L'«affaire Sonko», pire crise au Sénégal depuis une décennie

Des manifestants agitent le drapeau national sénégalais lors d'une manifestation à Dakar le 8 mars 2021. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 09 mars 2021

L'«affaire Sonko», pire crise au Sénégal depuis une décennie

  • Début février, la presse révèle qu'une jeune masseuse de 20 ans employée par un salon de beauté, Adji Sarr, a porté plainte pour «viols» et «menaces de mort» contre le député Ousmane Sonko, figure de proue de l'opposition au président Macky Sall
  • Plusieurs dizaines de partisans d'Ousmane Sonko sont arrêtés

DAKAR : Le Sénégal a traversé depuis une semaine sa pire crise depuis près de 10 ans. Voici les causes, les acteurs et les perspectives possibles de ces troubles qui ont jeté des milliers de jeunes dans les rues et fait au moins cinq morts.

L'accusation de viols

Début février, la presse révèle qu'une jeune masseuse de 20 ans employée par un salon de beauté, Adji Sarr, a porté plainte pour «viols» et «menaces de mort» contre le député Ousmane Sonko, figure de proue de l'opposition au président Macky Sall.

Le parlementaire, troisième de la présidentielle de 2019, réfute ces accusations et crie au complot pour l'empêcher de se présenter au scrutin de 2024. Le député de 46 ans refuse de se rendre à une convocation de la gendarmerie et des heurts éclatent le 8 février devant son domicile.

Plusieurs dizaines de partisans d'Ousmane Sonko sont arrêtés. Le député voit son immunité levée.

Le 3 mars, lorsqu'il prend le chemin du tribunal, son convoi est stoppé par une foule de partisans, puis par la gendarmerie. Le député est placé en garde à vue pour «troubles à l'ordre public et participation à une manifestation non autorisée». 

Les violences

Son arrestation déclenche plusieurs jours d'affrontements entre jeunes et forces de l'ordre. Les scènes de guérilla urbaine font au moins cinq morts, même si la presse locale avance des chiffres plus élevés, difficilement vérifiables. De nombreux intérêts français (Auchan, Total, Eiffage...) sont incendiés et pillés.

Dakar est placée sous la protection de blindés de l'armée, les écoles et de nombreux commerces sont fermés. Lundi, le juge inculpe Ousmane Sonko dans l'affaire de viols, et ordonne qu'il soit relâché sous contrôle judiciaire.

Le Sénégal a connu des accès de violence politique ces derniers mois: un mort lors de la présidentielle de 2019, incidents lors de protestations contre le couvre-feu mi-2020.

Mais pour un bilan d'un tel ordre, il faut remonter à la présidentielle de 2012 et la victoire de Macky Sall sur le sortant Abdoulaye Wade, qui se présentait pour un troisième mandat controversé. Manifestations et violences avaient fait entre six et 15 morts, selon les sources.

Les causes profondes

De nombreux Sénégalais, parmi les manifestants comme chez les observateurs, affirment que l'arrestation d'Ousmane Sonko est le révélateur d'un malaise bien plus profond dans un pays considéré comme un îlot démocratique en Afrique de l'Ouest.

Beaucoup reprochent à Macky Sall des atteintes aux libertés et l'accusent de diriger le pays au profit d'une élite, composée notamment de ses proches, au détriment de l'immense majorité de la population dont les conditions de vie déjà précaires ont été aggravées par le Covid-19.

A cause de la pandémie, la croissance économique jusqu'alors soutenue est devenue atone et de nombreux secteurs, du tourisme à la pêche, sont en grandes difficultés. Le couvre-feu et les restrictions aux déplacements et aux rassemblements affectent durement cette grande majorité de la population active dans le secteur dit informel, des marchands de rue aux ouvriers du bâtiment en passant par les chauffeurs.

Les acteurs

A 59 ans, Macky Sall, élu en 2012 et réélu en 2019, maintient le flou sur l'éventualité d'une candidature à un troisième mandat en 2024, malgré la limite de deux, instaurée après une révision constitutionnelle approuvée en 2016.

Il est un dirigeant écouté de la communauté internationale, sur la dette ou la crise au Sahel. Mais les démêlés d'Ousmane Sonko ont suscité des parallèles suspicieux à son encontre sur ceux connus par Karim Wade et Khalifa Sall, tous deux frappés par des condamnations pour des malversations financières et empêchés de se présenter à la présidentielle de 2019 contre Macky Sall.

Après un mois de crise, Ousmane Sonko se pose plus que jamais en premier opposant. Il devra gérer les suites judiciaires et faire face à ceux qui pensent que cet épisode a fait plus de tort que de bien au pays.

Quelle sortie ?

L'incertitude est totale sur l'effet qu'aura la libération d'Ousmane Sonko. Les manifestations, largement spontanées, ont certes eu pour mot d'ordre cette libération. Mais le président est pressé de toutes parts de répondre à d'autres aspirations: celles d'une population éprouvée par les effets de la pandémie et d'une jeunesse nombreuse en mal d'emplois et de perspectives.

Le gouvernement a fait miroiter un allègement du couvre-feu. Après des jours de silence, la parole présidentielle est réclamée.

Les chefs religieux, et surtout ceux des confréries à l'influence considérable sur le pouvoir et la société, ont rencontré le chef de l'Etat. M. Sall «nous a écoutés et nous attendons ses décisions», a dit en leur nom le dignitaire Serigne Mansour Sy.

 


Kirghizstan: un référendum étend les les pouvoirs du président

Le président du Kirghizistan Sadyr Japarov lors d'un défilé à la suite de sa cérémonie d'inauguration à Bichkek le 28 janvier 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Les électeurs du Kirghizstan ont approuvé à une large majorité une réforme constitutionnelle accordant de plus larges pouvoirs au président et autorisant l'actuel chef de l'Etat, Sadyr Japarov, à briguer un second mandat
  • Le système politique sur lequel les Kirghiz devaient se prononcer rapprocherait le Kirghizstan de ses voisins aux régimes autoritaires ou de la Russie

BICHKEK: Les électeurs du Kirghizstan ont approuvé à une large majorité une réforme constitutionnelle accordant de plus larges pouvoirs au président et autorisant l'actuel chef de l'Etat, Sadyr Japarov, à briguer un second mandat, selon les résultats préliminaires d'un reférendum tenu dimanche. 

Dimanche, après le dépouillement de plus de 75 % des bulletins de vote, la réforme constitutionnelle était en passe d'être approuvée avec près de 80 % des voix en sa faveur. 

La participation a été faible mais elle a franchi la barre de 30 % requise pour que le référendum soit approuvé, a déclaré le vice-Premier ministre Ulugbek Karmyshakov devant la presse. 

« Le référendum est validé », a-t-il déclaré. 

Le système politique sur lequel les Kirghiz devaient se prononcer rapprocherait le Kirghizstan, le plus pluraliste mais aussi le plus instable des pays de la région, de ses voisins aux régimes autoritaires ou de la Russie. 

La réforme constitutionnelle supprime notamment le mandat unique de six ans du président, introduit en 2010 après que deux chefs d'Etat successifs furent chassés par la rue sur fond de dérive clientéliste et autoritaire.  

A la place, le président pourra faire deux mandats de cinq ans et les pouvoirs du Parlement seront réduits, avec un nombre de députés réduit de 120 à 90. Les détracteurs du projet de nouvelle constitution l'ont qualifiée par dérision de « khan-stitution ». 

L'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) et la Commission de Venise du Conseil de l'Europe ont toutes deux déploré le manque de « consultations publiques significatives et inclusives et de débat au parlement » au sujet du texte. Les deux institutions disent aussi s'inquiéter « du rôle et des prérogatives trop importants du président » qu'il prévoit. 

M. Japarov, un populiste de 52 ans porté au pouvoir en octobre à la faveur d'un mouvement de contestation violent et élu en janvier président du pays, s'est depuis employé à évincer ses rivaux politiques. 

Deux de ses opposants lors du scrutin présidentiel, ainsi qu'un ancien Premier ministre ont été arrêtés dans les semaines qui ont suivi le vote. 

Le président russe Vladimir Poutine avait déclaré fin février, à l'occasion de la venue à Moscou de Sadyr Japarov, espérer que la réforme constitutionnelle renforcerait la stabilité et les relations bilatérales entre Moscou et Bichkek. 


L'Inde interdit l'exportation du remdesivir, utilisé pour traiter la Covid-19

Flacon de Remdesivir. (AFP)
Short Url
  • Le vaste pays connaît une flambée de contaminations ces dernières semaines, 152 000 nouveaux cas ont été recensés dimanche, portant le total à au moins 13,3 millions de personnes contaminées
  • Le remdesivir, fabriqué par le géant pharmaceutique américain Gilead, était un des premiers médicaments à montrer quelque effet pour écourter la période de rétablissement pour certains malades de la Covid-19

NEW-DELHI : L'Inde a interdit dimanche l'exportation du traitement antiviral remdesivir, utilisé pour traiter la Covid-19, alors que le pays connaît un nouveau record de contaminations quotidiennes.

Le vaste pays connaît une flambée de contaminations ces dernières semaines. 152 000 nouveaux cas ont été recensés dimanche, portant le total à au moins 13,3 millions de personnes contaminées.

Le ministère de la Santé a indiqué que la hausse des infections a entraîné un "bond soudain de la demande" de remdesivir.

"Il y a un potentiel de nouvelle hausse de la demande dans les jours à venir", et les exportations seront donc interdites "jusqu'à ce que la situation s'améliore", selon un communiqué du ministère.

Le remdesivir, fabriqué par le géant pharmaceutique américain Gilead, était un des premiers médicaments à montrer quelque effet pour écourter la période de rétablissement pour certains malades de la Covid-19.

Mais une étude soutenue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi qu'il n'avait que "peu ou pas d'effet" sur la mortalité des patients.

Gilead a signé l'an dernier des accords d'octroi de licences avec des fabriquants de médicaments génériques établis en Inde, au Pakistan et en Egypte qui les autorisent à fabriquer le remdesivir afin de les distribuer dans 127 pays, la plupart à faible revenu.

Sept sociétés en Inde - le plus grand producteur mondial de médicaments génériques - sont autorisées à fabriquer le remdesivir. Elles peuvent produire mensuellement jusqu'à 3,88 millions de doses injectables, selon le ministère.

L'Etat le plus riche d'Inde, le Maharashtra, le plus touché par la flambée épidémique actuelle, envisage un confinement total, et ce potentiellement dès lundi.

Depuis un confinement de plusieurs mois l'an dernier - l'un des plus stricts au monde -, l'Inde a évité de nouvelles restrictions trop contraignantes, craignant de plomber encore plus une économie déjà sinistrée.

Mais les autorités locales ont imposé de nouvelles restrictions, jusqu'à un couvre-feu nocturne et un confinement le week-end dans le Maharashtra.

Le ministre en chef de New Delhi, la capitale indienne, a déclaré samedi que son gouvernement n'était pas favorable à un confinement, mais envisagerait cette mesure si les lits d'hôpitaux venaient à manquer.

Selon lui, 65% des nouveaux malades sont âgés de moins de 45 ans.

L'Inde a également ralenti ses exportations de vaccins, plusieurs Etats ayant prévenu ces derniers jours que leurs stocks arrivaient à épuisement.


Le pape célèbre la messe avec des prisonniers et des réfugiés

La messe s'est déroulée dans l'église Santo Spirito in Sassia, à deux pas du Vatican, devant une assemblée réduite comptant environ 80 personnes en raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus (Photo, AFP)
Short Url
  • Le pape François a célébré une messe en compagnie de prisonniers, de réfugiés et de personnels de santé
  • Le pape a rappelé que les premiers chrétiens vivaient dans le partage et que l'idée même de propriété privée leur était étrangère

ROME: Le pape François a célébré dimanche une messe dans une église voisine du Vatican en compagnie de prisonniers, de réfugiés et de personnels de santé à l'occasion de la fête de la Divine Miséricorde. 

La messe s'est déroulée dans l'église Santo Spirito in Sassia, à deux pas du Vatican, devant une assemblée réduite comptant environ 80 personnes en raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus. 

L'an dernier, le pape y avait célébré une messe sans fidèles à l'occasion de cette fête instituée en 2000 par le pape Jean Paul II. 

Cette année dans l'assemblée figuraient des détenus de deux prisons de Rome ainsi que d'un centre de détention pour jeunes, des réfugiés venus de Syrie, du Nigeria et d'Egypte et également du personnel infirmier d'un hôpital voisin dont des religieuses. 

Dans son homélie, le chef spirituel du 1,3 milliard de catholiques dans le monde a souligné l'importance pour les chrétiens de ne pas rester indifférents à ceux qui les entourent. 

« Sœur, frère, tu veux une preuve que Dieu a touché ta vie ? Vérifie si tu te penches sur les blessures des autres », a dit le pape. 

« Ne restons pas indifférents. Ne vivons pas une foi à moitié, qui reçoit mais ne donne pas, qui accueille le don mais ne se fait pas don. Nous avons été touchés par la miséricorde, devenons miséricordieux », a-t-il ajouté. 

Le pape a rappelé que les premiers chrétiens vivaient dans le partage et que l'idée même de propriété privée leur était étrangère : « Ce n'est pas là du communisme, mais le pur christianisme ». 

Agé de 84 ans et vacciné contre la Covid-19 avant son voyage en Irak début mars, le pape François ne portait pas de masque de protection durant la messe, de même que ceux qui ont effectué les lectures de la Bible.   

Toutes les autres personnes présentes dans l'église, y compris les enfants de choeur et les autres prêtres, avaient le visage couvert d'un masque.