Exclusif - Samy Naceri : se lever à Marrakech ou Casablanca avec le soleil, ça n’a pas de prix

Samy Naceri, le comédien franco-algérien (Photo fournie)
Samy Naceri, le comédien franco-algérien (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 27 mars 2021

Exclusif - Samy Naceri : se lever à Marrakech ou Casablanca avec le soleil, ça n’a pas de prix

  • «C’est la première fois que je joue un personnage avec de tels pouvoirs. J’ai déjà interprété le rôle du méchant, mais dans d’autres registres, avec des armes»
  • «Quand j’étais aux États-Unis, j’ai joué dans  American Badass, un documentaire sur Michael Madsen, l’acteur fétiche de Tarantino. J’ai un manager à Los Angeles et j’ai déjà renouvelé plusieurs fois mon visa d’artiste»

MARRAKECH: Sous le soleil de Marrakech, Samy Naceri reçoit Arab News en français pour une interview exclusive. À 59 ans, le comédien franco-algérien aux yeux revolver, n’a rien perdu de son talent ni de son énergie débordante. Après avoir passé une grande partie du confinement aux États-Unis, le taxi driver le plus célèbre du cinéma, vient de tourner deux films au Maroc. Des rôles pour certains atypiques…

1
«En ce moment, je suis à Marrakech et la situation ne donne pas forcément envie de rentrer en France» (Photo fournie)

Vous venez de terminer le tournage du film Atoman et vous y interprétez le rôle de David Lockham, le «méchant». Est-ce une première pour vous?  

Le film était spécial parce qu’il y a beaucoup de d’effets spéciaux. C’était compliqué sans l’être, parce que lorsque ça fait longtemps que l’on exerce ce métier, on imagine les scènes qui seront montées par la suite en 3D. C’est la première fois que je joue un personnage avec de tels pouvoirs. J’ai déjà interprété le rôle du méchant, mais dans d’autres registres, avec des armes.   

Il y a quelques mois, vous tourniez dans Redemption Day, du réalisateur marocain Hicham Hajji. Comment est née cette collaboration?  

C’était mon premier film marocain. J’ai été mis en contact avec Hicham alors qu’il cherchait son «chef terroriste», on s’est parlé au téléphone et nous avons bien accroché. Je suis allé à Los Angeles, il y était aussi. Nous sommes restés un mois dans sa maison californienne. Vous imaginez, cohabiter avec votre futur réalisateur; ça a créé des liens. Nous avons eu un super feeling. Une fois au Maroc, il m’a recontacté pour me demander si j’étais prêt. J’ai quitté la France direction Ouarzazate pour tourner. Comme dans le film il y avait des passages en anglais, il a mis un coach à ma disposition, pour être au plus juste de mon anglais. Le film était aussi en arabe.  

Vous jouiez donc le rôle d’un terroriste. Est-ce que vous l’appréhendiez?   

On m’a proposé à plusieurs reprises de jouer ce type de rôle, mais j’ai toujours refusé, particulièrement parce qu’on traversait une période avec des événements très perturbants, un peu partout dans le monde. Je trouvais que ce n’était pas un moment approprié. Quand j’ai lu le scénario d’Hicham, j’ai pensé que l’on pouvait raconter des choses intéressantes, en lien avec les situations que nous avions vécues en France. Je me suis dit ʺc’est le moment!ʺ.  

Sur le tournage je me suis retrouvé avec Gary Dourdan, Andy Garcia et toute l’équipe… Je pense que j’ai fait le bon choix.  Parce qu’aux États-Unis, le film est passé de la 9ᵉ à la 3ᵉ place au box-office.   

1
Samy Naceri s'exprime après avoir reçu le prix du meilleur film de l'année pour «Taxi 2», le 17 novembre 2000 au Zénith de Lille, lors de la cérémonie des M6 Awards (Photo, AFP)

Vous êtes toujours au Maroc. Comptez-vous y rester longtemps?  

En ce moment, je suis à Marrakech et la situation ne donne pas forcément envie de rentrer en France. Et puis, se lever à Marrakech ou Casablanca avec le soleil, ça n’a pas de prix... Le peuple marocain est accueillant, je me sens bien ici, il fait beau, c’est agréable. Avec les réseaux sociaux et toutes les technologies actuelles, on peut travailler plus facilement à distance.  

Revenons sur votre carrière. Y a-t-il un film qui vous a plus marqué que d’autres?  

J'ai joué dans deux téléfilms, de Bernard Stora sur TF1, avec Belmondo, L'Aîné des Ferchaux. C’était le remake d’un vieux film avec Charles Vanel réalisé par Jean-Pierre Melville. Belmondo reprenait le rôle de Vanel et moi, le sien. Pour le tournage, on s’est retrouvés au Venezuela, à Paris, Madrid. Sur chaque film il existe des moments merveilleux, mais là c’était vraiment magique. Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Jean Gabin, Lino Ventura… Ce sont ces acteurs qui m’ont donné encore plus l’envie de faire ce métier.   

Il y a également eu la saga Taxi, qui connaît toujours autant de succès aujourd’hui.  

Le film a traversé les générations. Luc Besson a même vendu certains des films à Netflix, ce qui a permis de me faire connaître un peu partout. Et il y a eu une reconnaissance de la profession. Grâce au succès de Taxi, j’ai été nominé meilleur espoir pour Taxi 1, avec 12 millions d’entrées. Il a fallu travailler, travailler, travailler, ce n’était pas gagné d’avance. Jouer dans une production de Luc Besson, ce n’est pas rien. Arriver le premier jour à Marseille, voir toutes ces voitures: les 2 Mercedes, les 3 taxis blancs. On est sur une autre planète.    

A l’époque j’étais un peu connu dans la profession car j’avais déjà joué dans une quinzaine de films. Mais le public, lui, ne me connaissait pas, ni Frédéric Diefenthal, ni Bernard Farcy, ni Marion Cotillard, personne! C’est ce film qui a fait exploser nos carrières et nous a fait connaitre du public.   

On ne peut pas parler de vos succès au cinéma, sans évoquer le chef d’œuvre  Indigènes. Est-ce que vous vous attendiez à un tel succès?  

Un an avant le tournage, Rachid Bouchareb était venu me voir, avec d’autres acteurs, et nous a dit: ʺJe prépare un film, ça ne va pas se faire tout de suite, vous êtes partants?ʺ Il nous a expliqué le projet. On a tous dit oui, avec Rochdy Zem, Sami Bouadjila… Peu de personnes croyaient au film. Certaines se demandaient qui étaient ces ʺquatre apaches qui vont nous faire un film sur la Seconde Guerre mondiale?ʺ(rires). On se réunissait régulièrement avec Rachid. De mon côté, je faisais beaucoup de recherches à l’Institut du monde arabe, à la bibliothèque Georges Pompidou. J’ai beaucoup appris sur l’histoire de mon père, mon grand-père... Sur les tirailleurs sénégalais, tunisiens, marocains, algériens… On était tous très investis. Car, oui, il y avait la fiction, mais on retraçait surtout une histoire réelle.   

L’aventure nous a menés à Cannes, on a été sélectionnés et on reçu un prix d’interprétation collectif. Je me souviens aussi que Rachid Bouchareb avait fait monter les marches à des anciens tirailleurs, avec leurs uniformes, leurs légions d’honneur, c’était merveilleux. Une nomination pour la Palme d’Or, on ne peut pas l’oublier. Ensuite, on a été nominés aux Oscars. Puis le film a voyagé dans le monde entier, et on a reçu de nombreux prix, ce qui nous a ouvert beaucoup de portes à tous. On était super fiers, Rachid le premier.   

Avant Indigènes, vous jouiez également dans La mentale…  

C’était le premier film écrit par mon frère, produit par Alain Goldman, réalisé par Manuel Boursinhac, sur la voyoucratie parisienne. Pendant notre vie d’adolescents, dans les quartiers, on a assisté à des scènes similaires à celles que l’on voit dans le film. À l’époque, avec Bibi (Larbi Nacéri), on avait une bande de potes, il y avait un juif, un arabe, un black et on n’a jamais eu de problèmes, encore moins aujourd’hui. On a grandi tous ensemble et c’est ce qu’on a voulu retranscrire dans le film. Aujourd’hui encore, le film marque les jeunes et les moins jeunes. Sur les réseaux sociaux, on nous demande constamment quand nous allons tourner la suite. On aimerait bien pouvoir l’écrire et le tourner. 

Chez les Naceri, le cinéma c’est une histoire de famille?  

Oui, bien sûr. Bibi, je l’ai toujours emmené avec moi, un peu partout. En Russie, notamment, où on a écrit des choses ensemble et tourné plusieurs projets. C’est d’ailleurs lui qui a écrit Go fast, Banlieue 13, La mentale…Il a la capacité d’écrire très vite, il est talentueux, c’est un vrai passionné d’histoires.   

Julian, mon fils, a tourné son premier court-métrage qui s’appelle Sans issue, il y a un an. Quand j’ai lu son scénario, j’ai décroché le téléphone, et je lui ai dit ʺOk, on y vaʺ. Il m’a demandé de jouer dedans, avec Abdel Ben Cherif, un comédien d’origine algérienne qui a joué dans Un prophète, La guerre des mondes… Certains amis lui ont prêté des caméras, des caravanes… Le tournage a duré cinq jours. Il a ensuite été présenté à Cannes. Dans une sélection qui comprenait 5 000 courts-métrage, il a été retenu parmi les 30 derniers. C’est très encourageant pour un jeune de 25 ans.  

L’année dernière, vous êtes allé à la conquête d’Hollywood. Pouvez-vous nous parler de votre expérience américaine?    

Quand j’étais aux États-Unis, j’ai joué dans  American Badass, un documentaire sur Michael Madsen, l’acteur fétiche de Tarantino. Dedans, il y a d’ailleurs Quentin Tarantino, John Travolta, Angie Everheart...C’est mon premier tournage à Los Angeles, avec le réalisateur Dominique Milano, un Français expatrié en Californie. Il a également réalisé une comédie, Cash collectors. J’ai même joué des scènes avec Michael Madsen, dans sa maison de Malibu, c’était vraiment génial. Maintenant, j’ai un manager à Los Angeles et j’ai déjà renouvelé plusieurs fois mon visa d’artiste. Enfin, j’ai un projet, une production indépendante américaine, avec un producteur belge qui vit à Los Angeles, et que j’ai rencontré lorsque j’étais en Californie. Il prépare un film à Marseille, j’aurai le rôle principal et ce sera pour très bientôt. 

1
«Le film a traversé les générations. Luc Besson a même vendu certains des films à Netflix, ce qui a permis de me faire connaître un peu partout» (Photo fournie)

France: le couturier espagnol Paco Rabanne a été incinéré en Bretagne

Sur cette photo prise le 28 février 1969, le designer espagnol Paco Rabanne présente ses créations. (Dossier, AFP)
Sur cette photo prise le 28 février 1969, le designer espagnol Paco Rabanne présente ses créations. (Dossier, AFP)
Le designer de mode français-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris, le 10 juillet 1979. (Photo, AFP)
Le designer de mode français-espagnol Paco Rabanne dans son atelier de couture à Paris, le 10 juillet 1979. (Photo, AFP)
Short Url
  • Célèbre pour ses tenues futuristes en métal, ainsi que pour ses déclarations excentriques, le créateur est décédé à l'âge de 88 ans dans le village de Portsall, en Bretagne
  • La maison Paco Rabanne va défiler le 1er mars dans le cadre de Paris Fashion week, une occasion de rendre hommage au couturier, enterré dans la plus stricte intimité

PARIS: Le couturier espagnol Paco Rabanne, décédé vendredi dans l'ouest de la France, en Bretagne, a été incinéré lundi, avant un hommage de la maison Paco Rabanne le 1er mars dans le cadre de Paris Fashion week.

"Il a été incinéré hier en Bretagne", a indiqué mardi un responsable du groupe catalan Puig, qui possède la marque portant son nom.

Célèbre pour ses tenues futuristes en métal, ainsi que pour ses déclarations excentriques, le créateur est décédé à l'âge de 88 ans dans le village de Portsall, en Bretagne. Sa famille s'était réfugiée en France en raison de la guerre civile espagnole.

La maison Paco Rabanne va défiler le 1er mars dans le cadre de Paris Fashion week, une occasion de rendre hommage au couturier, enterré dans la plus stricte intimité.

Quelques jours après la disparition du "métallurgiste de la mode", la rappeuse américaine Cardi B était habillée en Paco Rabanne pour les Grammy Awards dimanche: une robe métallique associée à un bijou de tête, conçue par l'actuel directeur artistique de la maison, Julien Dossena, une réinterprétation des créations emblématiques de Paco Rabanne.


Dans sa brochure annuelle, la banque américaine JPMorgan conseille de visiter le Grand Musée égyptien

Le Grand Musée égyptien au Caire. (Photo Twitter)
Le Grand Musée égyptien au Caire. (Photo Twitter)
Short Url
  • La brochure annuelle de la banque suggère des activités récréatives, artistiques et culturelles à pratiquer pendant les vacances
  • La brochure précise que le musée consacré à l'ancienne civilisation égyptienne présentera la collection intégrale de l'enfant roi Toutankhamon

LE CAIRE: Dans sa brochure annuelle , la banque américaine JPMorgan invite ses clients à visiter le Grand Musée égyptien. Cette publication est remise à la clientèle distinguée de cette banque dans le monde entier. Elle suggère des activités récréatives, artistiques et culturelles à pratiquer pendant les vacances. Elle met par ailleurs en évidence les attractions et les lieux les plus attrayants du monde.

Parmi les nombreux lieux qui figurent dans la brochure de cette année, on trouve une photo du Grand Musée égyptien, qui ouvrira bientôt ses portes. De plus amples informations relatives à cette attraction sont également fournies. Le document précise que le musée consacré à l'ancienne civilisation égyptienne présentera la collection intégrale de l'enfant roi Toutankhamon.

Le ministre égyptien du Tourisme et des Antiquités, Ahmed Issa, a salué la décision de la banque de conseiller à ses clients la visite de ce musée, qui s'imposera comme l'un des plus importants établissements de ce type dans le monde.

Le ministre a déclaré que la date d'ouverture du musée serait annoncée dans les plus brefs délais. Il a précisé que des rois, des présidents et de hauts fonctionnaires du monde entier assisteront à son inauguration.

Soha Ali, PDG de la JPMorgan Bank en Égypte et en Afrique du Nord, vient de rencontrer M. Issa. Elle a remercié à cette occasion le ministère du Tourisme et des Antiquités pour la coopération dont il a fait preuve et pour les informations et les photographies relatives au musée qu'il a fournies.

La JPMorgan Bank, le plus important établissement bancaire aux États-Unis et l’un des plus grands du monde, publie sa brochure une fois par an.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Absents depuis 2019, les super-héros de Marvel de retour en Chine

Une jeune femme prend une photo d'une affiche avant de regarder le film "Black Panther : Wakanda Forever" dans un cinéma de Shanghai, le 6 février 2023. Black Panther sortira dans les cinémas chinois après une interruption de deux ans et demi pour les films Marvel. (AFP).
Une jeune femme prend une photo d'une affiche avant de regarder le film "Black Panther : Wakanda Forever" dans un cinéma de Shanghai, le 6 février 2023. Black Panther sortira dans les cinémas chinois après une interruption de deux ans et demi pour les films Marvel. (AFP).
Short Url
  • Les films des studios Marvel, propriété du géant américain Disney, avaient disparu des salles obscures chinoises après la sortie en juillet 2019 de "Spider-Man: Far from Home"
  • La Chine n'autorise chaque année la diffusion en salles que de quelques dizaines de long-métrages étrangers

SHANGHAI : Les super-héros de Marvel ont fait leur retour sur grand écran en Chine mardi après près de quatre ans d'absence, avec le film "Black Panther: Wakanda Forever".

Les films des studios Marvel, propriété du géant américain Disney, avaient disparu des salles obscures chinoises après la sortie en juillet 2019 de "Spider-Man: Far from Home".

La Chine n'autorise chaque année la diffusion en salles que de quelques dizaines de long-métrages étrangers.

Pour les méga-productions de Marvel, immensément populaires dans le pays asiatique, ce marché est crucial: la diffusion dans les cinémas chinois du premier film de la série Black Panther avait généré 105 millions de dollars.

"Je suis toute excitée", a confié une spectatrice faisant la queue lundi soir à Shanghai, pour la première du film programmée à minuit.

"J'avais dû utiliser les sites de streaming pour regarder les deux films précédents (...) mais j'espère que je pourrai regarder les films Marvel plus souvent en salle à partir de maintenant", a-t-elle ajouté, ne donnant que son nom de famille, Chen.

La fin de cet apparent blocage des films Marvel en Chine survient alors que le pays vient de lever ses restrictions sanitaires anti-Covid, qui ont porté un coup dur aux lieux de divertissement dans le pays.

"A cause du Covid, ça fait vraiment longtemps qu'on n'est pas allé au cinéma", raconte Kun, 25 ans, employé d'un hôpital venu voir le film avec des amis.

"On doit travailler demain mais l'opportunité est tellement rare qu'on est venu".

Lin Fan, venue avec son fils de 13 ans, Jiang Xiaoyi, se réjouit de renouer avec une tradition familiale: "(Xiaoyi) a toujours été un fan de Marvel, et pendant la série des Avengers, on allait toujours voir la première à minuit".

Prochaine étape pour les fans chinois: la sortie, le 17 février, de "Ant-Man et la Guêpe: Quantumania".

Les autorités chinoises n'ont jamais expliqué pourquoi les films Marvel avaient soudainement disparu des écrans depuis 2019.

Pendant cette période, Disney avait refusé d'obéir aux censeurs qui réclamait le retrait de toute référence à des relations homosexuelles dans les films Marvel, notamment "Les Eternels" en 2021 et "Doctor Strange in the Multiverse of Madness" en 2022.

Mais le géant américain a aussi été accusé de trop collaborer avec Pékin.

Des appels au boycott, notamment en Occident, avaient été lancés contre sa nouvelle version de "Mulan", car certaines scènes avaient été tournées dans la région du Xinjiang, longtemps frappée par des attentats meurtriers et où la campagne sécuritaire chinoise est accusée de violer les droits humains de la population musulmane.

Deux épisodes des "Simpsons" ont quant eux été retirés du service de streaming Disney+ à Hong Kong. L'un d'eux faisait référence à la répression des manifestations de Tiananmen en 1989 et l'autre évoquait des "camps de travail forcé" en Chine.