Loi climat: la publicité des énergies fossiles sera interdite

 Les gens brandissent des banderoles alors que des milliers de personnes participent à une manifestation appelée par les jeunes pour le climat et plusieurs ONG et syndicats pour une « vraie » loi sur le climat, à Nantes, dans l'ouest de la France, le 28 mars 2021. (Photo, AFP)
Les gens brandissent des banderoles alors que des milliers de personnes participent à une manifestation appelée par les jeunes pour le climat et plusieurs ONG et syndicats pour une « vraie » loi sur le climat, à Nantes, dans l'ouest de la France, le 28 mars 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 02 avril 2021

Loi climat: la publicité des énergies fossiles sera interdite

  • Un amendement de LREM, adopté en séance, interdit la publicité pour la « commercialisation et la promotion » des énergies fossiles
  • La droite a dénoncé un article qui pourrait priver des secteurs comme les médias ou les associations sportives et culturelles d'importantes ressources publicitaires

PARIS : Les députés ont durci jeudi l'interdiction de la publicité pour les énergies fossiles, et renforcé la lutte contre le « blanchissement écologique », tout en restant en deçà des demandes de la gauche mais aussi de certains dans la majorité.

Un amendement de la co-rapporteure Aurore Bergé (LREM), adopté en séance, interdit la publicité pour la « commercialisation et la promotion » des énergies fossiles, alors que le texte initial ne mentionnait que la « vente ».

Un autre amendement de Mme Bergé renforce les sanctions en cas de non-respect de cette interdiction, qui pourraient atteindre un montant correspondant à la totalité des dépenses consacrées à l'opération délictueuse, au lieu de la moitié comme initialement prévu.

Ces dispositions figurent à l'article 4 de ce projet de loi visant à « lutter contre le dérèglement climatique », en première lecture à l'Assemblée nationale, dont le gouvernement veut faire un marqueur du quinquennat.

La droite a dénoncé un article qui pourrait priver des secteurs comme les médias ou les associations sportives et culturelles d'importantes ressources publicitaires.

Des élus LR comme Julien Aubert ont également déploré que le gaz naturel soit mis sur le même plan que le charbon ou le pétrole, alors qu'il génère moins de CO2.

La gauche et certains députés de l'aile la plus écologiste de la majorité ont à l'inverse plaidé en vain pour un tour de vis sur la publicité automobile, notamment celle en faveur des véhicules les plus polluants. 

Mme Bergé a pointé un « risque important pour les médias », déjà très fragilisés par la crise sanitaire, le secteur automobile constituant leur deuxième source de recettes publicitaires. Elle a également souligné que cette publicité était désormais très largement consacrée aux véhicules les plus propres, électriques ou hybrides.

Le WWF a déploré que l'Assemblée ne soit pas allée plus loin: « la proposition du gouvernement d'interdire la publicité des énergies fossiles n'a de sens que si on inclut les produits qui polluent et qui consomment ces énergies fossiles », en particulier les SUV (4X4 urbains) les plus lourds, selon l'ONG dans un communiqué.

La Convention citoyenne pour le climat, qui a inspiré les mesures de ce projet de loi, avait aussi proposé des limitations fortes de la publicité.

Les députés se sont par ailleurs attaqués au « blanchissement écologique » (« greenwashing »), en assimilant à une « pratique commerciale trompeuse » le fait d'attribuer à un produit des vertus environnementales fallacieuses. Cette « meilleure définition » vise « ceux qui veulent faire passer des vessies pour des lanternes », a déclaré la ministre Barbara Pompili. Les parlementaires ont aussi durci les sanctions correspondantes, qui pourront atteindre 80% des dépenses engagées. 

Ils ont en outre interdit, dans une publicité, « le fait d’affirmer à tort qu’un produit ou un service est neutre en carbone » ou « dépourvu de conséquences négatives sur le climat ».

Et ont rendu obligatoire l’affichage dans la publicité en faveur des voitures et de l’électroménager de leur classe d’émissions de dioxyde de carbone (A à G).

Dans la soirée, les députés ont adopté l'article 5 qui prévoit la promotion par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de « codes de bonne conduite » pour les publicités audiovisuelles sur « des biens et services ayant un impact négatif sur l'environnement ».

A gauche, Mathilde Panot (LFI) a relevé que « les engagements volontaires n'ont jamais mené à rien », critiquant de la part du gouvernement une « écologie de la caresse envers les lobbies ».  

La droite s'est aussi opposée à la mesure, mais pour d'autres raisons, ne voulant pas « alourdir le système français » avec des objectifs « non négociés » et "sans visibilité" pour les secteurs concernés.

Mme Pompili a pour sa part défendu des « premiers engagements prometteurs » de filières comme l'automobile et l'agroalimentaire, jugeant que « la méthode de corégulation retenue est bonne ». 


Des salariés de diverses entreprises manifestent à Paris contre les licenciements

En dehors des syndicats, plusieurs représentants de partis de gauche ont participé au rassemblement, qui devait ensuite se diriger vers le ministère du Travail. (Photo, AFP)
En dehors des syndicats, plusieurs représentants de partis de gauche ont participé au rassemblement, qui devait ensuite se diriger vers le ministère du Travail. (Photo, AFP)
Short Url
  • Initiée par les représentants des deux syndicats à l'usine PPG de Bezons (Val-d'Oise), touchée par un plan de restructuration, la mobilisation a été rejointe par des salariés d'autres entreprises
  • La manifestation de samedi intervient quelques mois après un rassemblement similaire, qui avait réuni plusieurs centaines de personnes en juin devant le siège du Medef, déjà pour dénoncer les licenciements

PARIS : Quelque 150 personnes, majoritairement issues des rangs de la CGT et de la CFTC, se sont réunies samedi à Paris devant le ministère de l'Economie et des Finances pour protester contre les licenciements, a constaté un journaliste de l'AFP.

Initiée par les représentants des deux syndicats à l'usine PPG de Bezons (Val-d'Oise), touchée par un plan de restructuration, la mobilisation a été rejointe par des salariés d'autres entreprises.

"Il y a les (salariés de) H&M, les TUI, Dassault, Bergams...", énumère Sophie, déléguée centrale adjointe CFTC sur le site de Bezons, où 208 personnes travaillent à la production de mastics d'étanchéité pour l'aéronautique et l'automobile.

"C'est vraiment un appel contre les entreprises qui font de l'argent et recourent aux licenciements pour motifs économiques ou à cause du Covid", détaille la responsable syndicale, qui travaille depuis 15 ans à l'usine valdoisienne.

"PPG, ce sont nos voisins et aussi nos fournisseurs de mastics. Ca fait mal au cœur de voir que les petites boîtes qui nous fournissent vont fermer, on essaie d'être aussi solidaires qu'on le peut", souligne Emmanuel Dumoulin, secrétaire général du syndicat CGT Dassault Aviation à Argenteuil.

"Je milite contre tous les licenciements et les abus de pouvoir", renchérit Hélène Yildirim, fonctionnaire territoriale à la piscine de Bezons et militante CGT. "On se bat tous pour la même chose: contre les licenciements et les gens dans des situations précaires".

Les personnes présentes ont reçu le soutien du président de la CFTC, Cyril Chabanier, venu dénoncer des méthodes de "voyou" de la part de PPG. Dans les rangs des manifestants flottaient aussi quelques drapeaux de l'Unef et de SUD. 

En dehors des syndicats, plusieurs représentants de partis de gauche ont participé au rassemblement, qui devait ensuite se diriger vers le ministère du Travail.

Parmi eux, le candidat du NPA à la présidentielle, Philippe Poutou, a appelé les manifestants à "retrouver du culot dans les revendications, pour ne plus être sur la défensive".

La manifestation de samedi intervient quelques mois après un rassemblement similaire, qui avait réuni plusieurs centaines de personnes en juin devant le siège du Medef, déjà pour dénoncer les licenciements.


Crise en Guadeloupe: Lecornu provoque une polémique en évoquant plus d'autonomie

Le ministre français des Outre-mer Sébastien Lecornu, après une rencontre entre des élus guadeloupéens et le Premier ministre français à l'Hôtel de Matignon à Paris le 22 novembre 2021. (Photo, AFP)
Le ministre français des Outre-mer Sébastien Lecornu, après une rencontre entre des élus guadeloupéens et le Premier ministre français à l'Hôtel de Matignon à Paris le 22 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Sébastien Lecornu a expliqué que «la question de l'autonomie» a été posée, "en creux", par les élus locaux eux-mêmes lors des discussions avec le gouvernement pour tenter de trouver une porte de sortie à la mobilisation
  • Ses propos ont provoqué une volée immédiate de critiques à droite et au RN

PARIS : En pleine crise sociale aux Antilles, le gouvernement ouvre un débat sur la question institutionnelle d'une plus grande autonomie de la Guadeloupe, et se voit immédiatement accusé de lâchage, ou de recul face aux manifestants, par l'opposition de droite.

Dans une allocution télévisée vendredi soir, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a expliqué que "la question de l'autonomie" a été posée, "en creux", par les élus locaux eux-mêmes lors des discussions avec le gouvernement pour tenter de trouver une porte de sortie à la mobilisation, aux revendications multiples et émaillée de violences. 

"D’après eux, la Guadeloupe pourrait mieux se gérer elle-même", et "ils souhaitent moins d’égalité avec l’Hexagone, plus de liberté de décision par les élus locaux", a rapporté le ministre, assurant que "le gouvernement est prêt à en parler (...), du moment que ces débats servent à résoudre les vrais problèmes" des Guadeloupéens.

Ses propos ont provoqué une volée immédiate de critiques à droite et au RN.

Le candidat à l'investiture des Républicains pour la présidentielle Xavier Bertrand a fustigé cette proposition de "moins d’État". Ce qui est "en jeu, c’est l’unité de la Nation", a mis en garde son concurrent LR Michel Barnier, tandis que pour Éric Ciotti, également dans la course à l'investiture, "avec Macron, la République cède et recule face à la violence".

La candidate du RN Marine Le Pen a, elle, accusé le gouvernement d'être "prêt à lâcher la Guadeloupe" pour "essayer d’acheter les indépendantistes radicaux".

D'autres estiment qu'il se trompe de terrain en avançant une réponse institutionnelle à une crise profondément sociale.

Cela "crée de la confusion" et "ne règle pas les problèmes" sociaux, a ainsi estimé Yves Jégo (Agir), ex-secrétaire d’État à l'Outre-mer, sur LCI samedi, exhortant plutôt à "un new deal économique" aux Antilles.

"Répondre à la crise par des annonces de tarmac (lors de visites ministérielles, NDLR) qui coûtent des millions et qui ne résolvent rien n’est pas la solution", fait au contraire valoir une source gouvernementale auprès de l'AFP, en citant "les précédents" des crises de 2009 aux Antilles et 2017 en Guyane.

État «solidaire»

Gouvernement et majorité réfutent toute velléité d'"abandon" de l'archipel.

Il s'agit de "construire une réponse adaptée à chacun", car "chaque territoire ultra-marin est singulier", a expliqué dans un tweet samedi la présidente LREM de la commission des Lois de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, en disant "stop aux caricatures".

Victorin Lurel, sénateur socialiste de Guadeloupe et ex-président du conseil régional, n'avait d'ailleurs pas hésité mercredi au Sénat à réclamer "une réponse politique", pas seulement "matérielle et financière".

"La question de confiance devra être tôt ou tard posée aux élites et au peuple guadeloupéens, celle du vouloir vivre ensemble: voulez-vous, oui ou non, rester dans l'ensemble français. Il faudra bien faire tomber les masques", avait-il lâché.

Les propos de Sébastien Lecornu posent la question du degré d'autonomie.

Il a bien pris soin de ne citer que la Guadeloupe, à la fois département et région d'Outre-mer, deux institutions qui se superposent, ce qui peut complexifier les relations avec Paris, et non la Martinique, collectivité territoriale unique depuis le 1er janvier 2016.

Selon la source gouvernementale, le gouvernement a en tête le statut de la Polynésie française, à la large autonomie conformément à l'article 74 de la Constitution, notamment en matière de gestion sanitaire, protection sociale et développement économique, le tout en s'appuyant sur un financement local.

La Polynésie dispose d'une Assemblée: Elle vote des lois et élit un président qui compose son gouvernement.

Si les missions de l’État y sont limitées au champ régalien (défense, sécurité, justice, monnaie), un tel modèle n'empêche pas que celui-ci "reste solidaire", souligne la source gouvernementale, notamment en cas de crise.

Pour le gouvernement, ouvrir ce débat pourrait permettre de placer les élus guadeloupéens face à leurs responsabilités.

"C’est aussi aux élus locaux d’aller au bout des débats qu’ils peuvent initier sur des questions comme l’autonomie", a insisté le ministre délégué chargé des Comptes publics Olivier Dussopt samedi sur LCI, en niant toute tentative de gagner du temps face aux manifestants.


Dans un centre de vaccination parisien, la campagne de rappel accélère en douceur

Une photo montre un panneau d'information alors que des gens s'inscrivent avant de recevoir une dose d'un vaccin Covid-19 dans un centre de vaccination temporaire à Paris, le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Une photo montre un panneau d'information alors que des gens s'inscrivent avant de recevoir une dose d'un vaccin Covid-19 dans un centre de vaccination temporaire à Paris, le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les rendez-vous ont de fait été pris d'assaut: samedi midi, le ministre de la Santé Olivier Véran a tweeté que «trois millions de rendez-vous» pour une dose de rappel avaient été pris depuis jeudi à la mi-journée, soit en 48 heures
  • Et si l'effet des annonces du ministre de la Santé ne se ressentait pas encore samedi matin à la mairie, les équipes de vaccination se préparent à un afflux de patients imminent

PARIS : Des créneaux pris d'assaut mais pas nécessairement en dernière minute: samedi, à l'ouverture de la campagne de rappel à tous les adultes, un centre parisien de vaccination contre le Covid-19 accueillait surtout des personnes éligibles de longue date à la troisième injection.

"J'ai pris rendez-vous il y a trois semaines, un mois", bien avant que le ministre de la Santé, Olivier Véran, n'annonce jeudi l'extension de la campagne de rappel à toute la population adulte, explique Marie-Jeanne Bernassau.

Venue se faire vacciner à la mairie du VIe arrondissement, cette habitante du quartier fait partie des personnes atteintes de comorbidités, et a fait en sorte de recevoir sa dose de rappel exactement six mois après sa deuxième dose.

"Le samedi en général, les créneaux sont pris en amont, il s'agit de gens qui avaient prévu" de longue date de se faire vacciner, explique Marc Jacono, le médecin responsable du centre.

Sous le porche de pierre de la mairie, Ira attend elle sa deuxième dose. Elle a pris rendez-vous "il y a plus d'un mois.

"J'attendais de voir si d'autres vaccins allaient être disponibles, mais a priori non, donc autant se faire vacciner avec ceux-là", confie-t-elle. Comme les autres patients du centre, elle se fera administrer le vaccin Pfizer, le seul à être disponible sur place pour le moment.

«Ca va flamber»

A l'autre bout de la chaîne, Ali Mostefakara vient de se faire administrer sa dose de rappel et patiente dans une salle attenante à un box de vaccination.

"C'était une volonté de mon frère, médecin, de me faire vacciner", souligne le jeune homme. "A la suite de l'allocution (d'Olivier Véran, jeudi), il m'a dit: "Je t'ai pris une place parce que ça va flamber. Et il avait raison parce que je ne pouvais pas prendre de place tout seul" sur Doctolib, la plate-forme de réservation de rendez-vous médicaux.

"C'était impossible: même quand la page dit qu'il ne reste plus qu'une minute d'attente, ça repart sur 30 minutes", assure Ali Mostefakara.

Les rendez-vous ont de fait été pris d'assaut: samedi midi, le ministre de la Santé Olivier Véran a tweeté que "trois millions de rendez-vous" pour une dose de rappel avaient été pris depuis jeudi à la mi-journée, soit en 48 heures.

Et si l'effet des annonces du ministre de la Santé ne se ressentait pas encore samedi matin à la mairie, les équipes de vaccination se préparent à un afflux de patients imminent.

"On a eu une forte demande", confirme le maire Jean-Pierre Lecoq. "Le VIe arrondissement étant un arrondissement central, bien desservi, de nombreuses personnes qui travaillent, commercent ou se promènent se disent +pourquoi pas me faire injecter ma 3e dose ici?+", poursuit l'élu LR.

En conséquence, la mairie a réinstallé en permanence trois boxes de vaccination, contre deux certains jours en septembre-octobre, lorsque la fréquentation du centre avait baissé.

Avec un tel dispositif, jusqu'à 300 doses peuvent être injectées quotidiennement, selon Marc Jacono.

"On ressent quand même l'effet des des annonces. Tous les samedis sont pris jusqu'à fin décembre, et en semaine il reste quelques rendez-vous mais très peu", détaille le médecin.

Pour éviter la submersion du centre, ses horaires pourraient être étendus. En outre, la mairie redirige les personnes en quête d'une dose de rappel vers les pharmacies. Mais là aussi, la demande a bondi: une officine du quartier affiche complet jusqu'à fin décembre, une autre jusqu'à février.