Les Nations unies optimistes quant à l'avenir des énergies propres

Le Pavillon de la durabilité, qui fait partie de l'Expo 2020 de Dubaï. (AFP/File Photo)
Le Pavillon de la durabilité, qui fait partie de l'Expo 2020 de Dubaï. (AFP/File Photo)
En 2015, l'Assemblée générale des Nations unies a défini les Objectifs de développement durable (ODD): 17 objectifs mondiaux qui constituent un «plan directeur pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous». (fourni par le Pnud)
En 2015, l'Assemblée générale des Nations unies a défini les Objectifs de développement durable (ODD): 17 objectifs mondiaux qui constituent un «plan directeur pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous». (fourni par le Pnud)
Au Zimbabwe, une infirmière en service de maternité dans un centre de santé doté d'un toit solaire. (fourni par le Pnud)
Au Zimbabwe, une infirmière en service de maternité dans un centre de santé doté d'un toit solaire. (fourni par le Pnud)
Short Url
Publié le Mercredi 17 mars 2021

Les Nations unies optimistes quant à l'avenir des énergies propres

  • Le responsable de l'énergie au Pnud estime que l'absence de volonté politique est le principal obstacle qui entrave l'action en faveur du climat
  • Marcel Alers, qui joue un rôle primordial dans les efforts des Nations unies en faveur de l'énergie durable, a accordé un entretien exclusif à Arab News

NEW YORK: Ce qui contrarie Marcel Alers, lorsqu’il s’agit de l'énergie et son étroite corrélation avec la crise climatique, c'est que les signes sont clairs depuis un certain temps déjà. La marge de manœuvre est désormais étroite: réduire le changement climatique constitue aujourd'hui une course contre la montre, alors que le monde a encore un long chemin à parcourir.

La baisse significative des émissions de gaz à effet de serre observée l'année dernière en raison de la pandémie de Covid-19 pourrait bien demeurer un simple point sur le radar, sur le long terme, si les pays ne déploient pas des efforts considérables pour atteindre un niveau net de zéro émission.

«Nous brûlons des combustibles fossiles pour l'énergie qu'ils contiennent: charbon, carburant et gaz. Dans ce processus, nous libérons des gaz à effet de serre, qui contribuent largement au changement climatique», explique M. Alers, responsable de l'énergie au Pnud (Programme des Nations unies pour le développement), dans une interview exclusive accordée à Arab News.

Les combustibles fossiles sont responsables de 87% des émissions de dioxyde de carbone dans le monde, et compromettent la vie et les moyens de subsistance des générations futures, sans compter les dommages irréversibles qu'ils infligent à la biosphère. La pollution atmosphérique due aux combustibles fossiles fait environ 3,6 millions de morts par an à travers le monde.

Il s'agit d'un bilan six fois supérieur à celui des meurtres, des guerres et des attaques terroristes réunis. «Cela pose désormais un problème existentiel pour la planète et pour l'humanité. Il nous incombe donc d'y remédier», affirme M. Alers.

Q
Cette photo prise le 16 janvier 2021 lors d'une visite pour la presse au Pavillon de la durabilité, qui fait partie de l'Expo 2020 de Dubaï (Émirats arabes unis),une semaine avant son ouverture au public, montre des panneaux solaires qui produisent de l'énergie renouvelable. (AFP/File Photo)

Pour cet homme qui joue un rôle essentiel dans les efforts déployés pour assurer une énergie durable pour tous au niveau mondial, ce qu'il faut faire est tout à fait évident: «Disposons-nous de toutes les solutions? Non. Mais nous avons assez de solutions pour agir dès maintenant. Si nous le souhaitons», déclare-t-il.

Dans un contexte où la pandémie plonge l'économie mondiale dans la récession et où les taux d'intérêt sont faibles, le développement des systèmes d'énergie renouvelable représente en fait une solution gagnant-gagnant pour tous: l'énergie propre permet non seulement de créer des villes plus vertes et plus saines, mais elle sert également de moteur à la création d'emplois.

En effet, elle est susceptible de créer un volume d'emplois trois fois supérieur à celui généré par les investissements dans les combustibles fossiles, et favorise ainsi la reprise économique au sortir de la pandémie. Les énergies renouvelables ont créé 11,5 millions d'emplois dans le monde en 2019. Selon l'Agence internationale pour les énergies renouvelables, ce chiffre pourrait atteindre 42 millions en 2050.

Les énergies renouvelables offriront des prix plus avantageux aux consommateurs. Les sources d'énergie alternatives – solaire, éolienne, hydraulique, ressources hydroélectriques, géothermie, biomasse renouvelable – étaient si chères il y a quelques décennies que seules les expéditions spatiales pouvaient se les payer. Néanmoins, cette situation a bien évolué.

Le coût des énergies renouvelables a considérablement diminué et ces dernières sont désormais moins chères que le charbon, qui a longtemps passé pour la source d'électricité la moins chère. Le prix de l'énergie solaire a baissé de 89% et celui de l'énergie éolienne de 70 %, tandis que le prix de l'électricité produite à partir du charbon a baissé de seulement 2%.

Q
Marcel Alers, responsable du dossier de l'énergie au Pnud, a accordé une d'une interview exclusive a Arab News. (Fourni)

En 2015, l'Assemblée générale des Nations unies a défini les Objectifs de développement durable (ODD): 17 objectifs mondiaux conçus comme un «plan directeur pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous». Les ODD sont censés être accomplis d'ici à 2030.

Bien que tous les objectifs soient interdépendants, l'ODD 7 (septième objectif) se trouve au centre de tous les autres objectifs: il appelle à assurer l'accès à «une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous».

M. Alers va jusqu'à affirmer que la plupart des 17 objectifs – dans des domaines tels que la santé, l'éducation, la création d'emplois et l'éradication de la pauvreté – ne pourraient être atteints si l'objectif lié à l'énergie est raté. Pour dire les choses comme elles sont, tout a besoin d'énergie.

Cependant, même si l'énergie propre est disponible et abordable, son potentiel reste largement inexploité. «La volonté politique n'a pas été suffisamment affirmée pour pouvoir faire la différence», souligne M. Alers.

FAITS MARQUANTS Énergie durable

  • Le septième objectif des Objectifs de développement durable (ODD) appelle à une «énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous».

 

  • La pollution due aux combustibles fossiles cause environ 3,6 millions de décès par an à travers le monde.

 

  • Les combustibles fossiles sont responsables de 87% des émissions de dioxyde de carbone dans le monde.

Certes, la peur de succomber au coronavirus a suscité un sentiment d'urgence qui a débouché sur une action rapide et des milliers de milliards de dollars ont brusquement commencé à circuler. Cependant, l'impact du changement climatique est trop progressif pour amener les gens à agir.

Par ailleurs, la transition vers des énergies propres requiert aujourd'hui d'importants investissements en échange de bénéfices qui ne s'accumuleront qu'au bout de deux ou trois décennies. «Le décalage est flagrant», estime M. Alers. «Les gens diront, nous serons morts d'ici là».

«Les rapports successifs confirment que la meilleure solution consiste à allouer des fonds dès aujourd'hui, et que ces fonds seront rentabilisés à plusieurs reprises au fil du temps. Pourtant, il est difficile de convaincre les responsables politiques de réellement opter pour ces décisions et de les classer parmi les priorités.»

«Dans la plupart des pays, les cycles électoraux sont des cycles de cinq ans. Je comprends donc que le politicien qui souhaite être réélu soit obligé de prendre des mesures qui lui seront bénéfiques durant son mandat, pour pouvoir récolter des voix. Il n'a donc aucun intérêt à prendre aujourd'hui des mesures qui profiteront à quelqu'un d'autre dans dix ans. À ce moment-là, il ne sera pas au pouvoir.»

Les politiciens, cependant, ne vivent pas en vase clos. Ce sont les électeurs qui les mettent au pouvoir. «Au bout du compte, il s'agit donc d'un défi sociétal. La société, dans son ensemble, se doit d'atteindre un niveau de compréhension de l'urgence de l'action à mener, de sorte à traduire cette compréhension en élisant des politiciens qui envisagent, au cours de leur mandat, de prendre des mesures en faveur du climat.»

Q
Cette photo prise le 3 février 2021 montre des ouvriers en train d'assembler des panneaux solaires sur la rive du réservoir de Tengeh dans le cadre des efforts de construction d'une centrale solaire flottante à Singapour. (AFP/File Photo)

Voilà où les jeunes interviennent. La plus grande enquête d'opinion au monde sur le changement climatique, réalisée récemment auprès d’1,2 million de personnes dans 50 pays, a révélé que la majorité des citoyens du monde pensent qu'il constitue une urgence mondiale qui nécessite une action urgente.

Une grande partie des personnes interrogées étaient âgées de 14 à 18 ans. Pour eux, les effets du changement climatique sont désormais plus visibles, qu'il s'agisse de températures record, d'incendies dévastateurs ou de saisons d'ouragans intenses. «Je pense que le changement incombe à la jeune génération, et elle le prend en charge dans la mesure où ce problème est sans doute plus réel pour elle que pour des personnes comme moi qui entament la seconde moitié de leur vie. Vu mon âge, j'échapperai peut-être au pire, mais pas eux.»

«Mais, là encore: est-ce que ce changement sera assez rapide? Avons-nous le luxe d'attendre? Avons-nous le luxe du temps? À mon avis, non. Je pense que nous y parviendrons, mais ce serait malheureux de comprendre, un peu trop tard, l'urgence de la situation», poursuit M. Alers.

En outre, les données scientifiques sont sans équivoque: les pays disposent de peu de temps pour prendre de toute urgence les mesures nécessaires afin de limiter le réchauffement moyen de la planète à la température plus sûre d’1,5 °C. Les experts estiment que l'accord de Paris sur le changement climatique et les Objectifs de développement (ODD) des Nations unies représentent une chance irremplaçable d'assurer une transition équitable et durable.

L'initiative Climate Promise du Pnud a été initiée dans le but de garantir que tout pays qui souhaitait augmenter son engagement en faveur du climat puisse le faire. Le Pnud s'est déjà entendu avec 115 pays sur des plans de travail à suivre, en s'appuyant sur la grande expertise de l'agence dans divers secteurs.

Q
Des visiteurs examinent des écrans diffusant des images du Parc solaire Mohammed ben Rashid al-Maktoum, le 20 mars 2017, à la centrale solaire de Dubaï. (AFP/File Photo)

Dans le cadre du soutien global que le Pnud apporte aux pays pour les aider à se remettre de la crise de Covid-19, les services de la Climate Promise sont adaptés afin de soutenir les gouvernements dans les efforts qu’ils font pour intégrer les mesures climatiques dans leur réponse à la pandémie. Pour ce faire, l'initiative Climate Promise leur propose des promesses de dons pour «verdir» leurs plans de relance et lancer des investissements et des plans de développement plus durables.

Certains pays prennent déjà les devants. M. Alers cite notamment les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite, deux pays situés dans une région particulièrement vulnérable au changement climatique, que la chaleur et le besoin de climatisation ont enfermée dans un cercle vicieux: à mesure que le changement climatique engendre une hausse des températures, davantage d'électricité est nécessaire pour faire fonctionner la climatisation, ce qui consomme davantage de combustibles fossiles, et aggrave à son tour le changement climatique.

«Les Émiratis sont conscients que le pétrole et le gaz sont des ressources limitées et que ces dernières seront un jour considérablement amoindries. Ils ont donc décidé de regarder vers l'avenir et de changer de position de façon intelligente pour devenir des meneurs en matière de nouvelles technologies, notamment dans le secteur de l'énergie solaire.»

«Je constate la même évolution en Arabie saoudite. Le pétrole diminue dans le Royaume. Une fois que les jeunes ont atteint l'âge adulte et qu'ils deviennent productifs, ils recherchent un emploi pour subvenir aux besoins de leur famille. Nous devons donc exploiter ces tendances de manière à parvenir à un résultat durable, sain et bénéfique pour tous.»

«Les Saoudiens pourront être les pionniers de la révolution énergétique du futur s'ils jouent bien le jeu.»

En effet, l'année 2021 s'annonce comme une année décisive pour la crise du changement climatique. Pour M. Alers, le sommet sur le changement climatique qui se tiendra à Glasgow au mois de novembre constituerait une dernière chance pour que la volonté politique se manifeste et se traduise par des actions concrètes.

«Peu importe les résultats de ce sommet, les décisions et les accords relatifs au climat seront très préjudiciables», précise-t-il.

Q
Dans le cadre du soutien global que le Pnud apporte aux pays pour les aider à se remettre de la crise de Covid-19, les services de Climate Promise sont adaptés afin de soutenir les gouvernements dans les efforts qu’ils font pour intégrer les mesures climatiques dans leur réponse à la pandémie. (Fourni)

Un événement encore plus important concerne le Dialogue de haut niveau des Nations unies sur l'énergie prévu au mois de septembre. Il s'agit du premier événement de ce type depuis 1981.

«Il s'agira de la première épreuve des faits. Sommes-nous sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD)? La réponse est évidente: non», affirme M. Alers.

«Ce sera donc l'occasion de redresser la barre. Neuf ans nous séparent de 2030, période durant laquelle nous sommes tenus d'agir. Ce dialogue est censé donner une impulsion à l'énergie pour qu'elle devienne le centre d'intérêt et que nous tenions nos promesses et nos engagements.»

«Nous sommes persuadés que, en présence d'un véritable engagement politique, les autres éléments suivront, tels que les fonds et la technologie. Ainsi, des personnes comme moi ainsi que tous les experts qui œuvrent dans ce domaine continueront à marteler le sujet, à réinventer le message et à essayer de trouver les mots adéquats pour attirer l'attention sur ce thème.»

«Nous poursuivrons nos efforts, bien évidemment. Nous essaierons d'offrir le meilleur de nous-mêmes.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ukraine: Zelensky, l'Otan et l'UE saluent l'aide américaine, que le Kremlin fustige

Cette photographie prise le 20 avril 2024 montre un bâtiment détruit à Marioupol, en Ukraine sous contrôle russe, au milieu du conflit russo-ukrainien (Photo, AFP).
Cette photographie prise le 20 avril 2024 montre un bâtiment détruit à Marioupol, en Ukraine sous contrôle russe, au milieu du conflit russo-ukrainien (Photo, AFP).
Des roquettes russes sont lancées contre l'Ukraine depuis la région russe de Belgorod, vue depuis Kharkiv, en Ukraine, le 18 avril 2024 (Photo, AP).
Des roquettes russes sont lancées contre l'Ukraine depuis la région russe de Belgorod, vue depuis Kharkiv, en Ukraine, le 18 avril 2024 (Photo, AP).
Short Url
  • Du côté des Européens, ce sont les capacités de production limitées qui empêchent à ce stade de livrer notamment les obus promis à Kiev
  • Plus proche allié de Kiev, le président américain Joe Biden s'est rapidement félicité de l'adoption d'une aide «cruciale» à Kiev

KIEV: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et ses alliés de l'Union européenne et de l'Otan ont salué d'une même voix le vote samedi du Congrès américain en faveur d'un paquet de 61 milliards de dollars à Kiev, le Kremlin déplorant une aide qui conduira à la mort d'"encore plus d'Ukrainiens".

Il aura fallu des mois et des mois, au grand désespoir souvent des dirigeants ukrainiens, mais le vote de samedi fut le bon à la Chambre américaine des représentants, validant un paquet d'aide militaire et financière à Kiev.

Il devrait permettre à l'armée ukrainienne de reprendre son souffle face à l'armée russe, dans ce conflit à haute intensité qui a épuisé nombre de ses combattants et entamé le moral des troupes face à la poussée des forces de Moscou ces derniers mois.

Le texte adopté "sauvera des milliers et des milliers de vies", s'est félicité sur X Volodymyr Zelensky, estimant que le texte voté "maintient l'histoire sur le bon chemin".

"Il s'agit d'une aide très importante qui sera ressentie par nos soldats sur la ligne de front, ainsi que par nos villes et nos villages qui souffrent de la terreur russe", a-t-il appuyé plus tard lors de son allocution quotidienne.

Son Premier ministre, Denys Chmygal, a lui salué "la solidarité" des élus américains, alors que le texte doit encore être voté par le Sénat.

Plus proche allié de Kiev, le président américain Joe Biden s'est rapidement félicité de l'adoption d'une aide "cruciale" à Kiev, au "rendez-vous de l'Histoire".

Le Kremlin, dont l'armée est en guerre contre l'Ukraine depuis le déclenchement d'un assaut d'ampleur sur le sol ukrainien le 24 février 2022, a rapidement dénoncé le vote du Congrès américain, une décision "attendue et prévisible" à ses yeux.

L'aide "enrichira davantage les États-Unis d'Amérique et ruinera encore plus l'Ukraine, en tuant encore plus d'Ukrainiens à cause du régime de Kiev", a assuré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, cité par l'agence de presse d'Etat TASS.

La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a elle fustigé une enveloppe militaire, qui comprend aussi de l'aide à Israël et Taïwan, qui "va exacerber les crises mondiales".

Jeudi, M. Peskov avait affirmé que l'aide américaine ne pourra "en aucun cas influer" sur la situation sur le front, où la Russie est à l'offensive.

«Message clair au Kremlin»

A l'issue du vote à Washington, les réactions ont rapidement afflué du côté des alliés occidentaux de Kiev, notamment au sein de l'Union européenne.

"Un jour d'optimisme" pour l'Europe, a estimé Berlin par la voix de la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock, après que le président du Conseil européen, Charles Michel, a lui assuré que l'Occident "envoie un message clair au Kremlin".

Le chef de l'Otan Jens Stoltenberg a pour sa part salué une aide qui "renforce notre sécurité à tous, en Europe et en Amérique du Nord".

Ce paquet d'aide devenait "vital" pour l'armée ukrainienne, de l'aveu même de Volodymyr Zelensky, tant sur le terrain, l'Ukraine fait face à des pénuries de munitions et est dans l'incapacité de protéger l'ensemble de ses villes et de ses infrastructures énergétiques, régulièrement ciblées par les forces russes.

Kiev n'a ainsi de cesse de réclamer à ses partenaires munitions et systèmes antiaériens pour contrer ces frappes, mais les divisions politiques à Washington ont ralenti les prises de décision ces derniers mois.

Du côté des Européens, ce sont les capacités de production limitées qui empêchent à ce stade de livrer notamment les obus promis à Kiev.

Combats incessants 

Samedi, les attaques se sont poursuivies sur le terrain, comme depuis près de 800 jours.

L'Ukraine a déclaré que la Russie avait frappé des immeubles résidentiels à Vovchansk (nord-est), une ville située à environ cinq kilomètres de la frontière russe, faisant deux morts et deux blessés.

Parallèlement, une source de la Défense ukrainienne a déclaré à l'AFP que Kiev avait visé dans la nuit huit régions russes lors d'une attaque de drones "à grande échelle", mettant en feu un dépôt de carburant.

Le ministère russe de la Défense n'a lui pas évoqué ce dépôt touché selon Kiev, indiquant toutefois avoir intercepté 50 drones ukrainiens durant la nuit, dont certains près de Moscou.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient un énorme incendie faisant rage dans un dépôt de carburant de la région russe de Smolensk (ouest).

L'Ukraine multiplie ses attaques contre la Russie ces dernières semaines, en visant notamment des raffineries, dans le but de perturber la chaîne logistique d'approvisionnement des troupes russes engagées sur le front.

Dans la région russe de Belgorod, le gouverneur Viatcheslav Gladkov a lui fait état dans la journée de deux morts dans des attaques de drones ukrainiens puis du décès d'une femme enceinte lors de bombardements ultérieurs.


Centrafrique: au moins 58 morts dans un naufrage à Bangui

Une photo d'archive montre une vue de la baleinière qui a chaviré le 19 avril sur la rivière M'poko Bac à Bangui, en République centrafricaine, tuant au moins 58 personnes (Photo, X : @RadioGuira).
Une photo d'archive montre une vue de la baleinière qui a chaviré le 19 avril sur la rivière M'poko Bac à Bangui, en République centrafricaine, tuant au moins 58 personnes (Photo, X : @RadioGuira).
Short Url
  • L'embarcation en bois, appelée baleinière, transportait plus de 300 personnes, bien au-delà de sa capacité
  • La Centrafrique est le deuxième pays le moins développé au monde, indiquait l'an dernier l'ONU

BANGUI: Au moins 58 personnes sont mortes et d'autres portées disparues vendredi dans le naufrage d'une péniche surchargée sur la rivière Mpoko à Bangui alors qu'elles se rendaient à des funérailles, selon un dernier bilan samedi.

"On a pu extraire 58 corps, sans vie. On ne connaît pas le nombre total de personnes qui sont sous l'eau", a déclaré le directeur général de la protection civile, Thomas Djimasse, dont les équipes sont arrivées sur place 40 minutes après le drame, à Radio Guira.

Le gouvernement n'avait pas réagi samedi au bilan de la protection civile. Dans une allocution enregistrée vendredi, diffusée samedi à la radio publique, le porte-parole du gouvernement, Maxime Balalou a fait état "d'un bilan provisoire d'au moins 30 personnes décédées, des disparus et plusieurs blessés".

"Le gouvernement adresse ses condoléances les plus attristées aux familles endeuillées" poursuit-il avant d'annoncer l'ouverture d'une enquête "pour déterminer les causes de ce drame ainsi que les responsabilités" et la mise en place d'un "dispositif exceptionnel de soutien aux familles des victimes", sans plus de détails.

Blessés évacués en taxi-moto 

L'embarcation en bois, appelée baleinière, transportait plus de 300 personnes, bien au-delà de sa capacité, et se dirigeait vers Makolo, un village situé à 45 kilomètres de Bangui, pour assister aux funérailles d'un chef de village, ont indiqué des témoins.

Le bateau a chaviré peu de temps après son départ de l'embarcadère d'après Maurice Kapenya, un témoin qui le suivait "dans une petite pirogue", faute de place à bord et a sorti les premières victimes, dont sa propre soeur, avec l'aide de pêcheurs et de riverains, avant l'arrivée des secours.

Certains blessés ont été évacués à l'aide de taxi-moto, comme celui de Francis Maka qui affirme à l'AFP avoir "emmené plus de dix personnes à l'hôpital communautaire".

Aucun bilan définitif n'est pour l'heure disponible. Samedi, alors que les équipes de la protection civile ne sont plus sur les lieux, des familles se trouvaient toujours près de la rivière, monnayant les services des piroguiers pour la recherche de leurs proches toujours portés disparus, a pu constater sur place une journaliste de l'AFP.

Plusieurs parti de l'opposition, comme le Mouvement pour la libération du peuple centrafricain, ont également adressé leur "solidarité avec les familles" et le Parti unité républicaine (UNIR), a appelé à proclamer "un deuil national".

La Centrafrique est le deuxième pays le moins développé au monde, indiquait l'an dernier l'ONU, et le théâtre depuis 2013 d'une guerre civile meurtrière qui a baissé en intensité depuis 2018.

Fin 2020, les plus puissants des nombreux groupes armés qui se partageaient alors les deux tiers du territoire s'étaient alliés au sein de la CPC et avaient lancé une offensive sur Bangui pour tenter de renverser le chef de l'Etat, Faustin Archange Touadéra, lequel avait appelé Moscou à la rescousse de son armée démunie.


Etats-Unis: deux morts et six blessés dans une fusillade à Memphis

La police enquête sur les lieux d'un vol de voiture qui serait lié à une série de fusillades, le 7 septembre 2022 à Memphis, dans le Tennessee. (Photo Brad Vest Getty Images via AFP)
La police enquête sur les lieux d'un vol de voiture qui serait lié à une série de fusillades, le 7 septembre 2022 à Memphis, dans le Tennessee. (Photo Brad Vest Getty Images via AFP)
Short Url
  • Deux individus ont été retrouvés morts sur les lieux et un des six blessés est hospitalisé «dans un état critique», a écrit sur le réseau social X la police de la ville de Memphis
  • La fusillade a eu lieu lors d'une fête de quartier non autorisée qui a rassemblé quelque 200 à 300 personnes près du parc Orange Mound de Memphis

WASHINGTON : Deux personnes ont été tuées et six autres blessées dans une fusillade survenue lors d'une fête de quartier samedi à Memphis aux Etats-Unis, a rapporté la police locale.

Deux individus ont été retrouvés morts sur les lieux et un des six blessés est hospitalisé «dans un état critique», a écrit sur le réseau social X la police de la ville de Memphis, située dans l'Etat du Tennessee (sud-est).

La fusillade a eu lieu lors d'une fête de quartier non autorisée qui a rassemblé quelque 200 à 300 personnes près du parc Orange Mound de Memphis, ont ajouté les forces de l'ordre.

Avec plus d'armes à feu que d'habitants, les Etats-Unis affichent le taux de mortalité par arme à feu le plus élevé de tous les pays développés.

Les fusillades y sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer, de nombreux Américains restant très attachés à leurs armes.

L'ONG Gun Violence Archive, qui qualifie de fusillades de masse celles qui ont fait au moins quatre morts ou blessés, en a décompté 120 depuis le 1er janvier aux Etats-Unis.

En 2023, 656 fusillades de masse  ont été recensées.