rétrogradation des « Chiffres et des lettres »: tour d'horizon des nouveautés de la rentrée prochaine annoncées mercredi par France Télévisions: 

Frédéric Lopez revient 

Quatre ans après sa mise en retrait, Frédéric Lopez fait son retour à la télé. L'ancien animateur de « Rendez-vous en terre inconnue » présentera tous les dimanches après-midi sur France 2 une émission intitulée « Un dimanche à la campagne ». Il prend l'horaire jusque-là occupé par Michel Drucker et « Vivement dimanche ». 

« Notre souhait, c'était d'être un peu en rupture, de ne pas être sur un plateau », comme c'était le cas avec l'émission de Michel Drucker, a indiqué le directeur des antennes et des programmes de France Télévisions, Stéphane Sitbon-Gomez. 

Le monument Drucker déplacé 

Michel Drucker, lui, passe de France 2 à France 3, toujours le dimanche, à partir de 13h30. « Ça va être un +Vivement dimanche+ revisité », a-t-il dit. « Vu qu'il est rentré (à la télévision) au moment des JO de 1964, je lui ai demandé de rester avec nous jusqu'aux JO » de Paris-2024, a indiqué M. Sitbon-Gomez. 

Jarry arrive 

L'humoriste Jarry présentera tous les dimanches en fin d'après-midi « Rendez-vous chez Jarry » (titre provisoire), où il « testera les astuces qui ont passionné les réseaux sociaux », selon France Télévisions. 

« Renouveler le divertissement, c'est notre enjeu prioritaire, ça n'est pas là ou France Télévisions a été le plus innovant au cours des 10-15 dernières années », a reconnu M. Sitbon-Gomez.  

Procès filmés 

Grande nouveauté désormais permise par la loi, France 3 diffusera des procès filmés, pour mieux faire comprendre le fonctionnement de la justice. Il ne s'agira pas de procès en direct: les tournages ont déjà commencé et il faut que les procès soient clos (c'est-à-dire sans possibilité d'appel) au moment de la diffusion. 

« On attend d'en avoir suffisamment en stock pour lancer une série », a déclaré la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte. 

Salamé et Ruquier le samedi, mais séparés 

Léa Salamé reste seule aux commandes du talk-show du samedi en deuxième partie de soirée sur France 2, qu'elle présentait auparavant avec Laurent Ruquier. Jusque-là intitulé « On est en direct », il s'appellera désormais « On ne peut plus rien dire ». 

Laurent Ruquier, lui, animera le samedi en première partie de soirée une émission provisoirement intitulée « Tout nous fait chanter ». Lui et ses invités revisiteront l'actualité sous forme de chansons humoristiques. L'animateur pilotera par ailleurs une autre émission, fondée sur des images d'archives, « Aujourd'hui comme hier ». 

« Des chiffres et des lettres » rétrogradé 

C'est la fin d'une ère: après 50 ans d'antenne, le jeu culte « Des chiffres et des lettres » ne sera plus diffusé quotidiennement sur France 3 mais le week-end. La plus vieille émission du PAF, après « Le jour du Seigneur », a été lancée en 1972 et est présentée depuis 30 ans par Laurent Romejko. 

Féraud maître des jeux 

Habitué de l'animation des jeux, Cyril Féraud en récupère deux nouveaux: « 100% logique » en première partie de soirée sur France 2 et « Duels en familles, le match des régions » sur France 3 (à la place des « Chiffres et des lettres »). 

Passations sur France 5 

Deux émissions phares de France 5 changent de mains: Augustin Trapenard remplacera François Busnel à la présentation de l'émission littéraire « La grande librairie » le mercredi soir et Thomas Snegaroff succèdera à Karim Rissouli à la tête de l'émission d'actualité « C politique » le dimanche. 

Enfants gâtés 

Ces dernières années, il n'existait plus d'émissions pour enfants incarnées par des animateurs sur le service public. Lacune comblée avec « Okoo-koo », portée par quatre animateurs (Manon, Bouba, Julia et Sam) et diffusée le mercredi sur France 4 et sur l'appli Okoo. 

« Le papotin »: journalistes à part 

France 2 proposera « Les rencontres du Papotin » (8X40 minutes): des interviews de personnalités menées par des journalistes atteints de troubles autistiques et membres de la rédaction du journal « Le papotin », créé il y a plus de 30 ans. 

Gilles Lelouche sera le premier à passer sur le grill de ces « journalistes hors normes qui amènent une émotion » singulière et jettent une lumière inédite sur leurs invités, selon Stéphane Sitbon-Gomez. 

« MasterChef » par Agathe Lecaron 

Diffusé sur TF1 puis NT1 entre 2010 et 2015, le concours de cuisiniers amateurs arrivera prochainement sur France 2, présenté par Agathe Lecaron. Dans le jury, les chefs Yves Camdeborde, Thierry Marx et Georgiana Viou. 


Viva San Fermin ! Retour des fêtes de Pampelune après deux ans d'arrêt

La San Fermin, qui se tient chaque année du 6 au 14 juillet, est mondialement connue pour ses lâchers de taureaux ou «encierros». (Photo, AFP)
La San Fermin, qui se tient chaque année du 6 au 14 juillet, est mondialement connue pour ses lâchers de taureaux ou «encierros». (Photo, AFP)
Short Url
  • Des milliers de personnes venues du monde entier, et habillées en blanc avec un foulard rouge comme le veut la tradition, ont alors crié «Viva San Fermin!»
  • «Peu importe la pluie. Voir la place à nouveau remplie, c'est génial», s'est enthousiasmée Saioa Guembe Pena

PAMPELUNE: Après deux ans d'absence en raison de la pandémie, une marée rouge et blanche de fêtards a envahi mercredi Pampelune, trinquant au retour tant attendu de la San Fermin, une des plus célèbres fêtes d'Espagne connue pour ses lâchers de taureaux. 

Le traditionnel « chupinazo », fusée tirée depuis le balcon de l'hôtel de ville au-dessus d'une place noire de monde, a marqué à midi pile (10h00 GMT) le début de neuf jours de festivités dans cette ville du nord du pays. 

Des milliers de personnes venues du monde entier, et habillées en blanc avec un foulard rouge comme le veut la tradition, ont alors crié « Viva San Fermin! », sous une légère bruine. 

« Peu importe la pluie. Voir la place à nouveau remplie, c'est génial », s'est enthousiasmée Saioa Guembe Pena, une fonctionnaire de 54 ans dont le tee-shirt blanc virait déjà au rose à cause du vin. 

La fête, immortalisée en 1926 par Ernest Hemingway dans son roman « Le soleil se lève aussi », ne s'était pas tenue depuis juillet 2019. Elle avait été annulée coup sur coup en 2020 et 2021 à cause de la pandémie de Covid-19, un fait inédit depuis la Guerre civile espagnole (1936-1939). 

La San Fermin, qui se tient chaque année du 6 au 14 juillet, est mondialement connue pour ses lâchers de taureaux ou « encierros ». 

Chaque matin à 08H00, des centaines de personnes tentent de s'approcher le plus près possible de six taureaux de combat lors d'une course de 850 mètres dans les ruelles pavées de la ville qui s'achève dans les arènes, qui fêtent cette année leur centenaire. 

Ces taureaux sont ensuite mis à mort l'après-midi par les grands noms de la tauromachie lors de corridas. 

Le premier lâcher, qui est souvent celui qui rassemble le plus de participants, aura lieu jeudi matin. 

Les « encierros » font chaque année des dizaines de blessés et parfois des morts. Le dernier décès remonte à 2009 lorsqu'un taureau avait encorné un jeune Espagnol de 27 ans. 


Pakistan : un chevreau aux très longues oreilles enflamme les réseaux sociaux

Les oreilles de Simba sont si allongées que l'éleveur Mohammad Hasan Narejo a dû les replier sur son dos pour éviter que le petit animal ne marche dessus. (Photo, AFP)
Les oreilles de Simba sont si allongées que l'éleveur Mohammad Hasan Narejo a dû les replier sur son dos pour éviter que le petit animal ne marche dessus. (Photo, AFP)
Short Url
  • Simba vit maintenant une existence choyée à Karachi, où il est né le mois dernier
  • «Après 30 jours, il est devenu si populaire que même une personnalité célèbre aurait besoin de 25 à 30 ans pour atteindre la même notoriété», a raconté l'éleveur Mohammad Hasan Narejo

KARACHI: Un chevreau aux oreilles extraordinairement longues est devenu une star des réseaux sociaux au Pakistan, son propriétaire assurant qu'il a battu un record qui pourrait bien ne pas exister. 

Simba vit maintenant une existence choyée à Karachi, où il est né le mois dernier. Déjà particulièrement longues à sa naissance, ses oreilles ont encore grandi depuis, jusqu'à atteindre 54 cm. 

L'éleveur Mohammad Hasan Narejo dit avoir contacté le livre Guinness des records pour voir si son chevreau pouvait y faire son entrée. Quand bien même aucune catégorie pour « plus longue oreille de chèvre » n'apparaît actuellement sur le site internet de l'organisation. 

« A peine 10 à 12 jours après sa naissance, il apparaissait déjà dans les médias nationaux et internationaux et gagnait un concours de beauté », a raconté, avec fierté, M. Narejo. 

« Après 30 jours, il est devenu si populaire que même une personnalité célèbre aurait besoin de 25 à 30 ans pour atteindre la même notoriété », a-t-il affirmé. 

Les oreilles de Simba sont si allongées que M. Narejo a dû les replier sur son dos pour éviter que le petit animal ne marche dessus. 

Il a aussi conçu un harnais pour que ce chevreau puisse porter les oreilles autour de son cou. 

M. Narejo est désormais un peu préoccupé par l'attention suscitée par Simba, y compris auprès d'éleveurs concurrents. Il a recours aux prières et à la tradition pour se prémunir contre leur possible rancœur. 

« Nous récitons des versets du Coran et lui soufflons dessus pour éloigner le mauvais oeil », a-t-il expliqué. 

« Conformément à une longue tradition héritée de nos aînés, nous avons attaché un fil noir autour de lui, qui est fortifié par des versets du Coran ». 

Il entend maintenant prendre soin de Simba comme d'un pur-sang, pour promouvoir le Pakistan en tant que grand pays d'élevage de chèvres.