Alaabi: des jouets éducatifs pour promouvoir la culture et la langue arabe

Hala GHarib, fondatrice de Alaabi (photo fournie)
Hala GHarib, fondatrice de Alaabi (photo fournie)
Arabicubes, le jouet le plus vendu de la marque Alaabi (photo fournie)
Arabicubes, le jouet le plus vendu de la marque Alaabi (photo fournie)
Short Url
Publié le Dimanche 21 février 2021

Alaabi: des jouets éducatifs pour promouvoir la culture et la langue arabe

  • En 2019, Hala Gharib lance la première start-up spécialisée dans la création et la fabrication de jeux et de ressources pédagogiques inspirés de la culture arabe
  • Les jeux proposés contribuent à stimuler la curiosité des enfants, à développer leurs compétences cognitives et à faciliter la découverte de la culture arabe et de sa richesse

BEIRUT : En 2019, Hala Gharib lance Alaabi («Mes jouets» en arabe), la première start-up spécialisée dans la création et la fabrication de jeux et de ressources pédagogiques inspirés de la culture arabe. Son objectif? Rendre l'enseignement et l'apprentissage de la langue amusant et facile d’accès.

À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle – proclamée par l’Unesco en 1999 –, Arab News en français a rencontré cette entrepreneure qui s’est lancée dans cette aventure par amour pour sa langue maternelle.

«J'ai tout d’abord créé Alaabi pour des raisons personnelles. Comme des millions de personnes d’origine arabe qui résident loin de leur pays, j’ai voulu que mes enfants, nés à l’étranger, découvrent leur culture d’origine et s’en rapprochent. Or, la manière la plus efficace est certainement de passer par la langue, considérée comme le meilleur intermédiaire pour stimuler le sentiment d’appartenance. Ma démarche consistant à rechercher des jouets de bonne qualité pour soutenir ce parcours d'apprentissage me semblait vaine. Mais j’ai pris conscience que je n’étais pas seule. J’ai alors voulu accompagner parents, enseignants, orthophonistes, travailleurs sociaux [dans les camps de réfugiés], et toute personne désireuse de découvrir et de mieux connaître cette langue», déclare Hala Gharib. 

Ainsi, les «outils» proposés, c’est-à-dire les jeux éducatifs créatifs et durables, contribuent à stimuler la curiosité des enfants, à développer leurs compétences cognitives et à faciliter la découverte de la culture arabe et de sa richesse, car «la mémoire visuelle joue un rôle essentiel dans l’apprentissage de la langue», explique la créatrice d’Alaabi.

Une méthode à la fois ludique et didactique 

Q
(Photo fournie)

Design pointilleux, graphisme minimaliste et soigné… Alaabi propose six produits ludiques autour de l’apprentissage de la langue, des chiffres, des jeux portant sur la culture ou le vocabulaire. Pour étoffer cette gamme déjà riche, d’autres jouets pédagogiques sont actuellement en cours d’étude.

Tous ont été élaborés avec l’aide de professionnels du langage. «Nos jouets et nos jeux ont été conçus avec des professeurs d'arabe afin d'optimiser le processus d'apprentissage, que ce soit à la maison ou à l'école», explique Hala Gharib, qui insiste sur l’importance d’une méthode «facile, ludique, amusante». Cette dernière s’appuie sur des matériaux «de grande qualité qui répondent aux normes internationales et européennes en matière de jouets pour enfants».

Par ailleurs, cette entreprise située à Londres ne se limite pas à l’Europe puisque, outre le Vieux Continent, les réseaux de distribution couvrent le monde arabe, notamment les Émirats arabes unis et le Qatar. «Il y a même une autorité gouvernementale dans le Golfe qui a commandé un grand nombre de jouets, ce qui accroît la crédibilité des jouets utilisés à des fins éducatives dans le monde arabe également», se félicite-t-elle, avant d’ajouter: «Je développe actuellement un réseau aux États-Unis et au Canada.»

L’entrepreneure précise en outre que ses produits ne sont pas conçus uniquement pour les enfants. Les Arabicubes, par exemple, sont aussi populaires auprès des apprenants adultes que des orthophonistes. Chacun de ces nombreux cubes de bois colorés présente une lettre sur l’un de ses côtés; en faisant tourner l’ensemble du bloc, on fait apparaître les lettres sous leurs différentes formes et, en les assemblant, on peut créer des mots et des phrases simples.

«Approche sensorielle»

Q
(Photo fournie)

Hala Gharib explique qu’elle n’aimait pas la langue arabe lorsqu’elle était à l’école. «Dans ma jeunesse, les méthodes d’enseignement de l’arabe n’étaient pas modernes, et elles ne le sont toujours pas dans certains pays». Cela rend l’apprentissage plus difficile, notamment pour les nouvelles générations. «Il nous appartient de rendre l’apprentissage des enfants simple et facile. Pour cela, l’approche sensorielle est nécessaire», précise-t-elle.

Le message qu’elle veut transmettre s’adresse en grande partie aux parents qui ont parfois des préjugés sur la langue arabe. «Si vous la percevez en tant que source de richesse, vos enfants auront la même interprétation», estime-t-elle. «Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’adapter ni s’imprégner de la culture du pays qui nous a accueillis, mais cela ne signifie pas non plus qu’il faudrait renoncer à sa culture d’origine. Il faut nourrir ce multilinguisme, ce multiculturalisme, et en faire un atout.»

Par ailleurs, «la langue arabe est belle avec le brassage de ses accents, ses connotations, ses subtilités, et c’est aussi pour cela qu’il m’a semblé important de transmettre ces notions à nos jeunes générations», conclut l’entrepreneure.


Un réseau houthi de contrebande d'armes révèle des informations sur les itinéraires de transport d'armes de l'Iran

Un combattant houthi armé d'un lance-roquettes, à Sanaa, au Yémen, le 21 février 2019. (AFP)
Un combattant houthi armé d'un lance-roquettes, à Sanaa, au Yémen, le 21 février 2019. (AFP)
Short Url
  • Les membres de la cellule ont dit qu'ils recevaient de l'argent de la milice et étaient formés par des Iraniens
  • Les contrebandiers ont mentionné la ville iranienne de Bandar Abbas comme point de départ des expéditions d'armes

DJEDDAH : Une cellule de contrebande loyale aux Houthis au Yémen, récemment démantelée, a fourni davantage d'informations sur les itinéraires et les techniques de transport d'armes de l'Iran, ainsi que des preuves supplémentaires de son soutien militaire à la milice, ont déclaré des responsables yéménites.

Les forces conjointes du gouvernement yéménite, qui regroupent trois grandes unités militaires sur la côte ouest du pays, ont publié samedi une vidéo montrant les aveux de quatre membres d'une cellule houthie impliqués dans la contrebande d'armes iraniennes vers les zones contrôlées par les Houthis.

Les forces conjointes ont déclaré qu'elles avaient récemment démantelé des cellules houthies le long de la côte occidentale impliquées dans la contrebande d'armes, l'espionnage et qui avaient pour cible des responsables militaires et la sécurité au Yémen.

Les quatre hommes font de la contrebande d'armes depuis l'Iran vers le Yémen depuis cinq ans.

Le chef de la cellule, Ali Mohammed Halhali, est toujours en fuite, ont déclaré les forces conjointes, qui ont promis de diffuser d'autres vidéos d'autres contrebandiers et agents houthis dans les jours à venir.

D'après les aveux, les contrebandiers yéménites partaient généralement de différentes villes côtières telles que Sheher, dans la province du Hadramout (sud-est), et Al-Ghaydah, dans la province de Mahra (est).

Ils ont rencontré un autre groupe de contrebandiers yéménites à un endroit du golfe d'Oman, où ils ont transporté des armes iraniennes depuis leurs bateaux avant de se rendre à un point de transit en Somalie.

Plus tard, un autre groupe de contrebandiers acheminait la même cargaison au Yémen.

Certains bateaux accostaient dans des zones contrôlées par les Houthis en mer Rouge, tandis que d'autres navires chargés d'armes entraient dans des zones contrôlées par le gouvernement en mer d'Oman ou en mer Rouge.

Ibrahim Omer Hassan Akad, membre de la cellule, a déclaré que lui et plusieurs contrebandiers ont navigué de Sheher vers le golfe d'Oman, où ils ont rencontré d'autres contrebandiers transportant des armes depuis l'Iran.

Les contrebandiers se sont ensuite dirigés vers le port somalien de Berbera, où ils ont livré la cargaison à d'autres contrebandiers yéménites qui ont transporté les marchandises au Yémen.

Après avoir réussi à livrer les armes, Akad a entrepris un autre voyage en utilisant les mêmes itinéraires à travers Sheher, le golfe d'Oman et la côte somalienne.

Au cours de l'un de ses voyages, on lui a demandé, ainsi qu'à d'autres contrebandiers, de se rendre en Iran où ils ont reçu des armes directement des Iraniens et les ont remises à d'autres Yéménites.

Akad a déclaré qu'il avait également fait passer du carburant et des engrais aux Houthis via certains ports somaliens.

Les autres contrebandiers, Mustafa Ahmed Gadad, Ali Mohammed Halhali et Hussein Yahiya Futaini, ont déclaré que les Houthis avaient donné à certains d'entre eux 1,5 million de Yer (1 Yer = 0,0039 Euro) pour chaque voyage et qu'ils avaient été capturés par la marine américaine en 2018 alors qu'ils transportaient des armes de l'Iran vers le Yémen.

Les États-Unis ont confisqué les armes et remis les contrebandiers aux autorités d'Aden, qui les ont ensuite relâchés.

Les contrebandiers ont mentionné la ville iranienne de Bandar Abbas comme un point de départ clé pour les expéditions d'armes iraniennes et ont dit avoir reçu une formation à la contrebande de la part des Iraniens.

Des responsables gouvernementaux, des journalistes et des militants yéménites ont demandé que les Iraniens soient sanctionnés pour avoir sapé la paix au Yémen en armant la milice, arguant que la contrebande d'armes à laquelle se livrent les Houthis montre qu'ils se préparent à la guerre.

Le journaliste yéménite Hassan Ghaleb a déclaré que les confessions contredisaient les affirmations des Houthis selon lesquelles ils fabriquaient des missiles, des drones et d'autres armes au Yémen et le fait qu’ils aient démenti recevoir un soutien militaire de l'Iran.

« La contrebande est la source d’armes la plus importante pour les Houthis, en particulier pour les missiles guidés, les drones et la technologie militaire iranienne », a déclaré Ghaleb.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et l'OCI présentent leurs condoléances après l'incendie d'une église au Caire

À gauche : Le Premier ministre Mostafa Madbouli et le ministre de la Santé Khaled Abdel-Ghaffar rendent visite à un blessé dans un hôpital après l'incendie d'une église copte au Caire. (AFP/AP)
À gauche : Le Premier ministre Mostafa Madbouli et le ministre de la Santé Khaled Abdel-Ghaffar rendent visite à un blessé dans un hôpital après l'incendie d'une église copte au Caire. (AFP/AP)
Short Url
  • Un incendie a ravagé une église copte dans la capitale égyptienne, faisant au moins 41 victimes et plusieurs blessés
  • Le ministère a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la sécurité pour l'Égypte et son peuple

RIYAD : Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé sa « grande tristesse et son chagrin » à la suite du gigantesque incendie qui a ravagé dimanche l'église Abu Sefein au Caire, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L’incendie qui a ravagé l'église copte dans la capitale égyptienne, a fait au moins 41 morts et plusieurs blessés.

Le ministère a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la sécurité pour l'Égypte et son peuple.

Dimanche également, le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), Hissein Brahim Taha, a exprimé ses condoléances au pays comme aux familles des victimes et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Il a également souligné la solidarité, dans ces circonstances tragiques, de l'OCI avec l'Égypte tout en l’assurant de son appui.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Égypte : Au moins 41 morts et 55 blessés dans l'incendie d'une église à Gizeh

Des personnes et des policiers se rassemblent près du lieu où un incendie meurtrier s'est déclaré dans l'église Abu Sifin à Gizeh, en Égypte. (Reuters)
Des personnes et des policiers se rassemblent près du lieu où un incendie meurtrier s'est déclaré dans l'église Abu Sifin à Gizeh, en Égypte. (Reuters)
Short Url
  • Des dizaines de personnes ont été emmenées dans des hôpitaux locaux et le nombre de victimes devrait augmenter
  • Le président El-Sisi téléphone au pape Tawadros II pour lui exprimer ses condoléances et l’assurer de son soutien

LE CAIRE : Le ministère égyptien de la Santé a annoncé que 55 personnes avaient été transportées à l'hôpital après qu'un incendie s’est déclaré dimanche dans l'église Abu Sefein, dans le nord de Gizeh.

Dans un communiqué, l'Église copte orthodoxe a indiqué qu’un grand incendie s'est déclaré pendant la liturgie divine et que des fidèles ont été transférés à l'hôpital général d'Imbaba et à l'hôpital d'Agouza.

Le communiqué ajoute que, selon des sources du ministère de la Santé, le nombre de décès s'élève à ce jour à 41 personnes et que 14 autres sont blessées.

Ces chiffres ne sont pas confirmés, et le décompte devrait changer.

Hossam Abdel Ghaffar, porte-parole officiel du ministère de la Santé et de la Population, a confirmé que 30 ambulances ont été envoyées à l'église pour transporter les gens dans les deux hôpitaux locaux.

Le président Abdel Fattah El-Sisi a téléphoné au pape Tawadros II pour présenter ses condoléances aux familles des victimes de l'accident.

Au cours de cet appel, El-Sisi a souligné que toutes les institutions de l'État apporteraient le soutien nécessaire pour contenir les effets de l'incendie.

Abdel Ghaffar a déclaré que l'état de préparation des hôpitaux de Gizeh et du Caire avait été relevé, et que tous les groupes sanguins et les médicaments d'urgence étaient disponibles dans les établissements accueillant les blessés.

L'administration générale de la protection civile de Gizeh a envoyé des pompiers et des véhicules pour combattre l'incendie, qui a été rapidement maîtrisé.

Le Premier ministre Mostafa Madbouly a adressé ses sincères condoléances aux familles des victimes.

La police scientifique et d'autres autorités sont, quant à elles, sur les lieux pour déterminer la cause de l'incendie.

Le procureur général Hamada Al-Sawy a publié une déclaration indiquant qu'une équipe d'enquête avait été formée, et que le ministère public annoncerait ses résultats en temps voulu.

L'examen préliminaire des preuves médico-légales suggère que l'incendie s'est déclaré dans le système de climatisation au deuxième étage du bâtiment de l'église, qui comprend des salles de classe, à la suite d'une faille électrique.

Le ministère des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite a exprimé sa « grande tristesse et sa douleur » à la suite de cet incendie et a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com