KPMG: 98% des PDG saoudiens s'apprêtent à investir dans la technologie cloud en 2021

Les dirigeants d'entreprise en Arabie saoudite adoptent la révolution numérique. (Archive/Shutterstock)
Short Url
Publié le Lundi 01 mars 2021

KPMG: 98% des PDG saoudiens s'apprêtent à investir dans la technologie cloud en 2021

  • L'intelligence artificielle, l'automatisation des processus robotiques et la 5G devraient également faire l'objet d'investissements supplémentaires, selon une enquête
  • 88% des PDG d’Arabie saoudite voient la transformation technologique comme une opportunité plutôt qu'une menace

DJEDDAH: Les dirigeants d'entreprise d’Arabie saoudite adoptent la révolution numérique: 98% d’entre eux prévoient d'augmenter leurs investissements dans le cloud computing («informatique en nuage») cette année, selon une nouvelle enquête.

Le cloud computing arrive en tête des programmes des PDG du Royaume, avec des investissements dans l'intelligence artificielle, l'automatisation des processus robotiques et la 5G, populaire elle aussi, selon l'enquête 2020 de CEO Outlook du cabinet de conseil mondial KPMG.

Alors que les progrès technologiques peuvent poser des problèmes de sécurité, 88% des PDG d’Arabie saoudite considèrent la transformation technologique comme une opportunité plutôt qu'une menace.

«Le rythme de l'adoption de la technologie s'est accéléré cette année, alors que les organisations réagissent à une nouvelle réalité de travail. La plupart des PDG pensent que la pandémie a accéléré la création d'une expérience client numérique transparente et [que] la création de nouvelles sources de revenus numériques a progressé pendant la pandémie», indique Mazhar Hussain, directeur des innovations chez KPMG en Arabie saoudite.

«Néanmoins, la pandémie a connu une recrudescence de cyberattaques, ce qui a accru la sensibilisation et les investissements dans la cybersécurité. Le nombre de failles dans les opérations de la plupart des organisations a augmenté avec le travail à distance. Par conséquent, les entreprises doivent résister à l'envie d'orienter les coupes budgétaires vers des mesures préventives de cybercriminalité et [voir] la forte augmentation de la cybercriminalité mondiale comme une raison de continuer à faire progresser leurs cyberdéfenses», ajoute-t-il.

En même temps, selon l'enquête KPMG, la pandémie a ébranlé la confiance des PDG dans la croissance économique mondiale. Près de 32% d’entre eux ont déclaré qu'ils étaient moins confiants dans les perspectives de croissance mondiale des trois prochaines années qu'ils ne l'étaient au début de l'année.

Bien que l'investissement dans le cloud computing soit une priorité, une enquête réalisée en janvier par la société allemande de logiciels d'entreprise SAP a révélé que, si plus des quatre cinquièmes (89%) des hauts dirigeants du secteur public saoudien sont d’accord pour dire que le partage de données les aide à améliorer leurs relations avec les citoyens, beaucoup n'ont pas investi dans la formation pour mettre cela en œuvre.

La SAP constate que, si 83% des personnes interrogées ont déclaré que le partage de données améliorait l’innovation de leurs biens ou de leurs services actuels, seuls 22% l'ont fait avec des partenaires.

Et en ce qui concerne la formation, seuls 33% ont formé à nouveau leurs employés sur la meilleure façon d'analyser les données. Cette pénurie de compétences a été évoquée par 61% des personnes interrogées comme un obstacle à la réalisation des initiatives de changement stratégique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les profits des banques américaines s'envolent avec l'amélioration de l'économie

Sur cette photo, le logo de la banque Chase est vu dans une succursale près de Times Square à Manhattan, New York. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Le bénéfice net de JPMorgan Chase a été multiplié par cinq , celui de Wells Fargo par sept tandis que Goldman Sachs a dégagé un bénéfice net record de 6,8 milliards de dollars
  • Les établissements financiers avaient mis des milliards de côté l'an dernier pour faire face aux éventuels impayés de leurs clients

NEW YORK : Les banques américaines JPMorgan Chase, Wells Fargo et Goldman Sachs ont vu leurs profits bondir au premier trimestre, profitant de l'amélioration de l'économie pour réduire leurs réserves et de la bonne santé des marchés financiers.

Le bénéfice net de JPMorgan Chase a été multiplié par cinq à 14,3 milliards de dollars, celui de Wells Fargo par sept à 4,74 milliards de dollars tandis que Goldman Sachs a dégagé un bénéfice net record de 6,8 milliards de dollars. 

Face à la crise économique provoquée par la pandémie, les établissements financiers avaient mis des milliards de côté l'an dernier pour faire face aux éventuels impayés de leurs clients.

Mais les particuliers et de nombreuses entreprises ayant été soutenus par les aides des autorités américaines, les faillites sont finalement restées limitées. Et les banques sont plutôt optimistes pour les mois à venir.

JPMorgan Chase a en conséquence diminué ses réserves de 5,2 milliards de dollars et Wells Fargo de 1,6 milliard. 

Le risque que les clients ne remboursent pas leurs emprunts « semble désormais derrière nous », a souligné l'analyste Ken Leon du cabinet CFRA.   

Par ailleurs, les géants bancaires ont bien profité de l'intense activité sur les marchés financiers en début d'année, où les indices ont grimpé à des sommets et les introductions en Bourse se sont multipliées.

Goldman Sachs a vu le chiffre d'affaires de son activité de banque d'investissement –  quand l'établissement aide les entreprises à récolter de l'argent sur les marchés ou à mener une opération de fusion-acquisition par exemple –  bondir de 73%.

Chez JPMorgan, les revenus tirés de la banque d'affaires se sont envolés de 46%.

« La question est désormais de savoir si la performance du premier trimestre peut se répéter jusqu'à la fin de l'année », remarque M. Leon. « Pour l'instant les entreprises comme les investisseurs semblent prêts à continuer à prendre des risques (...). Le moment est idéal pour les banques d'affaires. »

L'un des risques qui planent sur les marchés est que l'accélération de la croissance fasse monter l'inflation et incite la banque centrale américaine à resserrer l'argent disponible, a souligné le PDG de Goldman Sachs, David Solomon. Mais ce n'est pas l'option la plus probable « à court terme », selon lui.

 


Le FMI appelle l'Europe à un nouvel effort budgétaire pour surmonter la crise

L'appel du FMI s'est fait à l'occasion de la publication de son rapport régional dans le cadre de ses Réunions de printemps qui sont organisées en mode virtuel cette année, pandémie oblige. (Photo, AFP)
Short Url
  • Pour l'heure, l'économie européenne est confrontée à plus de « risques à la baisse à court terme » que de chances d'amélioration en raison des mutations de la Covid-19
  • « Reflétant les vagues d'infection et le rythme des vaccinations, la reprise économique en Europe est toujours hésitante et inégale », a résumé le Fonds

WASHINGTON : Le directeur Europe du Fonds monétaire international, Alfred Kammer, a appelé mercredi les pays européens à donner « un coup de collier » en fournissant plus d'aide budgétaire en 2021 et 2022 pour surmonter la crise et réduire son impact à long terme.

Pour l'heure, l'économie européenne est confrontée à plus de « risques à la baisse à court terme » que de chances d'amélioration en raison des mutations de la Covid-19 et du retard pris dans la campagne de vaccination, a souligné le FMI à l'occasion de la publication de son rapport régional dans le cadre de ses réunions de printemps.

« Reflétant les vagues d'infection et le rythme des vaccinations, la reprise économique en Europe est toujours hésitante et inégale », a résumé Alfred Kammer.

« Pour fin 2021 et 2022, nous suggérons un coup de collier supplémentaire (...) parce que, in fine, c'est ce qui va déterminer si nous parviendrons à limiter les pertes de PIB, si celles-ci seront plus importantes ou moins importantes que ce que nous projetons », a-t-il dit au cours d'un entretien avec l'AFP.

Un effort « concerté » sera « énormément bénéfique pour tout le monde », a-t-il argué, relevant que l'Europe disposait encore d'un espace budgétaire si elle était confrontée à de nouveaux chocs.

Le FMI table sur une croissance de 4,5% cette année en Europe. Mais la croissance du PIB européen ne reviendra pas à son niveau d'avant pandémie avant 2022 et à condition que les vaccins « soient largement disponibles à l'été 2021 et tout au long de 2022 », a souligné M. Kammer, mettant en avant la grande incertitude entourant ces prévisions.

Accélérer la production et la distribution des vaccins « est le défi le plus critique à ce stade" et "les décideurs politiques doivent continuer à fournir une aide d'urgence pour soutenir les ménages et les entreprises », estime ainsi l'institution de Washington.

« Ciblé et temporaire »

Pour autant, « il ne s'agit pas d'un appel à augmenter les dépenses de manière (...) permanente mais d'un coup de pouce bien ciblé et temporaire », a commenté Alfred Kammer.

Les pays doivent stimuler la reprise par des investissements « verts » pour générer une croissance durable et respectueuse de l'environnement.

« En ce qui concerne la restructuration de l'économie, nous ne savons pas combien de temps cela va prendre », a admis Alfred Kammer. « Ce que nous savons, c'est que le soutien budgétaire doit se poursuivre en 2021 et 2022 ».

Il a jugé le plan de relance de l'UE « suffisant à ce stade », à condition qu'il soit effectivement mis en œuvre.

« Le plus tôt sera le mieux », a-t-il dit. « De nouveaux retards dans sa mise en œuvre doivent être évités », a-t-il ajouté alors que ce plan pourrait apporter 1,5% de croissance supplémentaire d'ici 2023. 

Pour l'heure, les pays de l'UE n'ont pas encore tous ratifié ce fonds de relance de 750 milliards d'euros, financé par une dette commune inédite et laborieusement négociée l'été dernier. La justice allemande menace de bloquer cet instrument en raison de doutes sur sa légalité.

« Dose équitable d'opportunités »

Alfred Kammer a toutefois souligné qu'il était « important »" que les pays se donnent du temps pour élaborer de bons projets. 

Le FMI a calculé qu'un soutien supplémentaire, représentant 3% du PIB sur 2021−22, pourrait augmenter le PIB d'environ 2% d'ici la fin de 2022. A moyen terme, les effets de la crise seraient réduits « de plus de la moitié », a-t-il expliqué.

En d'autres termes, plus la reprise sera rapide, moins les effets de la crise seront durables.

Le Fonds est particulièrement inquiet de la possibilité que des personnes ayant perdu leur emploi au cours de la pandémie n'en retrouvent pas à l'avenir. 

« Il est important de travailler sur la cohésion sociale et le contrat social », a déclaré Alfred Kammer, rappelant que la crise avait exacerbé les inégalités et touché plus durement les jeunes, les femmes et les personnes peu qualifiées. S'agissant des jeunes, il est nécessaire « de leur administrer une dose équitable d'opportunités et de les préparer à ces opportunités ».

Si ces problématiques n'étaient pas adressées, les pays pourraient s'exposer à des troubles sociaux, estime le FMI.

 


Les leaders de l’investissement durable se réuniront lors du sommet de Riyad

Le Future Investment Initiative Institute examinera les investissements durables dans la reprise postpandémique, ainsi que le rôle des marchés émergents comme l’Arabie saoudite (Photo: Shutterstock)
Short Url
  • L’investissement durable a récemment pris son essor dans le contexte de la pandémie
  • Des signes montrent que les principes ESG commencent à se répandre parmi les investisseurs régionaux, en particulier chez la jeune génération

DUBAÏ: Les experts dans la réflexion sur l’investissement durable se réuniront virtuellement jeudi à Riyad pour étudier l’un des sujets les plus brûlants du monde de la finance: le passage aux références environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) des grands investisseurs mondiaux. 

L’événement, sous les auspices du Future Investment Initiative (FII) Institute, concentrera l’attention sur les investissements durables dans la reprise postpandémique et le rôle des marchés émergents comme l’Arabie saoudite, dans la nouvelle philosophie de l’investissement. 

L’investissement ESG a récemment pris de l’essor, attirant des centaines de milliards de dollars dans des fonds qui s’engagent à prendre en compte des considérations plus larges au moment de décider où placer l’argent, plutôt que de simples retours en espèces. 

Richard Attias, directeur général du FII Institute, a déclaré: «Bien que l’ESG ait fait ses preuves, il reste encore beaucoup à faire pour s’assurer que nous l’utilisons dans son plein potentiel. Le faible niveau d’intégration et de participation des marchés émergents à l’élaboration des cadres de l’investissement ESG est contre-productif pour la durabilité mondiale.» 

«Peut-être que la tâche la plus difficile – celle que nous aborderons lors de cet événement –, est de savoir comment nous nous efforçons de penser au-delà de l’investissement ESG en tant qu’outil de gestion des risques, et de le déployer pour créer un avenir vraiment durable», a-t-il ajouté. 

Bien que l’investissement durable soit préconisé en tant que concept depuis de nombreuses années, il a récemment pris son essor dans le contexte de la pandémie de Covid-19, qui a persuadé de nombreux grands investisseurs traditionnels de revoir leurs critères de base. 

Le plus récemment converti à ce nouveau concept a été Larry Fink, patron du géant de la gestion d’actifs BlackRock, qui a promis de diriger les fonds vers les secteurs ESG et de les éloigner des domaines d’investissement traditionnels, en particulier pour ce qui impacte le changement climatique. 

«Les risques que représente le changement climatique pour le monde de la finance ne peuvent plus être ignorés», a écrit Fink dans sa lettre annuelle aux directeurs généraux mondiaux. 

De nombreux gestionnaires de placements semblent être d’accord avec le patron de BlackRock. Les chiffres de Refinitiv, le fournisseur de données, montrent que les flux vers les fonds ESG ont totalisé environ 562,6 milliards de SR, soit 150 milliards de dollars (1 dollar = 0,84 euro), pour le seul dernier trimestre de 2020, soit le double de la même période en 2019, avant la pandémie. 

Mais, selon de récentes recherches, les flux d’investissement mondiaux ne sont pas égaux. Les plus gros actifs des fonds d’investissement ESG, et de loin, se trouvent en Europe, avec un total de 1 340 milliards de dollars, selon les analystes du secteur financier. Cela en comparaison de seulement 236 milliards de dollars aux États-Unis, et d’un maigre total de 65 milliards de dollars dans le reste du monde, dont le Moyen-Orient. 

«L’événement donnera des informations sur la manière de stimuler la participation des marchés émergents aux investissements ESG, et approfondira également le rôle des ESG dans les entreprises, l’investissement de détail et la politique monétaire, dans la poursuite de l’objectif d’un monde durable», a précisé le FII Institute. 

Yasir al-Rumayyan, gouverneur du Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite, qui a intégré les principes ESG dans ses 400 milliards de dollars d’investissements mondiaux, s’adressera notamment aux délégués.  

Ces derniers écouteront également Bandar Hajjar, président de la Banque islamique de développement, et Noel Quinn, directeur général de HSBC, qui a récemment décidé de cesser d’investir dans les actifs houillers, ainsi que des cadres supérieurs d’institutions financières de premier plan en Asie et en Afrique. 

Malgré la tendance des investissements à croissance rapide dans certaines régions du monde, il existe des points de désaccord au niveau mondial sur ce qui constitue des normes ESG équitables. 

Khalid Abdallah al-Hussan, PDG de la Bourse saoudienne (Tadawul), a récemment déclaré: «Il existe plusieurs normes appliquées dans le monde, et une méthode appliquée dans un pays ne convient pas nécessairement à un autre. Les agences doivent tenir compte des critères locaux lors de l’évaluation des ESG dans les marchés émergents.» 

Cette question est particulièrement pertinente dans le golfe Arabique, où la majeure partie des investissements est comprise dans des actifs liés au pétrole et au gaz, qui ont été attaqués par des activistes des ESG avec des appels à se désengager des investissements qualifiés ade «combustibles fossiles». 

Il y a toutefois des signes que les nouveaux principes d’investissements commencent à se répandre parmi les investisseurs régionaux, en particulier ceux de la jeune génération. 

Une enquête récente de la Barclays Private Bank a révélé que près de 60% des investisseurs des family offices (sociétés de gestion de biens familiaux) arabes se dirigeaient vers des directions d’investissement plus durables, souvent en raison des préoccupations des plus jeunes membres de la famille. 

«Les conclusions du rapport montrent que 76% des personnes du Moyen-Orient qui ont participé au sondage affirment que l’investissement responsable est important pour leur famille», a précisé Rahim Daya, responsable de la banque privée pour le Moyen-Orient. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com