Le Premier ministre yéménite en Arabie saoudite pour discuter accord de Riyad et crise économique

Le Premier ministre yéménite, Maeen Abdelmalik Saeed, arrive à Aden le 18 novembre 2019. (Fichier/AFP).
Le Premier ministre yéménite, Maeen Abdelmalik Saeed, arrive à Aden le 18 novembre 2019. (Fichier/AFP).
Short Url
Publié le Lundi 22 mars 2021

Le Premier ministre yéménite en Arabie saoudite pour discuter accord de Riyad et crise économique

  • Le Premier ministre informera également le président du Yémen, Abed Rabbo Mansour Hadi, d'un certain nombre de développements
  • Ce soutien économique permettra au gouvernement yéménite de remplir ses obligations envers ses citoyens

DUBAÏ: Le Premier ministre yéménite, Maeen Abdelmalik Saeed, s'est rendu dimanche dans la capitale de l'Arabie saoudite pour y tenir une série de réunions portant sur le soutien du gouvernement saoudien et l'accord de Riyad, selon l'agence de presse yéménite Saba News.

En compagnie du ministre yéménite des Finances, Salem ben Breik, M. Saeed rencontrera des responsables saoudiens pour discuter de la possibilité de fournir un soutien économique au gouvernement du Yémen.

Ce soutien permettra au gouvernement yéménite de remplir ses obligations envers ses citoyens, notamment en matière de services essentiels, et de freiner la détérioration du taux de change de la monnaie nationale.

M. Saeed informera également le président du Yémen, Abed Rabbo Mansour Hadi, de certains développements, notamment en ce qui concerne les actions engagées pour parachever la mise en œuvre de l'accord de Riyad et d'évaluer les progrès déjà accomplis.

Le Premier ministre abordera également les actions entreprises par le gouvernement en vue d'améliorer la qualité des services ainsi que les difficultés rencontrées à ce jour, de même que les solutions proposées et le soutien nécessaire pour surmonter ces obstacles.

En décembre dernier, M. Saeed a annoncé que la corruption au sein des institutions et l'instabilité de la monnaie figuraient parmi les objectifs du nouveau gouvernement du Yémen. Il a également ajouté que la nouvelle administration consacrera ses efforts à la relance de l'économie yéménite, au contrôle de la dépréciation du riyal yéménite, à l'allègement des souffrances des citoyens et à la lutte contre la corruption dans les institutions publiques.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Damas responsable d'une attaque au chlore à Douma en Syrie en 2018

Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Short Url
  • Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma
  • Cette attaque a tué 43 personnes

LA HAYE: Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma qui a tué 43 personnes, selon un rapport très attendu publié vendredi.

"Il existe des motifs raisonnables de croire que les forces aériennes arabes syriennes sont les auteurs de l'attaque aux armes chimiques du 7 avril 2018 à Douma", a déclaré dans un communiqué l'OIAC, basée à La Haye.


Tombes égyptiennes anciennes et objets découverts près des pyramides de Gizeh

Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Short Url
  • Le cercueil n’aurait pas été touché depuis quatre mille trois cents ans, selon l'archéologue principal, Zahi Hawass
  • «Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire»

LE CAIRE: L'archéologue le plus renommé d'Égypte a annoncé la découverte de dizaines de vestiges, parmi lesquels deux tombes anciennes, dans une nécropole pharaonique située à proximité du Caire.
Zahi Hawass, ancien ministre du gouvernement et directeur des fouilles, a déclaré que les découvertes faites à Saqqarah, près des pyramides de Gizeh, remontaient aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. Ces dernières ont régné de 2500 à 2100 avant Jésus-Christ.

egypte
«Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire, ce qui indique la présence d'un immense cimetière avec de nombreuses tombes importantes», a-t-il précisé.
«La première d'entre elles est la tombe de Khnoumdjedef, prêtre et responsable des nobles dans le complexe pyramidal d'Ounas, le dernier roi de la cinquième dynastie. La tombe est colorée et présente des scènes de la vie quotidienne.

egypte
«La seconde est destinée à Messi, connu comme le gardien des secrets et le commandant adjoint du grand palais», a indiqué M. Hawass.
L'équipe a également découvert un certain nombre de statues en calcaire coloré. Elles représenteraient des serviteurs de Messi.
Elle a en outre découvert un cercueil en calcaire qui serait celui d’un homme appelé Haka Shabis dans une pièce cachée au fond d'un puits de 15 mètres, a fait savoir M. Hawass.

egypte
«Il est apparu que ce cercueil n'avait pas été touché depuis environ quatre mille trois cents ans. Lorsque nous avons ouvert son couvercle, nous avons trouvé la momie d'un homme recouverte de feuilles d'or. Cette momie est considérée comme la plus complète et la plus ancienne momie non royale trouvée à ce jour.»
Il y avait également plusieurs statues du juge et écrivain Fatak, situées à côté d'une table d'offrandes et d'un cercueil qui contenait ses restes momifiés.
Le Dr Moustafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, a déclaré que si de nombreuses statues avaient été déterrées dans la région de Saqqarah au cours du siècle dernier, très peu avaient la taille des dernières découvertes.

egypte
«De nombreuses amulettes, des outils cosmétiques, des statues de l'idole Ptah Sokar, d’autres qui représentent des divinités, des poteries et des récipients votifs ont également été trouvés», a-t-il révélé.
Selon M. Hawass, la région archéologique de Saqqarah recèle encore de nombreux secrets qui attendent d'être découverts.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La liste des sites anciens de Marib établie par l'Unesco fait le bonheur des Yéménites

Le royaume yéménite préislamique de Saba est menacé de destruction par le conflit en cours. (Archive/AP)
Le royaume yéménite préislamique de Saba est menacé de destruction par le conflit en cours. (Archive/AP)
Short Url
  • L'organisme onusien a ajouté les sept sites de l'ancien royaume de Saba à Marib à sa liste du patrimoine mondial
  • Les sept sites archéologiques qui la composent «témoignent de la richesse du Royaume de Saba et de ses réalisations architecturales, esthétiques et technologiques»

AL-MUKALLA (Yémen): Les Yéménites, épuisés par la guerre, ont l’occasion de profiter d'un rare moment de fête. En effet, l'Unesco a ajouté des structures historiques de la province centrale de Marib à sa liste du patrimoine mondial.
À l’occasion d'une session extraordinaire du Comité du patrimoine mondial à Paris, mercredi dernier, l'organisme des Nations unies a ajouté les sept monuments de l'ancien royaume de Saba à Marib, ainsi que deux autres sites au Liban et en Ukraine, à sa liste du patrimoine mondial et à une liste des sites en danger dans le monde.
Cette décision a enchanté des responsables yéménites, des archéologues ainsi que la population.
«Félicitations à Marib, au Yémen et aux Arabes pour cet important accomplissement culturel qui est le résultat de trois années d'efforts sur le terrain et en coulisses», a écrit sur Twitter Mohammed Jumeh, délégué permanent du Yémen auprès de l'Unesco, qui a fait l'éloge de l'équipe de spécialistes yéménites et étrangers qui ont œuvré à la reconnaissance internationale de ces sites historiques.
Moammar al-Eryani, ministre yéménite de l’Information, de la Culture et du Tourisme, a également félicité les Yéménites, les autorités locales et l'équipe du ministère qui a préparé le dossier. Il a précisé qu'il y a désormais cinq sites yéménites sur la liste de l'Unesco.
«Félicitations au Yémen et au gouvernorat de Marib pour l'inscription par l'Unesco des sites de l'ancien royaume de Saba, à Marib, sur la liste du patrimoine mondial, point culminant de trois années de travail d'équipe du ministère, des autorités locales et de la délégation permanente du Yémen à l'Unesco», a réagi M. El-Eryani sur Twitter.
Il a remercié la princesse Haïfa al-Mogrin, déléguée permanente de l'Arabie saoudite à l'Unesco et présidente de la session, pour son soutien à l'inscription des sites de Marib.
Dans un communiqué de presse publié à l'issue de la réunion, l'Unesco a précisé que les sites de l'ancien royaume de Saba, à Marib, témoignent de l'existence d'un royaume puissant, doté d'un gouvernement centralisé et intelligent, qui contrôlait les routes de l'encens à travers la péninsule Arabique et exerçait une influence commerciale en Méditerranée et en Afrique de l'Est.
L’organisation a déclaré que les sept sites archéologiques qui composent le site «témoignent de la richesse du royaume de Saba et de ses réalisations architecturales, esthétiques et technologiques», du Ier millénaire avant J.-C. à la naissance de l'islam, il y a environ mille quatre cents ans.
Ali Tueaiman, archéologue yéménite et chef de l'équipe qui a réuni les dossiers de nomination, a déclaré à Arab News: «Je suis ravi. Nous avons travaillé sur ce dossier pendant trois ans, voyagé dans plusieurs pays et demandé l'aide de spécialistes arabes et internationaux.»
«Notre dossier a convaincu. Le royaume de Saba est l'épine dorsale de la civilisation yéménite et l'un des plus importants anciens royaumes arabes. Les sites illustrent la richesse de la civilisation à travers des milliers d'années.»
Il a déclaré que le monde, y compris l'Unesco, sera responsable de la préservation et de la restauration des sites de l'ancien royaume de Saba après la reconnaissance internationale.
Cependant, d'autres spécialistes yéménites ont averti que les combats entre les troupes gouvernementales yéménites et les Houthis, soutenus par l'Iran, représentent un très grand danger pour les sites en raison de la proximité de ces derniers avec les champs de bataille.
L'ancienne cité de Serwah, l'un des sept monuments classés, est située dans la région de Serwah, qui a été le théâtre de violents combats ces deux dernières années après l’assaut des Houthis contre la ville de Marib.
«Le site est placé dans une ligne de mire. Cela le met en péril et pourrait entraîner sa destruction partielle ou totale», a confié Riyad Bakarmom, un archéologue, à Arab News.
Il a précisé que la reconnaissance mondiale des sites de Marib pourrait également tenter les contrebandiers qui chercheraient à profiter de la moindre faille de sécurité pour voler de précieuses reliques.
«Un autre risque est l'excavation de sites historiques et la contrebande d'objets d’art en période de chaos et de guerre. Certains signes montrent que des sites anciens ont été fouillés à Marib», a souligné M. Bakarmom.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com