Meghan Markle suggère que Buckingham Palace «colporte des mensonges» sur elle

Dans cette photo prise le 27 novembre 2017, le prince Harry et sa fiancée, l'actrice américaine Meghan Markle, posent pour une photo dans le palais de Kensington dans l'ouest de Londres, après l'annonce de leurs fiançailles. Daniel LEAL-OLIVAS / AFP
Dans cette photo prise le 27 novembre 2017, le prince Harry et sa fiancée, l'actrice américaine Meghan Markle, posent pour une photo dans le palais de Kensington dans l'ouest de Londres, après l'annonce de leurs fiançailles. Daniel LEAL-OLIVAS / AFP
Short Url
Publié le Jeudi 04 mars 2021

Meghan Markle suggère que Buckingham Palace «colporte des mensonges» sur elle

  • Meghan Markle a suggéré que Buckingham Palace était en train de « colporter des mensonges » sur elle et le Prince Harry
  • « Je ne sais pas comment ils pourraient s'attendre qu'après tout ce temps nous puissions tout simplement garder le silence, si la Firme joue un rôle actif dans le fait de colporter des mensonges sur nous ».

WASHINGTON : Meghan Markle a suggéré que Buckingham Palace était en train de "colporter des mensonges" sur elle et le Prince Harry, selon un extrait de l'entretien accordé à Oprah Winfrey et diffusé mercredi soir par la chaîne américaine CBS.

A la question de savoir ce qu'elle imagine que le palais royal pense de ses prises de parole, Meghan Markle a répondu: "Je ne sais pas comment ils pourraient s'attendre qu'après tout ce temps nous puissions tout simplement garder le silence, si la Firme joue un rôle actif dans le fait de colporter des mensonges sur nous". L'interview a été enregistrée avant que le quotidien britannique The Times ne publie des allégations selon lesquelles Meghan Markle aurait fait l'objet d'une plainte pour harcèlement pendant qu'elle vivait au palais de Kensington.

Se disant "très préoccupé", le palais de Buckingham va examiner les accusations de harcèlement visant Meghan Markle, dévoilées mercredi à quelques jours d'une interview choc du couple exilé aux Etats-Unis, potentiellement corrosive pour la couronne britannique.

Dans un communiqué inhabituel pour la monarchie britannique, peu accoutumée à évoquer ses différends sur la place publique, le palais a réagi à un article du quotidien The Times, selon lequel une plainte pour harcèlement envers des assistants avait été formulée en octobre 2018, quand l'ex-actrice américaine vivait encore au sein de la famille royale britannique.

Selon le journal, cette plainte a été adressée au palais par Jason Knauf, alors secrétaire à la communication du couple, quelques mois après le mariage très médiatisé de Meghan avec Harry, petit-fils de la reine Elizabeth II. Invoquant pression des médias et désir d'indépendance, le couple a fini par s'affranchir de la monarchie et s'est installé aux Etats-Unis.

"Nous sommes clairement très préoccupés par les accusations dans le Times à la suite d'affirmations faites par d'anciens employés du duc et de la duchesse de Sussex", a indiqué le palais dans un communiqué. 

"Par conséquent, notre équipe de ressources humaines examinera les circonstances relevées dans l'article", a-t-il ajouté. "Les membres du personnel impliqués à l'époque, y compris ceux qui ont quitté la Maison royale, seront invités à participer pour voir si des leçons peuvent être tirées", a-t-il poursuivi, soulignant que le palais "ne tolère pas et ne tolèrera pas le harcèlement sur le lieu de travail". 

Meghan "attristée"

Par le biais d'un porte-parole, Meghan Markle, 39 ans, s'est dite "attristée" par ces accusations de harcèlement, révélées à quelques jours d'une interview potentiellement préjudiciable à la couronne. 

La duchesse de Sussex est "attristée par cette dernière attaque contre sa personne, en particulier en tant que personne qui a elle-même été victime de harcèlement et qui est profondément impliquée dans le soutien de ceux qui ont subi des souffrances et des traumatismes", a-t-il déclaré. "Elle est déterminée à continuer son travail pour défendre la compassion dans le monde entier et continuera de s'efforcer à montrer l'exemple pour faire ce qui est bien", a-t-il ajouté.

Les avocats du couple ont déclaré au Times que le journal était "utilisé par Buckingham Palace pour colporter un récit totalement faux" avant la diffusion, prévue le 7 mars, de l'interview de Harry et Meghan par la star de la télévision américaine Oprah Winfrey. Cet entretien est très attendu au Royaume-Uni, où presse et experts royaux guettent de possibles révélations de la part du couple, qui n'avait pas caché son malaise au sein de la famille royale avant de s'en mettre en retrait en 2020.

Selon des extraits déjà diffusés, le prince Harry a expliqué que sa "grande inquiétude était que l'histoire soit en train de se répéter", se référant apparemment à la mort de sa mère, tuée en 1997 dans un accident à Paris alors qu'elle tentait d'échapper aux paparazzis qui la pourchassaient.

Installé en Californie avec son épouse, le prince Harry, 36 ans, sixième dans l'ordre de succession à la couronne britannique, a dénoncé à de multiples reprises la pression des médias sur son couple et en a fait la raison principale de sa mise en retrait de la famille royale, effective depuis avril 2020.

Désireux aussi de prendre leur indépendance financière, Meghan et Harry ont depuis signé de juteux contrats avec Netflix et Spotify.  Cette passe d'armes intervient à un moment difficile pour la reine Elizabeth II, dont l'époux, le prince Philip, 99 ans, est hospitalisé depuis plus de deux semaines pour une infection. 

Il a été récemment transféré dans un autre hôpital de Londres et selon sa belle-fille Camilla, sont état de santé est "en légère amélioration". Il "souffre par moments", a ajouté la duchesse de Cornouailles et épouse du prince héritier Charles, ajoutant: "Nous croisons les doigts".


Deux explosions sous-marines enregistrées avant les fuites de Nord Stream

Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre
  • Les fuites inexpliquées sont le résultat d'«une attaque terroriste planifiée» par Moscou «contre l'Union européenne»

STOCKHOLM: Deux explosions sous-marines "très probablement dues à des détonations" ont été enregistrées à proximité des sites des fuites des gazoducs Nord Stream 1 et 2 peu avant leur détection, a annoncé mardi un institut sismique suédois.

Une première "émission massive d'énergie" d'une magnitude de 1,9 a été enregistrée dans la nuit de dimanche à lundi à 02H03 (00H03 GMT) au sud-est de l'île danoise de Bornholm, puis une autre de magnitude 2,3 à 19H04 (17H04 GMT) lundi soir au nord-est de l'île, a expliqué à l'AFP Peter Schmidt, du Réseau national sismique suédois.

"Nous l'interprétons comme provenant avec la plus grande probabilité d'une forme de détonation", a-t-il dit.

L'institut indépendant de séismologie norvégien (Norsar) a confirmé dans la foulée avoir lui aussi enregistré "une petite explosion" tôt lundi matin et une autre "plus puissante" lundi soir, qu'il suspecte d'être délibérées.

"C'est une explosion d'importance. Il est tentant de penser que c'était le fait de quelqu'un qui savait ce qu'il faisait", a déclaré à l'AFP sa directrice, Anne Strømmen Lycke.

"Avec des émissions d'énergie aussi importantes, il n'y a pas grand chose d'autre qu'une explosion qui peut l'avoir provoqué", a souligné de son côté M. Schmidt.

Les secousses ont été "très soudaines", note le sismologue de l'université suédoise d'Uppsala.

Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre, selon des images de l'armée danoise.

Les fuites inexpliquées sont le résultat d'"une attaque terroriste planifiée" par Moscou "contre l'Union européenne", a affirmé mardi l'Ukraine, alors que les soupçons de sabotage se multiplient.

Le Kremlin s'est dit "extrêmement préoccupé" par les fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2, estimant qu'il ne fallait exclure "aucune" hypothèse, y compris celle d'un sabotage.


Gibraltar vend le yacht d'un oligarque russe pour 37,5 millions de dollars

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Short Url
  • Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque
  • Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht

GIBRALTAR: Le yacht de l'oligarque russe Dimitri Pumpianski, visé par des sanctions occidentales, a été vendu pour 37,5 millions de dollars par Gibraltar, où il avait été saisi en mars, a annoncé mardi l'autorité judiciaire maritime de cette enclave britannique.

Cette autorité, appellée Admiralty Marshal, a précisé dans un communiqué qu'elle ne révèlerait pas le nom de l'acheteur.

Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque.

Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht.

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais.

Il avait été saisi en mars par les autorités de ce petit territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne après une plainte déposée par la banque américaine JP Morgan.

Cette banque avait accordé en décembre un prêt de 20,5 millions d'euros à une société enregistrée dans les Îles Vierges britanniques, dont l'actionnaire était une société chypriote, elle-même propriété de Dimitri Pumpianski.

JP Morgan considérait que le placement de l'oligarque sur la liste des personnalités russes visées par des sanctions britanniques constituait une entorse à cet accord de prêt. Les sanctions entraînent notamment un gel des actifs des hommes d'affaires visés, mettant en péril le remboursement des créances.

La banque avait donc fait appel aux autorités de Gibraltar pour qu'elles saisissent le yacht, qui avait été enregistré comme l'une des garanties du prêt.

Patron du géant des pipelines TMK, Dimitri Pumpianski est également visé par les sanctions de l'UE prises depuis l'invasion russe de l'Ukraine.

Plusieurs pays, comme l'Espagne, l'Italie et la France, ont saisi des yachts appartenant aux Russes les plus fortunés dans le cadre des sanctions européennes prévoyant le gel de tous leurs avoirs dans l'UE.


Kenya: le président William Ruto nomme son gouvernement

Le président kényan William Ruto prend la parole lors de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, au siège de l'ONU, le 21 septembre 2022, à New York (Photo, AFP).
Le président kényan William Ruto prend la parole lors de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, au siège de l'ONU, le 21 septembre 2022, à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Si le Kenya est l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, elle fait face à d'importantes difficultés, à commencer par l'explosion des prix des carburants et des produits de première nécessité
  • L'inflation a atteint 8,5% en août, un plus haut depuis cinq ans

NAIROBI: Le nouveau président kényan William Ruto, élu le mois dernier au terme d'une élection serrée, a annoncé mardi la composition de son gouvernement, nommant notamment au ministère des Finances un ancien gouverneur de la Banque centrale du Kenya.

"Je suis fier d'annoncer les hommes et femmes qui vont servir dans le gouvernement", a déclaré le chef de l'Etat.

Si William Ruto s'était engagé durant la campagne à instaurer la parité dans son gouvernement, seules sept femmes ont été nommées, sur un total de 22 ministres.

M. Ruto, 55 ans, qui s'est présenté durant la campagne comme le candidat des "débrouillards" et a annoncé vouloir relancer l'économie, a nommé Njuguna Ndung'u, ancien gouverneur de la Banque centrale du Kenya, au poste de ministre des Finances.

Si le Kenya est l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, elle fait face à d'importantes difficultés, à commencer par l'explosion des prix des carburants et des produits de première nécessité.

L'inflation a atteint 8,5% en août, un plus haut depuis cinq ans, combinée à une chute du shilling kényan, la monnaie nationale. Depuis 2013, la dette du pays a été multipliée par six.

Abraham Kithure Kindiki, qui a défendu M. Ruto devant la Cour suprême du pays après les recours déposés par l'opposant Raila Odinga, a été nommé au ministère de l'Intérieur. Aden Barre Duale prend de son côté les rênes du ministère de la Défense.

Simon Chelugi est le seul ministre qui a servi sous l'ancien président Uhuru Kenyatta à avoir été prolongé par le nouveau chef de l'Etat, passant du ministère du Travail à celui des Petites et moyennes entreprises.

Lors de sa cérémonie d'investiture le 13 septembre, William Ruto a promis de "travailler avec tous les Kenyans".

La Cour suprême a confirmé le 5 septembre, près d'un mois après le scrutin du 9 août, la victoire électorale de M. Ruto, qui est à la tête de l'une des plus grandes fortunes du pays, avec environ 233 000 voix d'avance (sur 14 millions de votes) sur Raila Odinga, figure historique de la politique kényane qui avait crié à la fraude.