La coalition anti-Daech installera une base militaire sur la frontière turco-syrienne

Un convoi de véhicules militaires américains traverse la ville de Qahtaniyah, dans le nord-est de la Syrie, à la frontière avec la Turquie (Photo, AFP).
Un convoi de véhicules militaires américains traverse la ville de Qahtaniyah, dans le nord-est de la Syrie, à la frontière avec la Turquie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 17 février 2021

La coalition anti-Daech installera une base militaire sur la frontière turco-syrienne

  • La base sera installée dans la région d'Ain Dewar, dans la province de Hasakah, au nord-est de la Syrie
  • L'Observatoire syrien des droits de l'homme a confirmé l'arrivée du nouveau convoi de la coalition, avec plus de 50 véhicules et camions, sur le territoire syrien la semaine dernière

ANKARA: La coalition anti-Daech dirigée par les États-Unis doit instaurer une nouvelle base militaire le long de la frontière turco-syrienne dans le but d’éliminer tous les restes de l'organisation terroriste - une priorité politique essentielle au Moyen-Orient de l'administration du président américain Joe Biden.

La base sera installée dans la région d'Ain Dewar, dans la province de Hasakah, au nord-est de la Syrie.

Le mois dernier, la police militaire russe a été déployée près d'une autoroute utilisée par les États-Unis dans le village d'Ain Dewar, au nord de la ville de Derik, pour envoyer des renforts logistiques et militaires à ses bases en Irak.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a confirmé l'arrivée du nouveau convoi de la coalition, avec plus de 50 véhicules et camions, sur le territoire syrien la semaine dernière.

Le convoi militaire, transportant des véhicules blindés, du matériel logistique et des armes, aurait été vu en train de traverser le nord-est de la Syrie depuis la zone contrôlée par le gouvernement régional du Kurdistan dans le nord de l'Iraq.

La coopération locale potentielle avec les Unités de protection du peuple syrien (YPG) dans la lutte contre Daech devrait susciter la colère d'Ankara car cette dernière considère le groupe comme une organisation terroriste en raison de ses liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Washington a annoncé la formation d'une large coalition internationale pour vaincre Daech en septembre 2014, et Ankara a commencé à participer à la coalition l'année suivante en ouvrant sa base aérienne d'Incirlik au sud, aux forces de la coalition.

Nicholas Heras, directeur des relations gouvernementales à l'Institut pour les études de la guerre basé à Washington, a affirmé que l'installation d'une nouvelle base à Ain Dewar était une décision logique si les États-Unis envisagent d'avoir une présence à long terme dans le nord-est de la Syrie.

«La base serait située près du point d'entrée le plus important dans le nord-est de la Syrie depuis la région du Kurdistan d'Irak, où la plupart des lignes terrestres de ravitaillement et de renfort pour la campagne militaire contre-Daech entrent en Syrie», a-t-il déclaré à Arab News.

Heras a également constaté que les Américains pourraient également déployer des moyens aériens, tels que des drones, à partir de la base, ce qui serait utile pour la reconnaissance et pour cibler les principaux dirigeants restants de Daech.

«Toutefois, Ain Dewar est une base d'opérations avancée, ce n'est pas une base de la même importance, les mêmes installations et la même durée qu’Incirlik", a-t-il ajouté.

«Incirlik est une installation majeure qui joue un rôle important dans la planification de l'OTAN depuis plus d'un demi-siècle. Le but d'Incirlik est stratégique: soutenir les opérations de l'OTAN contre une grande puissance rivale, en particulier la Russie.

Heras a aussi souligné que la base d'Ain Dewar était destinée à soutenir une campagne militaire spécifique dans un endroit spécifique, une campagne de contre-terrorisme dans le nord-est de la Syrie contre Daech.

«Incirlik n'est pas nécessaire pour renforcer Ain Dewar, qui serait probablement consolidée par la base de l'aéroport d'Erbil», a-t-il avoué.

Navvar Saban, analyste militaire du Centre d'études stratégiques d'Omran installé à Istanbul, a déclaré à Arab News que la nouvelle base était chose obligatoire pour la stratégie américaine dans la région.

«Après le retrait de plusieurs troupes américaines de la région, la présence américaine était remise en question par les milices pro-iraniennes et Daech qui menaient des attaques interminable. Par conséquent, c'était une stratégie primordiale dans le but de protéger la zone de l'attaque des groupes terroristes », a souligné Saban.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mondial: Talbi, la trajectoire ascendante du «Titi» parisien de la Tunisie

Le défenseur tunisien Montassar Talbi lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Tunisie et l'Australie au stade Al-Janoub d'Al-Wakrah, au sud de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Le défenseur tunisien Montassar Talbi lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Tunisie et l'Australie au stade Al-Janoub d'Al-Wakrah, au sud de Doha, le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «On va essayer de gagner contre la France (...) On va jouer le match comme si c'était une finale», a promis le défenseur de Lorient au micro de beIN Sports, après la défaite (0-1) contre l'Australie
  • Le match contre la France lui donnera peut-être d'aussi belles émotions et s'il sait qu'empêcher les Bleus de marquer sera sa principale responsabilité, il s'en délecte d'avance

DOHA: Parisien de naissance avant de rentrer avec ses parents en Tunisie à 12 ans, le défenseur Montassar Talbi attend de pied ferme la France, mercredi (16h00), en s'accrochant au rêve d'une qualification historique pour les huitièmes de finale au Mondial-2022. 

"On va essayer de gagner contre la France (...) On va jouer le match comme si c'était une finale", a promis le défenseur de Lorient au micro de beIN Sports, après la défaite (0-1) contre l'Australie, samedi, qui complique la tâche des Aigles de Carthage. 

Une victoire mercredi contre les Bleus, déjà qualifiés, ne suffira pas. Il faudra espérer un nul entre le Danemark et l'Australie ou une victoire étriquée des Danois dans l'autre match, pour que la Tunisie atteigne les huitièmes pour la première fois, à sa sixième participation. 

France-Tunisie n'est, de toute façon, jamais anodin entre deux pays aux liens culturels étroits. 

"J'ai la double nationalité, j'ai vécu dans les deux pays, côtoyé les deux cultures. Je ne suis pas le seul dans la sélection tunisienne", a expliqué Talbi quelques jours avant le début du Mondial, évoquant sa famille qui vit en région parisienne. 

Né à Paris en 1998, quelques semaines avant que son "idole" Zinédine Zidane ne devienne champion du monde avec les Bleus, le futur international tunisien a tapé ses premiers ballons à 5 ans au Paris FC. A 6 ans, il rejoint le FC Lilas, club phare de la formation en Seine-Saint-Denis avec l'AS Bondy, où sévissait Kylian Mbappé, son cadet de sept mois et qu'il retrouvera sans doute face à lui mercredi à l'Education City Stadium 

Mbappé, « l'un des meilleurs » 

Un duel qu'il s'efforce d'appréhender sans crainte. 

"En tant que défenseur, je ne peux pas dire qu'un attaquant m'impressionne. Mais on sait tous que Mbappé est l'un des meilleurs joueurs au monde aujourd'hui", avait-il déclaré après la défaite des Merlus, en championnat contre le Paris SG (2-1), il y a trois semaines. 

"Quand on joue contre ce genre de joueur, on se doit d'être concentré, encore plus que d'habitude", avait-il ajouté. 

Mais à 24 ans, Talbi en a vu d'autres. 

Passé par toutes les catégories d'âge à l'Espérance de Tunis, club qui génère une passion débordante dès les équipes de jeunes, il a ensuite tenté sa chance en Turquie, à Rizespor. 

"Pour moi, c'était un bon tremplin, un pont entre le championnat tunisien, le monde du football africain, et le football européen", a expliqué celui qui dit faire ses choix "au feeling, au ressenti". 

Après une année presque blanche, il finit par faire son trou et devait signer en Serie A italienne, à Benevento, mais la relégation du club a fait capoter le transfert. Il rejoint alors le Rubin Kazan, un club ambitieux mais dont l'élan est coupé par l'invasion de l'Ukraine et les sanctions contre les clubs russes qui en découlent. 

« Grandiose » 

"C'est un club qui avait confiance en moi, qui m'a donné beaucoup de responsabilités et qui a cru en moi (...). J'ai voulu rendre la pareille", a-t-il avancé pour justifier d'y être resté malgré l'exclusion des clubs russes des compétitions européennes. 

C'était aussi une période où il y avait "des matches importants pour la qualification pour le Mondial (...) j'ai beaucoup travaillé pendant des années pour ça. D'être si près du but, pour moi c'était important de continuer à être compétitif" en vue du grand rendez-vous au Qatar, a justifié le joueur, débarqué à Lorient en juillet dernier. 

Avec un point pris sur les deux premiers matches, le premier bilan de la Tunisie n'est pas tout à fait à la hauteur des émotions que la sélection lui procure. 

"Chaque fois que j'entends l'hymne national retentir, ce sont des frissons...", a confié Talbi, se remémorant aussi le sentiment "grandiose" après son but égalisateur en septembre contre le Brésil, au Parc des Princes, en match de préparation, malgré la sévère défaite (5-1). 

Le match contre la France lui donnera peut-être d'aussi belles émotions et s'il sait qu'empêcher les Bleus de marquer sera sa principale responsabilité, il s'en délecte d'avance. 

"C'est un peu cette responsabilité qui me fait vivre tous les jours", a-t-il assuré. 


Sécurité alimentaire et santé, les deux priorités du gouvernement en 2023

Culture céréale dans le sahara algérien. (Photo, fournie)
Culture céréale dans le sahara algérien. (Photo, fournie)
Laboratoire Merinal, Algérie. (Photo, fournie)
Laboratoire Merinal, Algérie. (Photo, fournie)
Short Url
  • Le Premier ministre algérien, Aïmene Benabderrahmane, a affirmé que ces deux secteurs étaient «une priorité» de l’État
  • «Nous savons depuis toujours que l’Algérie est un pays aride et semi-aride, mais la solution réside dans l’agriculture saharienne»

PARIS: L’année 2023 sera consacrée au renforcement de la sécurité alimentaire et sanitaire. Dans son allocution lors de l’ouverture du Forum de l’export, en octobre 2022, le Premier ministre algérien, Aïmene Benabderrahmane, a affirmé que ces deux secteurs étaient «une priorité» de l’État, qui compte «développer l’industrie locale en vue d’assurer une couverture globale des besoins nationaux en produits de base». En effet, ces derniers «connaissent actuellement de grandes fluctuations sur les marchés internationaux qui peuvent enregistrer, dans l’avenir, une pénurie en raison des changements géopolitiques susceptibles de survenir sur la scène internationale».

Une nouvelle polyclinique dans la commune de Beni Messous dans les alentours de la capitale
Une nouvelle polyclinique dans la commune de Beni Messous dans les alentours de la capitale. (Photo, fournie)

Selon les chiffres officiels, l’Algérie couvre 70% de ses besoins en produits agricoles et ambitionne d’atteindre 80% en 2023. Le gouvernement envisage de mettre en place une stratégie axée sur l’apport des centres, des instituts de recherches et des laboratoires nationaux qui pourront valoriser le patrimoine génétique national, ce qui permettra d’améliorer la productivité de trois filières essentielles: les céréales, les légumineuses et la production du lait.

Un des fondements de la souveraineté nationale

Considérant la sécurité alimentaire comme l’un des fondements de la souveraineté nationale, le chef de l’exécutif a affirmé que le pays «dispose de compétences scientifiques nationales, d’un nombre important de diplômés des instituts agricoles, mais aussi de superficies agricoles, des ressources hydriques nécessaires et d’un riche patrimoine génétique».

De son côté, Mohamed Abdelhafid Henni, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, a indiqué que des investisseurs nationaux et étrangers étaient intéressés par les diverses potentialités des filières agricoles. «Nous savons depuis toujours que l’Algérie est un pays aride et semi-aride, mais la solution réside dans l’agriculture saharienne.» Il indique que l’État met à leur disposition l’exploitation des terres agricoles sous forme de concessions d’une durée de quarante ans renouvelables. Le ministre de tutelle affirme que le gouvernement assure aux futures exploitations agricoles du Sud un réseau de transport dense et diversifié avec l’apport de milliers de semi-remorques et grâce au réseau de chemin de fer, qui continue de se développer dans toutes les régions du pays. 

1
Le Président de la République Abdelmadjid Tebboune et l’Émir du Qatar Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani lors de la pose de la première pierre pour la construction d'un hôpital algéro-qatari-allemand, le 1er novembre 2022. (Photo, fournie)

Programmes et objectifs

«Les enjeux sur la sécurisation de l’alimentation et la santé de la population deviennent des priorités qu’il faudra traiter avec diligence et pragmatisme. Des programmes d’appui à l’agriculture sont mis en place, comme dans la filière céréalière, avec un important soutien destiné à améliorer le rendement des récoltes. À ce sujet, le président de la république a mis la barre très haut en demandant que la production atteigne neuf millions de tonnes par an avec des exploitations de trois millions d’hectares», nous explique Abderrahmane Hadef, expert en développement économique.

Le secteur de la santé n’est pas en reste. De nombreux hôpitaux de petite ou moyenne capacité sont en cours de construction dans différentes villes.
Le 2 novembre dernier, la première pierre d’un grand hôpital algéro-qatari-allemand a été posée par le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, et l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, lors du déplacement de ce dernier à Alger. D’une capacité de quatre cents lits, le bâtiment sera construit conformément aux normes internationales et permettra la prise en charge de la majorité des interventions chirurgicales qui nécessitaient un transfert vers l’étranger.

Futur complexe Biopharm de Oued El Berdi, dans la wilaya de Bouira
Le futur complexe Biopharm de Oued El Berdi, dans la wilaya de Bouira. (Photo, fournie)

L’expert nous explique qu’il est important que «les partenaires et les investisseurs partagent la vision de l’Algérie sur ces filières stratégiques, qui représentent aujourd’hui des enjeux de souveraineté alimentaire, sanitaire et énergétique aujourd’hui incontournables. Il rappelle que des progrès importants ont lieu dans le secteur pharmaceutique. «L’Algérie table sur une autosuffisance de l’ordre de 70% en matière de production de l’industrie pharmaceutique et ambitionne à moyen terme d’exporter ses produits sur les marchés africains. L’année 2023 sera celle de la relance économique des secteurs prioritaires, dont la locomotive est la filière énergétique. Ce sont des objectifs clairs qui sont à la portée de l’Algérie», conclut-il.


Bethléem se prépare à célébrer Noël de manière «remarquable»

Bethléem revêt une importance religieuse et historique particulière pour les chrétiens. (Photo fournie).
Bethléem revêt une importance religieuse et historique particulière pour les chrétiens. (Photo fournie).
Short Url
  • La municipalité de Bethléem et le ministère du Tourisme de l’Autorité palestinienne ont lancé cette année des activités de Noël autour du thème «de Bethléem au monde: l’esprit de Noël nous rassemble»
  • Le secteur du tourisme à Bethléem – qui compte environ trente mille habitants à majorité chrétienne – avait été le premier à souffrir de l’incidence de la pandémie et le dernier à s’en remettre

RAMALLAH: Bethléem s’apprête à célébrer Noël de manière «remarquable» le mois prochain. Des dizaines de milliers de visiteurs, en provenance du monde entier, devraient se rendre dans la ville, déclarent des responsables.

La ville centrale de la Cisjordanie revêt une importance religieuse et historique particulière pour les chrétiens. La municipalité de Bethléem et le ministère du Tourisme de l’Autorité palestinienne ont lancé cette année des activités de Noël autour du thème suivant: «De Bethléem au monde, l’esprit de Noël nous rassemble.»

«Tous les regards sont actuellement rivés sur Bethléem, qui se prépare à célébrer la naissance de l’Enfant Jésus», confie le maire de Bethléem, Hanna Hanania.

Ce dernier souligne que, malgré les crises mondiales actuelles, l’événement est l’occasion pour les fidèles et les personnes éprises de paix de s’unir et de promouvoir la liberté et la dignité pour tous.

M. Hanania note que, en faisant ce pèlerinage en Terre sainte, les visiteurs expriment leur soutien à la présence palestinienne.

Le maire explique à Arab News que la municipalité a commencé à préparer les festivités de Noël de cette année il y a quatre mois.

Cette occasion coïncide avec le 150e anniversaire de la création de la municipalité de Bethléem et avec le 10e anniversaire de l’inscription de la basilique de la Nativité sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

«Bethléem porte désormais un nouveau costume de joie et, après une longue absence, l’espoir remplit le cœur des citoyens de la ville. Nous attendons avec impatience cette année un Noël qui sera particulièrement remarquable», précise-t-il.

«Bethléem et la Terre sainte ont vraiment besoin de la bénédiction de la paix, qui ne se fait pas à n’importe quelle condition, mais au prix de la justice. Il ne peut y avoir de paix sans justice, sans amour entre les peuples.»

Il ajoute que l’objectif de la municipalité est d’organiser des célébrations spéciales pour Noël dans une atmosphère de joie, en commençant par une cérémonie d’illumination des sapins le 3 décembre, un marché de Noël ainsi que d’autres activités organisées dans le Centre de la paix de Bethléem et dans toute la ville.

La ministre palestinienne du Tourisme et des Antiquités, Roula Maayah, note une forte augmentation du nombre de touristes cette année, avec un nombre de visiteurs qui atteint déjà six cent mille après la pandémie. Cent mille autres attendus le mois prochain, faisant grimper le taux d’occupation des hôtels à 80%.

Elias al-Arja, chef de l’Association des hôtels palestiniens et propriétaire de l'hôtel Bethléem, déclare à Arab News qu’il s’attend à ce que de nombreux hôtels de Bethléem affichent complet pendant les vacances de Noël et la période du Nouvel An.

Il affirme que, au cours des derniers mois, il a rejoint plusieurs propriétaires d’hôtels de Bethléem. Soutenus par le ministère palestinien du Tourisme, ils ont voulu promouvoir la ville grâce à des expositions touristiques internationales en Espagne, en Italie, en Roumanie, au Royaume-Uni et en Turquie.

«Nous avons commencé à ressentir la magie de Noël à Bethléem au début de cette année», poursuit-il.

M. Al-Arja souligne que le secteur du tourisme à Bethléem – qui compte environ trente mille habitants à majorité chrétienne – avait été le premier à souffrir de l’incidence de la pandémie et le dernier à s’en remettre.

50% de l’économie de Bethléem repose sur le tourisme. En effet, la ville compte cinquante-six hôtels qui proposent en tout quatre mille cinq cents chambres en tout et peuvent accueillir neuf mille touristes. Par ailleurs, il existe près de cent magasins d’antiquités orientales, quatre cents ateliers d’artisanat traditionnel et vingt grands restaurants.

Le Bureau central palestinien des statistiques révèle que, au cours des années 2020 et 2021, le secteur du tourisme avait perdu 1,5 milliard de dollars (1 dollar = 0,96 euro) en raison de la pandémie.

Jeries Qumsiyeh, directeur du ministère palestinien de l’Archéologie et des Antiquités à Bethléem, confie à Arab News que le ministère cherche cette année à mettre en lumière les composantes religieuses, patrimoniales et touristiques non seulement de Bethléem, mais aussi des villes de Jérusalem et de Nazareth.​​​​​​​

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com