En Turquie, l'application qui séduit les défenseurs de la liberté d'expression

Des contestataires prennent des photos alors que des policiers turcs arrêtent des manifestants lors d'un rassemblement de soutien aux étudiants de l'université du Bosphore à Istanbul, le 4 février 2021. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 février 2021

En Turquie, l'application qui séduit les défenseurs de la liberté d'expression

  • En Turquie, un nombre croissant de personnes se tournent vers une nouvelle application audio dédiée à la liberté d'expression
  • Clubhouse est une application fondée à San Francisco qui a été lancée l'année dernière

ANKARA: En Turquie, un nombre croissant de personnes se tournent vers une nouvelle application audio dédiée à la liberté d'expression et elles l'utilisent comme une source d'information directe.

Clubhouse, application fondée à San Francisco, a été lancée l'année dernière. Les nouveaux venus sur le réseau doivent être invités par les utilisateurs existants. Cette application propose une sélection de «salles» de conversations audio divisées par sujet. Les citoyens turcs ont été particulièrement attirés par celui de l’expression politique.

«Les discussions politiques reçoivent en général les meilleures audiences de toutes les émissions de télévision turques aux heures de grande écoute», indique le stratège politique Fatih Guner. «Ce que nous voyons sur Turkish Clubhouse n'est pas différent. Les salles les plus populaires ont pour sujet la politique.»

En Turquie, environ 125 000 personnes ont téléchargé l'application, selon l'université Kadir Has d'Istanbul. Elle est actuellement disponible dans 154 pays et se trouve être l’application la plus téléchargée en Allemagne, au Japon, en Slovaquie et en Turquie.

Cette application a également suscité l'intérêt de certaines des personnes les plus puissantes du monde. Ainsi, c’est sur cette plate-forme de réseautage social qu’Elon Musk, le cofondateur et PDG de Tesla, aurait invité le président russe, Vladimir Poutine, à le rejoindre pour discuter avec lui.

«Ce serait un grand honneur de parler avec vous», a twitté en russe Elon Musk, l’homme le plus riche du monde.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré aux journalistes lors d'une visioconférence: «En général, c'est une proposition très intéressante, bien entendu; mais nous devons comprendre ce que cela signifie, ce qui est proposé. Nous devons d'abord vérifier, puis nous réagirons.»

En Turquie, le Clubhouse a commencé à gagner en popularité le mois dernier, lorsque des manifestations ont éclaté dans tout le pays après la nomination d’un nouveau recteur, Melih Bulu, à la tête de la plus prestigieuse université du pays, celle du Bosphore.

En Turquie, des milliers de personnes se sont mises à fréquenter les salles de discussion de Clubhouse afin d’avoir accès à des nouvelles précises et en temps réel – des informations qu'elles n'ont pas pu trouver dans les médias grand public. Certaines salles ont rapidement atteint la limite des 5 000 personnes.

Ces salles sont composées d'étudiants, d'anciens élèves, de journalistes, d'avocats, d'universitaires et d'hommes politiques. Toutes ces personnes réclament leur droit à la liberté d'expression et de discussion. Ahmet Davutoglu, ancien Premier ministre turc, fondateur du mouvement dissident le Parti du futur et très critique à l’égard du gouvernement en place, est le premier homme politique turc à avoir évoqué le Clubhouse.

Plusieurs avocats ont partagé des informations spontanées au sujet des étudiants détenus pendant les manifestations destinées à empêcher la désinformation. Parallèlement, plusieurs modérateurs d’une salle du Clubhouse ont été détenus pendant quelques heures pour avoir organisé une discussion sur la manifestation des étudiants.

L'absence d’éléments visuels sur l'application donne aux gens plus de liberté pour interagir les uns avec les autres et se concentrer sur le contenu de la discussion. Ce nouvel outil de médias sociaux est également susceptible de déclencher une nouvelle vague de journalisme citoyen et de devenir un centre d'attraction pour l'activisme, en dépit de la censure stricte qui sévit dans le pays.

Les experts notent que la polarisation accélérée en Turquie – où des journalistes et des politiciens ont été emprisonnés pour avoir critiqué le gouvernement – ainsi que le manque de chaînes médiatiques indépendantes et objectives ont contribué à la nouvelle popularité de cette application dans le pays.

Environ 90% de l’environnement médiatique traditionnel et politiquement «verrouillé» de la Turquie appartient à des conglomérats progouvernementaux.

Guner reste prudent quant à l'impact immédiat du Turkish Clubhouse.

«La barrière à l’entrée est le premier défi», explique-t-il à Arab News. «Les premiers utilisateurs, qui possèdent les modèles d'iPhone les plus récents, dont le prix est déraisonnablement élevé en raison de taxes extravagantes, semblent avoir des opinions modérées sur la démocratisation et sur d’autres questions de société.»

Selon Guner, c’est en raison de cette barrière à l’entrée que toutes les opinions politiques n'ont pas encore été exprimées sur cette plate-forme.

«Lorsque Clubhouse disposera d’une version pour Android, nous pourrons certainement dire que la profonde polarisation du pays atteindra également le Clubhouse turc», affirme-t-il.

L'autre défi, pour Guner, concerne la relation créateur-consommateur. Lorsque des salles sont créées dans le Clubhouse, 5 000 personnes au maximum peuvent écouter les groupes et la discussion qui peut porter sur des sujets sensibles. Mais le stratège révèle que seuls 60 à 70 individus prennent la décision de participer à la discussion.

«Contrairement à une croyance populaire, tout le monde ne souhaite pas dire ce qui lui vient à l'esprit», confie Guner.

Pour le Dr Sarphan Uzunoglu, un expert en communication numérique qui travaille à l'université de Bilgi, une application qui n'est ouverte qu'à l'écosystème iOS est peu susceptible d’apporter une solution au problème de la liberté d'expression du pays.

«Cependant, cela ne signifie pas que la propagation rapide de cette pratique est une coïncidence», confie-t-il à Arab News. «Dans cet écosystème étroit, on peut dire qu'il y a pour l'instant des conversations créatives et confortables dans certaines chambres d'écho. C’est cela aussi qui attire les gens.»

Mais Uzunoglu pense qu'avec le temps, à mesure que le nombre d'utilisateurs augmentera, les gens perdront leur «privilège de parole». Il prédit que cela conduira à écouter des voix différentes, ce que la plupart éviteront de faire, et que le médium perdra de son dynamisme.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Cour suprême saoudienne : aucune preuve de l'observation de la lune du Ramadan

Les Saoudiens utilisent un télescope pour surveiller la nouvelle lune du Ramadan alors que les astronomes et les érudits de l'Islam débattent de la date du début du mois sacré musulman du Ramadan. (Fichier / AFP)
Short Url
  • Suite à une réunion dimanche, correspondant à Shaban 29 selon le calendrier lunaire Umm Al-Qura, la Cour suprême a déclaré qu'elle n'avait reçu aucune preuve de l'observation du croissant de lune dans la soirée
  • La Cour suprême annonce qu'elle tiendra une autre session lundi soir et rendra une décision sur le jour du début du mois de jeûne musulman

RIYAD: Le comité saoudien d’observation de la lune a déclaré dimanche que le croissant de lune du mois de Ramadan ne pouvait pas être vu depuis les observatoires Tamir et Hawtat à Sudair, en raison des conditions météorologiques.

Suite à une réunion dimanche, correspondant à Shaban 29 selon le calendrier lunaire Umm Al-Qura, la Cour suprême a déclaré qu'elle n'avait reçu aucune preuve de l'observation du croissant de lune dans la soirée.

La Cour suprême annonce qu'elle tiendra une autre session lundi soir et rendra une décision sur le jour du début du mois de jeûne musulman.

Cet article est la traduction d’un article paru sur Arab News


Iran: nouvel accident, «terroriste», au centre nucléaire de Natanz

Image satellite fournie par Maxar Technologies le 28 janvier 2020, qui montre un aperçu de l'installation nucléaire iranienne de Natanz, au sud de la capitale Téhéran. (AFP)
Short Url
  • C'est dans cette même usine qu'avaient été mises en service la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015
  • Les médias iraniens n'ont diffusé aucune photo ni vidéo du centre de Natanz après ce sabotage pour lequel le communiqué de M. Saléhi, qui qualifie l'attaque de "futile", n'incrimine aucun groupe ni Etat directement

TEHERAN : Le complexe nucléaire de Natanz, dans le centre de l'Iran, a subi dimanche un nouvel "accident", qualifié d'acte de "terrorisme" par Téhéran, qui promet de poursuivre sur la voie d'un "développement éclatant" de l'énergie atomique.

L'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) a d'abord annoncé dans la matinée une "panne de courant" --vite qualifiée de suspecte par un député conservateur-- dans son usine d'enrichissement d'uranium du complexe Chahid Ahmadi-Rochan de Natanz, l'un des centres névralgiques du programme nucléaire de la République islamique.

C'est dans cette même usine qu'avaient été mises en service la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Un communiqué du chef de l'OIEA Ali-Akbar Saléhi, diffusé par la télévision d'Etat, annonce en début de soirée que l'"accident" est en fait un acte de "terrorisme antinucléaire" mais sans fournir le moindre détail sur la nature exacte de cette attaque ni sur ses conséquences. 

Les médias iraniens n'ont diffusé aucune photo ni vidéo du centre de Natanz après ce sabotage pour lequel le communiqué de M. Saléhi, qui qualifie l'attaque de "futile", n'incrimine aucun groupe ni Etat directement.

Faisant référence aux discussions en cours à Vienne pour tenter de faire revenir les Etats-Unis dans l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et de lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis que les Etats-Unis sont sortis de ce pacte en 2018, M. Saléhi estime que l'action contre Natanz "reflète (...) l'échec des opposants (à ces) négociations".

Selon lui, elle relève aussi de "la défaite des opposants (à un) développement éclatant de l'industrie nucléaire" en Iran qui, promet-il, continuera de "poursuivre sérieusement (son) expansion" dans ce domaine.

Plus tôt, le porte-parole de l'OIEA avait déclaré à la télévision d'Etat qu'un "accident" d'origine inconnue "dans une partie du circuit électrique de l'usine d'enrichissement à Chahid-Ahmadi-Rochan" avait provoqué "une panne de courant". 

"Heureusement, nous n'avons eu ni mort, ni blessé, ni pollution. Il n'y a pas de problèmes particuliers", avait-il ajouté.

Rapidement, le député Malek Chariati, porte-parole de la Commission parlementaire de l'énergie, avait évoqué sur Twitter un incident "très suspect de sabotage ou d'infiltration".

"Cyber-opération israélienne" 

"On estime que le défaut dans le circuit électrique de Natanz (est) le résultat d'une cyber-opération israélienne", a tweeté Amichai Stein, un journaliste de la radiotélévision publique israélienne.

Début juillet 2020, une usine d'assemblage de centrifugeuses perfectionnées à Natanz avait été gravement endommagée par une mystérieuse explosion. Les autorités ont conclu à un "sabotage" d'origine "terroriste" mais n'ont pas encore fait connaître les résultats de leur enquête.

L'agence officielle Irna avait alors mis en garde Israël et les Etats-Unis contre toute action hostile. 

Le président Hassan Rohani a inauguré à distance samedi la nouvelle usine d'assemblage de centrifugeuses de Natanz, en même temps qu'il donnait l'ordre de mettre en service ou de tester trois nouvelles cascades de centrifugeuses.

Ces nouvelles centrifugeuses offrent à l'Iran la possibilité d'enrichir plus vite et en plus grande quantité de l'uranium, dans des volumes et à un degré de raffinement interdits par l'accord conclu en 2015 à Vienne entre la République islamique et la communauté internationale.

Les Etats-Unis ont dénoncé cet accord unilatéralement en 2018, sous la présidence de Donald Trump, rétablissant dans la foulée les sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de ce pacte.

Discussions à Vienne 

En riposte, l'Iran s'est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements clés pris à Vienne pour restreindre ses activités nucléaires.

Téhéran a toujours nié vouloir se doter de la bombe atomique et M. Rohani a répété samedi que toutes les activités nucléaires de son pays étaient purement "pacifiques".

Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui voit dans la République islamique une menace existentielle contre son pays, accuse Téhéran de chercher à se doter en secret de l'arme atomique.

"Un accord avec l'Iran qui ouvrirait la voie aux armes nucléaires (...) ne serait d'aucune façon contraignant pour nous", a affirmé mercredi M. Netanyahu à propos des discussions de Vienne.

Le Premier ministre israélien est un ennemi de la première heure de l'accord de Vienne, dont il a toujours affirmé qu'il n'offrait pas de garanties de sécurité suffisantes pour Israël, où le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin est arrivé dimanche pour discuter du dossier nucléaire iranien.

Un éminent physicien nucléaire iranien et vice-ministre de la Défense, Mohsen Fakhrizadeh, a été assassiné mi-novembre près de Téhéran. L'Iran a attribué cette attaque à Israël.


Téhéran appelle Séoul à libérer ses fonds gélés par les sanctions américaines

Le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri, le 16 mai 2017 (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous appelons le gouvernement coréen à libérer les ressources financières de l'Iran dans les plus brefs délais», a déclaré le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri
  • L'Iran était l'un des principaux fournisseurs de pétrole de la Corée du Sud jusqu'à ce que Séoul cesse ses achats en 2018 après la décision des Etats-Unis de sortir de l'accord international sur le nucléaire iranien

TÉHÉRAN: Le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri a exigé dimanche que Séoul débloque des fonds iraniens de plusieurs milliards d'euros gelés en raison des sanctions américaines en accueillant à Téhéran le Premier ministre sud-coréen Chung Sye-kyun. 

« Nous appelons le gouvernement coréen à libérer les ressources financières de l'Iran dans les plus brefs délais », a déclaré M. Jahanguiri, dans une conférence de presse commune avec M. Chung. 

La visite de M. Chung survient après que l'Iran a libéré vendredi un pétrolier battant pavillon sud-coréen saisi en janvier par les forces iraniennes alors que Téhéran pressait Séoul de débloquer plusieurs milliards d'euros gelés en raison des sanctions américaines. 

Téhéran avait accusé Séoul de retenir « en otage » sept milliards de dollars de fonds (5,7 milliards d'euros) appartenant à l'Iran, mais a nié à plusieurs reprises que l'arraisonnement du pétrolier soit liée à cette question. 

L'Iran était l'un des principaux fournisseurs de pétrole de la Corée du Sud jusqu'à ce que Séoul cesse ses achats en 2018 après la décision des Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, de sortir de l'accord international sur le nucléaire iranien. 

La visite du Premier ministre sud-coréen intervient également au moment où des discussions ont lieu à Vienne entre Téhéran et les autres Etats parties à l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015 (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour tenter de réintégrer les Etats-Unis à ce pacte et de lever les sanctions imposées depuis 2018 par Washington contre la République islamique.