Arrestation de l'ancien chef de la cour royale jordanienne et d'autres hauts fonctionnaires (PETRA)

Short Url
Publié le Dimanche 04 avril 2021

Arrestation de l'ancien chef de la cour royale jordanienne et d'autres hauts fonctionnaires (PETRA)

  • L'agence de presse officielle de Jordanie (PETRA) a démenti les rapports signalant l'arrestation de l'ancien prince héritier Hamza ben Al Hussain
  • L'Arabie saoudite et les États-Unis ont tous deux fait part de leur soutien au roi Abdallah II de Jordanie

AMMAN : Les Jordaniens Hasan ben Zaid et Bassem Awadallah, ancien chef de la Cour royale jordanienne, ont été arrêtés, selon l'agence de presse jordanienne (PETRA).

Les arrestations sont intervenues au terme de contrôles de sécurité étroits et « pour des raisons liées à la sécurité », a indiqué l'agence.

 En revanche, l'agence de presse officielle de Jordanie (PETRA) a démenti les rapports signalant l'arrestation de l'ancien prince héritier Hamza ben Al Hussain.

 Dans une vidéo transmise par son avocat à la chaîne BBC, le prince Hamza a déclaré avoir été assigné à résidence.

 Par ailleurs, l'Arabie saoudite et les États-Unis ont tous deux fait part de leur soutien au roi Abdallah II de Jordanie.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Le village de Zubala, point de rencontre des caravanes commerciales et des pèlerins du Hajj

Vue de Zubala (SPA)
Vue de Zubala (SPA)
Short Url
  • Le village de Zubala a été mentionné par plusieurs explorateurs occidentaux tels que Charles Huber, Alois Musil et Leachman, alors que de nombreux poètes en ont également fait l’éloge
  • L’Autorité du patrimoine continue de fouiller plusieurs sites majeurs du village, après la découverte de vestiges historiques

L’Histoire du village de Zubala date d’avant l’ère abbasside. Il a été largement mentionné dans les sources historiques comme point de rencontre pour les caravanes commerciales et les pèlerins. Zubala a également été décrit comme l’une des étapes les plus importantes sur le chemin du Hajj et le village a conservé son nom jusqu’à ce jour.

Situé à 25 kilomètres au sud du gouvernorat de Rafha, dans la région de la frontière nord, Zubala est riche en monuments antiques. Il abrite le puits le plus profond du chemin du Hajj, de forme carrée et d’une profondeur de 250 mètres. Le village de Zubala a été mentionné par plusieurs explorateurs occidentaux tels que Charles Huber, Alois Musil et Leachman. De nombreux poètes en ont également fait l’éloge.

Le président du club littéraire de la région de la frontière nord, Majid al-Mutlaq, souligne que Zubala abrite de nombreux vestiges, notamment son puits carré sculpté de manière unique. On y trouve encore un palais historique et une cité résidentielle voisine. Zubala est également célèbre pour ses trois étangs: Al-Shahouf, Umm al-Assafir et Al-Shihiyat.

Le chercheur en Histoire Matar ben Ayed al-Anzi indique que le village porte le nom de Zubala ben al-Harith.

Zubala a fait l’objet de plusieurs fouilles archéologiques depuis 2015. L’Autorité du patrimoine continue d’explorer plusieurs sites majeurs du village, selon une nouvelle méthodologie en conformité avec les objectifs du programme Darb Zubaida. Ce programme a été initié après la découverte de vestiges historiques au nord-ouest du village.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nouvelle manifestation de milliers de Soudanais contre le pouvoir militaire

Comme à chaque fois, dans la nuit qui a précédé les manifestations, les forces de sécurité ont procédé à des rafles, arrêtant des membres des "Comités de résistance" dans différents quartiers de Khartoum. (AFP).
Comme à chaque fois, dans la nuit qui a précédé les manifestations, les forces de sécurité ont procédé à des rafles, arrêtant des membres des "Comités de résistance" dans différents quartiers de Khartoum. (AFP).
Short Url
  • Lundi, les manifestants sont de nouveau descendus par milliers à Khartoum et dans ses banlieues, mais aussi à Madani, à 200 kilomètres
  • Le parti Oumma, le plus ancien du pays, dont plusieurs responsables ont été arrêtés lors du putsch, a une nouvelle fois redit dans un communiqué qu'il faut "effacer toutes les traces du coup d'Etat"

KHARTOUM: Des milliers de manifestants hostiles au pouvoir militaire ont défilé lundi à Khartoum en direction du palais présidentiel ainsi que dans d'autres villes du Soudan.


Les militants avaient appelé à une nouvelle journée de mobilisation pour réclamer un pouvoir civil dans un pays quasiment toujours sous la férule de l'armée depuis son indépendance il y a 66 ans.


Ils dénoncent également la répression qui, depuis le coup d'Etat militaire du 25 octobre, a tué 73 manifestants, selon un syndicat de  médecins prodémocratie. Un haut-gradé a été poignardé à mort par des manifestants selon la police.


Lundi, les manifestants sont de nouveau descendus par milliers à Khartoum et dans ses banlieues, mais aussi à Madani, à 200 kilomètres plus au sud, à Gedaref et Port-Soudan dans l'est côtier du pays, au cri de "le pouvoir au peuple!".  


Avec son coup d'Etat le 25 octobre 2021, le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, a mis un coup d'arrêt à la transition vers un pouvoir entièrement civil promise il a plus de deux ans après la chute du dictateur Omar el-Béchir, sous la pression de l'armée et de la rue.


Le parti Oumma, le plus ancien du pays, dont plusieurs responsables ont été arrêtés lors du putsch, a une nouvelle fois redit dans un communiqué ce que les manifestants scandent régulièrement: il faut "effacer toutes les traces du coup d'Etat", revenir à un gouvernement civil et "écarter le chef des putschistes et son pouvoir immédiatement".


Comme à chaque fois, dans la nuit qui a précédé les manifestations, les forces de sécurité ont procédé à des rafles, arrêtant des membres des "Comités de résistance" dans différents quartiers de Khartoum, ont indiqué ces organisations locales, véritable colonne vertébrale de la mobilisation.


La communauté internationale, elle, multiplie les appels au dialogue et l'ONU continue à rencontrer les différents acteurs du pays sans pour autant avoir pu les amener jusqu'ici à discuter ensemble.


Le général Burhane, lui, a récemment annoncé un gouvernement "chargé des affaires courantes", composé de hauts fonctionnaires et des ministres issus des anciens groupes rebelles armés.


Syrie: plus de 150 morts dans l'assaut de l'EI, des mineurs en danger

Les combats ont diminué en intensité dimanche soir alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS), dirigées par les Kurdes, et la coalition emmenée par les Etats-Unis consolident lundi leurs positions autour de la prison. (AFP).
Les combats ont diminué en intensité dimanche soir alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS), dirigées par les Kurdes, et la coalition emmenée par les Etats-Unis consolident lundi leurs positions autour de la prison. (AFP).
Short Url
  • Jeudi soir, plus d'une centaine de jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) ont pris d'assaut la prison de Ghwayran
  • Des jours de violents affrontements ont suivi autour et au sein même de la prison, située à Hassaké, dans le nord-est syrien

HASSAKE: Les forces kurdes ont déployé lundi des renforts et barré l'accès à Hassaké, en Syrie, après des combats avec des jihadistes qui ont fait plus de 150 morts dans et autour d'une prison où des centaines de mineurs sont toujours retenus.


"Pour empêcher les membres de cellules terroristes de s'échapper (...), l'administration kurde du nord-est de la Syrie annonce un couvre-feu complet à Hassaké et ses alentours pour une période de sept jours à compter du 24 janvier", a déclaré l'administration locale dimanche soir.


Jeudi soir, plus d'une centaine de jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) ont pris d'assaut la prison de Ghwayran avec l'aide de camions piégés et d'armes lourdes. Des jours de violents affrontements ont suivi autour et au sein même de la prison, située à Hassaké, dans le nord-est syrien.


Selon un nouveau bilan établi lundi matin par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 154 personnes ont été tuées, dont 102 jihadistes, 45 combattants kurdes et sept civils.


Les combats ont diminué en intensité dimanche soir alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS), dirigées par les Kurdes, et la coalition emmenée par les Etats-Unis consolident lundi leurs positions autour de la prison.


Les FDS ont accusé les combattants de l'EI d'utiliser comme "boucliers humains" des mineurs encore présents à l'intérieur de la prison.


La présence de ces mineurs, qui étaient emprisonnés dans "un centre de réhabilitation" et qui sont désormais enfermés dans un dortoir, compromet l'avancée des FDS qui tentent de pénétrer dans la prison, ont-elles indiqué dans un communiqué.


Ces mineurs sont au nombre de 850 et certains n'ont que 12 ans, selon l'agence des Nations Unies pour l'enfance (Unicef), qui a appelé à les protéger et qui a souligné le "risque que les enfants soient blessés ou recrutés de force", par l'EI.


Aux alentours de la prison, les rues sont désertées tandis que des combattants kurdes ratissent la zone pour retrouver des fugitifs, selon un correspondant de l'AFP sur place.


Dans les autres parties du nord-est de la Syrie contrôlées par l'administration kurde, un couvre-feu nocturne de 18H00 à 06H00 locales (16H00 à 04H00 GMT) entrera également en vigueur lundi.