L’économie marocaine est «libre», mais pas assez

L’économie marocaine est-elle libre ou plutôt fermée? Le dernier indice de The Heritage Foundation, un think tank situé à Washington, place le Maroc à la 81e place sur 178 pays, avec un score de 63,3, dans son dernier classement 2021. (AFP).
L’économie marocaine est-elle libre ou plutôt fermée? Le dernier indice de The Heritage Foundation, un think tank situé à Washington, place le Maroc à la 81e place sur 178 pays, avec un score de 63,3, dans son dernier classement 2021. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 15 mars 2021

L’économie marocaine est «libre», mais pas assez

  • L’indice 2021 de liberté économique de The Heritage Foundation classe le Maroc au 81e rang mondial sur 178 pays, avec un score de 63,3, soit mieux que la moyenne mondiale et celle de la région Mena
  • Toutefois, plusieurs maux structurels minent encore l’économie marocaine comme la corruption, , un système judiciaire défaillant et un marché du travail assez rigide

CASABLANCA: L’économie marocaine est-elle libre ou plutôt fermée? Le dernier indice de The Heritage Foundation, un think tank situé à Washington, place le Maroc à la 81e place sur 178 pays, avec un score de 63,3, dans son dernier classement 2021. Un résultat qui est inchangé par rapport à celui de 2020. La fondation classe le Maroc dans la catégorie jaune des économies «modérément libres» c’est le seul pays d’Afrique du Nord à être ainsi distingué.

Le Maroc fait mieux que la moyenne régionale et mondiale

«Le score global du Maroc est resté inchangé, avec une baisse de la liberté des échanges commerciaux, compensée par des améliorations au niveau de la liberté monétaire, entre autres. Le Maroc se classe 9e sur les 14 pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) et son score global est supérieur aux moyennes régionale (62,6) et mondiale (61,6)», indique The Heritage Foundation. Au niveau régional, le Maroc fait mieux que l’Algérie (162e du classement mondial), la Mauritanie (128e), la Tunisie (119e) et l’Égypte (130e). Du côté continental, le Maroc obtient de meilleurs résultats que certaines économies parmi les plus importantes en Afrique comme le Kenya (138e), le Nigeria (105e) et l’Afrique du Sud (99e).

Corruption et système judiciaire défaillant

Toutefois, plusieurs maux structurels minent encore l’économie marocaine, selon l’indice, et lui interdisent de gagner davantage de points dans le classement mondial. Le premier obstacle est lié au fléau de la corruption, qui «freine une plus grande liberté économique et porte atteinte à l’intégrité du gouvernement», souligne l’indice. L’autre difficulté vient d’un système judiciaire qui manque de fiabilité et de transparence et d’un marché du travail assez rigide, qui empêchent une meilleure productivité de la main d’œuvre et affectent par conséquent la compétitivité de l’économie marocaine.

Une mafia de la spoliation immobilière

Dans le détail, les rédacteurs du rapport reprochent au gouvernement son manque de transparence et de volonté en ce qui concerne la résolution des litiges fonciers et immobiliers et le combat contre la «mafia de la spoliation immobilière», comme l’appellent les médias marocains. En effet, les bandes criminelles se sont multipliées ces dernières années. Dans toutes les régions du pays, elles se sont spécialisées dans l’escroquerie et la spoliation immobilière. Elles falsifient, avec la complicité de l’administration marocaine, des magistrats et des notaires, les titres de propriétés enregistrés au niveau de la conservation foncière. Des milliers de propriétaires marocains et étrangers ont été victimes de ces bandes et leurs dossiers traînent encore dans les tribunaux marocains. «Le pouvoir judiciaire n’est pas indépendant au Maroc et les juges manquent de formation en ce qui concerne la résolution des litiges commerciaux. De même, les lois anticorruption ne sont pas appliquées de manière efficace», lit-on dans le rapport de l’Heritage Foundation.

Un système bancaire concurrentiel

En revanche, l’indice félicite le Maroc pour les efforts qu’il a fournis pour une meilleure ouverture du marché et pour l’amélioration du climat des affaires et de la politique monétaire. «Le Maroc dispose de huit accords commerciaux préférentiels et de quarante-quatre mesures non tarifaires sont en vigueur. Les investisseurs étrangers et nationaux sont généralement traités de la même manière en vertu de la loi. Le secteur financier concurrentiel continue de croître et offre une large gamme d'options de financement. De plus, en 2020, des mesures ont été prises afin d’accroître la liquidité du système bancaire. De même, la bourse ne restreint pas la participation étrangère», indique la fondation.

Des réformes importantes ont ainsi été menées dans le but d’attirer les investisseurs étrangers, notamment grâce au Plan d’accélération industrielle mis en place par le Royaume. Ainsi, plusieurs secteurs ont réalisé des bonds importants en termes d’emplois, d’exportation et de valeur ajoutée. «En plus d'une importante industrie touristique et d'un secteur manufacturier en croissance, l'industrie aéronautique marocaine a attiré des dizaines d’investisseurs étrangers ces dernières années. Elle est l'industrie ayant la croissance la plus rapide en termes d'emploi», précise le rapport.


Libye: conférence à Tripoli pour consolider la transition à l'approche des élections

Une vue aérienne montre des Libyens se réunissant pour exprimer leur soutien au gouvernement d'union nationale sur la place des Martyrs de Tripoli le 24 septembre 2021. AFP
Une vue aérienne montre des Libyens se réunissant pour exprimer leur soutien au gouvernement d'union nationale sur la place des Martyrs de Tripoli le 24 septembre 2021. AFP
Short Url
  • Tripoli accueille jeudi une «Conférence de soutien à la stabilité de la Libye» en présence de représentants de nombreux pays étrangers pour consolider le processus de transition, à deux mois d'une élection présidentielle cruciale pour l'avenir du pays
  • La Libye tente de s'extraire d'une crise politique majeure qui perdure depuis la chute en 2011 de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi.

TRIPOLI : Tripoli accueille jeudi une "Conférence de soutien à la stabilité de la Libye" en présence de représentants de nombreux pays étrangers pour consolider le processus de transition, à deux mois d'une élection présidentielle cruciale pour l'avenir du pays. 

Selon Tripoli, la secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, et le chef de la Mission onusienne en Libye, Jan Kubis, participeront à cette "conférence internationale" qui se tient au moment où le pays d'Afrique du Nord tente de tourner la page d'une décennie de chaos.

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a annoncé mercredi qu'il participerait à cette conférence.

Des représentants de l'Italie, l'Egypte, l'Arabie saoudite, de la Turquie, du Qatar, de l'Algérie, la Tunisie, le Tchad et le Soudan doivent également assister, selon l'agence de presse libyenne Lana.

La Libye tente de s'extraire d'une crise politique majeure qui perdure depuis la chute en 2011 de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi. 

Après des années de conflits armés et de divisions entre l'Est et l'Ouest, un nouveau gouvernement intérimaire a été désigné en début d'année, sous l'égide de l'ONU, pour sortir le pays d'un conflit internationalisé en le menant jusqu'à une élection présidentielle cruciale fixée au 24 décembre. 

«Souveraineté»

La "Conférence de soutien à la stabilité" vise à "mobiliser les soutiens nécessaires, de manière transparente et équitable", à la tenue de ce scrutin, a affirmé la ministre libyenne des Affaires étrangères Najla al-Mangoush.

Pour la communauté internationale, la priorité est la tenue de ce scrutin décisif mais entouré d'incertitudes, du fait des fortes dissensions internes. 

L'un des enjeux sera de "capitaliser sur la dynamique actuelle pour voir la Libye se stabiliser, parce que plusieurs pays veulent en fait voir une Libye stable, même si c'est à leurs propres conditions", décrypte pour l'AFP Emadeddin Badi, expert à la Global Initiative basée à Genève.

Un autre enjeu sera de "capitaliser sur le processus de Berlin (une conférence internationale sur la paix en Libye, ndlr), car une partie de la raison d'être de cette conférence est qu'il s'agit d'une version libyenne du processus de Berlin", poursuit-il. 

Alors que le conflit libyen a été largement alimenté par des puissances extérieures, Tripoli souhaite par ailleurs à travers la rencontre "mettre l'accent sur la nécessité de respecter la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Libye", selon Mme al-Mangoush. 

«Commandement unique»

La rencontre abordera ainsi l'épineuse question des mercenaires. En décembre dernier, l'ONU faisait état de quelque 20.000 mercenaires et combattants étrangers présents en Libye: des Russes du groupe privé Wagner, des Tchadiens, Soudanais, Syriens... Mais aussi plusieurs centaines de militaires turcs présents en vertu d'un accord bilatéral conclu avec l'ancien Gouvernement d'union nationale.

Quelques départs "très modestes" ont depuis été constatés, d'après Tripoli. Début octobre, des délégations militaires des deux camps rivaux libyens ont convenu d'un "plan d'action global" pour leur retrait, sans avancer de calendrier. 

La présence des "mercenaires, combattants et forces étrangères constitue une menace non seulement pour la Libye, mais pour toute la région", selon la cheffe de la diplomatie libyenne.

Autre point de discussion, l'unification de l'armée "sous un commandement unique". Car si en théorie, le pays dispose désormais d'un pouvoir unifié, la région orientale de Cyrénaïque est contrôlée de facto par le maréchal Khalifa Haftar, lui-même candidat probable à la présidentielle.

Dans l'ouest du pays, l'un des principaux enjeux sera le "démantèlement et l'intégration des éléments armés non impliqués dans des actes terroristes et criminels", a déclaré Mme al-Mangoush.  


Une base américaine en Syrie attaquée par des drones

La base d'al-Tanf, une garnison dans le désert dans le sud de la Syrie, occupe une position stratégique près des frontières syriennes avec la Jordanie et l'Irak. (Photo, archives/AFP)
La base d'al-Tanf, une garnison dans le désert dans le sud de la Syrie, occupe une position stratégique près des frontières syriennes avec la Jordanie et l'Irak. (Photo, archives/AFP)
Short Url
  • La garnison d’al-Tanf est la seule position avec une présence militaire US significative en Syrie en dehors du nord kurde
  • Elle était utilisée pour la lutte contre l’EI et vise actuellement à contenir la portée militaire de l'Iran dans la région

Plusieurs explosions ont été entendues en provenance de la base d'al-Tanf utilisée par la coalition menée par les Etats-Unis à un endroit stratégique près des frontières syriennes avec la Jordanie et l'Irak, a affirmé mercredi une ONG.

"Des explosions ont été entendues provenant de la base d'al-Tanf utilisée par la coalition" qui combat les groupe Etat islamique, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) basé en Grande-Bretagne.

Selon l'ONG, une attaque de drone serait responsable de ces explosions.

Un responsable américain a confirmé à l'AFP qu'une attaque avait visé la base.

"Nous n'avons pas connaissance de victimes", a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat.

La base d'al-Tanf, une garnison dans le désert dans le sud de la Syrie, a été mise en place pour la première fois lorsque les combattants de l'État islamique contrôlaient l'est de la Syrie à la frontière de l'Irak, mais depuis que les militants ont été chassés, elle est considérée comme faisant partie de la stratégie américaine plus large visant à contenir la portée militaire de l'Iran dans la région.

Tanf est la seule position avec une présence militaire américaine significative en Syrie en dehors du nord contrôlé par les Kurdes.

Bien qu'il ne soit pas courant d'attaquer les troupes américaines à l'avant-poste, les forces soutenues par l'Iran ont fréquemment attaqué les troupes américaines avec des drones et des roquettes dans l'est de la Syrie et de l'Irak.


L'ONU condamne les violations des Houthis au Yémen et en Arabie saoudite

Des combattants houthis scandent des slogans dans un véhicule militaire lors d'un rassemblement dans la capitale Sanaa. (Photo, AFP/Archives)
Des combattants houthis scandent des slogans dans un véhicule militaire lors d'un rassemblement dans la capitale Sanaa. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • L'envoyé saoudien auprès de l'ONU Abdallah al-Mouallimi salue la déclaration du Conseil de sécurité, affirmant qu'elle constitue une condamnation ferme des Houthis
  • Le Conseil de sécurité a condamné les tentatives des Houthis de viser l'aéroport international d'Abha en Arabie saoudite à l'aide de drones chargés d'explosifs

LONDRES: Le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné mercredi la menace que représente la milice houthie soutenue par l'Iran pour la navigation en mer Rouge et ses attaques croissantes contre les navires commerciaux au large des côtes yéménites.

Le Conseil de sécurité a appelé les Houthis à réduire leur escalade militaire à Marib, à lever leur blocus sur la ville voisine d'Abedia et à instaurer un cessez-le-feu immédiat à l'échelle nationale.

La milice houthie a intensifié son offensive pour prendre le contrôle de la ville stratégique de Marib ces dernières semaines, après une accalmie en septembre.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a également condamné le recrutement et l'exploitation d'enfants par les Houthis dans le conflit, dont certains sont victimes d'abus sexuels.

L'organe suprême de l'ONU a de plus exprimé sa préoccupation face à l’affaiblissement des efforts de paix au Yémen et a exhorté toutes les parties à mettre en œuvre de manière constructive l'accord de Riyad.

Il a déclaré qu'il saluait et soutenait l'initiative saoudienne pour mettre fin à la guerre au Yémen et a exprimé son plein appui aux efforts de l'envoyé de l'ONU au Yémen Hans Grundberg, appelant toutes les parties à coopérer avec lui sans conditions préalables.

Le Conseil de sécurité a en outre condamné les tentatives des Houthis de viser l'aéroport international d'Abha en Arabie saoudite à l'aide de drones chargés d'explosifs.

Les pays membres ont ainsi implicitement mis en garde la milice houthie contre l'utilisation du port d'Al-Hodeidah à des fins militaires et ont renouvelé leur avertissement quant au risque que représente le manque d'entretien d'un pétrolier flottant amarré en mer Rouge. Ils ont rappelé aux Houthis leur responsabilité à l’égard du pétrolier Safer.

Le Conseil de sécurité a aussi réitéré son plein engagement en faveur de l'unité, de la souveraineté et de l'indépendance du Yémen, en insistant sur la nécessité de respecter l'embargo sur les armes imposé au Yémen.

Il a également exprimé son soutien au retour du gouvernement yéménite dans la capitale provisoire, Aden, tout en condamnant la tentative d'assassinat du gouverneur d'Aden et du ministre yéménite de l'Agriculture le 10 octobre.

L'ambassadeur d'Arabie saoudite auprès de l'ONU, Abdallah al-Mouallimi, a salué la déclaration du Conseil de sécurité et a affirmé qu'elle constituait une condamnation ferme de la milice houthie, selon Al-Arabiya.

Al-Mouallimi a de même apprécié la déclaration sur l'aéroport d'Abha et a dit espérer que l'envoyé de l'ONU au Yémen ait tiré parti de la déclaration du Conseil.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com