L'engagement américain envers l'Arabie saoudite, «clair et inébranlable»

La chargée d’affaires américaine Martina Strong s’exprime lors d’un entretien avec Arab News à Riyad. (Photo fournie)
La chargée d’affaires américaine Martina Strong s’exprime lors d’un entretien avec Arab News à Riyad. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Lundi 08 février 2021

L'engagement américain envers l'Arabie saoudite, «clair et inébranlable»

  • Strong s’est dite impatiente de collaborer avec les dirigeants saoudiens afin de «s’attaquer à ces poches d'instabilité et ces menaces»
  • Plus de 400 missiles en provenance des Houthis, une milice satellite de l'Iran, ont été lancés vers l'Arabie saoudite au cours des dernières années

RIYAD: L’engagement des États-Unis envers l’Arabie saoudite reste clair et inébranlable, a déclaré la chargée d’affaires, Martina Strong.

«Notre engagement envers l'Arabie saoudite reste inébranlable et reste clair, comme il l’est depuis des décennies», affirme la diplomate à Arab News. «Nous sommes très conscients des menaces qui guettent l'Arabie saoudite. Et pas uniquement l'Arabie saoudite, plusieurs pays de la région, également membres du Conseil de coopération du Golfe, vivent aussi des situations de sécurité défaillante».

Les observations de Strong coïncident avec le lancement d’un nouveau missile balistique vers le Royaume.

Plus de 400 missiles en provenance des Houthis, une milice satellite de l'Iran, ont été lancés vers l'Arabie saoudite au cours des dernières années.

Strong s’est dite impatiente de collaborer avec les dirigeants saoudiens afin de «s’attaquer à ces poches d'instabilité et ces menaces», et pour continuer de travailler conjointement et assurer «la prospérité et la sécurité de nos citoyens».

Plus de 70 000 Américains vivent et travaillent en Arabie saoudite. La diplomate s’est longuement attardée sur le sujet des ressortissants américains qui ont élu domicile au Royaume. «Je veux m'assurer, tout comme vos dirigeants d’ailleurs, que nos citoyens soient en sécurité» dit-elle.

Strong réitère que le président Joe Biden a signifié «très clairement» que les États-Unis restent attachés au partenariat de sécurité traditionnel qui les unit avec l'Arabie saoudite depuis des décennies.

«C’est l’essentiel ici, et ça va au-delà de nos liens de sécurité et de coopération qui ne datent pas d’hier. Nous consultons avec l'Arabie saoudite au sujet des situations que vous avez mentionnées, comme notre rôle au Yémen que nous espérons voir déboucher sur un règlement politique et une stabilité au sud (du Royaume).

Dimanche, Biden a annoncé la nomination d’un nouvel Envoyé spécial pour le Yémen, Timothy Lenderking, un poste autrefois occupé par Strong à Riyad.

FAITS MARQUANTS

Martina Strong a fait ces observations le jour où un autre missile balistique a été lancé vers le Royaume. Plus de 400 missiles balistiques ont été lancés par la milice houthie, soutenue par l'Iran, vers l'Arabie saoudite au cours des dernières années.

«Je suis très heureuse de le voir dans ce rôle, mais aussi de le voir diriger cet effort renouvelé», a-t-elle déclaré. «Ce conflit revêt tellement d’importance, c'est l'un des domaines que le président a spécifiquement mentionné dans son discours (de politique étrangère). Nous espérons certainement, avec nos partenaires saoudiens, une résolution très rapide et rapide du conflit. J'espère aussi que ça se fera dans les mois à venir, afin que nous n'ayons pas à subir longtemps l’attente».

Le diplomate a ajouté que travailler avec l'Arabie saoudite rendrait la région stable, le Royaume plus sûr et les États-Unis «certainement» plus en sécurité. «Je souligne toujours à cet égard notre coopération antiterroriste qui, je le répète, est absolument essentielle, à la fois pour nos pays et pour la région» se réjouit-elle.

Strong estime que la crise de la Covid-19 n’a pas freiné les affaires entre les deux pays en termes de coopération économique. «Malgré la pandémie et la récession économique dans le Royaume, aux États-Unis et dans le monde, l'intérêt des entreprises américaines n'a pas réellement diminué, bien au contraire».

Elle explique que les entreprises américaines sont toujours à l’affût de pays comme le Royaume qui se réforment, et qui essaient de rendre l'environnement des affaires plus transparent et plus accessibles. «Elles (les entreprises américaines) nous contactent et demandent ce qui se passe en Arabie saoudite, à quoi ressemble la situation économique» précise Strong.

En guise d’exemple de la coopération économique en cours, la responsable révèle qu’un nombre d’événements de sensibilisation sont planifiés avec l’ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis, la princesse Rima bent Bandar.

«Nous avons dû les muter en événements virtuels», a déclaré Strong. «Je crois que cet intérêt soutenu vient de l'expérience positive vécue ici par nos entreprises au fil des décennies de notre partenariat. Mais il vient aussi, comme je l'ai dit, de cette nouvelle énergie et de la créativité compris dans Vision 2030», estime-t-elle.

Strong, qui a participé à la Future Investment Initiative il y a deux semaines, décrit le forum comme «une excellente occasion» de lire dans les pensées des dirigeants réunis par l'événement.

«FII a mis en lumière quelques-uns des domaines clés où s’activent les entreprises américaines en Arabie saoudite. Je pense que cette renaissance et ce renouveau sont si cruciaux à présent pour nous tous, alors que nous nous tournons, espérons-le, vers une fin imminente de la pandémie».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Biden envisage de réintégrer les Houthis dans la liste des organisations terroristes

Biden s'est concentré sur ses efforts domestiques et la lutte contre la Covid-19, mais il a également abordé des questions de politique étrangère. (Photo, AFP)
Biden s'est concentré sur ses efforts domestiques et la lutte contre la Covid-19, mais il a également abordé des questions de politique étrangère. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président américain fait face à des critiques pour son incapacité à lutter contre la violence terroriste, disant que ce n'est «pas le moment d'abandonner» les pourparlers nucléaires avec l'Iran
  • Lenderking abordera «le besoin urgent d'atténuer les graves crises humanitaires et économiques auxquelles les Yéménites sont confrontés»

CHICAGO: Le président américain Joe Biden a déclaré mercredi qu'il envisageait de redésigner la milice houthie du Yémen comme organisation terroriste internationale, quelques jours après que le groupe soutenu par l'Iran a tué trois personnes lors d'une frappe de drone aux Émirats arabes unis.

Marquant sa première année complète au pouvoir avec une conférence de presse de deux heures, Biden s'est concentré sur ses efforts nationaux et sur la lutte contre la Covid-19, mais a également abordé des questions de politique étrangère, notamment la menace d’une invasion russe de l'Ukraine, et a aussi répondu à des questions sur l'Iran et le Yémen.

Quelques semaines après son entrée en fonction en 2021, Biden a officiellement retiré la milice houthie de la liste américaine des «organisations terroristes étrangères», une désignation mise en place par son prédécesseur, Donald Trump.

Le dirigeant américain a de plus œuvré pour ramener l'Iran à la table des négociations sur son programme d'armes nucléaires.

Lorsqu'on lui a demandé s'il désignera de nouveau les Houthis comme un groupe terroriste, Biden a répondu: «C'est à l'étude».

Les rebelles houthis ont revendiqué une frappe transfrontalière de drones lundi qui a tué trois travailleurs migrants aux Émirats arabes unis.

L'envoyé spécial de Biden au Yémen, Tim Lenderking, a été envoyé mercredi dans le Golfe et à Londres «dans le but de redynamiser les efforts de paix en coordination avec l'ONU, les hauts responsables des gouvernements régionaux et d'autres partenaires internationaux», selon un communiqué du porte-parole du département d'État américain, Ned Price.

«L'envoyé spécial et son équipe feront pression sur les parties pour qu’elles désamorcent le conflit militairement et participeront pleinement à un processus de paix inclusif dirigé par l'ONU», a révélé Price.

Lenderking abordera en outre «le besoin urgent d'atténuer les graves crises humanitaires et économiques auxquelles les Yéménites sont confrontés».

Price a mentionné des données de l'ONU publiées la semaine dernière qui montrent que 16 millions de personnes au Yémen ont besoin d'une aide d'un montant total d'environ 3,9 milliards de dollars (1 dollar américain = 0,88 euro).

«Il est impératif que les donateurs, en particulier les donateurs régionaux, fournissent des fonds supplémentaires, et que toutes les parties au conflit prennent des mesures pour améliorer l'accès humanitaire et résoudre la crise du carburant au Yémen», a avisé l'ONU.

Biden a également été interrogé s'il faisait des progrès avec l'Iran dans ses efforts pour forcer le régime à adhérer au plan d'action global conjoint (JCPOA) de 2015, ou accord nucléaire.

«Ce n'est pas le moment de baisser les bras. Il y a des progrès à faire», a-t-il répondu.

Cependant, la longue conférence de presse visait clairement à mettre en évidence les réalisations de Biden depuis qu'il a prêté serment en tant que président il y a un an, le 20 janvier 2021.

L'analyste politique Dalia al-Aqidi a déclaré que la conférence de presse de Biden ressemblait davantage à un discours de campagne et semblait avoir été orchestrée pour lui permettre d'aborder ses points de discussion politiques, alors que les démocrates et les républicains se préparent à une bataille électorale de mi-mandat pour le contrôle de la Chambre des représentants et du Sénat cette année.

«Fondamentalement, nous venons de voir la première ébauche de son discours de campagne présidentielle, et je m'attends à ce que l'Amérique entende le même discours encore et encore, alors que le pays souffre d'une économie au point mort et d'une inflation colossale», a déclaré Al-Aqidi, chargée de recherche au Center for Security Policy (Centre de politique de sécurité).

Elle a critiqué l'incapacité de Biden à lutter contre la violence terroriste qui a refait surface à Colleyville, au Texas, cette semaine, lorsque quatre membres d'une synagogue ont été pris en otage jusqu'à ce que le tireur soit tué par la police.

Le président américain a confirmé qu'il comptait se représenter aux élections et qu’il gardera Kamala Harris comme colistière à la vice-présidence. Il a également défendu son rôle dans le retrait soudain des États-Unis d'Afghanistan.

Biden a d'abord répondu aux questions de 11 journalistes, inscrits sur une liste qu'il tenait sur le podium. Les questions portaient sur l'économie, la montée des tensions avec la Russie au sujet de l'Ukraine et la polarisation croissante aux États-Unis. Il a reconnu la nécessité de sortir de la Maison Blanche et de «parler directement» au peuple américain.

À mi-chemin de la conférence de presse, Biden a accepté les questions d'autres journalistes qui ont parfois ouvertement critiqué sa performance.

Biden a insisté sur le fait qu'il avait fait des progrès considérables afin d’alléger le fardeau économique causé par la pandémie mondiale, notamment en créant 6 millions d'emplois, en réduisant le chômage à 3,9% et en faisant vacciner 210 millions d'Américains.

Le président américain a encore affirmé qu'il s'efforçait de rassembler le pays en imputant l'échec à combler le fossé croissant de la nation sur Trump, évoquant des discussions privées qu'il a eues avec plusieurs sénateurs républicains qui montrent leur crainte que Trump ne compromette leur réélection s'ils soutiennent le programme de Biden.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Afghanistan: l'UE rétablit «une présence minimale» à Kaboul

Des membres des talibans surplombent la ville de Kaboul sur la colline de Wazir Akbar Khan à Kaboul, le 20 janvier 2022. (AFP)
Des membres des talibans surplombent la ville de Kaboul sur la colline de Wazir Akbar Khan à Kaboul, le 20 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • «Notre présence minimale à Kaboul ne doit en aucun cas être considérée comme une reconnaissance» du régime au pouvoir, selon un diplomate européen
  • Un peu plus tôt le ministère afghan des AE avait évoqué la réouverture d'«une ambassade» de l'UE

BRUXELLES: L'Union européenne a annoncé jeudi rétablir "une présence minimale" de son personnel à Kaboul afin de faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire en Afghanistan, pays ravagé par la guerre qui a été reconquis l'été dernier par les talibans.


"Notre présence minimale à Kaboul ne doit en aucun cas être considérée comme une reconnaissance" du régime au pouvoir, écrit dans un communiqué Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell. "Cela a été clairement signifié aux autorités" du régime taliban, ajoute-t-il.


Un peu plus tôt le ministère afghan des Affaires étrangères avait évoqué, par la voix d'un porte-parole s'exprimant sur Twitter, la réouverture d'"une ambassade" de l'UE, avec "une présence permanente à Kaboul" pour la première fois depuis cinq mois.


Un diplomate européen, joint par l'AFP dans la capitale afghane, avait nuancé en parlant d'une présence diplomatique ayant pris le nom de Délégation de l'Union européenne, installée depuis le début de la semaine.


Selon Peter Stano, "l'UE a commencé à rétablir une présence minimale du personnel international de sa Délégation".


L'objectif, précise-t-il, est de "faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire et surveiller la situation humanitaire".


Aucun pays n'a pour l'instant reconnu le gouvernement des talibans. La communauté internationale attend de voir comment ces fondamentalistes islamistes comptent gouverner l'Afghanistan, après avoir largement piétiné les droits humains lors de leur premier passage au pouvoir entre 1996 et 2001.


Si les talibans assurent s'être modernisés, les femmes restent largement exclues des emplois publics et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées.


Plusieurs pays, dont le Pakistan, la Russie, la Chine, la Turquie, les Emirats arabes unis et l'Iran, ont gardé leurs ambassades ouvertes à Kaboul après la victoire des talibans mi-août, sans toutefois reconnaître leur gouvernement.


Les diplomaties occidentales avaient elles commencé à évacuer leurs personnels dès le premier semestre 2021, lorsque les troupes américaines ont entamé leurs opérations pour se retirer définitivement d'Afghanistan. Un retrait qui s'est terminé fin août par l'évacuation chaotique de 120 000 personnes après la conquête éclair du pays par les talibans.


Les présidents égyptien et sud-coréen discutent de questions d'intérêt commun

Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président El-Sissi reçoit jeudi son homologue sud-coréen Moon Jae-in. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Short Url
  • Moon a exprimé l'intérêt de Séoul à augmenter ses investissements dans des projets de développement et d'infrastructure
  • Les dirigeants ont discuté de la coopération dans le développement ferroviaire, une priorité importante pour l'État égyptien

LE CAIRE: Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi et son homologue sud-coréen Moon Jae-in ont discuté jeudi de questions d'intérêt commun, une première du genre pour un président sud-coréen en Égypte depuis 16 ans.

El-Sissi a salué la profondeur des relations entre les deux pays, soulignant l'importance d’œuvrer à l’activation du partenariat global de coopération entre eux, à la mesure de leurs capacités.

Moon a exprimé sa joie de visiter l'Égypte pour la première fois, remerciant El-Sissi pour son accueil chaleureux et son hospitalité, et exprimant son désir de poursuivre la coordination et la consultation entre les deux pays dans divers domaines, ainsi que l'attente de développer et de renforcer les relations entre la Corée du Sud et l'Égypte, compte tenu de son rôle central dans la stabilité et la sécurité au Moyen-Orient et en Afrique.

Il a également exprimé l'intérêt de Séoul à augmenter ses investissements dans les grands projets de développement et d'infrastructure et ailleurs en Égypte.

Les deux hommes ont discuté de la coopération dans le développement ferroviaire, une priorité importante pour l'État égyptien. I

ls ont également discuté de la localisation de l'industrie de la voiture électrique en Égypte et de la manière dont la Corée du Sud pourrait contribuer à l'initiative «Decent Life» (Vie digne), lancée par El-Sissi pour développer les villages et les gouvernorats les plus pauvres d'Égypte, en plus de la coopération dans la production d'énergie, à la lumière de la volonté des deux pays de diversifier et de sécuriser leurs sources d'énergie.

Moon et El-Sissi ont également discuté des moyens de renforcer la coopération militaire, notamment dans la fabrication conjointe et le transfert et la localisation de la technologie, compte tenu du rôle stratégique de l'Égypte dans la région et des capacités technologiques et industries militaires avancées de la Corée du Sud.

Lors d'une conférence de presse, El-Sissi a exprimé le désir de l'Égypte d'attirer les entreprises et les investissements coréens, le Caire étant prêt à fournir toutes les installations nécessaires pour créer un environnement prometteur, et à encourager une augmentation des investissements coréens dans les grands projets de développement et d'infrastructure, ainsi que dans l'énergie, les mines, les transports, les communications et les technologies de l'information.

El-Sissi a indiqué qu'il était d'accord avec Moon sur l'importance de renforcer la coopération conjointe pour soutenir la vision égyptienne de la quatrième révolution industrielle, que ce soit par la création d'une branche de l'Université coréenne des sciences et technologies avancées, ou par la coopération entre les ministères des Communications et des Technologies de l'information dans l'utilisation de l'intelligence artificielle.

Il a expliqué que ses entretiens avec le président sud-coréen ont permis de passer en revue les opportunités de partenariat entre les entreprises égyptiennes opérant en Afrique et les entreprises coréennes, et de promouvoir les investissements en Afrique, en soulignant les opportunités offertes par la zone de libre-échange continentale pour accroître les investissements et les flux commerciaux entre les pays africains et la communauté internationale.

La présidence égyptienne a déclaré dans un communiqué que les entretiens ont également permis d’examiner l'évolution d'un certain nombre de questions régionales et internationales d'intérêt commun, notamment la crise libyenne.

El-Sissi a souligné que la stabilité en Libye était une priorité et que l'Égypte poursuivra ses inlassables efforts avec les partis libyens pour organiser des élections nationales. Le président a également exprimé le soutien permanent de l'Égypte à tous les mécanismes qui garantissent la sécurité et la stabilité de la péninsule coréenne.

Moon a salué les efforts politiques égyptiens pour maintenir la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient et en Afrique, en particulier en ce qui concerne les mesures égyptiennes pour parvenir à un règlement politique des crises dans la région.

Il a mentionné les efforts inlassables, menés par El-Sissi, pour combattre le terrorisme et l'idéologie extrémiste, ainsi que pour diffuser les valeurs de coexistence et de tolérance dans la région, en renforçant les ponts de dialogue entre les pays africains et arabes avec le reste du monde.

Les deux présidents ont assisté à la cérémonie de signature d'un certain nombre de protocoles d'accord entre leurs pays en matière de partenariat commercial et économique, de coopération au développement et de chemins de fer.

La visite du président coréen en Égypte conclut sa tournée au Moyen-Orient, qui comprenait également les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com