Confiner Paris? La mairie tempère, Castex tance

Le Premier ministre français Jean Castex accompagné de la maire de Paris Anne Hidalgo et de la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pecresse. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Samedi 27 février 2021

Confiner Paris? La mairie tempère, Castex tance

  • Le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire a relativisé vendredi la proposition d'un confinement de trois semaines dans la capitale
  • « Entrevoir une sortie de crise sanitaire après trois semaines de confinement revenait à raconter des fadaises », estime Castex

PARIS : Une simple « hypothèse »: le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire a relativisé vendredi la proposition d'un confinement de trois semaines dans la capitale, critiquée jusqu'à être qualifiée de « fadaises » par le Premier ministre Jean Castex.

« Ce n'est pas une demande de notre part, mais simplement une hypothèse que nous souhaitons mettre sur la table » dans un contexte d'augmentation du taux d'incidence de la Covid-19 en Ile-de-France, a affirmé l'adjoint de la maire PS Anne Hidalgo lors d'une conférence de presse.

Jeudi soir, il avait affirmé que la mairie allait « faire des propositions de mesures complémentaires avec des degrés différents pour les mettre en débat » avec les représentants de l'Etat, la préfecture de police et l'Agence régionale de santé (ARS).

Parmi celles-ci, le renforcement du dépistage dans les écoles et entreprises, « le retour au télétravail de façon obligatoire », mais aussi un confinement de trois semaines afin « d'avoir la perspective de tout rouvrir » à son issue, y compris bars, restaurants et lieux culturels. Plutôt qu'un confinement le week-end comme à Nice ou Dunkerque, autres villes touchées par une nouvelle flambée de l'épidémie, mesure jugée « très contraignante sur le plan de l'impact sociétal et assez peu efficace sur le plan sanitaire ».

« Boulette »

Vendredi, l'élu socialiste a précisé son hypothèse avec un périmètre géographique « à l'échelle de l'Île-de-France, probablement au moins à l'échelle de la zone dense », et le « maintien de l'ouverture des écoles » avec vaccination du personnel enseignant. Et a lié ce confinement strict à la condition que « la situation se dégrade rapidement ».

Une réponse au porte-parole du gouvernement Gabriel Attal qui, au lendemain du placement de 20 départements sous surveillance renforcée, a souligné que « quand on réfléchit sur Paris, il faut réfléchir sur la région Île-de-France ».

En déplacement à Lyon, M. Attal a ensuite ironisé, constatant que « les propositions évoluaient » et appelé à « ne pas jouer avec les nerfs des Français » mis à rude épreuve depuis la survenue de l'épidémie il y a un an.

Le Premier ministre Jean Castex a été plus direct : il a affirmé qu'entrevoir une sortie de crise sanitaire après trois semaines de confinement revenait à raconter des « fadaises ». « Vous savez très bien qu'avec les variants, ce n'est pas possible », a ajouté le chef de gouvernement, en déplacement à Nantes.

Certains, comme le député ex-LREM Matthieu Orphelin, y ont vu de la « politicaille ». Selon lui, « si la mairie de Paris a fait une boulette, ce n'est pas la peine que le Premier ministre s'engouffre dans la brèche ».

L'opposition de droite parisienne a elle dénoncé une « demande faite sans aucune concertation » des maires d'arrondissement, de l'opposition au Conseil de Paris, de la région et des communes limitrophes. « De passage à Paris, Anne Hidalgo exige un confinement strict de Paris! Toujours en déconnexion avec ce que vivent les Parisiens », a ironisé sur Twitter la maire (LR) du 7e arrondissement Rachida Dati.

La région Ile-de-France, gouvernée par la droite, a apporté une réponse plus mesurée. « Si on peut éviter un reconfinement total, il faut essayer de trouver un chemin qui permette de le faire », a indiqué l'entourage de la présidente (Libres!) Valérie Pécresse. Pour lequel « il faudra sans doute des mesures de restriction supplémentaires au niveau régional, qu'il faudra doser

« Tension » à l'hôpital

Anne Hidalgo est venue au secours de son premier adjoint en fin de journée en soulignant sur Twitter l'urgence de « faire des choix clairs et efficaces qui assurent une efficacité sanitaire maximale et donnent des horizons tangibles à nos concitoyens ».

Et dans la concertation, pour montrer que le message était bien passé. « Je réunirai lundi les maires d'arrondissement, pour échanger sur des propositions de mesures qui seront soumises au préfet de police et à l'ARS d'Ile-de-France et concertées avec les communes et départements de petite et grande couronne », a indiqué Anne Hidalgo.

Les 8 départements franciliens sont tous sous « surveillance renforcée », susceptibles de faire l'objet de mesures de confinements locaux à partir du week-end du 6 mars si la situation continuait à se dégrader, après « concertations avec les élus », avait affirmé jeudi le Premier ministre Jean Castex.

Or, « les prévisions de l'AP-HP, de l'Inserm d'Ile-de-France, de l'Institut Pasteur et de l'Agence nationale de santé publique laissent craindre un impact lourd sur les hospitalisations en mars », insiste Mme Hidalgo.


Loi Climat: les députés suppriment un avantage fiscal sur le gazole routier pour 2030

Des manifestants participent à une manifestation appelée par plusieurs ONG et syndicats pour une "vraie" loi sur le climat, Place de la République à Paris. (AFP)
Short Url
  • L'Assemblée nationale a largement adopté cette mesure par 73 votes pour, six contre et neuf abstentions. Celle-ci prévoit la suppression par paliers jusqu'en 2030 de l'avantage fiscal dont bénéficie le gazole routier sur la TICPE
  • La majorité souhaite ainsi donner un coup d'accélérateur au renouvellement des flottes de poids lourds au bénéfice de camions roulant à l'hydrogène, au bio-gaz ou au bio-diesel

PARIS : Les députés ont programmé samedi la suppression d'un avantage fiscal sur le gazole routier à l'horizon 2030, malgré les mises en garde de la droite sur ses conséquences sur le secteur du transport routier, lors de l'examen du projet de loi "climat".

L'Assemblée nationale a largement adopté cette mesure par 73 votes pour, six contre et neuf abstentions. Celle-ci prévoit la suppression par paliers jusqu'en 2030 de l'avantage fiscal dont bénéficie le gazole routier sur la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques).

La majorité souhaite ainsi donner un coup d'accélérateur au renouvellement des flottes de poids lourds au bénéfice de camions roulant à l'hydrogène, au bio-gaz ou au bio-diesel. Avec un horizon: la fin de la vente des poids lourds à "énergie fossile" en 2040 voté dans l'hémicycle. 

Pour la droite, cet objectif pour 2030 relève du voeu pieux et risque d'avoir de sérieuses conséquences tant sociales qu'économiques sur un pavillon français déjà fragilisé par le dumping issu très majoritairement des pays de l'Est.

"Il faut arrêter ce 'camion bashing' depuis quelques années", a déclaré le LR Jean-Marie Sermier.

"L'augmentation de la fiscalité qui découlera de l'adoption de cet article handicapera les entreprises françaises", s'est alarmé son collègue Vincent Descoeur.

Pour les députés LR qui ont déposé une ribambelle d'amendements de suppression, les transporteurs vont se retrouver mécaniquement dans une impasse car ils ne pourront basculer massivement vers des véhicules décarbonés en raison de la faiblesse de l'offre industrielle. 

Avec un parc de 600 000 camions qui doit être changé tous les six ans, il n'y a pas "de capacité industrielle de massifier la production pour produire suffisamment de camions", a fait valoir M. Sermier.

Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari lui a opposé "les aides directes pour accompagner le secteur" vers un renouvellement de la flotte avec des engins "plus vertueux", et un écosystème industriel français "favorable" pour produire ces véhicules. 

Il a également promis une régulation sociale et politique "beaucoup plus efficace au niveau européen". 

Pour éviter toute distorsion de concurrence avec les pays voisins, la trajectoire sera précisée à l'issue de la présidence française du Conseil de l'Union européenne au premier semestre 2022, précise le projet de loi.


Gel: Castex promet «des enveloppes exceptionnelles», le Fonds des calamités «déplafonné»

Le Premier ministre Jean Castex à Colombier-Le-Cardinal. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement compte également «utiliser tous les moyens dont nous disposons en pareille circonstance, notamment par rapport aux charges», et va «réunir les banquiers, les assureurs et l'ensemble des acteurs qui vont pouvoir être mobilisés»
  • «À vous, agriculteurs qui, partout en France, avez lutté sans relâche, nuit après nuit, pour protéger les fruits de votre travail, je veux vous dire notre soutien plein et entier dans ce combat»

COLOMBIER-LE-CARDINAL : Le Premier ministre Jean Castex a promis samedi "des enveloppes exceptionnelles" pour aider les agriculteurs à faire face à l'épisode de gel qui a touché cette semaine 10 des 13 régions françaises, annonçant dans l'immédiat le déplafonnement du régime d'indemnisation des calamités agricoles.

Le gouvernement compte également "utiliser tous les moyens dont nous disposons en pareille circonstance, notamment par rapport aux charges", et va "réunir les banquiers, les assureurs et l'ensemble des acteurs qui vont pouvoir être mobilisés" pour répondre à cette crise, a-t-il ajouté après la visite d'une exploitation en Ardèche.

"À vous, agriculteurs qui, partout en France, avez lutté sans relâche, nuit après nuit, pour protéger les fruits de votre travail, je veux vous dire notre soutien plein et entier dans ce combat", a de son côté déclaré Emmanuel Macron dans un tweet.

"Tenez bon ! Nous sommes à vos côtés et le resterons", a ajouté le chef de l'Etat.

Le gel qui a couvert une large partie de la France cette semaine s'annonce comme l'un des pires des dernières décennies, de nombreuses cultures, vignes et vergers en particulier, ayant été frappées du nord au sud du pays.

Le régime des calamités agricoles, déclenché vendredi par le gouvernement, indemnise les pertes de récolte et les pertes de fonds causées par des variations anormales d'intensité d'un agent naturel climatique (sécheresse, inondation, gel...). 

Le Fonds des calamités agricoles est alimenté par une taxe de 5,5% sur les assurances obligatoires. Cette cotisation est plafonnée à 60 millions d'euros par an et l'Etat complète avec des subventions à hauteur des besoins en cas de sinistres climatiques importants.

"Il nous faudra aller au-delà en dégageant des enveloppes exceptionnelles motivées par cette situation exceptionnelle", a expliqué M. Castex lors de son déplacement, assurant que "le gouvernement, l'Etat assumera les responsabilités qui sont les siennes".

Face à des phénomènes climatiques qui "ont tendance à se répéter, on voit bien que tout ceci est lié au changement climatique qui est à l'oeuvre", a ajouté le Premier ministre. 

Il faudra selon lui "poursuivre et amplifier des actions structurelles" pour adapter à ce changement l'agriculture et l'ensemble de l'économie, à travers notamment la prochaine Politique agricole commune (PAC) européenne et le projet de loi sur le climat actuellement en discussion à l'Assemblée nationale.

"La France a besoin, et c'est aussi une question de souveraineté, d'une agriculture forte", a insisté Jean Castex à la fin de son intervention à Colombier-le-Cardinal.


Macron salue la mémoire du Prince Philip, un «familier de notre pays»

Un ardent partisan des Royals rend hommage à l'extérieur du château de Windsor, à Windsor, à l'ouest de Londres. (AFP)
Short Url
  • «Le Prince Philip était familier de notre pays pour y avoir vécu dans sa jeunesse et pour y être venu souvent en déplacement, jusqu'en 2014 à l'occasion du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie»
  • Le duc d'Edimbourg, mort à quelques semaines de son centième anniversaire, avait également passé plusieurs années pensionnaire près de Paris pendant une enfance agitée et loin de ses parents entre la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni

PARIS : Le président français Emmanuel Macron a de nouveau rendu hommage samedi à la mémoire du Prince Philip, rappelant que l'époux de la reine Elizabeth II, décédé la veille, avait été "familier de notre pays".

"Le Prince Philip était familier de notre pays pour y avoir vécu dans sa jeunesse et pour y être venu souvent en déplacement, jusqu'en 2014 à l'occasion du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie", écrit le chef de l'Etat dans un communiqué.

"Pour nombre de nos compatriotes", poursuit-il, "il incarnait l'élégance britannique et le panache. Croix de guerre française pour sa participation à la Seconde Guerre mondiale, Grand-Croix de l'Ordre national de la Légion d'honneur, il savait le prix payé par nos deux pays, alliés et frères dans le combat pour la liberté. Nos forces armées lui étaient profondément reconnaissantes de son amitié et de son soutien."

Le duc d'Edimbourg, mort à quelques semaines de son centième anniversaire, avait également passé plusieurs années pensionnaire près de Paris pendant une enfance agitée et loin de ses parents entre la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni.