Fashion Week de Londres: La marque émiratie Qasimi présente sa collection automne 2021

Qasimi Prêt-à-porter Automne 2021. (Photo Fournie)
Short Url
Publié le Lundi 22 février 2021

Fashion Week de Londres: La marque émiratie Qasimi présente sa collection automne 2021

  • La nouvelle collection est la troisième de Hoor al-Qasimi pour la marque basée à Londres depuis qu’elle en a repris les rênes après le décès de son frère jumeau Khalid al-Qasimi en 2019
  • Les vêtements structurés et sur mesure d’Hoor al-Qasimi enveloppent le corps, embrassent les formes

DUBAÏ: En ces temps étranges et sans précédent, il semble que les meilleurs vêtements soient ceux qui vous enveloppent d’une chaude étreinte, qui offrent une sensation apaisante de protection et de confort. La collection automne 2021 de Hoor al-Qasimi appartient à cette catégorie.

«La nouvelle collection est centrée sur ce concept: être enveloppé, étreint et protégé pendant une période aussi incertaine», a expliqué à Arab News Hoor al-Qasimi, la directrice artistique émiratie de la marque de vêtements pour homme basée à Londres.

 

qasimi
Qasimi Prêt-à-porter automne 2021. (Photo Fournie)

S’inspirant de l’architecture islamique – plus précisément du moucharabieh, élément de l’architecture arabe traditionnelle utilisé depuis le Moyen Âge jusqu’au milieu du XXe siècle – les vêtements structurés et sur mesure d’Hoor al-Qasimi enveloppent le corps, embrassent les formes.

qasimi
Qasimi Prêt-à-porter Automne 2021. (Photo Fournie)

Mme Al-Qasimi a dévoilé sa nouvelle collection via une présentation numérique lors de la Fashion Week de Londres, en cours jusqu’au 23 février.

Comme Hoor al-Qasimi est un mécène (elle est la fondatrice de la Sharjah Art Foundation), il n’est pas surprenant qu’elle ait décidé de présenter la collection automne 2021 par le biais d’un film de mode.

La vidéo est le résultat d’un effort de collaboration entre la compagnie de performance interdisciplinaire Bakani Pick-Up, qui a chorégraphié la présentation, et Visionist, qui a composé la bande originale. «Ce fut une expérience merveilleuse, et j’espère que d’autres collaborations similaires suivront», confie la directrice artistique.

Quant à la collection, elle est ponctuée d’une gamme variée et intéressante de tissus inspirés des décors intérieurs des salles de réunion utilisées par le Bloomsbury Group, qui réunit un certain nombre d’écrivains, d’intellectuels, de philosophes et d’artistes. Parmi les matériaux utilisés on retrouve la chenille et le mohair pour des pièces comme une parka énorme et un trench, un pantalon cargo et un kilt.

Pour la palette de couleurs, la créatrice s’est tournée vers le Yémen. Des notes plus douces de laurier et de citron vert en sourdine contrastent avec le lierre, le violet foncé, le cumin, le cuivre et le safran. Les imprimés adoptent une attitude rebelle, jouant sur le camouflage militaire de la région, mais compensés par des motifs de tulipes plus doux que l’on retrouve dans la céramique et les tuiles du monde islamique.

Les mots du défunt homme d’État allemand Konrad Adenauer: «Nous vivons tous sous le même ciel», ont été imprimés sur des panneaux amovibles et des vêtements d’extérieur, tandis que «Rêve!» écrit en calligraphie arabe a été brodé sur des vêtements en jersey. «Enfin libre», une référence au discours de 1963 de Martin Luther King, figure également dans la collection.

Cette nouvelle collection est la troisième de Hoor Al-Qasimi pour la marque basée à Londres depuis qu’elle en a repris les rênes après le décès de son frère jumeau Khalid al-Qasimi en 2019. Bien que la mode soit un nouveau territoire pour la directrice artistique, la créatrice née à Charjah révèle qu’elle «s’est familiarisée lentement avec les choses».

«Le plus important est d’écouter les gens qui vous entourent et d’apprendre de leurs expériences», explique-t-elle.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com


Ateliers calligraphie dans l’Alliance française d’Arabie Saoudite

Les apprenants de l’Alliance française de Djeddah (Photo, fournie)
Short Url
  • L’Alliance française en Arabie saoudite initie et forme chaque année plus de 3 000 Saoudiens et expatriés à la langue française
  • Ces ateliers inédits ont réuni plus de 30 apprenants de tous horizons, pour célébrer la francophonie, le plurilinguisme et l’échange interculturel

MONTRÉAL: À l’occasion du festival de la Francophonie, l’Alliance française d’Arabie saoudite a organisé, en coopération avec l’ambassade de France à Riyad et le consulat général à Djeddah, trois ateliers de calligraphie arabe guidés par de jeunes artistes saoudiens, à Al Khobar, Djeddah et Riyad, en dépit de toutes les contraintes liées à la crise sanitaire.   

2
Ateliers de calligraphie arabe guidés par de jeunes artistes saoudiens (Photo, fournie)  

Le jeudi 1er avril, pendant près de trois heures, l’artiste Osamah Abdelaziz a partagé sa passion avec les apprenants de l’Alliance française de Djeddah, qui découvraient cet art pour la toute première fois. Une opportunité pour eux de s’exercer avec des mots arabes qui ont une influence sur la langue française: café, safran, guitare, sucre… et bien d’autres!   


Les arbres victimes du bruit, même quand le silence revient

Des arbres sur une parcelle forestière près de Vologda, à 500 kilomètres au nord-est de la capitale russe Moscou, le 16 mars 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • La pollution sonore liée aux activités humaines a largement augmenté depuis le milieu du siècle dernier, une situation qui a poussé les biologistes à se pencher sur son impact sur la faune et la flore
  • Des scientifiques américains ont étudié des arbres exposés pendant 15 ans à un niveau élevé de bruit artificiel, au Nouveau Mexique

PARIS: Industrie, construction de routes ou de bâtiments... Non seulement le bruit nuit aux arbres et à la diversité des plantes, mais son impact négatif peut durer bien après le retour du silence, selon une étude publiée mercredi. 

La pollution sonore liée aux activités humaines a largement augmenté depuis le milieu du siècle dernier, une situation qui a poussé les biologistes à se pencher sur son impact sur la faune et la flore. 

De précédentes études ont déjà examiné les effets à court terme du bruit --qui chasse les pollinisateurs tels que les insectes-- sur les arbres, mais peu de chercheurs ont enquêté sur les impacts à long terme. 

Des scientifiques américains ont étudié des arbres exposés pendant 15 ans à un niveau élevé de bruit artificiel, au Nouveau Mexique. 

Selon l'étude publiée dans Proceedings of the Royal Society B, ils ont découvert une réduction de 75% de jeunes pousses de pins à pignon dans les zones bruyantes par rapport aux zones plus calmes. 

Ils ont ensuite examiné les zones où la pollution sonore avait disparu pour voir quelle était la réaction des arbres, partant de l'hypothèse que ces populations (genévriers et pins à pignons) allaient se remettre rapidement, dès que les geais qui dispersent les graines reviendraient sur la parcelle redevenue silencieuse. 

Mais à l'inverse, ils ont observé un déclin à long terme du nombre de nouvelles pousses, les oiseaux refusant de revenir sur ces sites. 

« Les effets de la pollution sonore provoquée par l'Homme s'infiltrent dans la structure de ces communautés forestières », a commenté Clint Francis, biologiste à l'université polytechnique de Californie, co-auteur de l'étude. « Ce que nous constatons, c'est que faire disparaitre le bruit ne signifie pas nécessairement une reprise des fonctions écologiques ». 

Parce que les animaux pollinisateurs peuvent rester à l'écart même si le bruit cesse: « Des animaux comme le geai buissonnier sont sensibles au bruit et apprennent à éviter certaines zones », a expliqué Jennifer Phillips, autre co-auteur de l'étude. 

« Cela peut prendre du temps aux animaux pour redécouvrir ces zones précédemment trop bruyantes et nous ne savons pas combien de temps », a-t-elle ajouté, plaidant pour que les nuisances sonores soient prises en compte dans l'évaluation des impacts de l'urbanisation sur la nature. « Je pense vraiment que la pollution sonore et d'autres polluants sensoriels comme la lumière, ne sont pas suffisamment pris en compte ». 


La première revue de philosophie d'Arabie saoudite fait œuvre de pionnier

Le Saudi Journal of Philosophical Studies (SJPS) a été initié par la plate-forme culturelle Mana, créée il y a deux ans. (Fourni)
Short Url
  • La première édition de la revue comporte des articles rédigés par des philosophes originaires de pays non arabes, plus particulièrement d'Allemagne et des États-Unis
  • Le prochain objectif poursuivi par la communauté philosophique saoudienne est d'enseigner la philosophie dans les universités saoudiennes en tant que discipline académique indépendante

DJEDDAH: La première revue de philosophie d'Arabie saoudite vient de paraître. Sa rédactrice en chef a annoncé que le pays était le théâtre d’une «renaissance philosophique évidente». Le Saudi Journal of Philosophical Studies (SJPS) («Journal saoudien d'études philosophiques») a été initié par la plate-forme culturelle Mana, créée voici deux ans.

Selon sa rédactrice en chef, Sarah al-Rajhi, l'objectif principal de cette revue consiste à aider les chercheurs saoudiens, arabes et occidentaux à publier leurs travaux gratuitement et selon des normes scientifiques précises.

«La philosophie définit le niveau de connaissance dans toutes les cultures», a-t-elle déclaré à Arab News. «Il ne fait aucun doute que l'Arabie saoudite assiste aujourd'hui à une renaissance philosophique évidente qui va se traduire par la publication d'une revue philosophique académique, gérée par un comité de lecture. Chez Mana, nous nous efforçons de former les chercheurs à la rédaction de textes philosophiques et de créer une collection de ce genre de textes. Outre notre plate-forme en ligne, nous poursuivrons cet objectif à travers notre revue à comité de lecture.»

Sarah al-Rajhi explique que le conseil consultatif du SJPS regroupe douze grands penseurs et philosophes du monde arabe et de l'Occident, un nombre adéquat dans la mesure où chacun des membres représente une orientation et une école de pensée particulière.

Le choix des chercheurs repose sur des critères précis, notamment leurs travaux de recherche, leur notoriété auprès de la communauté des chercheurs scientifiques, leur «riche production philosophique» ainsi que leur appartenance à différentes régions du monde.

Le conseil consultatif compte des membres originaires d'Arabie saoudite, des États-Unis, d'Australie, du Royaume-Uni, du Sénégal, d'Égypte, de Tunisie, de Libye et d'Algérie.

Mme Al-Rajhi explique que, depuis sa création, le SJPS a reçu bon nombre d'articles de recherche rédigés dans différentes langues et provenant de plusieurs pays. 

«Nous avons confié l'évaluation de ces recherches à des conseillers proches, car la revue dispose d'une liste de conseillers hautement qualifiés. Nous avons rejeté certaines recherches qui ne répondaient pas aux normes requises pour la publication. Nous avons par ailleurs fourni à leurs auteurs les rapports des conseillers compétents, afin de les aider à parfaire et développer leurs recherches.»