Bayrou: l'"islamo-gauchisme" n'est "pas le premier problème de l'université"

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal avait estimé dimanche dernier que l'islamo-gauchisme "gangrène la société dans son ensemble et l'université n'est pas imperméable", des propos qui ont provoqué un tollé en France. (AFP).
La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal avait estimé dimanche dernier que l'islamo-gauchisme "gangrène la société dans son ensemble et l'université n'est pas imperméable", des propos qui ont provoqué un tollé en France. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 18 février 2021

Bayrou: l'"islamo-gauchisme" n'est "pas le premier problème de l'université"

  • L'"islamo-gauchisme" n'est pas "le premier problème de l'université", a estimé jeudi François Bayrou, patron du MoDem
  • La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal avait quant à elle estimé dimanche dernier que l'islamo-gauchisme "gangrène la société dans son ensemble et l'université n'est pas imperméable"

PARIS: L'"islamo-gauchisme" n'est pas "le premier problème de l'université", a estimé jeudi François Bayrou, patron du MoDem, allié de la majorité, après le tollé suscité par la demande de la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal au CNRS d'une enquête à ce propos.


"On ne peut pas aujourd'hui considérer que l'université soit devant ce genre de question perpétuellement centrée autour de l'islam ou d'une religion. Dans les universités que je connais, ce n'est pas comme ça que ça se passe", a souligné l'ancien ministre de l'Education nationale sur BFTMV et RMC.


"Ca ne me paraît pas être le premier problème de l'université française", qui est aujourd'hui, avec la crise sanitaire, "devant des questions extrêmement lourdes, avec des étudiants qui n'ont pas vu d'enseignant physiquement depuis des mois et des mois", a-t-il insisté.


Après avoir épinglé dimanche sur Cnews l'"islamo-gauchisme" qui, selon elle, "gangrène la société dans son ensemble et l'université n'est pas imperméable", Mme Vidal a enfoncé le clou mardi en annonçant avoir demandé au CNRS "un bilan de l'ensemble des recherches" qui se déroulent en France, pour distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme.


Les propos ont suscité un tollé dans les rangs des universitaires, et plusieurs voix au sein de la majorité l'ont appelée à revoir ses priorités.


"La priorité pour le gouvernement, c'est évidemment la situation des étudiants dans la crise sanitaire", a souligné mercredi le porte-parole Gabriel Attal, tout en rappelant "l'attachement absolu" d'Emmanuel Macron à "l'indépendance des enseignants-chercheurs".


Sur LCI jeudi toutefois, la députée Aurore Bergé, présidente déléguée du groupe LREM à l'Assemblée, a estimé que "la ministre a raison de ne pas être aveugle à ce qui se passe" dans "un certain nombre de nos universités".


"Certains aujourd'hui cherchent à instrumentaliser notre université pour qu'elle donne un crédit scientifique à des théories militantes", a-t-elle accusé.


A droite, le vice-président des Républicains Gilles Platret a jugé que "le monde universitaire, en rejetant violemment la proposition de la ministre Vidal sur l'islamogauchisme, fait la démonstration qu’il est gangrené par l'indigénisme".


La présidente (Libres!) de la région Île-de-France Valérie Pécresse a jugé sur Radio Classique que "la pensée islamo-gauchiste" ne doit pas devenir "l'alpha et l'oméga de la pensée à l'université", alors que des courants "très puissants" sont à l'oeuvre selon elle dans certaines facultés.


L'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a toutefois rappelé la "liberté fondamentale" qu'est l'indépendance des enseignants chercheurs.


Interrogé par Sud-Radio, l'eurodéputé LFI Manuel Bompard a estimé que la ministre devait "démissionner", soulignant qu'il n'existait aucun pays dans le monde "où le pouvoir décide qu'il y a des recherches autorisées et des recherches interdites". 


"Je ne demande pas la démission de la ministre", a déclaré Jean Chambaz, président de Sorbonne Université, sur franceinfo. Tout en déplorant que le gouvernement aille "draguer des secteurs de l'opinion publique dans des endroits assez nauséabonds" et l'incitant à "se consacrer à la gestion de la crise plutôt qu'à préparer la présidentielle".


Un mort et un blessé grave lors du crash d'un ULM dans la Creuse

Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Short Url
  • L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi
  • Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers

GUERET: Le pilote d'un avion bi-place a été tué et son passager grièvement blessé lors du crash de leur appareil jeudi près de Guéret, dans la Creuse, a-t-on appris auprès des pompiers.

L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi, à 6 km à l'est de Guéret, après une tentative de décollage manquée, a précisé le maire de Saint-Laurent Alain Clédière à un correspondant de l'AFP.

Selon M. Clédière, "l'avion appartenait à la famille du pilote".

Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers. Son passager, âgé de 20 ans a été transporté en état d’urgence absolue au CHU de Limoges.


Macron et le Premier ministre australien veulent «rebâtir une relation» de «confiance», selon l'Elysée

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales»
  • La défaite de Scott Morrison aux législatives «me convient très bien», avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian

PARIS: Le Président de la République Emmanuel Macron et le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese veulent « rebâtir une relation » de « confiance », après la crise diplomatique liée à la rupture d'un mégacontrat de sous-marins français, a indiqué jeudi l'Elysée dans un communiqué.  

« Après avoir pris note de la profonde rupture de confiance qui a suivi la décision de l'ancien Premier ministre, Scott Morrison, de mettre fin au programme des futurs sous-marins », il y a 8 mois, Emmanuel Macron et Anthony Albanese, qui ont échangé jeudi au téléphone, « sont convenus de rebâtir une relation bilatérale fondée sur la confiance et le respect, pour surmonter ensemble les enjeux globaux, au premier rang desquels l'urgence climatique, et les défis stratégiques en Indopacifique », a précisé l'Elysée. 

« Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales », ajoute le communiqué. 

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. 

La défaite de Scott Morrison aux législatives « me convient très bien », avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. 

Canberra avait provoqué une brouille magistrale en septembre dernier avec Paris en dénonçant un contrat de vente de sous-marins français à la marine australienne pour plus de 50 milliards d'euros, leur préférant des sous-marins anglo-américains à propulsion nucléaire, dont les bâtiments français n'étaient pas pourvus. 

Pour marquer sa colère, la France avait rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis, un acte sans précédent vis-à-vis de cet allié historique, de même que celui en Australie, pays à l'origine de la crise. 

Début avril, les autorités australiennes ont admis que Canberra devrait payer jusqu'à 5,5 milliards de dollars australiens (3,7 milliards d'euros) pour mettre fin à l'accord avec la France.


Dans le Loiret, Elisabeth Borne au chevet des agriculteurs touchés par la sécheresse

Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne a rappelé le doublement de l'enveloppe à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau
  • Elle a assuré que son gouvernement allait «poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte»

SANDILLON: Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse, a assuré que son gouvernement était "déterminé à agir pour éviter que la situation ne se dégrade" et "accompagner financièrement les agriculteurs".

En visite dans cette exploitation de 230 hectares, située entre la Beauce et la Sologne et spécialisée dans les céréales, les fraises et les asperges, la Première ministre a longuement échangé avec un jeune agriculteur qui lui a expliqué que "cette année, la sécheresse avait démarré de bonne heure". 

"Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été", a expliqué Mme Borne, qui était accompagnée du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau et de la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin. 

Consigne a été donnée aux préfets "de préserver au maximum la ressource en eau", avec "des messages à tous les Français pour baisser leur consommation d'eau", et pour les situations les plus difficiles "des arrêtés sécheresse et donc des restrictions sur les usages non prioritaires", a-t-elle ajouté, précisant que 19 départements sont aujourd'hui concernés.

La cheffe du gouvernement a par ailleurs rappelé que 400 millions d'euros seront alloués "aux éleveurs qui peuvent avoir du fait de la sécheresse des difficultés sur l'alimentation animale", dans le cadre du plan d'aide exceptionnelle mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l'envolée des prix de ces aliments. 

"Le guichet de mise en place de cette aide ouvrira dès lundi", a-t-elle annoncé.

Elisabeth Borne a également rappelé le doublement de l'enveloppe (de 20 à 40 millions d'euros) à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau, et les 100 millions d'euros supplémentaires mis à disposition des agences de l'eau pour aider les filières agricoles à s'adapter ou créer des retenues d'eau.

"Par ailleurs, partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a assuré que son gouvernement allait "poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte", afin que "le nouveau dispositif s'applique à partir du 1er janvier 2023".

"Je veux le dire très clairement aux agriculteurs, mon gouvernement est à leurs côtés pour les accompagner dans cette transition", a conclu Mme Borne.