Le pape appelle au dépôt des armes et à la reconstruction en Syrie

Le pape François (Photo, AFP).
Le pape François (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 15 mars 2021

Le pape appelle au dépôt des armes et à la reconstruction en Syrie

  • Le souverain pontife a déploré que dix ans du "conflit sanguinaire en Syrie" ont conduit à "l'une des plus grandes catastrophes humanitaires de notre temps "
  • "Je renouvelle mon appel sincère aux parties en conflit pour qu'elles donnent des signes de bonne volonté, afin qu'une lueur d'espoir s'ouvre pour la population épuisée", a plaidé le pape après l'Angelus du dimanche, place Saint-Pierre

CITE DU VATICAN, Saint-Siège : Le pape François a appelé dimanche à "déposer les armes" en Syrie et à "reconstruire le tissu social", à l'occasion de l'anniversaire des dix ans de guerre meurtrière dans ce pays.

"Je renouvelle mon appel sincère aux parties en conflit pour qu'elles donnent des signes de bonne volonté, afin qu'une lueur d'espoir s'ouvre pour la population épuisée", a plaidé le pape après la traditionnelle prière de l'Angelus du dimanche sur la place Saint-Pierre.

"J'espère également un engagement constructif, décisif et renouvelé de solidarité de la part de la communauté internationale afin que, une fois les armes déposées, le tissu social puisse être reconstruit et que la reconstruction et la reprise économique puissent commencer", a-t-il ajouté.

Le souverain pontife a déploré que dix ans du "conflit sanguinaire en Syrie" ont conduit à "l'une des plus grandes catastrophes humanitaires de notre temps: un nombre non précisé de morts et de blessés , des millions de réfugiés, des milliers de disparus, des destructions, violences en tous genres, souffrances inhumaines pour toute la population en particulier pour les plus vulnérables comme les enfants , les femmes et les personnes âgées"

La guerre en Syrie, qui entre dans sa onzième année, a fait au moins 388.652 morts, indique dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) dans un nouveau bilan.

Le pape François, qui vient d'effectuer une visite historique en Irak, n'a pas l'intention de se rendre en Syrie, mais lance régulièrement des appels au cessez-le-feu dans ce pays "martyre". 

 


Les investisseurs discutent des défis du secteur de la mode saoudien

Une créatrice de mode portant l'une de ses créations dans sa boutique de Djeddah, en Arabie saoudite. (Photo d'archive REUTERS)
Une créatrice de mode portant l'une de ses créations dans sa boutique de Djeddah, en Arabie saoudite. (Photo d'archive REUTERS)
Short Url
  • Les délégués ont discuté des moyens de relever les défis du secteur, notamment les problèmes liés aux usines et à leur emplacement, ainsi que la hausse des coûts de production
  • Ils ont souligné le rôle important joué par le secteur de la mode pour aider à générer des revenus non pétroliers pour l'Arabie saoudite dans le cadre du plan de réforme Vision 2030

RIYAD : Les dirigeants de la Commission saoudienne de la mode ont récemment tenu une réunion ouverte avec des investisseurs et d'autres personnes souhaitant investir dans l'industrie de la mode et du textile du pays.

La rencontre virtuelle, à laquelle assistait le directeur général de la commission, Burak Cakmak, était l'un des nombreux rassemblements similaires organisés avec la communauté de la mode du Royaume pour améliorer la communication avec les parties prenantes.

Au cours de la réunion, les responsables ont passé en revue les principaux objectifs de la commission consistant à promouvoir le patrimoine et l'identité nationaux et à répondre aux besoins économiques régionaux et internationaux, à travers 12 initiatives sectorielles.

Ils ont souligné le rôle important joué par le secteur de la mode pour aider à générer des revenus non pétroliers pour l'Arabie saoudite dans le cadre du plan de réforme Vision 2030 et ont noté qu'en 2019, l'industrie de l'habillement et du textile dans le Royaume valait environ 75 milliards de RS (17,6 milliards d’euros). 

Les délégués ont discuté des moyens de relever les défis du secteur, notamment les problèmes liés aux usines et à leur emplacement, ainsi que la hausse des coûts de production, qui a un effet d'entraînement sur les prix des produits et la concurrence sur le marché avec des produits d’importation bon marché.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Tunisie: l'Allemagne verse une aide pour soutenir le « retour à l'ordre constitutionnel»

Le président Kais Saied, élu démocratiquement fin 2019, a argué de blocages multiples pour s'arroger les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier, en limogeant son Premier ministre et gelant le Parlement. (Photo, AFP)
Le président Kais Saied, élu démocratiquement fin 2019, a argué de blocages multiples pour s'arroger les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier, en limogeant son Premier ministre et gelant le Parlement. (Photo, AFP)
Short Url
  • Lors d'une rencontre avec la ministre tunisienne des Finances, Sihem Boughdiri Nemsia, l'ambassadeur d'Allemagne, Peter Prügel, a précisé que le prêt de 100 millions d'euros destiné aux PME et convenu en 2020 serait « décaissé dans les prochains jours»
  • La Tunisie, très endettée, où la croissance est faible et le chômage très élevé (plus de 18%), est en quête d'importants financements internationaux, en particulier du FMI

TUNIS : L'Allemagne a annoncé le versement imminent d'une aide de 100 millions d'euros à la Tunisie, disant avoir "pris cette décision" en soutien à la promesse du président Kais Saied d'un "retour à l'ordre constitutionnel" et d'une restauration "de l'acquis démocratique".

Lors d'une rencontre avec la ministre tunisienne des Finances, Sihem Boughdiri Nemsia, l'ambassadeur d'Allemagne, Peter Prügel, a précisé que le prêt de 100 millions d'euros destiné aux PME et convenu en 2020 serait "décaissé dans les prochains jours", selon un communiqué de l'ambassade d'Allemagne sur son compte Facebook.

Selon l'ambassadeur, "la décision a été prise avec la conviction que la feuille de route du président ouvrait la voie au retour à l'ordre constitutionnel et restaurait l'acquis démocratique dans le pays", selon l'ambassadeur.

L'ambassadeur a rappelé une déclaration faite le 16 décembre par l'Union européenne, soulignant "l'importance du respect des droits de l'Homme et des droits fondamentaux des Tunisiens" et "d'assurer la séparation des pouvoirs et l'état de droit dans le pays". 

L'Allemagne "est prête à continuer de soutenir la consolidation de la démocratie tunisienne" mais elle "suit de près l'évolution de la situation en étroite coopération avec ses partenaires européens et internationaux", a souligné M. Prügel.

Le président Kais Saied, élu démocratiquement fin 2019, a argué de blocages multiples pour s'arroger les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier, en limogeant son Premier ministre et gelant le Parlement. 

Le 13 décembre, il a annoncé une feuille de route prévoyant une consultation électronique nationale jusqu'au 20 mars, avant un référendum pour amender la Constitution en juillet, et des élections législatives en décembre.

Ses opposants ont dénoncé un coup d'Etat et des ONG tunisiennes et internationales ont dit craindre une dérive autoritaire.

M. Saied a affirmé jeudi que "les libertés étaient garanties" dans son pays, assurant aussi "rejeter la violence", six jours après une manifestations d'opposants réprimée brutalement par la police.

La Tunisie, très endettée, où la croissance est faible et le chômage très élevé (plus de 18%), est en quête d'importants financements internationaux, en particulier du FMI.


Le Premier ministre libanais rencontrera le ministre koweïtien des AE à Beyrouth

Le Premier ministre libanais Najib Mikati s'exprime lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec le président libanais au palais présidentiel de Baabda. (Dossier/AFP)
Le Premier ministre libanais Najib Mikati s'exprime lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec le président libanais au palais présidentiel de Baabda. (Dossier/AFP)
Short Url
  • En octobre, le Koweït, ainsi que l'Arabie saoudite et Bahreïn, avaient expulsé des diplomates libanais et rappelé leurs propres émissaires

BEYROUTH : Le Premier ministre libanais Najib Mikati doit rencontrer le ministre des Affaires étrangères du Koweït, Cheikh Ahmad Nasser Al-Mohammad Al-Sabah, samedi à Beyrouth, a indiqué le bureau de Mikati dans un communiqué.

En octobre, le Koweït, ainsi que l'Arabie saoudite et Bahreïn, ont expulsé des diplomates libanais et rappelé leurs propres émissaires à la suite des commentaires critiques d'un ministre sur l'intervention militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen.