Préserver l'empreinte numérique du conflit syrien, le pari des militants

Pour diffuser les exactions du régime syrien, les citoyens n’ont eu d’autre solution que d’en uploader les preuves vidéo sur des plateformes en ligne (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 08 mars 2021

Préserver l'empreinte numérique du conflit syrien, le pari des militants

  • Téléchargées par des militants syriens, des centaines de milliers de vidéos ont été supprimées depuis que YouTube a introduit un logiciel supprimant les contenus jugés inappropriés
  • Dix ans après le début de la guerre, les militants s'inquiètent d'une amnésie digitale néfaste pour le travail d'enquête et de mémoire

BEYROUTH: Des frappes aériennes meurtrières aux conquêtes jihadistes, le compte YouTube du militant syrien Al-Mutez Billah a longtemps servi de banque d'archives numériques sur la guerre syrienne. Jusqu'à sa suppression par un logiciel automatisé en 2017.

Ce compte regorgeait d'images et de vidéos souvent peu conformes aux normes communautaires YouTube. Il n'a pu être restauré, d'autant que son propriétaire, journaliste citoyen de 21 ans, avait été exécuté trois ans plus tôt par le groupe Etat islamique (EI) pour son travail de documentation.

« Ce ne sont pas que des vidéos qui ont été supprimées, mais des archives entières de notre vie », déplore Sarmad Jilane, militante syrienne et amie proche d'Al-Mutez Billah. « On a l'impression qu'une partie de notre mémoire visuelle a été rayée », ajoute-t-elle.

Téléchargées par des militants syriens, des centaines de milliers de vidéos ont été supprimées depuis que YouTube a introduit en 2017 un logiciel détectant et supprimant les contenus jugés inappropriés.

syrie

Si d'autres plateformes ont adopté les mêmes pratiques, l'impact de YouTube est incomparable : de par sa popularité, c'est sur ce réseau que la majeure partie des vidéos de la guerre syrienne ont été téléchargées.

Raids du régime, exécutions par des jihadistes ou attaques chimiques, ces vidéos, souvent prises sur le vif par des témoins -- faute d'accès pour les journalistes et enquêteurs -- ont permis d'informer et de documenter des moments-clés du conflit.

Dix ans après le début de la guerre, les militants s'inquiètent d'une amnésie digitale néfaste pour le travail d'enquête et de mémoire.

« Chaque séquence nous aide à nous souvenir de quelque chose : quel type d'obus a été tiré, la date d'un événement, ou encore ce que nous ressentions à l'époque », plaide Jilane, qui vit en Allemagne.

La jeune femme est une des fondatrices de la page « Raqa is Being Slaughtered Silently », ayant longtemps documenté les exactions de l'EI.

Après avoir été supprimé il y a quatre ans par YouTube, leur compte a depuis été restauré avec l'aide de « Syrian Archive » - un groupe de militants cherchant à préserver l'empreinte numérique du conflit.

Révolte et répression

Le 15 mars 2011, dans le sillage du Printemps arabe, un mouvement de protestation éclate en Syrie, gouvernée d'une main de fer depuis 40 ans par la famille Assad, Bachar ayant succédé en 2000 à son père Hafez.

De petites manifestations sont dispersées à Damas. Mais c'est à Deraa (sud), où une quinzaine d'adolescents avaient été torturés pour avoir peint des graffitis antirégime, que le mouvement prend de l'ampleur.

Les manifestations, qui s'étendent à d'autres villes, sont réprimées.

En juillet, un colonel réfugié en Turquie crée l'Armée syrienne libre, composée de civils ayant pris les armes et de déserteurs de l'armée.

Le mouvement se transforme en rébellion armée. Les insurgés vont conquérir d'importants bastions, notamment des secteurs de Homs (centre) ou des quartiers d'Alep (nord).

« Hémorragie »

Le groupe a aidé à récupérer plus de 650 000 vidéos rayées de YouTube depuis 2017, une fraction du contenu supprimé, selon les militants.

« L'histoire syrienne est en train d'être effacée par la technologie, l'hémorragie est constante et continue », déplore Dia Kayyali, de l'organisation Mnemonic, qui gère « Syrian Archive ».

Selon elle, près du quart du contenu audiovisuel que le collectif a collecté en ligne a depuis été supprimé de YouTube.

syrie

La situation risque de s'aggraver : les politiques accentuent la pression sur les géants des réseaux sociaux pour rayer tout contenu violent ou faisant l'apologie du terrorisme.

En décembre, des députés européens sont parvenus à un accord provisoire sur des réglementations plus strictes, y compris l'obligation pour les plateformes en ligne de retirer un contenu suspect dans un délai d'une heure. Une menace potentielle pour les archives syriennes en ligne.

« Dès que nous trouvons quelque chose, nous l'archivons, c'est vraiment une course contre la montre », affirme Kayyali.

« Mais nous ne pouvons pas arriver au même rythme que la technologie, spécifiquement conçue pour être plus rapide que les humains », déplore-t-elle.

D'autant que YouTube a désormais davantage recours à l'intelligence artificielle : une partie du travail de vérification et de visionnage était réalisé par des humains, mais les effectifs ont été réduits avec la pandémie.

Cela « signifie que nous supprimons davantage de contenus qui ne violent peut-être pas nos règles », a récemment reconnu Youtube.

« Mais lorsqu'on nous signale qu'une vidéo ou une chaîne a été supprimée par erreur, nous œuvrons rapidement pour la réactiver », explique un porte-parole.

L'aviation, atout du régime

En mars 2012, l'armée prend le fief de la rébellion à Homs. D'autres opérations sanglantes avaient été menées, notamment à Hama (centre), après des manifestations antirégime.

En juillet, des rebelles lancent la bataille de Damas. Le gouvernement garde le contrôle de la capitale, mais des zones de sa banlieue passent aux mains des insurgés.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et des militants dénoncent l'utilisation de « barils d'explosifs » remplis de TNT que l'armée largue à partir d'hélicoptères et d'avions militaires.

« Détruire les preuves »

Malgré les suppressions, d'innombrables vidéos sur la Syrie ont survécu.

« Nous avons plus (d'heures) de vidéos de la guerre syrienne que la durée du conflit lui-même », indique Nick Waters de Bellingcat, plateforme de journalisme d'investigation réputée pour son travail sur le conflit syrien.

syrie

La plateforme dispose de données en accès libre utilisées pour leurs enquêtes par des ONG de défense des droits humains, voire l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

« Les contenus générés par des usagers sont très efficaces pour établir certains faits : ce qui s'est passé, où et quand », même s'ils ne permettent pas toujours d'expliquer le « pourquoi » ou d'en identifier les responsables, affirme Waters.

Aux yeux de certains experts, les preuves disponibles sur les réseaux sociaux pourraient potentiellement un jour jouer un rôle dans les incriminations, dans le cadre des procès liés au conflit syrien.

« Chacune de ces vidéos ou images révèle un pan de l'histoire », plaide Waters.

En supprimant ces vidéos, met-il en garde, « notamment celles provenant de comptes de personnes qui auraient été tuées (...), les géants des réseaux sociaux détruisent des preuves ».


Iran: nouvel accident, «terroriste», au centre nucléaire de Natanz

Image satellite fournie par Maxar Technologies le 28 janvier 2020, qui montre un aperçu de l'installation nucléaire iranienne de Natanz, au sud de la capitale Téhéran. (AFP)
Short Url
  • C'est dans cette même usine qu'avaient été mises en service la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015
  • Les médias iraniens n'ont diffusé aucune photo ni vidéo du centre de Natanz après ce sabotage pour lequel le communiqué de M. Saléhi, qui qualifie l'attaque de "futile", n'incrimine aucun groupe ni Etat directement

TEHERAN : Le complexe nucléaire de Natanz, dans le centre de l'Iran, a subi dimanche un nouvel "accident", qualifié d'acte de "terrorisme" par Téhéran, qui promet de poursuivre sur la voie d'un "développement éclatant" de l'énergie atomique.

L'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) a d'abord annoncé dans la matinée une "panne de courant" --vite qualifiée de suspecte par un député conservateur-- dans son usine d'enrichissement d'uranium du complexe Chahid Ahmadi-Rochan de Natanz, l'un des centres névralgiques du programme nucléaire de la République islamique.

C'est dans cette même usine qu'avaient été mises en service la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Un communiqué du chef de l'OIEA Ali-Akbar Saléhi, diffusé par la télévision d'Etat, annonce en début de soirée que l'"accident" est en fait un acte de "terrorisme antinucléaire" mais sans fournir le moindre détail sur la nature exacte de cette attaque ni sur ses conséquences. 

Les médias iraniens n'ont diffusé aucune photo ni vidéo du centre de Natanz après ce sabotage pour lequel le communiqué de M. Saléhi, qui qualifie l'attaque de "futile", n'incrimine aucun groupe ni Etat directement.

Faisant référence aux discussions en cours à Vienne pour tenter de faire revenir les Etats-Unis dans l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et de lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis que les Etats-Unis sont sortis de ce pacte en 2018, M. Saléhi estime que l'action contre Natanz "reflète (...) l'échec des opposants (à ces) négociations".

Selon lui, elle relève aussi de "la défaite des opposants (à un) développement éclatant de l'industrie nucléaire" en Iran qui, promet-il, continuera de "poursuivre sérieusement (son) expansion" dans ce domaine.

Plus tôt, le porte-parole de l'OIEA avait déclaré à la télévision d'Etat qu'un "accident" d'origine inconnue "dans une partie du circuit électrique de l'usine d'enrichissement à Chahid-Ahmadi-Rochan" avait provoqué "une panne de courant". 

"Heureusement, nous n'avons eu ni mort, ni blessé, ni pollution. Il n'y a pas de problèmes particuliers", avait-il ajouté.

Rapidement, le député Malek Chariati, porte-parole de la Commission parlementaire de l'énergie, avait évoqué sur Twitter un incident "très suspect de sabotage ou d'infiltration".

"Cyber-opération israélienne" 

"On estime que le défaut dans le circuit électrique de Natanz (est) le résultat d'une cyber-opération israélienne", a tweeté Amichai Stein, un journaliste de la radiotélévision publique israélienne.

Début juillet 2020, une usine d'assemblage de centrifugeuses perfectionnées à Natanz avait été gravement endommagée par une mystérieuse explosion. Les autorités ont conclu à un "sabotage" d'origine "terroriste" mais n'ont pas encore fait connaître les résultats de leur enquête.

L'agence officielle Irna avait alors mis en garde Israël et les Etats-Unis contre toute action hostile. 

Le président Hassan Rohani a inauguré à distance samedi la nouvelle usine d'assemblage de centrifugeuses de Natanz, en même temps qu'il donnait l'ordre de mettre en service ou de tester trois nouvelles cascades de centrifugeuses.

Ces nouvelles centrifugeuses offrent à l'Iran la possibilité d'enrichir plus vite et en plus grande quantité de l'uranium, dans des volumes et à un degré de raffinement interdits par l'accord conclu en 2015 à Vienne entre la République islamique et la communauté internationale.

Les Etats-Unis ont dénoncé cet accord unilatéralement en 2018, sous la présidence de Donald Trump, rétablissant dans la foulée les sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de ce pacte.

Discussions à Vienne 

En riposte, l'Iran s'est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements clés pris à Vienne pour restreindre ses activités nucléaires.

Téhéran a toujours nié vouloir se doter de la bombe atomique et M. Rohani a répété samedi que toutes les activités nucléaires de son pays étaient purement "pacifiques".

Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui voit dans la République islamique une menace existentielle contre son pays, accuse Téhéran de chercher à se doter en secret de l'arme atomique.

"Un accord avec l'Iran qui ouvrirait la voie aux armes nucléaires (...) ne serait d'aucune façon contraignant pour nous", a affirmé mercredi M. Netanyahu à propos des discussions de Vienne.

Le Premier ministre israélien est un ennemi de la première heure de l'accord de Vienne, dont il a toujours affirmé qu'il n'offrait pas de garanties de sécurité suffisantes pour Israël, où le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin est arrivé dimanche pour discuter du dossier nucléaire iranien.

Un éminent physicien nucléaire iranien et vice-ministre de la Défense, Mohsen Fakhrizadeh, a été assassiné mi-novembre près de Téhéran. L'Iran a attribué cette attaque à Israël.


Téhéran appelle Séoul à libérer ses fonds gélés par les sanctions américaines

Le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri, le 16 mai 2017 (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous appelons le gouvernement coréen à libérer les ressources financières de l'Iran dans les plus brefs délais», a déclaré le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri
  • L'Iran était l'un des principaux fournisseurs de pétrole de la Corée du Sud jusqu'à ce que Séoul cesse ses achats en 2018 après la décision des Etats-Unis de sortir de l'accord international sur le nucléaire iranien

TÉHÉRAN: Le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri a exigé dimanche que Séoul débloque des fonds iraniens de plusieurs milliards d'euros gelés en raison des sanctions américaines en accueillant à Téhéran le Premier ministre sud-coréen Chung Sye-kyun. 

« Nous appelons le gouvernement coréen à libérer les ressources financières de l'Iran dans les plus brefs délais », a déclaré M. Jahanguiri, dans une conférence de presse commune avec M. Chung. 

La visite de M. Chung survient après que l'Iran a libéré vendredi un pétrolier battant pavillon sud-coréen saisi en janvier par les forces iraniennes alors que Téhéran pressait Séoul de débloquer plusieurs milliards d'euros gelés en raison des sanctions américaines. 

Téhéran avait accusé Séoul de retenir « en otage » sept milliards de dollars de fonds (5,7 milliards d'euros) appartenant à l'Iran, mais a nié à plusieurs reprises que l'arraisonnement du pétrolier soit liée à cette question. 

L'Iran était l'un des principaux fournisseurs de pétrole de la Corée du Sud jusqu'à ce que Séoul cesse ses achats en 2018 après la décision des Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, de sortir de l'accord international sur le nucléaire iranien. 

La visite du Premier ministre sud-coréen intervient également au moment où des discussions ont lieu à Vienne entre Téhéran et les autres Etats parties à l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015 (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour tenter de réintégrer les Etats-Unis à ce pacte et de lever les sanctions imposées depuis 2018 par Washington contre la République islamique. 


Egypte: huit ans de prison dans une affaire de harcèlement sexuel de mineures

L'affaire avait éclaté en juillet dernier lorsque le compte Instagram "Assault Police" ("Police du harcèlement") avait publié des dizaines de témoignages accusant M. Zaki d'être un prédateur sexuel.(AFP)
Short Url
  • Ahmed Bassem Zaki, âgé d'une vingtaine d'années et ancien étudiant de la prestigieuse Université américaine du Caire (AUC), a été condamné à sept ans de prison pour le harcèlement des trois mineures et à un an pour possession de drogue
  • Emanant surtout d'anciennes camarades, les récits --captures d'écran à l'appui-- décrivaient d'innombrables scènes de chantage sexuel, d'agressions et de viol

LE CAIRE : Un tribunal égyptien a condamné dimanche à huit ans de prison un ancien étudiant pour harcèlement sexuel de trois mineures et possession de drogue, dans une affaire qui avait déclenché une vague d'indignation sur les réseaux sociaux en Egypte.

Ahmed Bassem Zaki, âgé d'une vingtaine d'années et ancien étudiant de la prestigieuse Université américaine du Caire (AUC), a été condamné à sept ans de prison pour le harcèlement des trois mineures et à un an pour possession de drogue.

Il a la possibilité de faire appel, selon une source judiciaire. 

En décembre, le jeune homme avait déjà été condamné à trois ans de prison par le tribunal des Affaires économiques, chargé des infractions liées au numérique, pour harcèlement sexuel envers deux femmes, par téléphone et en envoyant des photos à caractère sexuel à l'une d'elle et en contactant l'autre de façon répétée sans son consentement.

L'affaire avait éclaté en juillet dernier lorsque le compte Instagram "Assault Police" ("Police du harcèlement") avait publié des dizaines de témoignages accusant M. Zaki d'être un prédateur sexuel.

Emanant surtout d'anciennes camarades, les récits --captures d'écran à l'appui-- décrivaient d'innombrables scènes de chantage sexuel, d'agressions et de viol.

Arrêté le 4 juillet, M. Zaki a avoué avoir agressé et fait chanter six plaignantes, dont une mineure.

Les révélations sur M. Zaki ont remis sur le devant de la scène la question du harcèlement en Egypte, où les internautes s'étaient réappropriés, cette fois en nombre, le hashtag du mouvement #Metoo.

Si l'Egypte a connu d'autres vagues d'indignation face au harcèlement, aucune n'a eu d'impact décisif dans ce pays où l'immense majorité des femmes interrogées en ont été victimes, selon l'ONU.